Rejoignez-nous

Actualité

Initiative sur les crèches: début de la récolte de signatures

Publié

,

le

L’initiative vise à inscrire dans la Constitution le principe selon lequel tout enfant a droit à une prise en charge extrafamiliale (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le PS et ses partenaires d'alliance ont lancé mardi la collecte de signatures pour l'initiative sur les crèches, qui veut garantir à chaque enfant le droit à une prise en charge extrafamiliale. Les parents ne doivent pas y consacrer plus de 10% du revenu familial.

L'offre et les coûts des places de crèche et d'autres structures de garde d'enfants dépendent fortement du lieu de résidence, ont dénoncé mardi les initiants devant les médias à Berne. "L'initiative prévoit une solution couvrant l'ensemble du territoire et veut veiller à ce que chaque enfant en Suisse ait droit à une place de crèches ou à une offre de garde comparable".

Outre les crèches et les garderies, l'initiative veut également rendre accessibles et abordables pour les familles tout l'éventail de l'accueil extrafamilial et parascolaire, a souligné la conseillère nationale Min Li Marti (PS/ZH). D'autres offres comme les familles de jour sont aussi concernées.

Chaque enfant qui a besoin d'une place d'accueil extrafamiliale doit y avoir droit, demande l'initiative. Ce principe doit être inscrit dans la Constitution. Les cantons doivent créer une offre suffisante, dont les coûts doivent être pris en charge jusqu'aux deux tiers par la Confédération.

La prise en charge ne doit pas coûter aux parents plus de 10% de leur revenu. Les prix doivent en outre être échelonnés en fonction du revenu. Le texte demande également une rémunération appropriée et de meilleures conditions de travail pour le personnel.

Un service public

Avoir "suffisamment de places en crèches est l'une des conditions de l'égalité" entre les hommes et les femmes, a déclaré la conseillère nationale Valérie Piller Carrard (PS/FR). "Cela contribue à une meilleure conciliation de la vie familiale et professionnelle".

Selon la socialiste fribourgeoise, l'accueil extrafamilial des enfants doit être un service public. "Tout comme l'école, les crèches doivent être accessibles à tous les enfants".

L'aide fédérale à la création de crèches et garderies "a, certes, permis de créer plus de 60'000 nouvelles places d'accueil pour enfants, mais ce chiffre ne couvre de loin pas encore tous les besoins en la matière", a indiqué Katharina Prelicz-Huber, présidente du Syndicat des services publics (SSP). "Bon nombre de structures se trouvent financièrement à la limite", a noté celle qui est aussi conseillère nationale (Verts/ZH).

Grâce à l'initiative, l'argent investi par la Confédération serait refinancé grâce à une activité professionnelle accrue des parents, notamment des femmes, et grâce à une augmentation des recettes fiscales résultant de cet accroissement des activités rémunérées, a fait remarquer Mme Prelicz-Huber. Selon Mattea Meyer, coprésidente du PS, aucune augmentation d'impôts ne devrait en découler.

Lutter contre la pénurie de main-d'oeuvre

Le conseiller national du Centre Martin Landolt (GL) a expliqué son soutien à l'initiative par la pénurie de personnel qualifié. Selon lui, il est "effrayant" de constater que la Suisse se permet de se passer de femmes qui aimeraient travailler davantage. Personne ne doit s'étonner que les entreprises recrutent des spécialistes à l'étranger si le potentiel national n'est pas exploité, estime-t-il.

Le conseiller national vert'libéral Roland Fischer (LU) a pour sa part rappelé que les pays de l'OCDE dépensent en moyenne 0,8% de leur PIB pour la garde des enfants. En Scandinavie, ce chiffre montre même à 2%, alors qu'il est de 0,1% en Suisse.

Le lancement de l'initiative pour les crèches a été approuvé à la quasi-unanimité samedi par les délégués socialistes à Genève. Les représentants des autres partis présents à la conférence de presse ont défendu leur propre position, a précisé un porte-parole du PS à Keystone-ATS. Leurs partis doivent encore prendre position.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Environnement

Excellente cuvée pour les caves ouvertes vaudoises 2024

Publié

le

L'édition 2024 des caves ouvertes vaudoises a connu un très beau succès (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 14e édition des caves ouvertes vaudoises a connu un "beau millésime" samedi et dimanche de Pentecôte. Elle a attiré plus de 90'000 visiteurs, contre 80'000 en 2023. Plus de 260 vigneronnes et vignerons ont ouvert leurs domaines à travers tout le canton.

Cette manifestation "permet de donner un formidable coup de projecteur sur le canton", s'est réjoui Benjamin Gehrig, directeur de l'Office des vins vaudois (OVV), cité dans un communiqué dimanche. Ces caves ouvertes "montrent à quel point notre offre oenotouristique est riche et attractive. Les visiteurs en provenance des autres cantons sont de plus en plus nombreux à faire le déplacement. C'est un très bon signe", ajoute-t-il.

Une semaine après les caves ouvertes en Valais lors de l'Ascension, le rendez-vous vaudois des amateurs de vins était l'occasion traditionnelle de plonger au coeur des six terroirs vaudois de Bonvillars, Chablais, Côtes de l'Orbe, la Côte, Lavaux et Vully et de découvrir leurs nouveaux millésimes. Il est orchestré par l'OVV.

Prochaine édition en juin 2025

Sur La Côte, plus de 100 vignerons y ont participé. Vufflens-le-Château en a, par exemple, accueilli une dizaine sur la place du village avec plus de 70 vins à déguster. Le petit train des vignes reliant Morges à Vufflens ainsi que des navettes spécialement affrétées ont permis aux visiteurs de se déplacer.

Dans le Chablais, les sept caves indépendantes d'Ollon ont ouvert leurs portes au public. Douze producteurs se sont regroupés dans le quartier historique du cloître à Aigle, côtoyant boulangers et brasseurs locaux. Produits du terroir, groupes de musique, fanfare, sonneurs de cloche et cor des alpes étaient également de la partie.

A Lavaux, un groupe de 70 bénévoles, les "Lavaux Angels", ont assumé pour la troisième année l'accueil des visiteurs aux gares de Cully, Chexbres et Grandvaux afin de soulager les vignerons des tâches logistiques. Ils les orientaient dans les différents villages en fonction de l'affluence.

La prochaine édition des caves ouvertes vaudoises se tiendra les 7 et 8 juin 2025, annonce déjà l'OVV.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

"Accident" d'un hélicoptère présidentiel, sort de Raïssi incertain

Publié

le

Le sort du président iranien Ebrahim Raïssi, qui serait l'un des passagers de l'hélicoptère, demeure incertain (archives). (© KEYSTONE/AP/Vahid Salemi)

Un hélicoptère de la présidence de l'Iran a été impliqué dimanche dans un "accident" dans le nord-ouest du pays. L'incertitude demeurait sur le sort du président Ebrahim Raïssi qui serait l'un des passagers à bord, ont annoncé des médias officiels.

"Certaines informations non confirmées indiquent que l'hélicoptère transportant le président Raïssi aurait eu un accident dans la province de l'Azerbaïdjan oriental", a indiqué la télévision d'Etat, ajoutant que des opérations étaient "en cours" pour le localiser alors que les conditions météorologiques étaient mauvaises.

L'agence de presse officielle IRNA a ensuite rapporté que M. Raïssi, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, figuraient parmi les passagers de l'appareil.

M. Raïssi s'est rendu dimanche dans la province de l'Azerbaïdjan orientale, où il a notamment inauguré un barrage en compagnie du président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, à la frontière entre les deux pays.

La télévision d'Etat a indiqué qu'un épais brouillard rendait les recherches difficiles dans cette région montagneuse.

M. Raïssi, un ayatollah de 63 ans, est président de la République islamique depuis juin 2021.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

De nouvelles inondations font 66 morts en Afghanistan

Publié

le

Dans la province de Ghor, dans l'ouest du pays, de fortes précipitations vendredi ont fait 55 morts, selon un bilan provisoire officiel, tandis que plus de 3000 maisons ont été détruites (© KEYSTONE/AP/Omid Haqjoo)

Des inondations ont fait 66 morts dans la province de Faryab, dans le nord de l'Afghanistan, a annoncé dimanche un porte-parole du gouvernorat. Le pays est actuellement confronté à une série de violentes précipitations très meurtrières.

De fortes pluies samedi soir dans de nombreux districts "ont tué 66 personnes à Faryab", a déclaré Asmatullah Muradi, dans une vidéo sur WhatsApp. "Cinq personnes ont été blessées, huit sont portées disparues et plus de 1500 maisons ont été endommagées", a-t-il précisé.

Dans la province de Ghor, dans l'ouest du pays, de fortes précipitations vendredi ont fait 55 morts, selon un bilan provisoire officiel, tandis que plus de 3000 maisons ont été détruites.

La province de Baghlan (nord) a connu le 10 mai des crues subites extrêmement dévastatrices ayant fait au moins 300 morts et de très nombreux disparus.

Difficulté d'accès

Les agences de l'ONU comme le gouvernement taliban ont indiqué que le bilan allait probablement s'alourdir mais n'ont fourni aucun nouveau chiffre actualisé depuis une semaine. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a expliqué que le dysfonctionnement d'internet empêchait toujours de connaître la situation véritable de certains villages très isolés.

"Les organisations humanitaires continuent de rencontrer des problèmes majeurs d'accès aux zones touchées en raison des dommages étendus aux infrastructures, notamment les routes et les ponts", a déclaré l'OMS.

Ceci vaut pour toutes les provinces de ce pays qui figure parmi les plus pauvres du monde et où les secours par ailleurs souffrent d'un cruel manque de moyens financiers.

"Catastrophe sur catastrophe"

L'Afghanistan, pays très exposé aux changements climatiques, connait un printemps anormalement pluvieux, après un hiver exceptionnellement sec. "Avec ces situations météorologiques erratiques, cela a été catastrophe sur catastrophe, qui ont plongé les villageois dans l'extrême pauvreté", a déclaré mardi dernier Timothy Anderson, chargé de l'Afghanistan au Programme alimentaire mondial (PAM).

Environ 80% des 40 millions d'Afghans dépendent de l'agriculture pour leur survie et les précipitations actuelles ont submergé des surfaces considérables de terres et détruit de nombreuses récoltes.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La vie du Premier ministre slovaque n'est plus en danger

Publié

le

Robert Fico reste hospitalisé pour le moment (archives). (© KEYSTONE/AP/Geert Vanden Wijngaert)

La vie du Premier ministre slovaque Robert Fico n'est plus en danger, a déclaré dimanche à la presse le vice-Premier ministre Robert Kalinak, quatre jours après l'attentat dont le chef du gouvernement a été la cible.

"Il n'y a plus de danger immédiat pour sa vie, mais son état reste grave et il nécessite des soins intensifs", a déclaré M. Kalinak, le plus proche allié politique de M. Fico.

Le Premier ministre est hospitalisé depuis mercredi, date à laquelle un homme a ouvert le feu sur lui, l'atteignant de plusieurs balles, notamment à l'abdomen. Il a subi une opération de cinq heures mercredi et une autre, plus courte, vendredi, toutes deux dans un hôpital de la ville de Banska Bystrica, dans le centre de la Slovaquie.

"Nous pouvons considérer que son état est stable et que le pronostic est positif", a déclaré M. Kalinak à l'extérieur de l'hôpital. "Nous nous sentons tous un peu plus détendus maintenant", a-t-il ajouté, en précisant que M. Fico restait hospitalisé pour le moment.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

La 1e édition du Femmage Festival fait place aux modèles féminins

Publié

le

A Genève, Natacha Koutchoumov participera à la première édition du Femmage Festival, destiné à faire sortir de l'oubli nombre de femmes inspirantes (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La première édition du Femmage Festival aura lieu les 25 et 26 mai aux Jardins de la Jonction, à Genève. Ateliers, expositions, concerts, spectacles, visites guidées visent à faire sortir de l'ombre nombre de femmes inspirantes. L'événement est tout public et entièrement gratuit.

Le festival est parti du constat d’un manque criant de modèles féminins. Il met en avant des profils et des trajectoires de femmes méconnues, invisibilisées, oubliées, écrivent les organisatrices.

La programmation, 100% femmes et locales, comprendra une variété d’activités en relation avec cet objectif. Parmi les invitées, figurent des personnalités telles que Natacha Koutchoumov, Isabelle Collet, Dr. Samia Hurst, Lorella Bertani, Christina Kitsos, Raphaële Bouchet et Coline de Senarclens.

Femmage Festival, qui se déroulera dans l'ancien dépôt TPG, est pensé de façon à pouvoir être exporté facilement en Suisse romande. Son contenu pourra s’adapter à la ville qui l’accueille en sollicitant des intervenantes locales à chaque fois.

Le néologisme "Femmage" – fusion entre les mots femme et héritage – a été choisi afin de pointer le phénomène d’invisibilisation des femmes dans l’histoire, précisent encore les organisatrices.

www.femmagefestival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture