Rejoignez-nous

Actualité

Des milieux culturels, économiques et associatifs font front commun en faveur de la RFFA

Publié

,

le

C’est le 19 mai que le peuple votera sur la réforme de l’imposition des entreprises. Hier, un panel bigarré s’est prononcé en faveur du oui à la RFFA fédérale et cantonale.

Dans les locaux de l’association Partage, le vert David Hiler a repris du service pour l’occasion. L’ancien conseiller d’Etat est sorti de sa retraite politique pour défendre-je cite- « un bon compromis qui soulage aussi les gens sur l’assurance-maladie », une référence à la proposition du Conseil d’Etat d’augmenter le montant des subsides d’assurance-maladie et d’élargir le cercle des bénéficiaires en contrepartie du volet fiscal. Les craintes de David Hiler:

David Hiler Ancien conseiller d'Etat

La conseillère administrative en Ville de Genève, chargée des Finances, Sandrine Salerno partage cette analyse. La socialiste se dit inquiète pour l’emploi en cas de non, craignant la fuite potentielle des entreprises, vers le canton de Vaud voisin, qui a vu son taux d’imposition des entreprises passer de 20,95% à 13,79% en début d’année.

Pour le patron de Kugler bimetal, présent lui aussi, Jérôme Chanton, il en va de la perennité des entreprises genevoises. Sa PME qui emploie 60 personnes verrait son taux passer de 24% à 13,99% (le taux unique proposé). Les explications de Jérôme Chanton:

Jérôme Chanton Patron de Kugler Bimetal

Les futurs entrepreneurs auront, eux aussi, de quoi se poser sérieusement des questions sur leur implantation en cas de non à la RFFA, estime Jérôme Chanton:

Jérôme Chanton Patron de Kugler Bimetal

Les craintes, portant sur les conséquences d’un non, atteignent aussi les milieux culturels. Car, des musées et fondations bénéficient de fonds provenant du secteur privé. C’est le cas du musée d’Art moderne et contemporain. Les explications du directeur du MAMCO, Lionel Bovier:

Lionel Bovier Directeur du MAMCO

Selon Marc Nobs, directeur de la fondation Partage, un non à la RFFA pourrait aussi avoir un impact négatif sur les activités de la banque alimentaire genevoise:

Marc Nobs Fondation Partage

Enfin, Xavier Magnin rappelle, au nom de l’association des communes genevoises, que le compromis trouvé a la faveur des municipalités. Notamment parce que les pertes fiscales sont en partie compensées. « La situation des communes est sensiblement améliorée par rapport au projet RIEIII. La part des communes à la rétrocession supplémentaire de l’impôt fédéral direct a été revue de 13% à 20% », martèlent les partisans du oui. Et de mettre en avant le maintien de la taxe professionnelle communale. Aux yeux de Sandrine Salerno, le problème d’un non le 19 mai, c’est l’incertitude du lendemain:

Sandrine Salerno Conseillère administrative en Ville de Genève

@marie_prieur

Actualité

Simonetta Sommaruga reçoit des survivants des camps

Publié

le

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a rencontré dimanche à Berne des survivants de l'Holocauste. L'entretien s'inscrit dans le cadre des commémorations marquant le 27 janvier 1945, jour de la libération d'Auschwitz il y a 75 ans (ar (©KEYSTONE/AP PHONA/PC)

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a rencontré dimanche à Berne des survivants de l’Holocauste. L’entretien s’inscrit dans le cadre des commémorations marquant le 27 janvier 1945, jour de la libération d’Auschwitz il y a 75 ans.

Plus d’un million de femmes, d’hommes et d’enfants ont péri dans le camp d’extermination et de concentration d’Auschwitz-Birkenau. Ceux qui ont échappé à la mort ont souffert de la faim et de la violence, rappelle le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) sur son site.

Le 27 janvier prochain, une cérémonie aura lieu à Auschwitz en commémoration des victimes et des survivants libérés il y a 75 ans. Dans ce contexte, la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a tenu à accueillir personnellement à Berne des survivants de l’Holocauste.

La population suisse sait, par le biais de la presse, de mémoires ou d’expositions, combien la politique des nazis et de leurs complices était inhumaine. Elle sait également que des survivants de l’Holocauste vivent en Suisse. Et pourtant leur destin risque de tomber dans l’oubli, écrit le DETEC.

« Il me tient donc à cœur de faciliter des contacts personnels et ainsi de maintenir vivant le souvenir de cette tragédie incommensurable », a souligné Simonetta Sommaruga lors de cette rencontre, à laquelle participaient également des étudiants de l’Université de Berne.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Fin du pèlerinage pour l’exposition « Dieu(x), modes d’emploi »

Publié

le

Depuis le 11 octobre 2019, Palexpo accueillait l’exposition « Dieu(x), modes d’emploi », une exposition ayant notamment pour but de mettre en perspective les différentes pratiques religieuses contemporaines au travers d’objets de culte, de maquettes mais aussi de témoignages et de pièces de théâtre. Plus de 35 000 visiteurs s’y sont arrêtés selon les organisateurs.

Tout est parti initialement d’un concept soumis et développé par Tempora – une PME Bruxelloise spécialisée dans la conception, la construction et l’exploitation d’expositions. Ensuite, après avoir été validée par un comité scientifique international, l’exposition a été adaptée pour Genève en une version inédite.

Le but de ce labyrinthe géant est très simple: permettre au visiteur d’appréhender les différentes manières de vivre la religion autour du monde de façon savante et artistique comme le confirme Isabelle Benoit, commissaire de l’exposition:

Isabelle Benoit Commissaire de l'exposition

À la sortie de l’exposition, nous avons posé la question aux « derniers » visiteurs de l’oeuvre. Et la satisfaction était de mise pour chacun d’entre eux:

Les Genevois

Après près de trois mois et demi de représentation, l’événement a baissé son rideau aujourd’hui, créant déjà une pointe de nostalgie chez ses organisateurs. Toutefois, les sourires étaient là aussi au rendez-vous au moment de parler du bilan cette expérience:

Isabelle Benoit Commissaire de l'exposition

En tout, l’exposition a fait venir plus de 35 000 visiteurs entre ses murs. Une satisfaction pour les organisateurs qui – après s’être installés à Bruxelles, Madrid, Québec, Ottawa, Paris, Varsovie et  Genève – ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Continuer la lecture

Actualité

Swiss Expo réussit sa 1ère édition à Palexpo

Publié

le

Les vaches et les génisses sont bichonnées par leurs éleveurs avant d'être présentées au jury des concours de Swiss Expo. (©KEYSTONE/MT)

Organisée pour la première fois à Palexpo à Genève, Swiss Expo a attiré plus de 21’000 visiteurs pendant quatre jours. Les éleveurs et les exposants sont très satisfaits de cette 24e édition du salon agricole qui s’est terminé samedi.

Le pari n’était pourtant pas gagné d’avance. En effet, l’annonce du déménagement du salon de Lausanne à Genève avait suscité de nombreux doutes. La fréquentation est certes un peu en-dessous par rapport à 2019 (3’000 visiteurs en moins), mais la satisfaction est de mise.

Le président du salon, Jacques Rey, se réjouit des nouvelles infrastructures proposées à Palexpo: « des espaces plus grands, faciles d’accès, une étable digne des plus grandes stars où les vaches ont pu séjourner dans un confort renforcé et des exposants mieux intégrés », indique-t-il dans un communiqué.

Brushing

Palexpo a accueilli ce grand rendez-vous des éleveurs et des agriculteurs sur 40’000 m2 d’exposition. La halle 6 a été transformée en étable géante. Le sol a été recouvert pour l’occasion d’une moquette rose et de paille. Ambiance rurale garantie pour les citadins curieux.

Les visiteurs ont déambulé dans les allées pour admirer les vedettes et découvrir la préparation de ces bêtes de concours. Installées dans un support, les vaches sont douchées, rasées, brossées, foehnées et lustrées. La crinière est coupée au millimètre. Quelques retouches de peintures pour sublimer la couleur d’origine sont admises.

Des tracts

Avec 130 exposants qui présentent des secteurs allant de la génétique au fourrage en passant par l’outillage, quelque 400 éleveurs et plus de 1’000 vaches et génisses inscrites, Swiss Expo est le rendez-vous incontournable du monde agricole. Son concours bovin a acquis une renommée internationale. La prochaine édition est prévue du 13 au16 janvier 2021.

Alors que les deux dernières éditions à Lausanne avaient été marquées par des rassemblements anti-spécistes, cette 24e édition à Genève n’a pas été perturbée. Des défenseurs de la cause animale ont simplement distribué quelques tracts samedi à l’entrée. Aucun débordement n’a été constaté, selon la police genevoise.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La mosquée de Genève remise aux musulmans de Suisse

Publié

le

La Ligue mondiale islamique se sépare de la mosquée de Genève, affirme son secrétaire général. Son financement et sa gestion seront désormais confiés aux musulmans de Suisse (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

« Il est temps de confier la mosquée de Genève à un conseil d’administration suisse, représentatif, avec un président élu », estime le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. Il appelle à une consultation des musulmans du pays avec l’aide des autorités.

Dans ce contexte, la gestion et le financement du lieu de culte du Petit-Saconnex ne seront plus assurés par la Fondation culturelle islamique, détaille encore le Saoudien Mohammad Abdulkarim Alissa dans un entretien avec Le Matin Dimanche. Parmi les pistes lancées pour couvrir le budget qui devra dorénavant être assuré par les musulmans de Suisse, il évoque des cotisations des fidèles et des dons de privés. « Il faut diversifier les ressources, si on ne veut pas de dépendance ».

Cette décision ne concerne pas que Genève, les mêmes dispositions seront prises dans le monde entier en collaboration avec les autorités nationales. « Notamment pour des raisons de sécurité. Il faut veiller à ce que les mosquées soient placées entre des mains sûres, évidemment. Ensuite, nous n’interviendrons plus », complète-t-il.

La Fondation culturelle islamique, liée à la Ligue islamique mondiale (LIM) sera une entité séparée, qui se consacrera au dialogue entre religions, en Suisse et dans le monde, explique l’ancien ministre saoudien de la Justice. « Nous voulons un centre de paix qui rayonne. Je suis contre la pensée unique, il faut travailler ensemble, réduire les fossés culturels et respecter les États nationaux ».

« Trois objectifs pas atteints »

A la fin 2017, quatre employés de la mosquée, tous fichés S en France, avaient notamment été licenciés puis la direction changée. Le secrétaire général de la LIM avait alors déclaré vouloir lutter contre toutes les idées extrémistes.

Mais aujourd’hui, selon lui, « trois objectifs essentiels n’ont pas été atteints. La mosquée devait devenir un facteur de cohésion. Les acteurs des diverses religions devaient pouvoir miser sur elle. Enfin, ce lieu de culte ne devait plus être un sujet d’inquiétude et de polémique. Au lieu de le fermer, nous le confions à tous. C’est mieux, non? ».

Pour rappel, la construction de la mosquée du Petit-Saconnex a été financée par l’Arabie saoudite. L’édifice a été inauguré en 1978 par le roi saoudien Khaled bin Abdulaziz. »

Source: ATS

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#16 Moi, Manon, 25 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Episode 16: Une expérience à l’antenne.

Au début de mon stage, j’avais pris mes marques en tant que journaliste, j’étais bien, cachée derrière mon écran à écrire, dehors sur le terrain à récolter des sons, dans un environnement rassurant ou tout ce que l’on fait et dit peut encore être retouché, car nous ne sommes pas en direct. Mais au fil des semaines, j’ai senti l’envie de prendre plus le micro et pouvoir aussi donner de la voix. Sans prétendre à l’antenne, qui est un environnement beaucoup plus stressant que le précédent, puisque la l’erreur est moins acceptable, et tout le monde vous entend.

J’avais quand même demandé à Philippe pour pouvoir m’y essayer, comme j’aime les challenges et les nouvelles missions. Je ne savais pas encore sous quelle forme cela allait se passer ni quand, mais c’est arrivé en fin décembre avec une absence de Marylou qui présente la météo. En générale, quand Marylou prend des vacances, elle est remplacé par l’animateur de la matinale, par Sébastien ou sur des périodes plus longues, par une autre personne ayant l’habitude. A cette occasion, et se rappelant ma demande, Philippe m’a proposé de faire la météo pour ce lundi. Il me restait une petite semaine pour me préparer et m’entraîner, et nous nous sommes donc mis au travail. La première étape a été de fabriquer des maquettes météo, c’est a dire préparer un exemple, pour le lendemain ou un jour type, puis je me suis entraînée toute seule. On ne se rend pas forcément compte du temps que cela peut prendre, de s’entraîner devant un micro. J’ai passé en tout plusieurs heures à m’écouter. Je pense que nous sommes dans ces cas là très exigeants avec nous même et nous ne sommes pas souvent satisfaits.

Ensuite est venue une phase de simulation d’antenne avec Philippe, habitué de la météo. Le plus compliqué selon moi est de savoir combien de temps accorder à chaque intervention météo. Parfois c’est 20 secondes, parfois 40, parfois 5… Il faut s’adapter rapidement et être concentré sur les informations essentielles. Avec un peu d’entrainement, je me sentais déjà plus à l’aise et j’appréhendais lundi matin avec moins de stress.

Le jour même, j’ai entamé ma journée à 5h15 environ à la radio, pour avoir le temps de préparer mon intervention de 6h, au début de la matinale. Arrivée en studio, Fabien m’a expliqué le timing et les interventions, ainsi que le temps accordé a chacune. Si la première a pour moi été assez stressante, j’ai pris vite des repères et j’ai pu constaté qu’a cette heure là, les animateurs étaient déjà bien réveillés. Dans une ambiance convivial, le studio alternait entre musique, info, trafic et météo. J’étais aussi motivée de savoir que mon copain et mon père écoutait à ce moment. Depuis le temps qu’ils voulaient m’entendre, c’était une première étape. Le plus impressionnant, c’est que le temps passe a une vitesse éclair quand on est en studio, encore plus qu’en tant que journaliste.

J’ai beaucoup aimé cet épisode de mon stage et je vais avoir l’occasion de présenter à nouveau la météo prochainement, pour remplacer Marylou une journée!

Continuer la lecture