Rejoignez-nous

Actualité

Enquête après la mort d’une diplomate suisse à Téhéran

Publié

,

le

Selon les agences iraniennes, la victime était une "collaboratrice de haut" rang de l'ambassade helvétique à Téhéran (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH)

La police iranienne a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de la mort d’une diplomate suisse. Le corps de la femme a été retrouvé dans la matinée au pied d’un immeuble du nord de Téhéran après une « chute ».

« Les unités spécialisées de la police sont en train d’examiner l’affaire » de la mort de cette « Suissesse de 52 ans employée par l’ambassade de Suisse », écrit la police nationale dans un bref message publié sur son site internet. L’hypothèse d’un suicide a été exclue, a précisé un porte-parole du service national des secours, cité par l’agence iranienne Irna et rapporté par l’agence italienne Ansa.

Dans des déclarations transmises à la presse, ce porte-parole, Mojtaba Khalédi, précise que le corps de cette « fonctionnaire de l’ambassade » a été retrouvé dans la matinée après qu’elle soit « tombée d’une tour (d’habitation) de Kamranieh », quartier du nord de la capitale.

Joint par l’AFP, M. Khalédi a précisé que la diplomate était tombée du 17e étage de l’immeuble où elle habitait. On ignorait tout en début d’après-midi des circonstances du drame.

« Décès tragique »

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé à Keystone-ATS la mort accidentelle de cette femme, de nationalité suisse. Il a refusé de donner plus d’informations, pour des raisons de protection de la personnalité et de la sphère privée.

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis s’est dit « choqué par ce décès tragique » et a présenté ses condoléances à la famille de la victime. Le DFAE est en contact avec les proches de la quinquagénaire et l’ambassade avec les autorités locales.

Selon les agences iraniennes Irna et Isna, citées par Reuters, la victime était « une collaboratrice de haut rang » de l’ambassade. Elle aurait le rang de numéro deux de la représentation diplomatique.

La Suisse représente les intérêts américains en Iran depuis la rupture des relations diplomatiques entre la République islamique et les Etats-Unis en 1980.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Actualité

La plateforme de mesvaccins.ch est fermée

Publié

le

La plateforme mesvaccins.ch, destinée à un accès aux carnets de vaccinations électroniques, est fermée en raison de failles de sécurité (image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La plateforme de mesvaccins.ch est fermée: elle n’est pas assez protégée contre les menaces de sécurité actuelles. Une nouvelle évaluation globale a montré que l’exploitation sécurisée de la plateforme n’est plus possible.

Malgré des efforts ces dernières semaines pour corriger les vulnérabilités critiques précédemment identifiées, il n’est pas réalisable de reprendre les opérations en mai comme prévu, annonce la fondation sur son site Internet vendredi. Le Conseil de fondation a donc décidé de ne pas relancer la plateforme dans sa forme et avec ses fonctionnalités actuelles.

Il dit assumer la responsabilité de cette décision difficile, qui a été prise après mûre réflexion dans l’intérêt de la sécurité des données. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) ont été informés.

Les données ont été isolées et sauvegardées. Le Conseil de fondation indique tout mettre en ½uvre pour fournir une nouvelle application Web sécurisée permettant aux utilisateurs d’accéder à leurs données de vaccination, afin de les télécharger et/ou de faire des demandes de suppression. Il est actuellement à la recherche de fonds et de partenaires supplémentaires pour mettre en ½uvre cette solution.

A l’heure actuelle, il n’est pas encore possible de préciser quand les données seront à nouveau disponibles, écrit mesvaccins.ch. Le Conseil de fondation communiquera l’état actuel chaque semaine sur le site Internet. La prochaine mise à jour aura lieu jeudi prochain à 15h00.

Centaines de milliers de données

Pour mémoire, le magazine en ligne alémanique Republik.ch avait dévoilé fin mars que 450’000 données de vaccination, dont celles concernant 240’000 personnes vaccinées contre le Covid-19, étaient ouvertement accessibles et manipulables. Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) avait ouvert une procédure d’établissement des faits à l’encontre de l’exploitant de la plateforme, qui avait été suspendue.

La fondation mesvaccins.ch exploitait la plateforme myCOVIDvac.ch sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), pour documenter les vaccinations contre le coronavirus dans le carnet électronique de mesvaccins.ch. Cette documentation était volontaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 2300 nouveaux cas de coronavirus en 48 heures

Publié

le

La Suisse compte vendredi 2300 nouveaux cas de coronavirus en deux jours (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse compte vendredi 2300 cas supplémentaires de coronavirus en 48 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 42 décès supplémentaires et 101 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 48 heures, les résultats de 57’422 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 4,01%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 18’893, soit 218,55 nouvelles infections pour 100’000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 0,90. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 67,80%.

Au total 3’511’492 doses de vaccin ont été administrées et 1’184’138 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu’à présent 3’956’025 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 43’189 cas ont été détectés en Suisse jusqu’à ce jour, dont 17’508 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 246 au variant sud-africain (B.1.351) et 17 au variant brésilien (P.1). Dans 25’418 cas, une mutation était présente, mais la lignée n’était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 679’510 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 7’273’942 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 10’179 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 28’144.

Le pays dénombre par ailleurs 3091 personnes en isolement et 4957 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 1235 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le bénéfice net de Visana chute de plus que moitié en 2020

Publié

le

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d'assurance s'est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu'il se situait encore à 162,1 millions en 2018 (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le groupe Visana a accusé un recul de 51,1% de son bénéfice net à 110,8 millions de francs au terme de l’exercice 2020 par comparaison avec 2019. Le résultat des placements financiers notamment est passé de 119,3 millions en 2019, à 3,5 millions à fin 2020.

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d’assurance s’est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu’il se situait encore à 162,1 millions en 2018. 52,8 millions sont issus de l’assurance de base et 84,6 millions des assurances complémentaires, contre respectivement 40,2 millions et 103,8 millions un an plus tôt.

L’entreprise bernoise reversera à ses assurés un total 25 millions de francs, prélevés sur les réserves du groupe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Stadler Rail entend rattraper le retard accumulé en 2021

Publié

le

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l'an dernier des soucis aussi bien pour l'approvisionnement, que dans les procédures d'approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le constructeur de matériel roulant Stadler Rail aura d’ici la fin de l’année gommé le retard accumulé en raison de la pandémie de coronavirus.

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l’an dernier des soucis aussi bien pour l’approvisionnement, que dans les procédures d’approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients. Les hangars de l’entreprise ont conséquemment abrité jusqu’à une centaine de locomotives et de rames en attente d’enlèvement.

« Nous avons déjà rattrapé beaucoup de terrain sur le plan des livraisons et les activités dans les services se normalisent avec le solide regain de demande pour les transports publics », explique l’ancien conseiller national UDC thurgovien.

Nonobstant des entrées de commandes pour plus de 16 milliards de francs depuis le début de l’année, Stadler Rail dispose encore de capacités de production disponible en cas d’attribution d’un ou deux appels d’offres additionnels. Le délai entre la passation de commande et la génération de recettes afférente est en effet d’au moins deux ans et un quart des contrats conclus porte sur des prestations de service sur le long terme.

« Notre fief de Bussnang en particulier pourrait à moyen terme gérer une commande d’envergure, mais c’est aussi le cas pour notre usine en Pologne », a détaillé l’entrepreneur. Les sites de Berlin, Valence et Salt Lake City par contre affichent complets.

La récente coentreprise établie en Indonésie avec PT Inkas fait par contre face pour son tout premier contrat à des difficultés liées tant à la pandémie qu’à des soucis de financement.

L’omnipotent patron se donne par ailleurs du temps pour confier les rennes de la direction générale à un successeur attitré. Le conseil d’administration a certes débuté le processus de recrutement, mais Peter Spühler n’a pas prévu de lâcher les commandes avant que Stadler ait « retrouvé son ancienne altitude de croisière ».

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L’hôtellerie-restauration a perdu plus de 40’000 emplois en 2020

Publié

le

Le secteur de l'hôtellerie-restauration a perdu des milliers d'emplois l'année dernière, selon le président de GastroSuisse Casimir Platzer (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration suisse a perdu plus de 40’000 emplois l’année dernière en raison de la fermeture d’entreprises suite à la pandémie. Les restaurants qui dépendent du tourisme d’affaires ont été particulièrement touchés.

Les effets du second confinement ne sont pas encore inclus dans le nombre d’emplois perdus calculé par le Seco, souligne Casimir Platzer, président de GastroSuisse, dans une interview publiée vendredi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Selon lui, au moins 10’000 emplois supplémentaires ont été perdus depuis.

M. Platzer rappelle qu’un sondage mené début mars par GastroSuisse avait montré que deux tiers des quelque 3500 membres interrogés avaient des problèmes financiers et que 20% avaient déclaré être fermés indéfiniment. Selon un second sondage réalisé en avril, le nombre d’établissements touchés a diminué.

Cela peut être lié aux fonds pour les cas de rigueur, qui ont entretemps été versés, avance M. Platzer. Et d’ajouter: « Nous nous attendions à une baisse de 10 à 15% de la masse salariale. Notre estimation n’était pas trop mauvaise ».

Les entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration qui dépendent du tourisme d’affaires ou des événements et manifestations ont le plus souffert de la crise. Il en va de même pour les destinations axées sur les marchés éloignés. Certaines destinations de montagne, ainsi que les zones lacustres et rurales, s’en sont mieux sorties, note le directeur de GastroSuisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture