Rejoignez-nous

Equipe de Suisse

Le Portugal inflige une correction à la sélection helvétique 6-1

Publié

,

le

Pepe, en rouge et vert, peut reprendre le ballon de la tête entre Akanji, n°5, et Schär, n°22, pour donner deux buts d'avance à ses couleurs après à peine plus d'une une demi-heure de jeu (© KEYSTONE/EPA/Ali Haider)

La défense suisse a pris l'eau de toutes parts face aux redoutables attaquants lusitaniens (1-6).

La marche était trop haute. Il faut le reconnaître. Le score parle de lui-même. Face aux Portugais, objectivement supérieurs, il aurait fallu entrer dans la partie avec une toute autre volonté et bien plus de discipline. Entre les deux équipes, la différence semblait encore plus nette que celle entrevue dimanche entre la Pologne et la France. Même le Brésil l'a emporté sur un score moins net face à la Corée du Sud lundi soir.

Une différence de niveau intrinsèque

Et cette différence intrinsèque était pour ainsi dire palpable. Le passif récent des rencontres décisives face à la formation de Fernando Santos était déjà important. A chaque fois que les joueurs de Vladimir Petkovic ou de Murat Yakin ont tenté de s'attaquer à cette seleção portugaise ces six dernières années, ils ont échoué. Bilan: quatre défaites, dont deux très nettes, et deux victoires chanceuses sur sol suisse uniquement. Lors du match retour du tour préliminaire de la Coupe du Monde en Russie (0-2), en demi-finales du Final Four de la Ligue des Nations (1-3), ou plus récemment en juin dernier lors de la phase de groupe de l'édition suivante de cette même Nations' League (0-4). Et enfin, celle de mardi soir (1-6).

Des Portugais reposés

La première mi-temps, marquée par des lacunes défensives criardes, a été catastrophique. Pour corser le tout, les Lusitaniens ont marqué sur leurs deux premières occasions de but. Leur fraîcheur - leur coach a choisi de reposer les titulaires contre la Corée du Sud - a constitué un atout décisif. Au contraire de l'an dernier, où ils avaient bénéficié de neuf jours repos, soit trois de plus que leurs adversaires avant de défier la France, les Helvètes manquaient manifestement de jus. Ils se sont malgré tout créé deux occasions de marquer peu avant la pause avec un coup-franc de Xherdan Shaqiri dévié du bout des doigts par Diogo Costa en corner et une reprise de la tête de Remo Freuler sauvée sur la ligne par un défenseur "rouge et vert".

2 buts encaissés en 4 minutes

Deux nouveaux buts encaissés en l'espace de quatre minutes seulement ont définitivement enterré les derniers espoirs "rouge à croix blanche". L'entrée en jeu conjuguée de Haris Seferovic et Denis Zakaria, puis de Noah pas plus que la réduction du score par Akanji, n'y a changé quoi que ce soit. C'était trop tard, beaucoup trop tard. Gonçalo Ramos, déjà auteur de deux buts, s'est chargé de saler l'addition. Et d'enfoncer le couteau dans la plaie.

Les Helvètes ont bu le calice jusqu'à la lie: Gonçalo Ramos, en rouge et vert, inscrit le cinquième but portugais et ce ne sera pas le dernier (© KEYSTONE/AP Photo/Alessandra Tarantino)

Murat Yakin, le bouc émissaire

Alors on peut bien sûr incriminer le coach Murat Yakin, le montrer du doigt comme étant LE coupable de ce naufrage. Le fait est que le temps de récupération est déterminant dans un grande compétition, continentale ou planétaire. Auteurs d'un match plein et intense vendredi contre la Serbie (3-2), les Helvètes ont cette fois eu beaucoup moins de temps non seulement pour récupérer, mais surtout pour préparer de façon optimale cette partie.

Trop de remaniements défensifs

Ensuite, les remaniements défensifs, opérés sous la contrainte ou voulus, ont pesé sur le déroulement de la rencontre. Une tactique peut-être suicidaire vu les circonstances a précipité la chute du onze helvétique qui n'avait guère les moyens de réagir. Le fait d'être tombé dans un groupe particulièrement difficile a joué un rôle capital également. Sans servir d'excuse aucune. Bien sûr, on peut légitimement s'interroger sur les choix discutables du coach national qui n'a sélectionné que deux arrières latéraux de formation pour retenir quatre gardiens, et faire confiance à une ribambelle de demis centre dont on voit mal ce qu'ils peuvent réellement apporter. Cela étant, il va falloir digérer cet échec sans s'affoler, avant de repartir d'un bon pied. La phase qualificative de l'Euro'24 demarre au printemps prochain et la qualification pour la phase finale n'a rien d'inaccessible.

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe de Suisse

Euro 24: les Helvètes affronteront Israël à Genève

Publié

le

Après les deux matches joués face à l'Espagne et au Portugal en Ligue des Nations au printemps dernier, Ricardo Rodriguez, en rouge, opposé ici au défenseur ibérique Cesar Azpilicueta, en blanc, et l'Equipe de Suisse retrouveront le Stade de la Praille à l'occasion de la venue d'Israël (© KEYSTONE/Martial Trezzini/archives).
L'Equipe de Suisse jouera son premier match à domicile de l'année au Stade de la Praille contre Israël comptant pour le tour qualificatif de l'Euro dont la phase finale se jouera en Allemagne l'an prochain.

L'Equipe de Suisse disputera son premier match international à domicile de la nouvelle année à Genève le mardi 28 mars (20h45) face à Israël. Trois jours plus tôt, elle entamera sa campagne qualificative pour l'Euro face au Bélarus à Novi Sad en Serbie. Conformément aux dispositions prises par l'UEFA, ce match se déroulera à huis clos. Aucun match ne pouvant se dérouler dans cette ancienne république soviétique à cause de la guerre en Ukraine.

L'arène lancéenne a souvent souri à la sélection helvétique depuis son inauguration voilà dix-neuf ans. Sur les sept matches officiels qu'ils y ont joués, les Helvètes en ont remporté six, la seule défaite étant celle subie face à l'Espagne (0-1) en Ligue des Nations début juin dernier.

L'Association Suisse de Football a également désigné les autres villes-hôte qui accueilleront l'équipe de Suisse lors de la phase préliminaire de la Coupe d'Europe des Nations à une exception près : seul le dernier match à domicile n'a pas encore été attribué.

Lundi 19 juin, 20h45 : Suisse - Roumanie à Lucerne

Mardi 12 septembre, 20h45 : Suisse - Andorre à Sion

Dimanche 15 octobre, 18h00 : Suisse - Bélarus à Saint-Gall

Samedi 18 novembre, 20h45 : Suisse - Kosovo

 

 

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Inka Grings tout feu tout flamme avant son entrée en fonction

Publié

le

Inka Grings se réjouit de prendre la tête de l'équipe de Suisse dames (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Inka Grings (44 ans) se réjouit "énormément" de son nouveau poste de sélectionneuse de l'équipe de Suisse dames. L'Allemande entrera en fonction le 1er janvier.

"Un grand défi m'attend. C'est la prochaine bonne étape dans ma carrière comme entraîneur. Je ne vais en tout cas certainement pas m'ennuyer", a déclaré celle qui était jusqu'ici à la tête du FC Zurich dames.

Invitation au rêve

Inka Grings dirigera la Suisse l'été prochain lors de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande et en Australie. Les Suissesses affronteront dans leur groupe la Nouvelle-Zélande, la Norvège et les Philippines. "Nous sommes dans un groupe qui nous invite à rêver. Il y a des possibilités pour nous", a-t-elle déclaré.

La technicienne allemande a aussi émis l'espoir que son équipe aura tiré les leçons de l'Euro 2022, dans lequel elle a été éliminée dès le premier tour.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

L'équipe de Suisse ira au Qatar avec quatre gardiens et une surprise

Publié

le

(© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Murat Yakin a dévoilé à Lucerne la composition de son groupe pour la Coupe du monde. La liste des 26 comprend notamment quatre gardiens et une surprise avec la première convocation de Fabian Rieder (Young Boys).

Parmi les portiers, Yann Sommer (Borussia Mönchengladbach) et Jonas Omlin (Montpellier) sont actuellement blessés. Ils devraient cependant être opérationnels pour le tournoi au Qatar. Yakin a même laissé entendre que Sommer pourrait déjà rejouer ce week-end avec son club en Bundesliga.

Le jeune milieu des Young Boys Fabian Rieder (20 ans) a été convoqué pour la première fois. Les deux principaux absents de la liste sont Kevin Mbabu (Fulham) et Steven Zuber (AEK Athènes). "Je tiens Steven en haute estime. Mais il m'a dit ne pas être à 100% et qu'il voulait laisser sa place à un jeune joueur", a expliqué Yakin.

Mbabu a payé son manque de temps de jeu en Premier League avec son club londonien. Le défenseur genevois fait par contre partie de la liste des joueurs de piquet, riche de 13 noms dont les attaquants du FC Bâle Zeki Amdouni, Dan Ndoye et Andi Zeqiri, ainsi que les joueurs de YB Kastriot Imeri et Cédric Itten. Jordan Lotomba (Nice) est aussi en réserve.

Sixième grand tournoi pour Shaqiri

Xherdan Shaqiri (31 ans) rejoindra Valon Behrami au nombre de participations à des phases finales. Après les Coupes du monde 2010, 2014 et 2018 ainsi que les Euro 2016 et 2021, l'international aux 108 sélections disputera son sixième grand tournoi.

Le joueur des Chicago Fire s'entraîne avec Lugano depuis la fin de la saison de MSL. Pourra-t-il briguer une place de titulaire malgré son manque de compétition? "Il reste quelques jours importants d'entraînement et un match de préparation. Shaq connaît la situation. L'important est qu'il soit en forme. Si c'est le cas, il doit jouer d'entrée", a expliqué Yakin.

Flexibilité

D'autres joueurs suisses, riches d'une grande expérience, se rendront également au Qatar. Environ la moitié de l'équipe a ainsi disputé au moins trois phases finales. La Coupe du Monde 2022 sera par contre une première pour Michel Aebischer (YB), Fabian Frei (Bâle), Ardon Jashari (Lucerne), Philipp Köhn (RB Salzbourg), Noah Okafor (RB Salzbourg), Renato Steffen (Lugano) et donc Fabian Rieder.

Les côtés de la défense sont relativement peu dotés, puisque Yakin a renoncé à prendre Mbabu et Lotomba. Le sélectionneur a justifié son choix par la flexibilité offerte par Steffen ainsi que de certains défenseurs centraux, dont notamment Edimilson Fernandes.

Embarras du choix

"Nous avons eu l'embarras du choix à certains postes. De nombreux joueurs ont fourni des prestations convaincantes au cours des dernières semaines et des derniers mois. Mais au final, j'ai dû me limiter à 26 noms. Je suis convaincu que ces 26 joueurs peuvent nous aider à tout moment à réaliser nos objectifs", a expliqué le sélectionneur.

L'équipe de Suisse peut-elle gagner cette Coupe du monde, a demandé un journaliste. "Nous avons le potentiel pour aller très loin. Mais beaucoup de pays veulent le titre. Notre objectif est en premier lieu de sortir de la phase de groupes, et ensuite de prendre match après match. Nous avons montré que nous pouvons gagner des rencontres à élimination directe. Mais il faut un peu de chance, le génie de certains artistes et la forme du jour. Je suis content que des joueurs comme Granit Xhaka ou Manuel Akanji aient de très grosses attentes. Je ne les freine pas", a expliqué Murat Yakin.

Deux Romands seulement

Seuls deux joueurs romands figurent parmi les heureux élus, à savoir Edimilson Fernandes (Mayence) et Denis Zakaria (Chelsea). "Ce sont les performances qui ont décidé. Mais la langue du football est simple, et pas forcément verbale", a commenté le sélectionneur.

L'équipe se rassemblera lundi 14 novembre et s'envolera pour le Qatar. Elle disputera son seul match de préparation le 17 à Abu Dhabi face au Ghana avant d'entrer dans la compétition le 24 à 11h00 contre le Cameroun. Elle affrontera ensuite le Brésil et la Serbie.

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

6 minutes avec Sandy Maendly, coordinatrice sportive de Servette-Chênois

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

L'équipe de Suisse féminine de football affronte mardi, le Pays-de-Galles, en match de barrage pour la coupe du monde 2023.  Un match à la portée de nos filles, la Suisse ayant battu le Pays-de-Galles lors des cinq dernières rencontres:

"On sait que sur un match de barrage, tout peut arriver. La Suisse est favorite pour ce match et elle devra faire le match parfait pour se qualifier" a expliqué, sur Radio Lac, Sandy Maendly, ancienne joueuse internationale et coordinatrice sportive de Servette-Chênois. "Je sais que les joueuses sont très impatientes de jouer cette rencontre car elles sont ensemble depuis une semaine et qu'elles se préparent à ce match. J'espère qu'il y aura du monde pour les encourager".

Le football féminin a pris une nouvelle ampleur depuis quelques années, avec davantage de public pour les soutenir.

"J'ai surtout l'impression que les gens se rendent compte que venir suivre ou regarder un match de foot féminin, ce n'est pas si embêtant que ça. Maintenant il y a du jeu et des enjeux avec la Ligue des Championnes".

Servette-Chenois a réalisé un début de saison de rêve, avec cinq victoires en cinq matches:

"C'est un des meilleurs début de saison de l'équipe. Ces dernières années, on perdait les premiers matchs. L'équipe est sur une bonne dynamique. J'espère que les filles vont enchaîner, le week-end prochain face à St Gall, mais c'est compliqué après la trêve internationale. Pour la Ligue des championnes, le chemin était plus compliqué en se qualifiant en tant que deuxième. On a eu sur notre passage, des équipes, comme le Paris FC, bien plus organisées et qui ont des budgets plus importants que nous".

Sandy Maendly a mis fin à sa carrière sportive, en juin dernier, pour l'Euro:

"Le football ne me manque pas trop car il y a beaucoup de choses à faire à côté, d'autres sports ou mon travail. Je suis très bien dans ma reconversion. C'est très intéressant de voir les coulisses de ce qui se fait, dans le football. J'ai quand même un lien avec l'équipe, les journées sont toujours trop courtes!".

Sandy Maendly, la coordinatrice sportive de Servette-Chênois, était invitée de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

 

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Mario Gavranovic quitte les "Rouges"

Publié

le

Mario Gavranovic a inscrit quelques buts importants pour la Suisse (© KEYSTONE/EPA REUTERS POOL/MARKO DJURICA / POOL)

Mario Gavranovic (32 ans) a annoncé la fin de sa carrière en équipe de Suisse. L'attaquant tessinois a accumulé 41 sélections et marqué 16 buts.

Gavranovic, qui évolue désormais en Turquie avec Kayserispor, a fait part de sa décision sur les réseaux sociaux, un jour avant que Murat Yakin ne dévoile sa sélection pour les prochains matches de Ligue des nations.

Le Tessinois a sans doute inscrit son but le plus important le 1er juin 2021 en 8es de finale de l'Euro contre la France. Il avait égalisé à 3-3 et forcé ainsi les prolongations. Il avait ensuite aussi réussi son tir au but et contribué à la qualification pour les quarts de finale.

Malgré ses buts, Gavranovic n'a jamais vraiment pu s'établir comme titulaire à la pointe de l'attaque de l'équipe nationale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture