Rejoignez-nous

Actualité

Elections municipales: les défis de Carouge et de ses commerçants

Publié

,

le

(Photo: htc)

Le 15 mars auront lieu les élections municipales dans le canton de Genève. Carouge fait partie des plus grandes communes du canton et doit faire face à de nombreux défis. Des problématiques qui concernent notamment les commerçants.

Alors que les élections municipales approchent à grands pas dans le canton de Genève, nous nous penchons sur les thématiques importantes des différentes communes. Aujourd’hui, la commune de Carouge. Avec près de 20’000 habitants, elle fait partie des plus grandes communes du canton. Carouge fait ainsi face à de nombreux défis, comme la densification, la création de logements, le tout en sauvegardant les arbres. Et la commune compte aussi bon nombre de commerçants, en particulier dans le centre historique. Et à l’heure actuelle, ceux-ci doivent souvent lutter pour survivre. Béatrice Berthet, présidente de l’association des Intérêts de Carouge.

Béatrice Berthet
Présidente de l'association des Intérêts de Carouge
Béatrice BerthetPrésidente de l'association des Intérêts de Carouge

La situation à l’heure actuelle oblige donc les commerçants à être inventifs, à se renouveler, à communiquer et à organiser des événements. Les précisions de Béatrice Berthet.

Béatrice Berthet
Présidente de l'association des Intérêts de Carouge
Béatrice BerthetPrésidente de l'association des Intérêts de Carouge

Parmi les projets qui attendent la commune : la piétonnisation du centre historique. Celui-ci propose d’étendre la zone piétonne à la totalité de la rue Saint-Joseph ainsi qu’à la place d’Armes. Pour les commerçants, nombreux dans le Vieux-Carouge, ce serait une aubaine. Béatrice Berthet.

Béatrice Berthet
Présidente de l'association des Intérêts de Carouge
Béatrice BerthetPrésidente de l'association des Intérêts de Carouge

Pour la prochaine législature, Béatrice Berthet souhaite davantage de soutien aux commerçants de la part des politiques, ainsi qu’une meilleure promotion économique, faisant notamment référence au PAV, le projet Praille Acacias Vernets.

Béatrice Berthet
Présidente de l'association des Intérêts de Carouge
Béatrice BerthetPrésidente de l'association des Intérêts de Carouge

Béatrice Berthet qui précise qu’elle souhaiterait que toute la question de la mobilité soit revue, avec une amélioration de l’accessibilité au centre-ville.

 

 

Suisse

Protection du climat: l’aménagement du territoire a un rôle à jouer

Publié

le

Aménagement du territoire et protection du climat vont de pair, et les cantons et communes ont un rôle à jouer, selon EspaceSuisse (image symbolique). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La protection du climat et l'aménagement du territoire vont de pair. Ce dernier joue un rôle-clé dans l'adaptation aux conséquences du réchauffement climatique, selon des experts réunis au congrès annuel d'EspaceSuisse, qui a eu lieu jeudi sous forme de webinaire.

"Le changement climatique est le plus grand défi de notre temps", écrit EspaceSuisse, l'Association suisse pour l'aménagement du territoire, dans son communiqué. Et de souligner qu'en matière de protection du climat et de décarbonisation, l'aménagement du territoire a sa part de responsabilité à endosser, via notamment davantage d'investissement dans la protection de la nature et du paysage.

Renforcer la biodiversité et préserver les écosystèmes sont deux actions aussi importantes que celle de réduire des gaz à effet de serre, selon l'association. Et la Suisse accuse un retard en matière de politique climatique, a pointé Thomas Stocker, physicien, climatologue et représentant suisse du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) lors du congrès.

Cantons et communes doivent créer les conditions-cadres appropriées, estime EspaceSuisse. Le changement climatique doit être ancré dans leurs plans directeurs, leurs plans d'affectation et dans leurs règlements sur les constructions.

Un guide a été présenté aux près de 300 participants au congrès. Destiné aux petites et moyennes communes, il leur propose 60 mesures "efficaces et faciles", selon EspaceSuisse, à mettre en oeuvre en faveur du niveau de zéro émission nette.

Nouvelle campagne

Par ailleurs, EspaceSuisse, aux côtés d'acteurs des domaines du patrimoine culturel, de l'architecture, du paysage et de l'aménagement du territoire, lance la campagne Climat et culture du bâti. Ils s'engagent en faveur de l'objectif zéro émission ainsi que pour des espaces "de qualité et respectueux de notre identité".

La construction et l'utilisation des bâtiments représentent une consommation importante de ressources et des émissions élevées en CO2. En outre, "le débat sur le climat est dominé par les aspects techniques et économiques", relèvent-ils jeudi dans un autre communiqué.

La campagne présentera des études scientifiques, des exemples de réalisation et des solutions. Elle vise à montrer que l'autosuffisance énergétique, la promotion des énergies renouvelables et la neutralité carbone peuvent être conciliées avec une culture du bâti de qualité et qu'il peut en résulter "une plus-value sociale et culturelle".

Stratégie "adéquate", "bonne" planification et concept de qualité global pour l'ensemble de l'espace: une collaboration transdisciplinaire et intersectorielle renforcée doit permettre une "prise de conscience accrue des valeurs de la culture du bâti".

