Rejoignez-nous

JO 2021

Le parcours tumultueux des "JO de la pandémie"

Publié

,

le

Depuis l'attribution des Jeux olympiques et paralympiques à Tokyo en 2013, le parcours des organisateurs japonais a été semé d'embûches, entre le report historique en 2020 en raison de la pandémie, des démissions en série et l'état d'urgence au Japon. Jusqu'à l'interdiction inédite des spectateurs venant de l'étranger.

2013: larmes de joie

A l'annonce le 8 septembre 2013 de l'attribution des JO 2020 à Tokyo, des présentateurs de la télévision japonaise pleurent, le pays exulte. Beaucoup redoutaient que l'accident nucléaire de Fukushima, consécutif aux séisme et tsunami de 2011, ne ruine les espoirs japonais. Ces JO seront surnommés "Jeux de la reconstruction".

2015: faux départs

En juillet, le Premier ministre Shinzo Abe ordonne la révision du projet du nouveau stade olympique en raison de son coût exorbitant.

Autre couac en septembre: le comité d'organisation renonce au premier logo des Jeux qui ressemblait à celui du théâtre de Liège.

2019: démissions et canicule

Le 19 mars, le président du Comité olympique japonais Tsunekazu Takeda démissionne pour une affaire de pots-de-vin. Le mois suivant, nouvelle démission embarrassante, celle du ministre chargé des Jeux olympiques, Yoshitaka Sakurada, auteur de gaffes à répétition.

A l'été 2019, chaleur et humidité à Tokyo mettent des athlètes au supplice lors d'épreuves tests. Le CIO force le transfert du marathon et des épreuves de marche à Sapporo, au nord du pays.

2020: report inédit et surcoût

Le 24 mars 2020, face à la pandémie, le CIO annonce le report des JO à l'été 2021, une première en temps de paix. Les Jeux gardent l'appellation "Tokyo-2020". Le report et les mesures antivirus entraînent un surcoût de 2,3 milliards d'euros, portant le budget officiel à 13 milliards.

Janvier 2021: nouveaux doutes

Face à la recrudescence du virus au Japon, le gouvernement déclare début janvier l'état d'urgence dans une grande partie du pays. Le dispositif ne sera levé qu'après le 21 mars pour le Grand Tokyo.

Février 2021: scandale sexiste

Le président de Tokyo-2020, Yoshiro Mori, déclenche un tollé en déclarant que les femmes parlent trop lors des réunions. Il démissionne le 12 février. La ministre des JO, Seiko Hashimoto, le remplace au pied levé.

Mars 2021: interdiction du public de l'étranger

Le 18 mars, un tabloïd japonais révèle que le directeur artistique de Tokyo-2020, Hiroshi Sasaki, a suggéré de déguiser en porc, lors de la cérémonie d'ouverture, la comédienne Naomi Watanabe, aux rondeurs assumées. Il démissionne.

Le 20, l'interdiction des spectateurs qui viendraient de l'étranger pour les JO est officiellement actée en raison d'un risque sanitaire trop élevé.

Le 25, le relais de la flamme olympique démarre à Fukushima, sans public.

Avril 2021: renforcement des mesures sanitaires

Le 7, le gouverneur d'Osaka déclare que le relais de la flamme sera interdit sur la voie publique.

Le 9, le gouvernement japonais approuve un renforcement des mesures sanitaires à Tokyo et dans d'autres régions avant de réimposer l'état d'urgence le 23.

Mai 2021: l'opinion reste hostile aux JO

Le 17, un sondage indique plus de 80% des Japonais restent opposés à la tenue des JO.

Le 26, le quotidien Asahi, partenaire officiel des Jeux, appelle à l'annulation de l'événement qu'il qualifie de "menace pour la santé".

Le 28, le gouvernement prolonge une nouvelle fois l'état d'urgence dans 10 des 47 départements du Japon.

Juin 2021: arrivée de la première équipe olympique

Les joueuses de l'équipe australienne de softball arrivent le 1er juin au Japon, devenant la première équipe olympique à fouler le sol de l'archipel. Le soutien aux Jeux remonte dans des sondages.

Le 15, les organisateurs publient des règles sanitaires actualisées pour les sportifs, les menaçant d'exclusion s'ils les enfreignent.

Le 20, l'état d'urgence est levé à Tokyo et dans d'autres départements, mais certaines restrictions sont maintenues.

Le 21, l'organisation annonce que les spectateurs locaux seront autorisés avec une jauge de 50% sur les sites olympiques et dans une limite de 10'000 personnes maximum. Mais elle se laisse la possibilité de revenir au huis clos si la situation se détériore.

Juillet 2021: Huis clos à Tokyo

Le 8 juillet, les organisateurs sont d'ailleurs contraints de revenir en arrière après que l'état d'urgence est à nouveau décrété: les épreuves disputées sur les sites de Tokyo se dérouleront finalement à huis clos.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La nouvelle dynamique urbaine des Jeux s'invite au Musée Olympique

Publié

le

Avec le surf, cinq autres sports seront au coeur de la nouvelle exposition "Riding the OIympic Waves" au Musée Olympique de Lausanne. (© KEYSTONE/LAURENT DARBELLAY)

Avec sa nouvelle exposition temporaire, le Musée Olympique à Lausanne met en valeur six nouveaux sports ajoutés au programme des JO. "Riding the Olympic Wave" (surfer sur la vague olympique) est à voir jusqu'au 5 mars 2023.

"Le désir de cette exposition est de montrer comment ces six sports sont arrivés dans l'univers olympique", explique Anne Chevalley, curatrice du Musée Olympique à Keystone-ATS. Les disciplines auxquelles elle fait référence sont le basket 3X3, le BMX freestyle, l'escalade sportive, le skateboard et le surf, tous présents aux JO de Tokyo en 2021, ainsi que le breaking (ou breakdance) qui fera son apparition aux Jeux de Paris en 2024.

Le but de l'exposition n'est pas de présenter ces sports au public, mais plutôt de lui expliquer le cheminement qui a permis leur ajout au programme olympique. "L'exposition est divisée en trois parties qui relatent le début de ces disciplines notamment aux Jeux olympiques de la Jeunesse, puis leur arrivée à Tokyo et enfin les retours des athlètes et des spectateurs sur cette expérience inédite", indique Anne Chevalley.

Adaptation nécessaire

Dans un décor urbain moderne, les visiteurs peuvent observer des objets cultes de ces sports, des témoignages d'athlètes ou encore des infographies informatives. " Nous avions à coeur de tenir compte des attentes du public, notamment des jeunes, face à ces nouvelles disciplines", confie la curatrice du musée.

Cette nouvelle dynamique instaurée par le Comité international olympique (CIO) n'est pas due au hasard. L'apparition de ces disciplines dites urbaines ou extrêmes répond à une nécessité profonde. "Le mouvement olympique s'est toujours adapté à son époque. Aujourd'hui, la société recherche notamment plus de proximité et de contact avec le sport. Il y a une nouvelle envie que les Jeux olympiques doivent prendre en compte", analyse Anne Chevalley.

La curatrice reconnaît que les jeunes sont la cible prioritaire de cette politique. Le but est de les intéresser et de les inviter à pratiquer ces nouvelles disciplines. "C'est un appel très fort qu'on leur adresse avec cette exposition", confie-t-elle.

Lier culture et sport

L'exposition met également en avant les éléments culturels propres à chacune des disciplines. La créativité est souvent à la base de ces différents sports. "Il existe des liens profonds entre des expressions artistiques comme le graffiti, la musique ou la photographie et la pratique purement sportive", souligne Mme Chevalley.

Pour la curatrice du Musée olympique, dissocier ces deux aspects auraient "complétement dénaturé ces disciplines". Il a donc été décidé de faire appel à des artistes, pratiquant également ces sports, pour agrémenter l'exposition d'oeuvres culturelles. Cela respecte ainsi l'ADN du mouvement olympique qui préconise la rencontre entre le monde du sport et celui de l'art et de la culture.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

JO 2021

L'armée engage neuf sportifs d'élite en vue des JO de Paris en 2024

Publié

le

Le contrat de la tireuse Nina Christen, double médaillée aux Jeux olympiques de Tokyo, a été prolongé jusqu'en 2024 (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Neuf athlètes ont été nommés militaires contractuels sportifs d'élite en vue des Jeux olympiques 2024 à Paris. Ils sont engagés à l'année par l'armée suisse, perçoivent un salaire correspondant à un 50% et sont couverts par l'assurance militaire.

L'armée suisse a reconduit jusqu'en 2024 les contrats avec la tireuse Nina Christen, double médaillée aux Jeux olympiques de Tokyo, et du lutteur Stefan Reichmuth, qui avait remporté un diplôme olympique à Tokyo, a annoncé vendredi le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et du sport (DDPS).

Sept postes ont été attribués à de nouveaux athlètes: Sascha Lehmann (escalade sportive), Simon Marquart (BMX) et Dimitri Marx (canoë), dont les disciplines sont représentées pour la première fois dans ce cadre, ainsi qu'Angelica Moser (saut à la perche), Roman Röösli (aviron), Joel Roth (VTT) et Max Studer (triathlon). Ces athlètes seront engagés à partir du 1er février 2022.

L'armée comprend au total 18 postes de militaires contractuels sportifs d'élite, neuf pour les sports d'été et neuf pour les sports d'hiver. Cet outil d'encouragement, instauré en 2010, vient compléter l'école de recrue et les cours de répétition pour sportifs d'élite.

Ces places sont attribuées par le centre de compétences Sport de l'armée et Swiss Olympic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

JO 2021

Réception pour les athlètes médaillés aux JO d'été à Macolin (BE)

Publié

le

13 médailles et 23 diplômes ont été remportés par la délégation olympique suisse au Japon. Sur la photo : Nina Christen (or et bronze), Noe Ponti et Jeremy Desplanches (bronze chacun), Nikita Ducarroz (bronze), Viktorija Golubic (argent) et Belinda Bencic (or et argent). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Grande réception lundi à Macolin (BE): Les nombreux lauréats de médailles et diplômes des Jeux olympiques d'été de Tokyo ont été officiellement honorés et félicités par la ministre des sports Viola Amherd et le président de la Confédération Guy Parmelin.

En raison de la pandémie, la traditionnelle réception a eu lieu au Centre national de sport de Macolin, au-dessus de Bienne, au lieu du Palais fédéral à Berne.

"Ils étaient tout simplement de première classe et ont représenté la Suisse de la meilleure façon possible", a déclaré Mme Amherd dans son discours, selon le texte écrit de l'allocution, en rendant hommage aux exploits de la délégation.

Bien qu'il ne faille pas surestimer la fonction d'exemple des athlètes, a poursuivi la ministre, de nombreux enfants et jeunes ont également regardé les Jeux. "Pour ces jeunes, vous êtes des modèles et nous ne devons pas sous-estimer cela."

La Suisse a remporté treize médailles et 23 diplômes olympiques au Japon, faisant des Jeux olympiques d'été de Tokyo les plus réussis pour la Suisse depuis 1952 à Helsinki. Quatorze médailles et 16 diplômes ont aussi été remportés par les athlètes paralympiques suisses.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Coupe du Monde tous les 2 ans: le CIO inquiet

Publié

le

La perspective d'un Mondial de foot biennal inquiète Thomas Bach et le CIO (© KEYSTONE/AP/DAVID GOLDMAN)

Le CIO a réclamé samedi une "consultation plus large" sur le projet de Mondial biennal de la FIFA. Il s'inquiète de voir le football empiéter un peu plus sur le territoire d'autres sports.

Doubler la fréquence de la Coupe du monde afin de "générer davantage de revenus pour la FIFA", écrit le CIO, créerait "un conflit avec d'autres grands événements sportifs internationaux, notamment en tennis, en cyclisme, en golf, en gymnastique, en natation, en athlétisme et en Formule 1".

La commission exécutive de l'instance olympique y voit un risque d'"atteinte à la diversité et au développement des sports autres que le football", dont l'audience serait mécaniquement rongée par la compétition-reine. Le CIO passe d'ailleurs sous silence la concurrence d'un possible Mondial biennal avec ses propres JO d'été, alors que les deux événements les plus prisés des diffuseurs sont pour l'instant espacés de deux ans.

Une entrave

Par ailleurs, l'organisation basée à Lausanne estime que "l'augmentation des événements masculins" pourrait entraver le développement du football féminin, un reproche déjà formulé par nombre d'opposants au projet de la FIFA, notamment l'UEFA, les clubs européens et les organisations de supporters.

Enfin, et alors que la FIFA prévoit une grande phase finale chaque été en faisant alterner son Mondial avec des tournois continentaux comme l'Euro, le CIO s'inquiète de la "pression supplémentaire importante sur la santé physique et mentale des joueurs".

La FDFA assure depuis plusieurs semaines mener "une consultation large et approfondie" sur la refonte du calendrier international, prévue pour aboutir à un vote de ses fédérations en fin d'année. Mais une vaste coalition conduite par l'UEFA et les clubs européens estime n'être pas suffisamment entendue.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

JO 2021

Troisième médaille d'or pour Marcel Hug

Publié

le

Marcel Hug à nouveau irrésistible. (© KEYSTONE/AP/Simon Bruty)

Marcel Hug se profile comme la star masculine des JO paralympiques de Tokyo. Il a décroché son troisième titre en trois courses en dominant la finale du 800 m en fauteuil roulant (T54).

Le Thurgovien, une nouvelle fois, a fait honneur à son surnom de "Swiss silver bullet", en référence à son casque argenté et à sa pointe de vitesse. L'homme s'était déjà imposé sur 5000 m et 1500 m.

Doté d'un nouveau fauteuil "high tech", mais aussi au faîte de sa forme, Marcel Hug, 26 ans, n'a pas été inquiété pour s'imposer en 1'33''68.

Ainsi, en l'espace de moins de deux heures, les Suisses et Suissesses ont décroché jeudi cinq médailles à Tokyo, dont trois en or. Cela porte le total de la délégation helvétique à 12 médailles, dont six du plus beau métal.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture