Rejoignez-nous

Genève

Les Hinduja acquittés de l'accusation de traite d'êtres humains

Publié

,

le

Le Tribunal correctionnel de Genève a estimé que les Hinduja n'ont pas exploité leur personnel indien qui travaillait dans la villa que la famille possède à Cologny (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les quatre membres de la richissime famille indienne Hinduja ne se sont pas rendus coupables de traite d'êtres humains. Le Tribunal correctionnel de Genève les a acquittés vendredi de ce chef d'accusation. Ils ont en revanche été condamnés pour usure par métier.

Le patriarche Prakash Hinduja (79 ans) et sa femme Kamal (75 ans) ont été condamnés à quatre ans et demi de prison. Leur belle-fille Namrata (50 ans) et leur fils Ajay (56 ans) ont écopé de quatre ans de prison. Aucun des membres de la famille Hinduja n'a assisté à l'audience de jugement.

Les avocats de la défense ont annoncé dans un communiqué qu'ils faisaient appel, affirmant: "La famille a pleinement confiance dans le processus judiciaire et reste persuadée que la vérité triomphera".

Le tribunal a considéré que les employés de maison indiens qui étaient au service de la famille Hinduja dans la maison qu'elle possède à Cologny n'ont pas été contraints de venir travailler en Suisse. Ils savaient à quoi s'attendre en se rendant sur les bords du Léman.

En revanche, ils percevaient des salaires dérisoires, même en tenant compte du fait qu'ils étaient nourris et logés. Leur liberté de mouvement était réduite. Leurs passeports étaient détenus par les Hinduja. Ils dormaient dans une pièce au sous-sol de la maison, sans lumière du jour et qu'on ne pouvait aérer qu'en ouvrant la porte.

Abus de faiblesse

Pour les juges, la famille Hinduja a abusé de manière caractérisée de la situation de faiblesse de ces employés indiens, qui étaient pour certains illettrés. Leur salaire en roupie indienne était versé en Inde. Il se montait en moyenne à 325 francs par mois. En ajoutant les avantages en nature, il oscillait entre 1000 et 1400 francs.

Par rapport aux usages en Suisse, cette disproportion de salaire est "extrême", relève le tribunal. Ce dernier a calculé qu'en exploitant de la sorte leur personnel domestique indien à leur service à Cologny, les Hinduja ont pu s'enrichir de 2,5 millions de francs sur une période allant de juin 2009 à avril 2018.

Le tribunal a souligné à plusieurs reprises que les Hinduja ont obtenu la nationalité suisse. En tant que citoyens helvètes, ils ont agi en toute connaissance de cause. De plus, ils étaient entourés de conseillers au fait des règlements. Ils ne pouvaient pas s'abriter derrière des pratiques indiennes. "Leur faute est très lourde".

Les juges ont aussi condamné les Hinduja au paiement d'une créance compensatoire de 850'000 francs. Une somme qui doit permettre d'indemniser les employés lésés et qui s'ajoute à la convention que les prévenus ont passée durant le procès avec les parties plaignantes dans le but de réparer les torts qu'elles ont subis.

Demande d'arrestation

Les parents Hinduja n'ont pas pris part à leur procès, invoquant des raisons de santé. En revanche, le fils et la belle-fille étaient présents depuis le début des débats. Ils ont uniquement fait faux bond, vendredi, à l'heure du verdict. Le premier procureur Yves Bertossa a réclamé au tribunal leur mise en détention.

Selon leurs avocats, Ajay et Namrata se trouvent actuellement à Monaco au chevet de Kamal Hinduja. Celle-ci a été placée aux soins intensifs, ont-ils indiqué. Le tribunal a considéré que la demande de mise en détention du Ministère public ne se justifiait pas. Le couple à ses attaches en Suisse et le risque de fuite est minime.

Genève

Ligue des nations: la Suisse recevra l'Espagne au Stade de Genève

Publié

le

Murat Yakin: l'Espagne en adversaire à Genève (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Stade de Genève va vibrer le dimanche 8 septembre dès 20h45. Il sera le théâtre d'un alléchant Suisse - Espagne dans le cadre de la Ligue des nations.

La venue du récent champion d'Europe devrait amener la grande foule dans l'enceinte genevoise. La Suisse entamera sa campagne le jeudi 5 septembre à Copenhague face au Danemark.

Après avoir affronté la Roja, la sélection de Murat Yakin poursuivra son parcours avec un déplacement en Serbie (samedi 12 octobre) suivi de la réception du Danemark (mardi 15 octobre). Elle accueillera ensuite la Serbie (vendredi 15 novembre) avant de boucler son pensum avec un dernier match en Espagne (lundi 18 novembre).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Rhône, attention, danger!

Publié

le

La police déconseille la baignade dans le Rhône. Elle distribue des bobs et des flyers de prévention, dès ce 17 juillet

Les beaux jours reviennent et la chaleur avec. De quoi en décider beaucoup à piquer une tête, à la Jonction, mais gare aux imprudences. Le Rhône est à un niveau très élevé, avec beaucoup de courant, suite aux intempéries du mois dernier. Si la baignade n'est pas interdite, la police déconseille, néanmoins, la baignade. 

Le mercure frôle, de nouveau, les 30 degrés. De quoi vous donner l'envie de piquer une tête dans le Rhône.  Une baignade déconseillée par la police. Le lieutenant Aline Dard, chargée de communication en prévention de la police de Genève.

Aline DardChargée de communication en prévention de la police de Genève

"Nous déconseillons fortement la baignade dans le Rhône, à cause d'un débit et d'un niveau très élevé"

Une police qui déconseille la baignade mais qui ne l'interdit pas, pour autant.

Aline DardChargée de communication en prévention de la police de Genève

Autre pratique estivale: le plongeon depuis le pont Sous-Terre. Une pratique qui est, elle, rigoureusement interdite;

Aline DardChargée de communication en prévention de la police de Genève

"Le saut depuis le pont Sous-Terre est une "tradition" mais cette pratique est interdite!"

Prudence donc si vous prévoyez de vous baigner dans le Rhône et prudence aussi sur le lac, particulièrement pour tous ceux qui utilisent une planche:

Aline DardChargée de communication en prévention de la police de Genève

La police met en garde, enfin, contre une consommation excessive d'alcool. Elle rappelle, enfin, les conseils de base: se mouiller la nuque avant toute nage et entrer progressivement dans l'eau.

 

 

 

Continuer la lecture

Genève

L'aéroport de Genève introduira des taxes de retard dès 2025

Publié

le

Le montant des taxes va de 5000 à 40'000 francs (image prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'aéroport de Genève va taxer les compagnies aériennes qui décollent après 22h00 dès 2025, indique son directeur André Schneider. Cette mesure, testée depuis 2023, vise à lutter contre les nuisances sonores.

La taxe se situe entre 5000 et 20'000 francs pour les vols européens, et entre 10'000 et 40'000 francs pour les vols intercontinentaux, déclare M. Schneider dans les titres du groupe alémanique CH Media.

L'aéroport de Genève teste cette mesure depuis l'année dernière, sans frais effectifs. Le nombre de décollages retardés a déjà fortement diminué.

"Il n'y aura donc pratiquement pas de taxes à payer dès le lancement officiel en 2025", assure le directeur de l'aéroport. "Parfois, il faut brandir la menace du fouet plutôt que celle de la carotte", poursuit-il.

Recours au TAF

Une modification du règlement d'exploitation a rendu possible la mise en place d'un tel système de quotas. Le Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a approuvé le nouveau règlement en novembre 2022. Il fixe notamment une limite de bruit admissible.

Un comité d'opposition a fait recours au Tribunal administratif fédéral (TAF) contre ce nouveau règlement en 2023. Il estime, entre autres, que le règlement expose environ 30'000 personnes vivant dans le territoire à des nuisances sonores trop élevées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Broken Chair s'offre une cure de jouvence

Publié

le

Gommage, égrenage, masticage, et enfin peinture. A Genève, la chaise cassée est en plein chantier. La dernière rénovation de l'un des symboles de la Genève internationale remonte à 2016.

Les échafaudages ont été posés début juillet et devraient être enlevés début août. Broken Chair a été créée il y a 27 ans par Daniel Berset, à la demande de Handicap International, pour dénoncer les ravages des mines antipersonnel. D’autres combats se sont ajoutés depuis, explique Marie Bro, responsable communication et médias pour Handicap International.

Marie Bro Responsable communication et médias pour Handicap International

Aujourd'hui cette œuvre, installée face au Palais des Nations, symbolise la lutte contre l'utilisation d'armes explosives sur les populations civiles.

Les travaux avancent: après le gommage et l'égrenage la chaise cassée sera repeinte. Le tout pour 75 000 francs, un montant entièrement financé par des entreprises et des fondations.
Cette cure de jouvence était nécessaire, la dernière remontant à 2016.

Marie Bro Responsable communication et médias pour Handicap International

En attendant de retrouver la chaise cassée restaurée, une exposition pour rappeler son histoire et son combat est à découvrir à ses pieds.

 

Continuer la lecture

Genève

Moins de 25 ans? Les transports publics seront gratuits des 2025

Publié

le

La prise en charge par l'Etat de Genève du prix des abonnements UNIRESO pour les personnes de moins de 25 ans sera effective dès le 1er janvier prochain (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, la prise en charge par l'Etat de l'intégralité du prix des abonnements des transports publics (UNIRESO) pour les jeunes de moins de 25 ans sera effective dès le 1er janvier 2025. Cette mesure avait été votée par le Grand Conseil le 30 mai dernier.

 

Pour les abonnements achetés avant le 1er janvier prochain, le remboursement se fera sur la base du "prorata temporis", indique lundi le département de la santé et des mobilités (DSM) dans un communiqué. Le même système s'appliquera aux personnes à l'AVS, dont l'abonnement UNIRESO sera pris en charge à 50% par l'Etat.

Le DSM rappelle que toute personne qui voyage dans les transports en commun doit posséder un titre de transport valable, même si celle-ci bénéficie d'une prise en charge totale ou partielle du montant de l'abonnement. La personne qui voyage sans titre de transport s'expose à une amende.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture