Rejoignez-nous

Actualité

Aux cœur des Bastions, la Croix-Rouge célèbre son lien avec Genève

Publié

,

le

(image Facebook)

Mercredi 8 mai, c'est la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. La date n'a pas été choisie par hasard puisqu'il s'agit de l'anniversaire de la naissance d'Henry Dunant, le Genevois fondateur de la Croix-Rouge. L'occasion de mettre en lumière les nombreuses activités du mouvement à travers le monde mais aussi localement. Comme le souligne Stéphanie Lambert, directrice générale de la Croix-Rouge genevoise:

Stéphanie LambertDirectrice générale de la Croix-Rouge genevoise

Cette journée, c'est l’occasion de célébrer le lien entre Genève et la Croix-Rouge. Du coup, le village Croix-Rouge et Croissant-Rouge a ouvert ses portes à 13h30 au parc des Bastions. Stéphanie Lambert détaille le programme:

Stéphanie LambertDirectrice générale de la Croix-Rouge genevoise

Pour clore cette journée, une marche humanitaire démarrera du parc des Bastions à 19h45. Plus de détails par la directrice générale de la Croix-Rouge genevoise:

Stéphanie LambertDirectrice générale de la Croix-Rouge genevoise

La Croix-Rouge entend donc sensibiliser la population à son action et espère potentiellement recruter des bénévoles, y compris au niveau local. Les précisions de Stéphanie Lambert:

Stéphanie LambertDirectrice générale de la Croix-Rouge genevoise

Plus de 2000 bénévoles sont inscrits à la Croix-Rouge genevoise. En 2018, près de 800 ont été actifs dans le canton.

@marie_prieur

Culture

Dominique Meyer nommé à la tête de l'OCL

Publié

le

Dominique Meyer n'a pas été reconduit à la Scala, la limite d'âge ayant été fixée à 70 ans pour les directeurs de théâtres lyriques (archives). (© KEYSTONE/EPA ANSA/MATTEO BAZZI)

Le directeur sortant de la Scala de Milan, le Français Dominique Meyer, 68 ans, est nommé au poste de directeur général de l'Orchestre de chambre de Lausanne, a annoncé vendredi la Scala. Il prendra ses fonctions le 15 juillet.

Dominique Meyer restera directeur de la Scala jusqu'à la fin de son mandat le 28 février 2025, a précisé l'institution milanaise dans un communiqué. Son successeur, l'Italien Fortunato Ortombina, "qui assumera les fonctions de directeur désigné de la Scala à partir du 1er septembre 2024", prendra sa relève à partir du 1er mars 2025.

A Lausanne, Dominique Meyer sera rejoint à partir du 1er septembre par Julie Mestre, actuellement directrice générale de l'Orchestre des Pays de Savoie, en tant que directrice des opérations. "Le duo travaillera en étroite collaboration avec le directeur artistique Renaud Capuçon", conclut le communiqué.

Dominique Meyer, qui avait en vain demandé un renouvellement de son mandat à la Scala, avait assuré fin mai quitter son poste en toute "sérénité", sans "amertume". "Un ministre a décidé de me mettre à la retraite de la Scala, mais la vie continue", avait-il déclaré en référence au ministre de la Culture Gennaro Sangiuliano, lequel avait fixé à 70 ans la limite d'âge pour les directeurs de théâtres lyriques, empêchant ainsi de fait une reconduction de M. Meyer qui atteindra cet âge en août 2025.

Le gouvernement nationaliste de Giorgia Meloni n'avait guère caché sa volonté de voir arriver aux commandes de la Scala un Italien, après trois directeurs étrangers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Libération de milliers de détenus face à des prisons débordées

Publié

le

"Nos prisons sont au bord de l'effondrement", a déclaré la nouvelle ministre de la Justice Shabana Mahmood. (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Le gouvernement travailliste britannique a annoncé vendredi la libération anticipée de milliers de détenus afin d'alléger la pression sur des prisons "au bord de l'effrondrement". Il s'agit de l'une des premières mesures marquantes du nouveau gouvernement.

Il risque de ne plus y avoir de place dans les prisons britanniques "d'ici quelques semaines", a mis en garde le gouvernement. Près de 84'000 hommes sont actuellement détenus au Royaume-Uni, où les prisons sont régulièrement remplies à 99% de leur capacité depuis début 2023, selon des chiffres du ministère de la Justice. Le 8 juillet, il n'y avait plus que 700 places libres.

"Nos prisons sont au bord de l'effondrement", a déclaré la nouvelle ministre de la Justice Shabana Mahmood, en annonçant un plan d'action d'urgence depuis l'établissement pénitentiaire HMP Five Wells, dans le centre de l'Angleterre. Les détenus éligibles à une libération anticipée sous contrôle judiciaire après avoir réalisé la moitié de leur peine, pourront désormais en bénéficier plus tôt, lorsqu'ils ont réalisé 40% de leur peine, ce à compter de septembre.

"Si nous n'agissons pas maintenant, nous risquons l'effondrement du système de justice criminelle et des troubles à l'ordre public", a ajouté Mme Mahmood. Si les prisons venaient à manquer de places, les tribunaux seraient contraints de retarder le placement en détention de délinquants, a-t-elle souligné.

Une telle crise "mettrait le public en danger face à une criminalité incontrôlée". Le constat est partagé par l'inspecteur en chef des prisons Charlie Taylor, qui a affirmé que la situation était "à un point de rupture absolu".

"Laissez moi être claire: il s'agit d'une mesure d'urgence. Il ne s'agit pas d'un changement permanent. Je suis convaincue que les criminels doivent être punis", a aussi dit la ministre. Les personnes condamnées à des peines de quatre ans ou plus ou pour des infractions sexuelles sont exclues du nouveau dispositif de libération anticipée.

Nouveaux agents recrutés

Les mesures annoncées vendredi n'entreront en vigueur qu'en septembre, afin de donner le temps aux services pénitentiaires d'organiser ces libérations. Le Premier ministre Keir Starmer a blâmé les précédents gouvernements conservateurs pour cette situation.

"C'est une irresponsabilité flagrante de la part du gouvernement sortant", a-t-il accusé. "Nous savions qu'il allait y avoir un problème, mais son étendue est pire que nous le pensions", a-t-il ajouté. Keir Starmer, un ancien avocat spécialisé dans les droits humains, connait parfaitement les questions liées à la justice. Il a aussi été directeur du parquet général d'Angleterre et du Pays de Galles, l'un des postes les plus importants du système judiciaire.

La ministre de la Justice a également annoncé le recrutement de plus de 1000 agents de probation d'ici mars 2025, afin de "mieux surveiller et gérer les délinquants" une fois libérés. Elle a évoqué la construction de nouvelles prisons.

Pour faire face à la crise qui couve depuis plusieurs années, six nouvelles prisons sont actuellement en construction, ce qui devrait représenter 20'000 places supplémentaires. Environ 10'000 sont attendues d'ici la fin 2025.

"Moins mauvaise solution"

Le gouvernement conservateur avait déjà lancé un programme de libérations anticipées en octobre 2023, selon le ministère de la Justice. Les détenus étaient initialement libérés 18 jours plus tôt que prévu, puis cette durée a augmenté ces six derniers mois. Plus de 10'000 détenus en auraient bénéficié. Les annonces du gouvernement travailliste ont reçu un accueil plutôt positif de la police.

Pour le chef de la police londonienne, Mark Rowley, les libérations anticipées représentent la "moins mauvaise solution" face à la crise des prisons. Le président du conseil des chefs de la police, Gavin Stephens, s'est félicité que le nouveau gouvernement ait "pris des mesures aussi rapidement sur cette question urgente".

Le Royaume-Uni est cependant loin d'être le pire pays européen en matière de prison. Depuis des années, la surpopulation carcérale bat record sur record en France. La population carcérale y a atteint 77'880 détenus au 1er juin, pour 61'694 places dans les prisons.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

La princesse Anne reprend ses engagements publics

Publié

le

La princesse Anne avait dû annuler sa participation à un banquet d'Etat à cause de son hospitalisation le 23 juin (archives). (© KEYSTONE/AP/Victoria Jones)

La princesse Anne, soeur du roi Charles III, a repris ses engagements publics vendredi. Ce après avoir été hospitalisée fin juin à la suite d'un choc à la tête apparemment provoqué par un cheval.

Vêtue d'un tailleur pantalon gris et d'un chapeau sombre, la fille d'Elizabeth II, âgée de 73 ans, a assisté à une compétition dans le Gloucestershire organisée par une association équestre qui accueille des personnes handicapées, la Riding for the Disabled Association. Elle doit y remettre des prix aux vainqueurs.

La princesse, ancienne cavalière de haut niveau, est la marraine de cette association depuis 1971, et sa présidente depuis 1986. Il s'agit du premier engagement public d'Anne depuis qu'elle a été hospitalisée le 23 juin pour ce que le palais de Buckingham avait qualifié de "légères blessures" et de "commotion" à la tête après un incident dans sa résidence de Gatcombe Park.

Selon ses médecins, ses blessures étaient compatibles avec un choc causé par la tête ou les jambes d'un cheval. Très populaire en Angleterre, la princesse, qui est la plus active des membres de la famille royale avec des centaines d'engagements par an, était restée hospitalisée cinq jours à Bristol (sud-ouest de l'Angleterre) avant de regagner Gatcombe Park pour son rétablissement.

A cause de cet accident, la princesse avait dû annuler sa participation au banquet d'Etat organisé fin juin au palais de Buckingham en l'honneur de l'empereur du Japon Naruhito et de son épouse l'impératrice Masako, ainsi qu'un voyage officiel au Canada.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Economie

Unilever supprimera 3200 postes en Europe

Publié

le

La localisation exacte des suppressions d'emplois chez Unilever en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam. (archives) (© KEYSTONE/DPA/DANIEL REINHARDT)

Unilever prévoit de supprimer quelque 3200 postes en Europe d'ici la fin de l'année prochaine, dans le cadre du plan de 7500 suppressions d'emplois au total annoncé en mars, a appris l'AFP vendredi de source proche du dossier.

"Nous entamons, au cours des prochaines semaines, le processus de consultation auprès des employés qui pourraient être touchés par les changements proposés", a indiqué un porte-parole du géant britannique de l'hygiène et de l'alimentaire dans une déclaration transmise à l'AFP.

Dans ce processus, environ 3200 postes seraient supprimés en Europe d'ici fin 2025, soit un tiers des emplois de bureau sur le continent, a précisé à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du Financial Times.

La localisation exacte des suppressions d'emplois en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam, selon les informations du quotidien.

"Nous sommes conscients de l'anxiété considérable que ces propositions suscitent" parmi le personnel et "nous nous engageons à soutenir" les salariés concernés, a ajouté le porte-parole de l'entreprise.

Savons et déodorants

Unilever, connu pour les savons Dove, les déodorants Axe ou les soupes Knorr, a répercuté ces dernières années l'envolée des coûts due à l'inflation. Le groupe a pourtant vu son bénéfice net chuter de 15% l'an dernier et avait annoncé un chiffre d'affaires en faible hausse au premier trimestre.

Sous pression pour améliorer les performances du groupe, notamment de la part de l'investisseur activiste et milliardaire américain Nelson Peltz, qui siège au conseil d'administration depuis 2022, le directeur général Hein Schumacher avait dévoilé en octobre dernier un plan stratégique.

Il compte relancer la performance du groupe en se focalisant sur 30 marques "motrices", qui représentent conjointement 70% des recettes de l'entreprise.

En mars, il avait ainsi annoncé que le groupe allait se séparer de la division des glaces (qui compte les marques Ben & Jerry's ou Magnum notamment) et lancer pour doper ses marges un plan d'économies prévoyant 7.500 suppressions d'emplois, soit près de 6% des effectifs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Lufthansa revoit en baisse sa prévision de résultat 2024

Publié

le

Le groupe Lufthansa prévoit désormais un résultat d'exploitation ajusté annuel compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros, contre environ 2,2 milliards auparavant, suite à un premier semestre décevant. (archives) (© KEYSTONE/DPA/FREDRIK VON ERICHSEN)

Le premier groupe aérien européen Lufthansa a revu vendredi à la baisse sa prévision de résultat 2024 et annoncé un plan de "redressement" dans son activité transport de passagers en raison d'un risque de pertes en fin d'exercice.

Le groupe dans son ensemble prévoit désormais un résultat d'exploitation ajusté annuel compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros (quasiment autant en francs), contre environ 2,2 milliards auparavant, suite à un premier semestre décevant.

Par ailleurs, dans la seule activité de transport de passagers, le coeur de métier du groupe, "il devient de plus en plus difficile pour Lufthansa Airlines d'atteindre l'équilibre pour l'ensemble de l'année", a expliqué le groupe dans un communiqué.

"Lufthansa Airlines est particulièrement touchée par les défis posés par l'évolution négative du marché et par les inefficacités dans les opérations aériennes de Lufthansa et Cityline, également dues à des retards de livraison d'avions", ajoute le communiqué.

Pour y remédier, un "vaste programme de redressement est en cours de lancement", a déclaré le groupe, sans donner plus de détails.

Au deuxième trimestre, le groupe Lufthansa a réalisé un résultat opérationnel de 686 millions d'euros, contre 1,1 milliard d'euros à trimestre comparable l'année précédente.

Ce recul de près de 40% s'explique par la "baisse du chiffre d'affaires moyen" par passager dans toutes les régions, "en particulier en Asie", selon la compagnie.

L'activité phare de transport de passagers, - à côté de Lufthansa, les compagnies Austrian, Swiss, Eurowing et Brussels Airlines - a réalisé un bénéfice d'exploitation de 213 millions d'euros au deuxième trimestre, environ 300 millions d'euros de moins qu'au cours de la même période en 2023.

Air France-KLM aussi

Ce résultat n'a pas permis de compenser la perte du premier trimestre 2024, subie en raison de grèves déclenchées par des salariés au sein du groupe et chez les contrôleurs aériens au sein des aéroports.

En tout, au cours des six premiers mois de l'année, l'activité passagers a fait état d'une perte opérationnelle de 427 millions d'euros, qui contraste par rapport au bénéfice de 149 millions d'euros réalisé au premier semestre 2023, alors que le secteur de l'aviation avait retrouvé des couleurs après la période de la crise sanitaire.

Le cours de l'action Lufthansa perdait 1,59% vers 13H40 GMT à la bourse de Francfort.

Ces annonces interviennent alors que de son côté le groupe Air France-KLM a anticipé début juillet un été difficile en raison d'un "évitement" de Paris par la clientèle internationale pendant les Jeux olympiques.

Le groupe franco-néerlandais a aussi essuyé une lourde perte au premier trimestre causée par la hausse de ses coûts et les tensions géopolitiques, malgré des passagers plus nombreux et payant leurs billets plus cher. Il a en conséquence lancé un plan d'économies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture