Rejoignez-nous

Culture

Bouchons toujours plus coûteux

Publié

,

le

Les embouteillages ne sont pas seulement une perte de temps, mais aussi d’argent. Leurs coûts s’élevaient à 1,9 milliard de francs en 2015, soit une augmentation de 7% par rapport à 2010.

Dans le détail, les coûts liés au temps perdu par les automobilistes à l’arrêt étaient de 1,2 milliard de francs en 2015, ce qui représente une part de 70% de l’enveloppe totale, indique mercredi l’Office fédéral du développement territorial (ARE). Un chiffre en hausse de 14% depuis 2010 et qui continue son ascension. En 2016 (+4%), tout comme en 2017 (+5%), il a de nouveau augmenté par rapport à l’année précédente.

Les coûts du temps perdu sont calculés pour l’ensemble du trafic routier motorisé, puis séparément pour le trafic lourd. Ces derniers sont passés de 378 à 444 millions de francs entre 2010 et 2015. Une augmentation qui s’est poursuivie en 2016 (+5%) et en 2017 (+6%).

Ce chiffre a toute son importance, car il est pris en compte dans le calcul de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP). Celle-ci permet actuellement de reporter sur le trafic lourd une partie des coûts qu’il occasionne.

Coûts liés au climat en hausse

Les coûts liés au climat (+12%) et à l’environnement (+3%) ont eux aussi affiché une hausse entre 2010 et 2015, alors que ceux liés à l’énergie (-6%) et aux accidents (-8%) ont suivi une courbe inverse. Cette dernière catégorie représente toutefois près d’un quart des coûts, soit environ 450 millions de francs.

L’ARE calcule régulièrement les coûts des embouteillages. Outre l’aménagement des infrastructures, leur utilisation plus efficace peut contribuer à réduire ces coûts considérables qui pèsent sur l’ensemble de l’économie, notamment à l’aide de diverses mesures visant à restreindre les pics d’affluence.

Réguler la vitesse

Pour l’Association transports et environnement (ATE), une mesure efficace est la régulation de la vitesse. Et l’ATE de donner en exemple un test réalisé sur l’autoroute A6 entre Thoune et Berne par l’Office fédéral des routes (OFROU).

« Dans les trois catégories (trafic lent, stagnant et congestion), une diminution du nombre d’embouteillages est constatée. (…) En conséquence, la durée des trajets a été globalement réduite », indique l’antenne de Thoune de l’OFROU, citée dans un communiqué de l’ATE publié mercredi.

L’harmonisation de vitesse dépend du trafic. En cas de forte affluence, la vitesse est graduellement réduite à 100 ou 80 km/h. La capacité de la route en question est accrue et la sécurité améliorée, souligne l’ATE.

Source : ATS

Photo: (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Album de Johnny: la Fnac met les bouchées doubles

Publié

le

C’est l’événement musical de ce vendredi : la sortie depuis minuit de l’album posthume de Johnny Hallyday.

Dispositif exceptionnel chez les disquaires de Suisse. « Mon pays c’est l’amour » l’album posthume de Johnny Hallyday est disponible depuis minuit. A Album exceptionnel, dispositif exceptionnel chez les disquaires. Illustration avec Olivier Réaut, directeur commercial chez Fnac Suisse:

Olivier Réaut  Directeur commercial chez Fnac Suisse

La mise en place est hors du commun. A la hauteur des ventes espérées. Olivier Réaut:

Olivier Réaut  Directeur commercial chez Fnac Suisse

Continuer la lecture

Blog

Interview : Capharnaüm, film primé à Cannes, sort en salles

Publié

le

Ce mercredi sort dans les salles romandes le film Capharnaüm, troisième long-métrage de la réalisatrice libanaise Nadine Labaki. Primé à Cannes, le film traite de nombreux sujets de société, qui touchent notamment le Liban, mais pas seulement. Rencontre.

Maltraitance des enfants, mariages forcés, crise des réfugiés, Capharnaüm est un film à fort vecteur politique. Vainqueur du Prix du Jury à Cannes en mai dernier, le long-métrage se concentre sur la vie de Zain, douze ans au plus, qui décide un jour d’attaquer ses parents devant la justice pour l’avoir mis au monde.

De ce synopsis découle un véritable récit de vie, entre la pauvreté de ces familles et les différentes crises qui touchent le pays. Pour renforcer l’aspect crédible de son oeuvre, Nadine Labaki a tenu à engager des « non acteurs » pour son métrage. Les acteurs sont, au même titre que les personnages, des réfugiés et des sans-papier.

Retrouvez ici notre interview complet avec Nadine Labaki pour son film Capharnaüm :

Nadine Labaki

Le film sera projeté en salles dès le 17 octobre

Continuer la lecture

Blog

Radio Lac à la 5e édition d’Everybody’s Perfect

Publié

le

La cinquième édition du Festival Everybody’s Perfect se déroule à Genève jusqu’au 21 octobre. 

Le festival, d’une durée de dix jours, s’articule autour des grands thèmes liés aux minorités LGBTIQ. Des soirées film-débat, des projections, des ateliers et expositions ou encore des conférences, le festival se déploie sur plusieurs axes.  L’occasion de discuter, échanger, réfléchir autour des court et long métrages projetés. Une édition qui marque par ailleurs un passage à un rythme annuel pour le festival.

Radio Lac était en direct du festival le samedi 13 octobre dernier. Retrouvez ici l’intégralité de cette émission :

 Radio Lac en direct du festival Everybody's Perfect 1/2

 Radio Lac en direct du festival Everybody's Perfect 2/2

Toutes les informations concernant le festival sont à retrouver sur le site internet.

Continuer la lecture

Actualité

Dans la Revue 2018, les femmes portent la culotte

Publié

le

crédit @SébastionMonachon

La Revue a commencé. Le traditionnel spectacle humoristique et satirique met en scène les travers de la politique suisse et surtout genevoise. Le coup d’envoi, c’était vendredi au Casino-Théâtre, à Genève. Et, on y était:

Marie Prieur

Vous ne serez pas surpris si je vous dis qu’il y a du Pierre Maudet dans cette cuvée 2018. Le conseiller d’état PLR débarque à Abu Dhabi sur l’air du Prince Ali, la chanson de Disney. Puis, il se retrouve sous le feu des questions d’une journaliste de Radio lac. Merci pour le clin d’œil. A part ce sketch très applaudi, quelques perles. Comme le boogie-woogie d’Eddy Mitchell revisité. Le pape François saoulé au vin de Jussy, c’est un régal, un blasphème à déguster sans modération.

Mais, ce qui ressort surtout, c’est que cette année, ce sont les femmes qui prennent le pouvoir. Dès le début du spectacle, ce sont elles qui portent le pantalon et du coup la culotte. Les comédiennes tiennent enfin le devant de la scène. Et elles excellent. C’est le cas de Mado Sierro. L’actrice et chanteuse se glisse aussi bien dans la peau de Sandrine Salerno, de Doris Leuthard ou de Cristina Cordula. Vous savez la spécialiste du relooking connue pour sa réplique: “Magnifaique ma chérie!”

De manière générale, j’ai trouvé l’humour moins lourd que les années précédentes. De bons jeux de mots et des chorégraphies très enlevées. La première partie est plus réussie que la seconde. Et l’utilisation des nouvelles technologies avec des projections vidéo sur un écran géant apporte un peu de fraîcheur à la traditionnelle revue.

Vendredi, à l’issue de la première réservée aux politiciens et aux journalistes, les avis étaient enthousiastes. Principal reproche: les auteurs auraient pu être plus méchants.

Sauf avec la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet. Son déguisement de Peggy la cochonne en a choqué plus d’un. La conseillère d’État genevoise a réagi à ce sujet à notre micro:

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat genevoise

D’autres spectateurs ont fustigé ce costume. Mais qu’ont-ils pensé du show en général? Quelques réactions récoltées à l’issue du spectacle. Le conseiller national MCG Roger Golay ouvre le bal:

Réactions

Et pour suivre le conseil de Robert Cramer, conseiller aux Etats vert, toutes les informations sont sur le site www.larevue.ch. Les représentations se tiennent au Casino-Théâtre, jusqu’au 31 décembre.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Le GIFF dévoile une programmation détonnante

Publié

le

La 24e édition du Geneva International Film Festival se tiendra du 2 au 10 novembre prochain.

Du cinéma, des séries et, ce qui est devenu la marque de fabrique de l’événement, de la réalité virtuelle viendront se mélanger.

Le GIFF offrira à son public pas moins de 164 œuvres encore jamais montrées en festival en Suisse, dont 34 projets immersifs. Près de 250 invités sont attendus cette année, dont Peter Greeenaway à qui sera remis le prix d’honneur du GIFF, le Film & Beyond Award.

Autre temps fort, Yann Marguet et Marina Rollman commenteront et détourneront en direct un film culte, « jeu d’enfant », qui met scène la terrible poupée Chucky.

Emmanuel Cuénod, le directeur artistique du Giff, présentait cette nouvelle édition à Benjamin Smadja dans Radio Lac Midi.

Emmanuel Cuénod Directeur artistique du Giff

 

Emmanuel Cuénod Directeur artistique du Giff

Continuer la lecture