Rejoignez-nous

Actualité

La visite de Cassis à New York marquée par la Russie

Publié

,

le

Le président de la Confédération participe à l'Assemblée générale de l'ONU à New York. (© KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

La visite du président de la Confédération Ignazio Cassis à New York pour la semaine d'ouverture de la 77e Assemblée générale de l'ONU à New York a été marquée par la guerre en Ukraine. Il a rencontré mercredi le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Lors de ma rencontre avec le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, j'ai demandé à la Russie de s'abstenir d'organiser de soi-disant référendums dans les territoires occupés de l'Ukraine", a fait savoir M. Cassis après l'entretien.

Le président de la Confédération a également fait part à M. Lavrov de la profonde inquiétude que suscite en Suisse la menace d'utilisation d'armes nucléaires dans la guerre en Ukraine. Le président russe Vladimir Poutine a à nouveau menacé mercredi matin de recourir à une frappe nucléaire.

Dans son discours mardi devant l'Assemblée générale, M. Cassis avait déjà fermement condamné l'agression militaire russe en Ukraine et exigé un retrait immédiat des troupes russes.

Mandat de protection discuté

La Suisse est toujours prête à offrir ses bons services entre l'Ukraine et la Russie, a rappelé le Tessinois. A la demande de l'Ukraine, la Suisse a déjà élaboré un mandat de puissance protectrice pour les citoyens ukrainiens en Russie et l'a remis aux Russes.

M. Cassis s'est enquis de l'état de la situation auprès de son homologue russe. Aucune nouvelle annonce à ce sujet n'a toutefois été faite après la rencontre. Le conseiller fédéral a simplement souligné que la neutralité et les bons offices restent les instruments de la Suisse pour le dialogue.

Le président de la Confédération a également évoqué la guerre et ses conséquences lors de la trentaine d'entretiens bilatéraux qu'il a menés à New York. Il a notamment rencontré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre italien Mario Draghi.

M. Cassis s'est montré impressionné par le discours du président français Emmanuel Macron. Ce dernier a parfaitement su donner du poids à ses propos contre la guerre en Ukraine, avec la "grandeur" propre à la France, a relevé le ministre des affaires étrangères.

Entretien avec le président iranien

Lors d'une rencontre avec le président iranien Ebrahim Raïssi, Ignazio Cassis a par ailleurs évoqué la préoccupation de la Suisse quant aux circonstances qui ont conduit à la mort de Masha Amini, a-t-il encore dit devant les médias à New York. La jeune femme est morte sous les coups de la police, ce qui a suscité des critiques dans le monde entier sur la situation des droits de l'homme en Iran et entraîné de vives protestations à Téhéran.

Le Tessinois a déclaré que la Suisse ne cessait d'exhorter l'Iran à respecter les droits des femmes et les droits de l'homme en général.

M. Raïssi a pris position à ce sujet et a déclaré qu'il était dans l'intérêt de l'Iran de protéger les droits individuels de tous ses citoyens et citoyennes. C'est pourquoi la justice va enquêter sur cette affaire, a précisé M. Cassis.

Préparation pour le Conseil de sécurité

Le président de la Confédération a indiqué avoir eu un bon échange avec le président équatorien Guillermo Lasso. Comme la Suisse, l'Équateur siégera au Conseil de sécurité de l'ONU en tant que membre non permanent pour deux ans à partir de janvier 2023.

A partir de début octobre, la Suisse participera quotidiennement à toutes les réunions des organes du Conseil de sécurité, dans un premier temps en tant qu'observatrice. Les nouveaux pays membres sont d'ores et déjà associés à certaines discussions et s'investissent ainsi dans les tâches du Conseil, a expliqué Pascale Baeriswyl, l'ambassadrice de la Suisse auprès de l'ONU à New York. Elle représentera la Suisse au sein du Conseil.

Invité par Joe Biden

Avant de rentrer en Suisse dans la nuit de mercredi à jeudi, Ignazio Cassis participera à une réception organisée par le président américain Joe Biden au nom du pays hôte.

Les deux hommes se serreront à nouveau la main, deux jours après les funérailles de la reine Elizabeth II à Londres, lors desquelles M. Cassis était assis à côté du couple Biden.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Economie

L'inattention au volant toujours aussi meurtrière

Publié

le

L'inattention au volant provoque souvent de la tôle froissée (illustration). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'inattention au volant continue de faire des dégâts. Le Bureau de prévention des accidents a lancé une campagne d'affichage à ce propos avec en ligne de mire le smartphone.

Selon une enquête du Bureau de prévention des accidents (BPA), 11% des jeunes de 18 à 29 ans utilisent leur smartphone au volant. Or, taper ou téléphoner sur son smartphone augmente le risque d'accident, écrit le BPA dans un communiqué mardi. C'est également le cas lorsque l'on téléphone via le dispositif mains libres, bien que cela soit autorisé par la loi.

Chaque année, 60 personnes perdent la vie sur la route à cause de l'inattention ou de la distraction. Environ 1100 personnes sont grièvement blessées pour la même raison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Revenu agricole en hausse en 2021, perspectives plus sombres

Publié

le

Le revenu agricole total d'une famille paysanne a légèrement augmenté en 2021, pour atteindre 111'300 francs. Les perspectives sont plus sombres pour l'année en cours. (photo symbolique) (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

En 2021, les exploitations agricoles ont gagné en moyenne 80'700 francs, soit 1,9 % de plus que l'année précédente. La production végétale a toutefois souffert du mauvais temps, ce qui a eu des conséquences financières.

L'année a été mitigée, a annoncé mardi la station fédérale Agroscope. Alors que les prix de la viande de b½uf et du lait ont augmenté, ceux de la viande de porc ont fortement baissé en raison d'une offre excédentaire.

Des gelées tardives, des pluies excessives et de la grêle ont également causé des difficultés. Agroscope qualifie 2021 d'année aux conditions météorologiques extrêmes. Tant dans le domaine des grandes cultures que dans celui des fruits, des légumes et de la vigne, il en a résulté des récoltes moins abondantes et de moins bonne qualité, et donc des rendements plus faibles.

Un membre d'une famille paysanne a gagné en moyenne 59'800 francs, soit 2% de plus que l'année précédente, calculés sur la base d'un taux d'occupation de 100%. Ce chiffre inclut les revenus provenant d'activités agricoles ou proches de l'agriculture, comme les magasins à la ferme ou la production de biogaz.

Il ne comprend pas le salaire qu'une paysanne ou un paysan perçoit lorsqu'il exerce une autre profession à côté de l'agriculture. Selon Agroscope, ce revenu extra-agricole a augmenté de 2,3% par rapport à 2020, pour atteindre 34'500 francs en moyenne par ménage. Le revenu total a donc également augmenté de 2,3%, pour atteindre 111'300 francs.

Perspectives plus sombres pour 2022

L’Office fédéral de la statistique (OFS) a de son côté publié mardi des chiffres sur la situation économique de l’agriculture suisse. Celle-ci devrait générer en 2022 une valeur ajoutée brute de 4,3 milliards de francs, en hausse de 1,6% par rapport à l’année précédente.

Les meilleures récoltes et la hausse des prix de beaucoup de biens agricoles ont compensé le fort renchérissement de certaines fournitures comme les fourrages, l’énergie et les engrais.

Toutefois, l’augmentation marquée des prix de la construction et des équipements pèse sur les amortissements, faisant reculer le revenu sectoriel de l’agriculture de 3,9%.

Dans un communiqué, l'Union suisse des paysans (USP) souligne que selon les estimations actuelles, le revenu des familles paysannes va baisser.

Les exploitations et les régions affichent des différences très importantes. Ce sont les exploitations d’élevage porcin, à forte consommation intermédiaire ou se situant dans des régions touchées par la sécheresse qui ont le plus souffert. Il se pourrait que la valeur de production augmente en 2022, mais de loin pas autant que les coûts. Le résultat devrait donc être inférieur à celui "déjà maigre" de l’année passée, déplore l'USP.

Les familles paysannes ont plus que jamais besoin de voir la recette de la vente de leurs produits augmenter d’au moins 10% pour rentrer dans leurs frais. L’USP appelle tous les acheteurs à se montrer équitables dans leur partenariat avec les familles paysannes et à faire en sorte que ces dernières ne doivent pas assumer à elles seules les coûts supplémentaires.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Quelque 850 signatures pour la pétition pour réguler les corvidés

Publié

le

La pétition vaudoise contre la surpopulation de corvidés a recueilli 850 signatures (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Lancée en août, la pétition d'agriculteurs et viticulteurs vaudois pour demander des actions contre la surpopulation de corbeaux freux et les corneilles a recueilli 850 signatures. Elle a été déposée mardi au Grand Conseil.

Les pétitionnaires relèvent dans leur communiqué que l'agriculture vaudoise est "régulièrement victime de dégâts majeurs causés par les corvidés aux cultures vivrières". Ils mentionnent "d'importantes pertes" de production, de temps et de revenus.

Les agriculteurs et viticulteurs, soutenus par la députée Marion Wahlen et le conseiller national Olivier Feller, disent avoir déjà alerté les autorités cantonales. "Malheureusement, les quelque mesures proposées et mises en oeuvre par l'Etat n'ont pas réglé le problème de base", estiment-ils.

Leur pétition demande des actions "concrètes, immédiates et efficaces" à mettre en oeuvre d'ici la fin de l'année. Elle sera transmise pour examen à la commission des pétitions du Grand Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lausanne souhaite élargir ses zones de baignade à Ouchy

Publié

le

La Municipalité tire un bilan positif des expériences de buvettes éphémères et de nouvelles zones de baignade et souhaite continuer à égayer de la sorte les rives lausannoises (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Une zone de baignade sur toute la longueur des quais d'Ouchy à Lausanne, du Musée olympique à la tour Haldimand: c'est le projet de la Municipalité qui va le soumettre prochainement au Conseil communal. La Ville souhaite aussi pérenniser trois buvettes éphémères testées cet été.

"Après une saison estivale 2022 qui a vu des essais pour trois buvettes estivales au bord de l'eau et la création d'une zone de baignade éphémère, en face du Musée olympique, la Municipalité tire un bilan positif de ces expériences et souhaite continuer à égayer les rives lausannoises", indique-t-elle mardi dans un communiqué.

"Les possibilités de se baigner dans des lacs ou des rivières et les animations saisonnières des rives constituent des atouts indéniables. Ils contribuent à la qualité et à l'attractivité de la vie urbaine", explique le municipal de la sécurité et de l'économie Pierre-Antoine Hildbrand, cité dans le communiqué.

L'installation de trois nouvelles buvettes temporaires à différents emplacements du bord du lac et d’une zone de baignade éphémère a permis de diversifier l'offre existante et répond à la demande de la population. Que ce soit à la sortie du bureau ou en week-end, elles ont contribué à donner à Lausanne une touche méditerranéenne au c½ur d’un été où rafraichissements et répits étaient les bienvenus, note encore la Ville.

Buvettes pour cinq ans

Fort de ces constats, la Municipalité va prochainement soumettre au Conseil communal la création d'une zone de baignade pérenne tout le long des quais d'Ouchy, depuis la hauteur du Musée olympique jusqu'à la tour Haldimand peu avant la frontière à l'est avec Pully. Pour rappel, la Ville avait aussi aménagé une zone de baignade dans le Vieux-Port d'Ouchy en 2021.

La Municipalité veut également pérenniser trois emplacements pour des établissements saisonniers sur les rives, soit des buvettes avec terrasses. Un appel d'offres sera effectué prochainement. Les contrats avec les personnes sélectionnées seront limités à cinq ans, non renouvelables. Objectif: accroître la diversité de l'offre et permettre des évolutions, selon la Ville.

Celle-ci rappelle que la surface totale des terrasses à Lausanne est "en croissance constante". Depuis 2019 une augmentation de 15% sur l'ensemble de la ville a pu être autorisée. A ce jour, 608 surfaces de terrasses, dont plus de 15'000 m2 sur le domaine public, égayent les rues lausannoises alors que d'autres sont en cours de création, d'extension ou de légalisation, détaille-t-on.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Hausse des ventes de voitures en septembre, mais repli sur l'année

Publié

le

En septembre, 20'947 voitures neuves ont été mises en circulation en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein, un chiffre en hausse de 6,6% sur un an (archives). (© KEYSTONE/DPA/HENDRIK SCHMIDT)

Les ventes de véhicules neufs ont rebondi en septembre, une première depuis février. La hausse ne suffit toutefois pas à compenser le retard pris depuis janvier, les ventes restant inférieures de 10% sur neuf mois en 2022 par rapport à la même période en 2021.

"La situation difficile d'approvisionnement en certains produits de sous-traitance, comme les faisceaux de câbles, que nous avons connue depuis le début de la guerre en Ukraine, s'est entre-temps stabilisée. Par conséquent, il est à nouveau possible de produire et de livrer davantage de véhicules", explique le directeur d'Auto-suisse, Andreas Burgener, cité dans le communiqué publié mardi.

En septembre, 20'947 voitures neuves ont été mises en circulation en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein, un chiffre en hausse de 6,6% sur un an.

Plus de la moitié (51,2%) de ces véhicules fonctionnaient avec un moteur à propulsion alternative, c'est-à-dire électriques, hybrides, à gaz ou à hydrogène. Alors que la part de véhicules diesel a légèrement crû en septembre (11,5%), la part des véhicules purement à essence a reculé sur un an à 37,3%.

Au cours du mois sous revue, les marques qui se sont le mieux vendues ont été Volkswagen (9,8% des parts de marché), Mercedes-Benz (9,3%), Tesla (8,6%), BMW (8,0%), Skoda (7,1%) et Audi (6,8%).

Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes de véhicules neufs sont toutefois en baisse de 9,7% à 162'606 unités, précise la faîtière. Les moteurs à essence et diesel ont essuyé un repli des ventes de plus de 20%, tandis que les véhicules électriques (+29,8%) ont profité d'une solide demande.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture