Rejoignez-nous

Actualité

Des milliers de manifestants font pression pour le climat

Publié

,

le

A Genève, près de 2000 personnes ont manifesté pour une meilleure protection du climat. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A un peu plus d'une semaine du début de la conférence mondiale COP26 de Glasgow, le mouvement de la grève du climat est descendu dans les rues de Suisse vendredi. Des milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs villes du pays.

Avec ces rassemblements, le mouvement international veut accroître la pression sur les gouvernements pour qu'ils "agissent enfin" et prennent les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques, a annoncé le mouvement Grève du climat dans un communiqué. Cet été, les effets de la crise climatique sont devenus beaucoup plus visibles avec les inondations et les feux de forêt.

La première manifestation s'est déroulée à Berne, suivie dans l'après-midi et en soirée par des rassemblements à Bâle, Bellinzone, Bienne, Neuchâtel et Genève.

A Berne, environ 3500 personnes ont pris part à la manifestation, avant de se retrouver sur la Place fédérale. Sur place et dans les discours, les militants ont exigé des mesures sociales et de protection du climat. A Genève, près de 2000 manifestants, selon la police, ont défilé du centre-ville à la place des Nations.

Des manifestations ont également eu lieu à l'étranger. En Allemagne, des milliers de jeunes se sont rassemblés dans le centre de Berlin pour faire pression sur le gouvernement qui succèdera à la coalition d'Angela Merkel.

Objectif éloigné

La 26e conférence de l'ONU sur les changements climatiques débute le 31 octobre à Glasgow, en Ecosse. La communauté internationale est critiquée pour son manque de résultats en matière de protection du climat. Selon les experts, l'objectif fixé conjointement en 2015 de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré reste très éloigné.

Le mouvement de la grève du climat attend de la Suisse qu'elle réduise rapidement ses émissions au niveau national et que le Conseil fédéral s'engage pour des mesures ambitieuses à l'échelon international.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Sport

Un samedi à oublier pour Yverdon

Publié

le

Varol Tasar sort sur une civière. Le meilleur homme d'Yverdon s'est gravement blessé au genou. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

-Un samedi bien triste pour Yverdon Sport ! Alors qu’ils visaient une cinquième victoire de rang à domicile, les Vaudois ont traversé devant le FC Bâle en match aux allures de cauchemar.

Yverdon s’est incliné 2-0 devant les Rhénans sur des réussites du Géorgien Gabriel Sigua à la 37e et de l’Ivoirien Thierno Barry à la 83e pour hypothéquer vraiment leurs chances de figurer parmi les six premiers à l’issue de ce troisième tour. Plus grave encore, les Vaudois ont sans doute perdu pour plusieurs mois leur meilleur homme Varol Tasar, touché gravement au genou au quart d’heure. L’expulsion de Dario Del Fabro à la 79e devait noircir encore plus le tableau.

La victoire du FC Bâle ne se discute pas. Malgré une fin de première période un brin "compliquée", les Rhénans ont témoigné d’une réelle maitrise après le repos. Fabio Celestini a sans doute apprécié la performance de Dion Kacuri, passeur sur le 2-0 et, surtout, remarquable tout au long de la rencontre au c½ur du jeu.

Le SLO encore malheureux

A St. Gall face à une équipe qui restait sur quatre nuls et une défaite, le Stade Lausanne-Ouchy s’est incliné 1-0 sur un penalty accordé à la... 93e minute pour une faute bien inutile de Lucas Pos sur Willem Geubbels. Christian Witzig le transformait pour délivrer les 16'192 spectateurs du kybunpark en pour enfoncer encore davantage le SLO. Comme dimanche dernier à Berne où ils s’étaient inclinés sur le même score devant les Young Boys, il n’a pas manqué grand-chose aux Stadistes. On pense notamment à cette frappe d’Edmon Akichi sur la transversale en première période...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Toujours pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Le jackpot pour le prochain tirage de la loterie atteindra 61 millions de francs. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi. L'énorme jackpot continue donc à faire rêver et à enfler. Pour empocher le magot, il fallait cocher les numéros 5, 7, 10, 24, 36 et 37. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 3 et le Joker le 280599.

Lors du prochain tirage mercredi, 61 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Quelque 120 personnes mobilisées contre la fermeture d'un centre

Publié

le

Sous le slogan "Plus une expulsion sans relogement", la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Quelque 120 personnes, dont une vingtaine de Roms, ont manifesté samedi après-midi au centre-ville de Lausanne pour s'opposer à la fermeture imminente de l'hébergement d'urgence de la rue de la Borde 47. Les milieux de défense des sans-abri exigent que ce site lausannois soit maintenu dans l'attente d'alternatives.

Sous la bannière "Plus une expulsion sans relogement", la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. Leur objectif est "d'empêcher la Municipalité de mettre des familles entières à la rue", selon leurs revendications. Ils demandent la "pérennisation d'un projet d'hébergement alternatif".

Avec une vingtaine de Roms en tête, dont plusieurs enfants, le cortège a défilé dans les rues lausannoises en milieu d'après-midi. Sur deux grandes banderoles, on pouvait lire "Pas d'expulsion sans solution" et "Aidez-nous à rester au chaud avec nos enfants".

Bâtiment vétuste et insécure

Le vieil immeuble de la Borde 47 abrite actuellement quelque 80 personnes issues de plusieurs familles roms, dont une soixantaine accueillie depuis l'été passé en provenance d'autres hébergements d'urgence du dispositif lausannois et une vingtaine arrivée à Lausanne cet automne. "Celles-ci représentent la grande majorité des situations de familles sans-abri à Lausanne qui sollicitent les hébergements d'urgence", rappelle la Ville de Lausanne.

Elles devront quitter les lieux au début du mois de mars en raison de la vétusté, de l'insalubrité et de l'insécurité du bâtiment et de ses logements, qui seront démolis par son propriétaire privé, la Société coopérative d'habitation Lausanne (SCHL), expliquent les autorités lausannoises. La date était connue et communiquée dès le début de l'accueil de ces personnes. La Municipalité réfute ainsi le terme "d'expulsion".

La municipale en charge du dossier Emilie Moeschler assure que les situations sont en train d'être évaluées par la Ville et ses partenaires. "S'ils ne peuvent pas être accueillis dans le dispositif d'aide sociale au logement ou les hébergements d'urgence de transition à Renens, les femmes et les enfants sont prioritaires dans le dispositif d'hébergement d'urgence", a-t-elle indiqué à Keystone-ATS.

Nouveau lieu ouvert à Tivoli

La Ville annonce aussi qu'un nouveau lieu ouvrira le 1er mars à l'avenue de Tivoli. Il comprendra 42 lits pour y accueillir à la fois des femmes, des familles et des hommes.

Au total, selon les services de Mme Moeschler, ce sont désormais 235 places qui seront à disposition des sans-abri durant toute l'année (Tivoli 42 places, Sleep In 26, Marmotte 31, Saint-Martin 41, abri PC de la Vallée de la Jeunesse 60 et l'hébergement d'urgence de transition de Renens 35).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le PS veut des mesures politiques contre la pauvreté

Publié

le

"La pauvreté est la conséquence de décisions politiques", a souligné la coprésidente du PS Mattea Meyer devant les quelque 580 délégués réunis en Congrès au Grand-Saconnex (GE). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le PS Suisse veut davantage lutter contre la pauvreté. "La pauvreté est la conséquence de décisions politiques", a souligné sa coprésidente Mattea Meyer devant les quelque 580 délégués réunis samedi en Congrès au Grand-Saconnex (GE).

Mattea Meyer a appelé les membres du parti à redoubler d'efforts pour que la 13e rente AVS soit acceptée le 3 mars en votation populaire. Des salaires minimaux, des places de crèche, des loyers abordables, des prestations complémentaires sont aussi des mesures qui permettent de mener une vie digne, a-t-elle poursuivi.

La lutte contre la pauvreté passe encore par des investissements pour faire face à la crise climatique, "la crise la plus importante", a-t-elle relevé, dénonçant l'UDC qui s'apprête à élire un président climatosceptique. Et face au conflit en Ukraine depuis deux ans et à celui au Proche-Orient, la coprésidente a plaidé pour la solidarité, les droits de l'homme et la démocratie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Viola Amherd: "Bien sûr, je tiens au chef de l'armée Süssli"

Publié

le

Viola Amherd estime qu'elle et Thoma Süssli sont tous les deux d'accord pour combler le plus rapidement possible les lacunes de capacités qui se dessinent dans l'armée (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La ministre de la défense Viola Amherd continue à apporter son soutien au chef de l'armée suisse Thomas Süssli, malgré la polémique qui a suivi ses déclarations sur un manque de liquidités de l'armée. "Bien sûr, je tiens au chef de l'armée Süssli", déclare-t-elle.

"Nous sommes tous deux d'accord pour combler le plus rapidement possible les lacunes de capacités qui se dessinent dans l'armée", ajoute Mme Amherd dans un entretien diffusé samedi par la Neue Zürcher Zeitung. "Nous avons cependant un autre objectif. Son rôle est de s'occuper de l'armée et de la sécurité. Je dois avoir une vision globale".

Des lacunes dans les systèmes coordonnés de l'armée ne peuvent pas être totalement évitées, estime la conseillère fédérale. "Cela signifie qu'il y aura inévitablement des lacunes temporaires lorsque les anciens systèmes arriveront à leur fin et que nous n'aurons pas pu acquérir les nouveaux par manque de moyens financiers".

"Il sera important que nous puissions à chaque fois acquérir une certaine partie des systèmes afin de pouvoir au moins poursuivre les formations et ainsi maintenir le savoir-faire dans les troupes", relève la centriste valaisanne.

Convoqués par une commission

A la fin janvier, la radio-télévision publique suisse alémanique SRF a présenté un document interne à l'administration faisant état d'un manque de 1,4 milliard de francs d'ici à la fin 2025 pour payer les achats d'armements déjà effectués par l'armée. Le lendemain, Thomas Süssli a relativisé la situation, parlant d'un manque de liquidités. Viola Amherd l'a ensuite contredit, affirmant que l'armée pouvait payer ses factures.

Tous deux ont été convoqués la semaine dernière pour une audition devant la commission des finances du Conseil national. Cette dernière est arrivée à la conclusion que l'armée n'avait pas de problème de financement, mais un problème de communication.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture