Rejoignez-nous

Genève

Les comptes 2022 de l'Etat de Genève affichent un excédent record

Publié

,

le

Les comptes de l'Etat de Genève sont à nouveau bénéficiaires. L'exercice 2022 boucle sur un excédent de revenus record de 727 millions de francs, a annoncé jeudi la grande argentière Nathalie Fontanet (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les comptes 2022 de l'Etat de Genève bouclent sur un bénéfice de 727 millions grâce à des revenus fiscaux exceptionnels. Le gouvernement a décidé d'affecter une partie de l'excédent record à l'amortissement de la recapitalisation de la caisse de pension de l'Etat.

Les comptes 2022 de l’état de Genève affichent un bénéfice record de 727 millions de francs. Un excédent qui contraste avec la perte attendue de 93 millions. L’excédent aurait été encore plus important - de 1,3 milliard - si l’Etat n’avait pas amorti la dette due à la recapitalisation de ses caisses de pension, la CPEG et la caisse de la police.

Un résultat exceptionnel qui s’explique par des recettes fiscales extraordinaires provenant des secteurs du commerce international, de l’horlogerie et de la finance mais aussi des personnes physiques pour 1,7 milliard. La réforme RFFA a également pesé dans la balance, avec des entreprises qui payaient auparavant entre 9 et 11% d’impôts sur leurs bénéfices et qui paient aujourd’hui 13,99%.

C’est la deuxième année que les comptes sont excédentaires. L’Etat n’est-il pas trop prudent? Ecoutez la réponse de la grande argentière Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat chargée des ressources humaines et des finances

Ce résultat positif a permis de réduire la dette de 900 millions qui revient au niveau de celui de 2003. Elle s'établit à 11,5 milliards à fin 2022, un niveau équivalant à celui de 2003. "C'est une bonne nouvelle", selon Nathalie Fontanet, mais Genève reste toujours le canton avec la dette la plus élevée de Suisse.

Commerce international

Le commerce international  comprend les multinationales de notre canton, y compris les sociétés de négoces de matières premières qui ont bénéficié de la hausse des coûts dû à la guerre en Ukraine. Genève ne profiterait-elle pas de la crise? Aucunement, selon Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat chargée des ressources humaines et des finances

Mme Fontanet a souligné le poids des entreprises actives dans le commerce international pour les finances cantonales. La conseillère d'Etat a toutefois mis en garde contre la dépendance du canton à un très petit nombre de contribuables. "Il convient d'être très prudent par rapport à cette dépendance", a-t-elle relevé. La pyramide fiscale est affectée, ces contribuables représentaient le 20%. Aujourd'hui ils pèsent pour 50% dans la balance.

Syndicats mécontents

De son côté, le Cartel intersyndical exige que les mécanismes salariaux soient appliqués d’office chaque année. Et que les budgets soient à la hauteur des besoins. Geneviève Preti, présidente du Cartel.

Geneviève PretiPrésidente du Cartel Intersyndical

Le gouvernement a opté pour un amortissement de 606 millions à la réserve budgétaire liée à la recapitalisation de la caisse de prévoyance de l'Etat (CPEG). Cette mesure permet de diminuer les coûts de fonctionnement de l'Etat de 16 millions par an pour les 37 prochaines années, a relevé le Conseil d'Etat.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat chargée des ressources humaines et des finances

Pour le Cartel intersyndical, le Conseil d’Etat aurait pu indexer les rentes pour les fonctionnaires au lieu d’amortir la dette de la réserve budgétaire liée à la recapitalisation de la CPEG.

Dans ce contexte comptable favorable, le gouvernement a pu se poser la question de l'affectation du bonus de 727 millions. Il a annoncé vouloir alimenter la réserve conjoncturelle à hauteur de 190 millions pour faire face à d'éventuelles nouvelles crises. Cette décision dépend toutefois du Grand Conseil.

Judith Monfrini avec ATS

Genève

Ancien président de la CICAD, Philippe Grumbach est décédé

Publié

le

Philippe Grumbach n'est plus (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'ancien président de la CICAD Philippe Grumbach est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, des suites d'une maladie. L'avocat genevois s'est aussi fait connaître pour avoir plaidé contre des négationnistes et des auteurs d'actes antisémites. Il avait 65 ans.

La nouvelle a été confirmée à Keystone-ATS par Johanne Gurfinkiel, l'actuel secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD).

Philippe Grumbach a présidé la CICAD entre 2001 et 2009. Il a aussi été son avocat durant une vingtaine d'années, plaidant lors de nombreux procès, parfois retentissants comme dans l'affaire Dieudonné.

Philippe Grumbach a aussi été membre du comité suisse de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) et président de la Communauté israélite de Genève.

"C'était un personnage à part, un citoyen très engagé et un militant acccompli à tous les niveaux. Il a été de tous les combats", salue Johanne Gurfinkiel. "Il a marqué la CICAD et restera dans la postérité", ajoute-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie

Publié

le

Une manifestation a réuni près de 600 personnes à Genève pour dénoncer la transphobie et la montée de l'extrême-droite. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, près de 600 personnes ont défilé samedi au centre-ville pour protester contre la transphobie et contre la montée de l'extrême droite. La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant.

Cette première mobilisation antifasciste et transféministe à Genève était organisée par le Collectif Radical d’Action Queer (CRAQ). Plusieurs orateurs ont dénoncé les discriminations qui frappent les personnes trans, notamment dans l'accès aux soins médicaux, au travail et au logement.

"Nous voulons le droit à l'autodétermination", a poursuivi une autre personne, très applaudie dans le Parc des Cropettes d'où est partie la manifestation. "La transition ne tue pas, la transphobie si", pouvait-on lire sur une pancarte. Le cortège s'est ébranlé au rythme des tambours et d'une grosse sono avec une banderole de tête qui donnait le ton: "La jeunesse trans emmerde l'extrême droite".

Des fumigènes

L'UDC "qui continue à s'attaquer aux droits des personnes LGBTQIA+" a été fustigée et requalifiée pour l'occasion d'"Union des connards", un slogan scandé dans les rues commerçantes. Le cortège dans lequel seules quelques personnes étaient masquées a fait une longue pause sur le Pont du Mont-Blanc où quelques fumigènes ont été tirés.

Les slogans "Mon corps, mon genre et ferme ta gueule!" ou encore "Pas de fierté sans lutte, aucun droit sans combat" ont fait vibrer le cortège jusqu'à la Place des Volontaires. La police, qui encadrait de loin la manifestation, est brièvement intervenue sur la Place du Molard où le ton est monté entre quelques jeunes et des manifestants. Aucun autre incident n'a été signalé.

Aussi à Bâle-Campagne

Samedi matin, une autre manifestation a réuni environ 200 personnes à Sissach (BL) pour dénoncer l'extrémisme de droite. Ce rassemblement organisé par la Jeunesse socialiste de Bâle-Campagne s'inscrivait dans le cadre de la polémique suscitée par les contacts de la politicienne locale et cheffe de la stratégie des Jeunes UDC Sarah Regez avec des groupements d'extrême-droite.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre 200 ans de recherches

Publié

le

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans avec plusieurs expositions et une multitude d'activités en lien avec ses riches collections, dont ses herbiers (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Conservatoire botanique de Genève célèbre ses 200 ans. A cette occasion, plusieurs expositions mettent à l'honneur, dès jeudi, ses collections de réputation internationale et la complexité son activité scientifique. Plus de 80 activités figurent aussi au programme de cet anniversaire.

Le Conservatoire botanique a été créé en 1824, sept ans après le Jardin botanique, par le même homme, le botaniste genevois Angustin-Pyramus de Candolle. Mais l'activité scientifique de l'institut, avec ses archives inédites, livres précieux, spécimens d'herbier uniques, objets d'époques lointaines, graines congelées, tubes d'ADN ou encore bases de données, est moins accessible au public.

Diversité des cryptogames

Pour présenter cette richesse, cinq expositions seront proposées en plein air dans le Jardin botanique. En collaboration avec la Fondation Martin Bodmer, la bibliothèque du Conservatoire présentera une sélection de 30 chefs-d'oeuvre de l'illustration botanique provenant d'éditions rares. Une autre exposition permettra de découvrir 16 scientifiques importants pour l'institut et son rayonnement.

Disséminée dans le Jardin, une exposition portera sur la dénomination scientifique des plantes, tandis qu'un parcours exploratoire présentera une sélection d'espèces pour lesquelles l'institut a mené une action de conservation dans le canton. Et chaque mois, une vitrine du bâtiment de la Console montrera la diversité de formes et de couleurs des cryptogames.

Excursions et visites

Sur l'autre rive du lac, la Fondation Bodmer investira le Centre culturel du Manoir de Cologny, également, dès jeudi avec une exposition de panneaux montrant une sélection de plantes et de fleurs provenant d'ouvrages de botanique exceptionnels. Un cycle de conférences accompagnera cette exposition. Et dès la mi-septembre, le Conservatoire se dévoilera aux Bains des Pâquis.

Intitulé "Collector", le programme du bicentenaire comprend encore des excursions sur le terrain, avec des spécialistes, pour découvrir des projets de conservation dans le bassin lémanique. Visites guidées, présentations des métiers et conférences sont aussi agendées.

www.cjbg.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Trois entrepreneurs genevois lancent une application de réduction pour les étudiants

Publié

le

(obs/bonus.ch S.A. via KEYSTONE)

Stoody, une carte de réduction digitale est lancée vendredi, par trois entrepreneurs genevois pour les étudiants de 16 à 29 ans. Elle se présente sous  la forme d'une application, avec des réductions pouvant aller jusqu'à 60%. Une cinquantaine de commerces, de tout le pays, y participe. Cette opération devrait s'étendre à Lausanne, à l'automne prochain. 

Des réductions jusqu’à 60%, pour les étudiants. C’est ce que propose, dès vendredi, Stoody, une carte digitale à destination des étudiants de 16 à 29 ans. Pour ce faire, il leur suffit de télécharger l’application, en échange de 29 francs, par année. A la manœuvre, trois entrepreneurs genevois qui souhaitent ainsi aider ces jeunes, de plus en plus précarisés. Les explications de David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

"Notre objectif est d'aller au delà de l'action commerciale et de toucher une dimension sociale"

Près de cinquante commerces participent à cette opération. Des commerces de tous horizons: loisirs, santé, vente. Un projet gagnant / gagnant pour les jeunes et les commerçants. David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

Stoody devrait être disponible pour les étudiants lausannois, dès cet automne.

 

 

Continuer la lecture

Genève

La nouvelle brigade équestre de la police genevoise est en selle

Publié

le

(© Police cantonale genevoise)
La nouvelle brigade équestre de la police genevoise est opérationnelle. Carino, Nival et Donavalon, les trois chevaux de la race des Franches-Montagnes qui font partie de cette unité, ont réussi leurs tests d'aptitude après une année d'entraînement.

Ils ont été validés par deux cavaliers expérimentés de la police fédérale belge, spécialiste dans le domaine, indique vendredi la police cantonale genevoise. La formation des trois hongres comprenait notamment une désensibilisation aux différents stimuli, comme des pétards ou des fumigènes.

Convaincu par les résultats d'un projet-pilote mené entre 2018 et 2020, le canton avait donné son feu vert pour la création d'une brigade équestre. Les trois chevaux ont été retenus pour leur caractère froid et calme. La brigade compte trois cavalières et un cavalier ainsi qu'une enquêtrice spécialisée.

Elle pourra réaliser des missions dans le domaine de la prévention, de la dissuasion et de la répression en milieu rural ou urbain. Elle sera aussi déployée en zone villas pour prévenir les cambriolages et sera engagée lors de manifestations sportives ou culturelles. L'objectif est de créer un contact privilégié avec la population.

Genève avait déjà une police montée au 19e siècle. Elle avait été abandonnée au profit de moyens plus modernes. De 1996 à 1998, un groupe équestre avait été brièvement recréé dans le but de patrouiller au centre-ville. En Suisse, d'autres cantons utilisent aussi les chevaux pour des missions ciblées. Seul Genève est doté d'une brigade pérenne avec ses propres chevaux.

Continuer la lecture