Rejoignez-nous

International

Charles III et la princesse Kate ne sont pas au mieux de leur forme

Publié

,

le

Le roi Charles III, la reine Camilla, Kate princesse de Galles, et William, le prince de Galles le 25 décembre 2023 à l'église St Mary Magdalene dans le Norfolk (© AP Photo/Kin Cheung)

Début d'année difficile pour la famille royale britannique: le roi Charles III va subir la semaine prochaine une intervention pour une hypertrophie "bénigne" de la prostate, tandis que la princesse Kate a été hospitalisée pour au moins 10 jours après une opération abdominale.

Les deux informations ont été rendues publiques coup sur coup mercredi par les services de la monarchie britannique.

A 75 ans, Charles III, chef d'Etat du Royaume-Uni et de 14 autres pays du Commonwealth, va pour la première fois depuis son accession au trône en septembre 2022 mettre en suspens son agenda, lourd en engagements publics, pour un passage à l'hôpital, d'une durée non précisée.

"Comme de milliers d'hommes chaque année, le roi a consulté pour une hypertrophie de la prostate. Ce dont est atteint sa Majesté est bénin et il se rendra à l'hôpital la semaine prochaine pour une procédure correctrice", a annoncé la palais dans un bref communiqué. Ses engagements publics seront reportés pendant "une courte période" pour lui permettre de récupérer, est-il précisé.

Pathologie fréquente

Depuis la mort d'Elizabeth II, le 8 septembre 2022 à l'âge de 96 ans, le souverain suit un programme très chargé, pour des inaugurations, auprès d'associations caritatives ou sur le front diplomatique, se rendant en Allemagne, en France, au Kenya ou à la conférence sur le climat COP23, ou en recevant des chefs d'Etat étrangers.

L'hypertrophie de la prostate est une pathologie très fréquente chez les hommes d'un certain âge et qui, faute de traitement, peut entraîner une détérioration progressive du fonctionnement de la vessie ainsi que des infections urinaires.

Kate absente jusqu'à fin mars

Les services de la royauté ont été plus flous sur la cause de l'hospitalisation mardi de Kate, l'épouse de l'héritier du trône William, figure très appréciée du public.

La princesse de Galles "a été admise hier (mardi) à la London Clinic pour une intervention chirurgicale abdominale programmée", a annoncé le Palais de Kensington dans un communiqué. "L'opération s'est déroulée avec succès et il est prévu qu'elle reste à l'hôpital pendant 10 à 14 jours"

"Sur la base de l'avis médical actuel, il est peu probable qu'elle reprenne ses fonctions publiques avant Pâques", le 31 mars, prévient le Palais de Kensington.

Kate, qui a fêté ses 42 ans le 9 janvier, est l'un des membres les plus populaires de la famille royale, derrière William, mais loin devant Charles III et son épouse la reine Camilla, selon des sondages.

Dans le communiqué, elle présente ses excuses pour "reporter ses prochains engagements". "Elle espère pouvoir en reprendre le plus grand nombre possible, au plus vite", est-il écrit.

La princesse "espère que le public comprendra son désir de maintenir autant de normalité que possible pour ses enfants et son souhait que ses informations médicales personnelles restent confidentielles", selon le communiqué.

Dernière apparition à Noël

Aucune indication n'a été fournie sur les raisons de l'hospitalisation mais, selon plusieurs médias britanniques, Kate, dont la dernière apparition publique remonte à Noël, ne souffre pas d'un cancer.

Selon le Times, son époux William a lui aussi renoncé à plusieurs de ses engagements publics pour "rester à ses côtés autant que possible". Le prince de Galles pourrait ainsi annuler une visite à Rome.

Le couple, qui a trois enfants, George, Charlotte et Louis, réside dans une propriété à l'abri des regards à Windsor, à l'ouest de Londres. Kate et William se sont mariés en 2011 à l'abbaye de Westminster. Souriante, élégante et glamour, elle s'est imposée au fil des ans comme une figure incontournable.

A l'opposé de Meghan

La presse britannique voit en elle un membre modèle de la monarchie, aux antipodes de sa belle-soeur Meghan Markle, mariée à Harry, le frère cadet de William.

Rien ne prédestinait Kate, une roturière, à cette vie royale. Sa mère, hôtesse de l'air, et son père, contrôleur aérien, ont ensuite fait fortune en montant une entreprise d'articles de fête.

Sa rencontre avec William à l'université écossaise de Saint-Andrews, qu'elle a intégré en 2001 pour étudier l'histoire de l'art, en a décidé autrement.

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Nombreux morts dans des raids des shebab en Somalie

Publié

le

Les raids des shebab ont visé trois bases militaires où des membres de l'armée nationale somalienne étaient stationnés (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP African Union-United Nations Information Support Team)

Les autorités somaliennes et les rebelles islamistes radicaux shebab ont respectivement affirmé avoir infligé de lourdes pertes au camp adverse, lors de raids des rebelles lundi sur des bases militaires du sud du pays.

Les raids matinaux ont eu lieu près des villages de Buulo Xaaji et Harboole, à environ 90 km de la ville portuaire de Kismayo. Ils ont visé trois bases militaires où des membres de l'armée nationale somalienne et des paramilitaires de l'Etat du Jubaland étaient stationnés.

Le président du Jubaland, Ahmed Mohamed Islam, a assuré que les attaques avaient été repoussées par les forces gouvernementales et que "135 assaillants" avaient été tués, "comme l'ont confirmé", selon lui, "les commandants des forces de sécurité". Selon lui, plus de 80 des combattants, dont certains blessés, "ont été faits prisonniers", et des armes abandonnées par les shebab saisies.

De leur côté les shebab ont revendiqué les attaques selon l'organisation américaine SITE, qui surveille les activités en ligne de groupes djihadistes. Ils font Etat d'un "bilan initial de 71 morts" dans les rangs des militaires et paramilitaires. "Et le nombre de blessés est plus important", selon un communiqué des rebelles islamistes radicaux partagé par SITE.

Chassés des principales villes en 2011-2012, les shebab, qui combattent le gouvernement central de Mogadiscio, restent solidement implantés dans de vastes zones rurales du centre et du sud du pays, d'où ils mènent des attentats contre des cibles sécuritaires, politiques et civiles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

Kamala Harris salue le bilan de Biden sans évoquer une candidature

Publié

le

Kamala Harris a rendu un hommage vibrant à Joe Biden (archives). (© KEYSTONE/EPA/ALLISON JOYCE)

La vice-présidente américaine Kamala Harris a salué lundi le bilan de Joe Biden, "sans équivalent dans l'histoire moderne" pour un président des Etats-Unis. Elle n'a pas évoqué sa candidature à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre.

"En un mandat, il a déjà un meilleur bilan que la plupart des présidents qui ont effectué deux mandats", a dit Mme Harris à la Maison Blanche. Il s'agissait de sa première prise de parole depuis le retrait, la veille, de Joe Biden de la course à la présidentielle.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Glissement de terrain dans le sud de l'Ethiopie: au moins 55 morts

Publié

le

De fortes pluies ont frappé le sud de l'Ethiopie lundi matin (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/Mohamed Sheikh Nor)

Au moins 55 personnes ont péri lundi dans un glissement de terrain consécutif à de fortes pluies, dans une localité de l'Etat régional d'Ethiopie du Sud, ont annoncé les autorités locales. Les opérations de secours se poursuivent.

"Plus de 55 corps ont été retrouvés après le glissement de terrain, provoqué ce (lundi) matin par de fortes pluies et le bilan pourrait s'accroître", a indiqué Dagmawi Zerihun, un responsable de la zone administrative de Gofa, dans un communiqué publié par les autorités de la zone où s'est déroulée la catastrophe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

World Tour: Biniam Girmay prolonge son contrat chez Intermarché

Publié

le

Biniam Girmay a fait fort sur le Tour de France (© KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO)

L'Érythréen Biniam Girmay (24 ans) a prolongé son contrat avec Intermarché-Wanty jusqu'en 2028, a annoncé la formation belge. Il vient de remporter trois étapes lors du Tour de France.

Girmay est devenu dimanche le premier coureur africain à remporter un maillot distinctif sur un grand Tour, en l'occurrence le vert du classement par points. "Intermarché-Wanty est comme une famille pour moi, l'équipe parfaite pour atteindre mes objectifs. Prolonger l'aventure pour deux années supplémentaires est une évidence", a commenté le coureur sur le compte X de son équipe.

"Bini" a marqué cette édition de la Grande boucle, fier d'être "le premier coureur noir africain" à y lever les bras. Il s'est même imposé à trois reprises, à Turin dès la troisième étape, puis à Colombey-les-deux-Eglises et à Villeneuve-sur-Lot.

Dans la caste des grands sprinters

Fort de ces trois succès et grâce à une grande régularité dans les sprints, avec également deux deuxièmes places et de très bons résultats dans les sprints intermédiaires, Girmay a décroché dimanche le maillot vert de meilleur sprinter du Tour de France.

Avec cette tunique, il confirme son entrée dans la caste des grands sprinters, où il avait fait quelques apparitions par le passé. Il avait gagné une étape du Giro en 2022 et avait remporté Gand-Wevelgem la même année. Sa saison 2023 avait été plus délicate, avec seulement deux victoires d'étapes sur le Tour de Suisse et le Tour de la Communauté valencienne.

"En toutes circonstances, l'équipe m'a soutenu et m'a fait confiance, même dans les moments les plus difficiles", a-t-il souligné lundi. Girmay tentera de poursuivre son mois de juillet fantastique lors de la course en ligne des Jeux olympiques de Paris le 3 août où il sera le seul représentant de son pays.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le Secret Service a "échoué" dans sa mission de protéger Trump

Publié

le

La directrice du Secret Service, Kimberly Cheatle (au centre), à son arrivée au Congrès. (© KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS)

Le Secret Service a "échoué" dans sa mission de protéger Donald Trump, a assuré lundi sa directrice Kimberly Cheatle lors d'une audition au Congrès. Le candidat républicain à la présidentielle américaine a été visé le 13 juillet par une tentative d'assassinat.

"La mission solennelle du Secret Service est de protéger les dirigeants de notre nation (...). Le 13 juillet, nous avons échoué", a dit Kimberly Cheatle devant une commission de la Chambre des représentants.

"En tant que directrice, j'assume la pleine responsabilité de toute faille de sécurité", a-t-elle ajouté, qualifiant les événements de "plus important échec opérationnel du Secret Service depuis des décennies".

Depuis le 13 juillet, son service, chargé de la protection des hautes personnalités américaines, fait face à des critiques sur d'éventuels manquements et défaillances humaines. Et des appels à la démission de Mme Cheatle sont venus des deux côtés de l'échiquier politique.

Enquête indépendante

Une enquête indépendante a été ordonnée pour faire la lumière sur les circonstances de la tentative d'assassinat contre Donald Trump et notamment déterminer notamment comment un tireur a pu se retrouver sur le toit d'un immeuble avec un fusil semi-automatique, à moins de 150 mètres de l'estrade où le candidat s'exprimait lors d'un meeting à Butler, en Pennsylvanie (nord-est).

L'ancien président américain a été blessé légèrement à l'oreille lors des tirs. Un spectateur a été tué et deux autres ont été grièvement blessés. Le tireur, âgé de 20 ans, a été abattu par le Secret Service 26 secondes après le premier des huit tirs qu'il a effectués.

Ce week-end, des médias américains ont rapporté que le Secret Service avait rejeté des demandes de renforcement de la sécurité de Donald Trump par le passé.

Ce service s'occupe entre autres de la sécurité du président, du vice-président, des anciens présidents et de leurs familles, ainsi que des principaux candidats aux élections et des chefs d'Etat étrangers en déplacement aux Etats-Unis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture