Rejoignez-nous

Actualité

Christian Brunier, bonheur et productivité, un mariage heureux aux SIG ?

Publié

,

le

Depuis 2012, les SIG pratiquent le télétravail qui a été étendu à quelque 700 des 1700 employés de l'entreprise. Un succès selon le patron Christian Brunier qui explique qu'en parallèle la productivité a augmenté de 10 à 15%. "Toutes les entreprises sont dirigées à la méfiance. Nous avons décider d'inverser les choses et de faire confiance à nos employés." Des abus ? Il y en a mais ils sont rapidement sanctionnés. Les petits chefs n'ont qu'à bien se tenir.

Il y a aussi des tricheurs. Mais en même temps, Christian Brunier constate que les dits tricheurs, malins, sont souvent les gestionnaires les plus efficaces du temps. Ils accomplissent leur mission et puis le 5e jour ils vont skier. C'est leur droit.

Les SIG ont aussi imposé une meilleure gestion de l'espace en n'accordant plus de bureau personnel, surtout aux cadres qui ne l'utilisent que très peu. Il existe désormais des zones de travail (isolées, collaboratives...) où chacun est libre de s'installer selon ses besoins. Les gens se mélangent davantage même s'il y en a un peu moins à la machine à café étant donné que le technicien n'est plus contraint de passer par la centrale pour se rendre sur son lieu opérationnel. Il y gagne, explique le patron, parce qu'il ne passe plus son temps dans les bouchons aux heures de pointe et l'entreprise y gagne parce que ses employés sont ainsi plus productifs. Et quand, ils rentrent à la centrale, les fonctionnaires peuvent se détendre avec le baby-foot, un grand classique dans les entreprises. Le modèle des SIG fait des émules dans le canton et même à l'étranger. À suivre.

Suisse

Le temps se montre enfin estival en Suisse

Publié

le

C'est la première fois que l'été météorologique de cette année compte des jours de canicule. (photo symbole) (© KEYSTONE/DPA/HENDRIK SCHMIDT)

Le temps s'est montré estival mardi, avec des températures dépassant les 30 degrés dans certaines régions. Le record a été enregistré à Sion. C'est la première fois que l'été météorologique de cette année compte des jours de canicule.

A Sion, 31,9 degrés ont été mesurés. Dans les vallées à foehn des Alpes, ce vent chaud du sud a fait grimper les températures: Oberriet SG dans la vallée du Rhin a mesuré 31,3 degrés, a indiqué le service météorologique Meteonews sur X.

Bad Ragaz SG a atteint 31 degrés, Giswil OW 31,4, Lucerne 30,9 et Pfäffikon ZH 30,7. Des températures supérieures à la limite des 30 degrés ont également été enregistrées dans la March SZ, dans le Seeland lucernois et dans le canton de Zoug.

Ailleurs, il a fait plus de 25 degrés sur une grande partie du territoire, ce qui correspond à la valeur minimale pour un jour d'été. La température la plus basse a été mesurée sur le Jungfraujoch avec 2,6 degrés.

Mercredi, selon MétéoSuisse, les températures maximales devraient atteindre 28 degrés en journée, mais des valeurs caniculaires ne sont pas à exclure. La poussière du Sahara viendra légèrement troubler la visibilité. Dès la fin de l'après-midi, des averses et orages isolés devraient éclater à partir du sud-ouest. Ils pourraient être violents par endroits.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Redonner une seconde vie aux capites au coeur des vignes

Publié

le

L'objectif de l'intervention parlementaire est de permettre d'utiliser les capites à des fins de promotion et de vente de produits locaux de l'exploitation viticole (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Grand Conseil vaudois souhaite redonner une seconde vie aux capites de vignes. Les députés ont accepté mardi à l'unanimité une motion transformée en postulat demandant au gouvernement d'examiner les possibilités de valoriser ces petites constructions situées au coeur du vignoble, en lien avec l'oenotourisme.

Le texte de l'élu PLR Maurice Neyroud, lui-même vigneron-encaveur, a pour objectif de permettre d'utiliser les capites à des fins de promotion et de vente de produits locaux de l'exploitation viticole. Or la législation fédérale est contraignante en la matière. Et au niveau cantonal, les autorisations sont souvent "très disparates" quant à leur utilisation pour la promotion et la vente de vin.

"Il fut une époque bien lointaine où les capites furent construites. C'était une époque où le vigneron allait à pied à la vigne pour y passer la journée entière et où tous les travaux se faisaient à la main. Les capites permettaient d'entreposer les quelques outils nécessaires à la culture et avaient également pour utilité d'abriter le vigneron de la pluie ou de lui permettre de prendre son casse-croûte à l’ombre", écrit le désormais postulant.

Les temps ont changé et il s'agit "de tenir compte de l'évolution du métier et de donner une deuxième vie à ces capites", a dit devant l'hémicycle M. Neyroud. Il a rappelé que le Plan d'affectation cantonal Lavaux (PAC Lavaux) avait par exemple déjà intégré des modifications autorisant les capites à d'autres usages.

L'oenotourisme comme activité agricole

La motion transformée en postulat demande concrètement de "reconnaître l'oenotourisme comme activité agricole, au sens de la Loi fédérale sur l'aménagement du territoire (LAT)", mais aussi "la commercialisation du vin comme faisant partie intégrante des besoins d'une exploitation viticole et étant absolument nécessaire à sa survie".

Il ne s'agit en aucun cas de faire concurrence à la restauration, ont souligné plusieurs députés. L'idée est de pouvoir servir et vendre du vin, proposer une planchette de produits du terroir ou encore mettre en valeur de la production locale en lien avec l'exploitation viticole.

La conseillère d'Etat Chrsitelle Luisier a affirmé que le Conseil d'Etat n'était pas contre ce postulat et ses objectifs. Non sans rappeler que, selon la loi fédérale, les activités accessoires non agricoles, dont l'oenotourisme, doivent se dérouler dans les bâtiments principaux de l'entreprise agricole, par exemple, dans la cave des exploitations viticoles.

Les capites de vigne étant séparées des centres d'exploitation, des activités accessoires non agricoles ne peuvent donc pas s'y tenir. "Nous allons examiner comment exploiter au maximum la marge de manoeuvre laissée par le droit fédéral et voir comment assouplir la manière de valoriser ces capites", a dit la ministre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Le commerce de détail a légèrement progressé en 2023

Publié

le

La croissance démographique et l'évolution positive du secteur alimentaire ont notamment contribué à la progression des ventes au détail en Suisse en 2023 (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le commerce de détail en Suisse a bouclé 2023 sur une note réjouissante: les ventes, portées par le secteur alimentaire et la croissance démographique, ont légèrement progressé, selon l'étude de marché de l'Institut GfK publiée mardi.

Au total, les ventes dans le commerce de détail en Suisse ont augmenté de 0,5% l'an dernier pour atteindre 103 milliards de francs, indique mardi l'Institut d'études de marché GFK dans un communiqué. La croissance démographique et l'évolution positive du secteur alimentaire ont notamment contribué à cette progression. En 2023, le secteur alimentaire a enregistré un chiffre d'affaires de 45,6 milliards, en hausse de 3,1% par rapport à l'année précédente. Le secteur non-alimentaire a en revanche reculé, de 1,5% à 57,4 milliards.

Le commerce en ligne se porte également plutôt bien: les consommateurs suisses ont acheté des marchandises sur Internet pour 14,4 milliards de francs, un chiffre en hausse de 3% par rapport à l'année précédente.

La consommation indigène en ligne a augmenté de 0,2 milliard en 2023 par rapport à l'année précédente. Les achats en ligne à l'étranger ont atteint un nouveau sommet de 2,2 milliards et ont connu une croissance de 10% par rapport à 2022. Cette progression est à mettre sur le compte des petits colis en provenance d'Asie.

Les perspectives du commerce de détail en Suisse pour 2024 et 2025 s'annoncent sous les meilleurs auspices. Dans l'ensemble, une croissance modérée des ventes, pouvant atteindre 1%, est attendue d'ici la fin de l'année. Cela signifie que la barre des 104 milliards de francs sera dépassée pour la première fois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Beat Imhof succède à Casimir Platzer à la tête de GastroSuisse

Publié

le

Le nouveau président de Gastrosuisse Beat Imhof a été élu mardi à Neuchâtel lors de l'assemblée des délégués. (© Keystone/obs/Andreas von Gunten)

Les délégués de Gastrosuisse, la fédération de l'hôtellerie et de la restauration, ont élu mardi à Neuchâtel Beat Imhof comme nouveau président. Le directeur du Casinotheater de Winterthour succède à l'hôtelier de Kandersteg Casimir Platzer.

Casimir Platzer a quitté la tête de la plus grande association patronale de l'hôtellerie-restauration en raison de la limitation de la durée de son mandat. Il a été président pendant dix ans. Pendant la pandémie, il s'est fait un nom en tant que représentant contestataire et controversé de sa branche. Il devient président d'honneur.

Son successeur, Beat Imhof, était considéré comme un outsider lors de l'élection face au vice-président sortant, le Tessinois Massimo Suter. Les jeux étaient faits dès le premier tour de scrutin, a indiqué Gastrosuisse dans un communiqué mardi. Beat Imhof, 52 ans, a obtenu 134 voix, contre 83 pour Massimo Suter.

Beat Imhof, cuisinier de formation, a obtenu son master à Lucerne. Ce père de deux enfants préside Gastro Winterthour depuis 2023. Jusqu'à cette date, il a enseigné à la Haute école spécialisée des Grisons et à la Haute école zurichoise ZHAW. Les délégués ont élu Gilles Meystre de Pully VD comme nouveau vice-président.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Brésil : Lula renforce la protection de la forêt amazonienne

Publié

le

Le président Lula a pris une mesure pour renforcer la protection de l'Amazonie, qui souffre notamment de déforestation (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/EPA EFE/MARCELO SAYAO)

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a adopté une mesure visant à combattre les organisations criminelles qui contribuent à la déforestation de l'Amazonie, appelant son gouvernement à faire preuve "d'agilité" pour sa mise en place rapide.

"Jamais dans l'histoire du Brésil on n'a pensé à prendre une mesure aussi extraordinaire pour s'occuper de l'Amazonie que maintenant", s'est-il félicité en signant la mesure lundi à Brasilia.

Celle-ci octroie 318 millions de réais (54,6 millions d'euros) au renforcement de la sécurité dans l'Amazonie, un territoire de 6,3 millions de km2, dont 60% se trouvent au Brésil.

Cette enveloppe fait partie d'un plan lancé en juillet dernier et doté d'un budget total de 1,2 milliard de réais (206 millions d'euros).

Le président brésilien a averti que si la mise en oeuvre de l'initiative prenait trop de temps, il ne serait pas en mesure de l'achever avant la fin de son mandat, à la fin de l'année 2026.

"S'il faut encore un an (pour sa mise en oeuvre), nous terminerons le mandat sans avoir mis le plan en pratique", a-t-il averti, appelant le gouvernement à faire preuve "d'agilité".

Centre de coopération

Intitulée "Plan Amazone: sécurité et souveraineté", l'initiative vise notamment à renforcer les équipements, tels que les bateaux et les hélicoptères, destinés à la protection de la plus grande forêt tropicale de la planète.

Le plan prévoit également l'installation d'un centre de coopération policière internationale dans la ville de Manaus, au coeur de l'Amazonie brésilienne, où travailleront des agents des services de renseignement des pays dans lesquels la forêt tropicale est également présente.

Le projet est financé par le Fonds Amazonie, une initiative internationale visant à protéger la forêt tropicale et dont la Norvège et l'Allemagne sont les principaux bailleurs.

Même si la déforestation dans l'Amazonie brésilienne a été réduite de moitié l'année dernière, la ministre de l'Environnement Marina Silva a estimé que la communauté internationale avait encore beaucoup à faire pour protéger la forêt tropicale.

"Si le monde ne fait pas sa part en réduisant les émissions de CO2 basées sur l'utilisation de combustibles fossiles, nous perdrons de toute façon l'Amazonie", a-t-elle prévenu.

Le président Lula a promis de mettre fin à la déforestation illégale au Brésil d'ici à 2030.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture