Rejoignez-nous

votations du 7 mars

L’accord avec l’Indonésie est exemplaire selon les partisans genevois

Publié

,

le

Les partisans genevois de l’accord avec l’Indonésie ont livré leurs arguments ce mercredi devant la presse. Pour eux, l’accord de libre-échange sur lequel les Suisses sont amenés à voter le 7 mars est essentiel, surtout en ces temps de crise. Ils ont rappelé que Genève est le troisième canton exportateur de Suisse après Bâle et Neuchâtel. L’accord serait exemplaire au niveau du développement durable.

Les partisans genevois de l’accord de libre-échange avec l’Indonésie ont livré leurs arguments ce matin (me) à la presse. Pour eux, l’accord sur lequel les Suisses sont amenés à voter le 7 mars est essentiel, surtout en ces temps de crise. Ils ont rappelé que Genève est le troisième canton exportateur de Suisse après Bâle et Neuchâtel. Pour le PDC genevois, c’est un accord de nouvelle génération très innovant. L’accord prévoit des garde-fous en cas de non-respect des normes sociales et environnementales. Notamment concernant l’huile de palme.

Ecoutez la présidente du PDC et députée au Grand Conseil, Delphine Bachmann:

Delphine Bachmann
Présidente du Parti démocrate-chrétien genevois
Delphine BachmannPrésidente du Parti démocrate-chrétien genevois

1 francs sur 2 gagné en Suisse proviendrait du commerce international, pour un total de 20 milliards selon les partisans de l’accord.

Un marché à 200 millions de consommateurs

Le marché indonésien représente 200 millions de consommateurs potentiels a rappelé le directeur de la Chambre de commerce et d’industrie de Genève, Vincent Subilia. En 2050, elle se placera au 4ème rang des économies mondiales. Cet accord, s’il est accepté,  98% des produits suisses seront exemptés de taxe.

Selon les partisans, l’importation d’huile de palme en provenance de l’Indonésie est faible, elle est de 35 tonnes par an, alors que la consommation suisse était de 76 millions de tonnes l’an dernier. L’argument des référendaires : si l’accord est conclu, la Suisse va en importer beaucoup plus. La réponse de Delphine Bachmann.

Delphine Bachmann
Présidente du Parti démocrate-chrétien genevois et Députée au Grand Conseil
Delphine BachmannPrésidente du Parti démocrate-chrétien genevois et Députée au Grand Conseil

Garde-fous dans l’accord, selon les partisans

L’accord contient des clauses de sauvegarde qui permettent de renoncer à l’importation d’huile de palme en cas de non-respect des conditions de durabilité, selon le PDC.

Le président d’Agri Genève, Marc Favre a expliqué que l’huile de palme « est de plus en plus remplacée par l’huile végétale suisse, notamment par l’huile de colza». Pour Delphine Bachmann, il s’agit surtout de responsabiliser le consommateur.

Delphine Bachmann
Présidente du Parti démocrate-chrétien genevois
Delphine BachmannPrésidente du Parti démocrate-chrétien genevois

Carmelo Lagana, d’Economie suisse rappelle que «l’accord est le fruit de huit ans de négociations». Des ONG comme Public Eye ou le WWF ont d’ailleurs renoncé à s’associer au référendum, selon lui.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Clé de Rive: « Un projet conforme aux enjeux du 21ème siècle »

Publié

le

Le projet Clé de Rive inclut la piétonnisation de la rue Pierre Fatio

Dans un mois, le 7 mars prochain, Genevois et Genevoises se prononceront sur l’ouverture de 3 crédits visant à la construction du projet Clé de Rive. Un projet qui prévoit la construction d’un parking souterrain de 498 places et la piétonisation de 13 artères dans les rues basses dont la rue Pierre-Fatio. L'occasion pour les partisans du projet de se réunir une dernière fois avant le grand jour.

Va-t-on assister, enfin, au dénouement du projet Clé de Rive, douze an après son lancement ? Il reste en tous cas moins d'un mois avant que le peuple genevois ne soit appelé à voter pour ou contre l’ouverture de 3 crédits, d'un total de 34 millions de francs, visant à la construction du projet Clé de Rive. On le rappelle, le projet est d'envergure: 500 places de parc vont disparaitre en surface dans un rayon de 500 mètres autour du rond point de Rive. Des places qui seront compensées dans un parking souterrain pouvant accueillir 498 véhicules. Aussi la rue Pierre-Fatio, qui a aujourd'hui des allures de gare routière, pourrait se transformer en une gigantesque place de 33'000 mètres carrés entièrement piétonnisée et arborisée. Cependant, ces aménagements ont été initiés il y a de cela 12 ans maintenant. Alors le projet est-il encore d'actualité ? Oui selon Vincent Subilia, Directeur de la Chambre de commerce et de l’industrie et membre du comité élargi pour le projet du parking Clé de Rive, qui maintient que ce projet est conforme aux enjeux du 21ème siècle:

Vincent Subilia
Directeur de la Chambre de commerce et de l’industrie et membre du comité élargi pour le projet du parking Clé de Rive
Vincent SubiliaDirecteur de la Chambre de commerce et de l’industrie et membre du comité élargi pour le projet du parking Clé de Rive
:

Quid du Léman Express

Si les différents points d'aménagements semblent aujourd'hui ficelés, ils sont loin de faire l'unanimité. En effet, pour les opposants, ce projet est dixit « ringard » car il n’est plus en phase avec les besoins actuels de la population. Clé de Rive est même jugé à contre-courant des derniers chantiers entrepris en Ville de Genève ces dernières années. Le Léman Express par exemple, mis en service il y a une année et demie à peine qui favorise la mobilité douce à contrario du parking Clé de Rive, qui lui incite au transport individuel au centre-ville. Un avis qui va contre les libertés individuelles toujours selon Vincent Subilia:

Vincent Subilia
Directeur de la Chambre de commerce et de l’industrie et membre du comité élargi pour le projet du parking Clé de Rive:
Vincent SubiliaDirecteur de la Chambre de commerce et de l’industrie et membre du comité élargi pour le projet du parking Clé de Rive:

Transport électrique

En plus de créer de l'emploi dans le secteur du BTP, de donner une vitrine plus attrayante aux commerces attenants, ce projet s'inscrit dans une dynamique responsable selon ses partisans. Très en vogue aujourd'hui, le transport électrique n'aura pas à se faire de cheveux blancs avec le parking Clé de Rive puisque toutes les places pourront, à terme, abriter une borne de recharge. Une option valable pour les voitures, les scooters mais aussi les vélos. Un moyen pour les soutiens du projet d'enclencher une dynamique verte, notamment en vue de l'objectif du Conseil Fédéral de réduire à zéro ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050:

Sébastien De Carlo
Président de comité des Vert’libéraux en ville de Genève et membre du comité élargi en faveur du projet Clé de Rive
Sébastien De CarloPrésident de comité des Vert’libéraux en ville de Genève et membre du comité élargi en faveur du projet Clé de Rive

Ce projet Clé de Rive est maintenant sujet aux controverses depuis douze ans. L'épilogue de la série n'a jamais été aussi proche puisque les Genevois donneront le dernier coup de clé le 7 mars prochain.

Continuer la lecture