Des acteurs du secteur public, des organisations professionnelles et de la société civile s'engagent dans cette campagne, soutenus par l'Office fédéral de la culture. Outre EspaceSuisse, y participent notamment la Fédération des architectes suisses, la Chaire Héritage construit et conservation du patrimoine de l’EPFZ, la Conférence suisse des conservatrices et conservateurs des monuments, le Centre national d’information sur le patrimoine culturel ou encore Patrimoine suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 120 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte jeudi 120 nouveaux cas de coronavirus (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

La Suisse compte jeudi 120 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore dix décès supplémentaires et 52 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 20'378 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 0,59%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 2541, soit 29,39 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,53. Les patients Covid-19 occupent 6,10% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,40%.

Au total 6'731'891 doses de vaccin ont été administrées et 2'648'104 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 7'276'575 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 2'379'742 personnes vaccinées.

Quant aux variants du coronavirus, 18'111 cas ont été attribués au variant Alpha (B.1.1.7), 249 au variant Beta (B.1.351), 21 au variant Gamma (P.1) et 19 au variant Delta (B.1.617.2).

Depuis le début de la pandémie, 702'398 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 8'196'899 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'341 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 29'122.

Le pays dénombre par ailleurs 1398 personnes en isolement et 2725 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2762 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Non, les agences de voyage ne sont pas encore sorties d’affaire

Publié

le

Nous voulons affirmer que l'industrie du voyage n'est pas encore sortie de la crise. Oui, les voyageurs suisses peuvent maintenant circuler en Europe, mais cela ne veut pas dire que c'est le cas pour le reste du monde, selon l'agence Globetrotter (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Alors qu'Hotelplan et TUI s'enthousiasment face au bond des réservations, l'agence de voyage bernoise Globetrotter prévient que le secteur n'a de loin pas encore retrouvé son niveau d'avant la crise. Les destinations hors d'Europe sont particulièrement affectées.

Ne pas crier victoire trop vite. C'est le message de l'agence de voyage Globetrotter, qui affirme dans un communiqué dévoilé jeudi, que le secteur n'a pas encore retrouvé la voie de la normalité.

En effet, ses concurrentes ont largement communiqué des bonds impressionnants de réservations. La filiale de Migros Hotelplan a ainsi vu ses destinations d'été à l'étranger décoller de 50% depuis le mois de juin en comparaison avec 2019.

Le tour opérateur TUI Suisse, de son côté, enregistre une hausse constante de ses ventes depuis le mois de mai et affirme que certaines destinations se remplissent déjà à 75% du niveau de 2019.

"Nous voulons affirmer que l'industrie du voyage n'est pas encore sortie de la crise. Oui, les voyageurs suisses peuvent maintenant circuler en Europe, mais cela ne veut pas dire que c'est le cas pour le reste du monde, confie à AWP le responsable des achats de Globetrotter, Nick Gerber.

Beaucoup de pays ont encore de fortes restrictions aux touristes étrangers et le trafic aérien reste en berne". Que ce soit les Etats-Unis, l'Amérique latine ou l'Asie, ces régions sont quasiment hors de portée des voyageurs helvétiques, selon le responsable.

Ce qui affecte gravement l'agence bernoise, pour qui les longs voyages représentent 80% du chiffre d'affaires annuel. Ses ventes ont ainsi chuté de 80% en 2020 par rapport à 2019, et devraient encore être en baisse de 70% en 2021.

Dans ce contexte, les aides fédérales sont vitales à Globetrotter, qui souligne l'importance "des indemnités de chômage partiel, des prêts Covid et des primes de précarité" pour l'ensemble du secteur.

Malgré ces mesures, la société est passée de 440 à 300 employés en 2021, selon le président du conseil d'administration André Lüthi.

"2021 sera encore une année difficile mais avec un peu d'espoir cela ira mieux en 2022", veut croire Nick Gerber, qui souligne à AWP son appréhension face au nombre d'infrastructures touristiques dans le monde qui risquent de ne pas survivre aux mois de fermeture forcée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

La route du col du Lukmanier rouverte sur une voie

Publié

le

La route du col du Lukmanier a été rouverte sur une voie près de Medel (GR). Une masse de roches instables qui menace de tomber sur la chaussée sera enlevée ces prochaines semaines. (© Département des travaux publics GR)

La route du col du Lukmanier est rouverte à la circulation sur une voie près de Medel (GR). Elle avait été fermée après la chute de rochers le 13 juin sur la chaussée entre Disentis (GR) et Curaglia (GR), près du barrage de Santa Maria.

Des masses rocheuses doivent encore être enlevées afin que la route soit totalement rouverte au trafic près du sommet du col, a indiqué jeudi le département des travaux publics du canton des Grisons. Environ 400 mètres cubes de roches instables ont déjà été dynamités.

Un autre paquet de roches d'environ 500 mètres cubes risque encore de tomber. Cette zone est sous surveillance. Ces roches instables seront enlevées au cours des prochaines semaines.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Jean-Daniel Pasche réélu à la tête de la FH

Publié

le

Figure incontournable de la FH, Jean-Daniel Pasche préside l'association depuis près de 20 ans. Il a succédé en 2002 à François Habersaat (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) sera présidée encore trois ans par Jean-Daniel Pasche, réélu par l'assemblée générale de la faitière pour un ultime mandat. Les membres de la FH ont par ailleurs approuvé tous les autres points à l'ordre du jour.

Figure incontournable de la FH, Jean-Daniel Pasche préside l'association depuis près de 20 ans. Il a succédé en 2002 à François Habersaat, a précisé jeudi la faîtière. Avant d'assumer ce poste, il avait dirigé la Fédération horlogère presque dix ans, dès 1993.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture