Rejoignez-nous

Politique

Mandat de négociation: le PS fait pression sur les salaires

Publié

,

le

Alors que le Conseil fédéral doit bientôt présenter le très attendu mandat de négociation avec l'UE, les socialistes ont remis la pression jeudi et mis en garde contre un affaiblissement de la protection des salaires (Photo symbolique). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le PS remet la pression sur le dossier européen, avant la présentation prévue d'ici à la fin de l'année du mandat de négociation par le Conseil fédéral. S'il soutient le projet en général, il met en garde contre un affaiblissement de la protection des salaires.

Le PS s'oppose à ce que la politique européenne soit détournée "pour attaquer le service public ainsi que les conditions de travail et les salaires", écrit-il jeudi dans un communiqué.

Bien plus, la politique européenne doit servir à améliorer la vie des gens de part et d'autre des frontières. A cet égard, l'accord avec l'UE doit inclure une clause de non-régression pour garantir le "niveau de protection actuel" des salaires, a exigé le PS.

Grâce à l'introduction d'un "pacte anti-érosion" sur le droit du travail et les conditions de travail, les mesures d'accompagnement doivent pouvoir être maintenues, même dans le cas où elles seraient jugées disproportionnées par le tribunal arbitral, écrivent encore les socialistes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Quasi tous les partis contre l'initiative du Centre sur les primes

Publié

le

Le comité opposé à l'initiative du Centre pour un frein aux dépenses avertit du danger de médecine à deux vitesses que recèle le texte. Certaines prestations ne seraient plus remboursées que par les assurances complémentaires (Photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le comité interpartis opposé à l'initiative "frein aux coûts" du Centre a mis en garde lundi à Berne contre le risque d'une "médecine à deux vitesses" en cas d'acceptation du texte le 9 juin. Il lui préfère le projet du Parlement qui entrerait en vigueur en cas de non.

Alors que près de trois Suisses sur quatre se disaient favorables à l'initiative "frein aux coûts" début mars, ce texte réunit contre lui quasi tous les partis - de l'UDC aux Vert-e-s en passant par le PLR et le PS - ainsi que les associations d'infirmières et de médecins de famille. Selon ces derniers, un "oui" à cette initiative signifie que les patients devront payer de leur poche une consultation médicale sur trois au cours des 20 prochaines années.

Ils jugent "absurde" le mécanisme qui lie les dépenses de santé au salaire, car les dépenses de santé seraient plafonnées selon la conjoncture économique. De plus, ce frein aux coûts ne tient pas compte de facteurs tels que le vieillissement de la population et les progrès de la médecine, regrette le comité du non lundi devant les médias.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Baisse des émissions de gaz à effet de serre en Suisse en 2022

Publié

le

La consommation de gaz et de mazout pour le chauffage des bâtiments a reculé en 2022 en raison de la douceur exceptionnelle de l'hiver (image d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Suisse a émis 41,6 millions de tonnes d'équivalents CO2 en 2022. C'est 3,5 millions de moins que l'année précédente. Dans l'ensemble, les émissions étaient 24% inférieures à leur niveau de 1990, indique lundi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Les émissions ont en particulier reculé dans le secteur du bâtiment. Celui-ci a moins consommé de gaz et de mazout en raison d'un hiver particulièrement doux, explique l'OFEV. Ce secteur a émis 9,4 millions de tonnes d'équivalent-CO2 en 2022, soit 44% de moins qu'en 1990.

Les émissions du secteur industriel ont elles aussi diminué de plus d'un quart par rapport à 1990 (-27%). Celles liées aux transports et à l'agriculture n'ont en revanche enregistré qu'une faible baisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Oui des organisations environnementales à la loi sur l'électricité

Publié

le

Une quinzaine d'organisations environnementales soutiennent la loi sur l'électricité soumise au vote le 9 juin (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une quinzaine d'organisations environnementales soutiennent la loi sur l'électricité soumise au peuple le 9 juin. Cette réforme de l'énergie, attaquée en référendum, est une étape importante pour sortir des énergies fossiles, ont-elles fait savoir lundi.

La Fondation Franz Weber a lancé un référendum. Elle juge la loi dangereuse pour la protection de la nature et du paysage. Mais pour les organisations telles que le WWF, Pro Natura, BirdLife ou la Fondation suisse de l'énergie (SES), "il est temps au contraire d'avancer".

Le changement climatique progresse rapidement, il affecte l'homme et l'environnement. En tant que pays alpin, la Suisse est particulièrement touchée. "La loi sur l'électricité est une étape importante pour réduire nos émissions de CO2", estime Raffael Ayé, directeur de BirdLife.

Sortir du pétrole et du gaz

Elle permet de créer du courant vert pour sortir de notre dépendance aux énergies fossiles, a abondé la nouvelle présidente des Vert-e-s, Lisa Mazzone. La Suisse importe encore du pétrole, du gaz et du charbon pour un montant huit milliards de francs par an.

La loi garantit un mélange équilibré d'énergies renouvelables et apporte des mesures efficaces contre le gaspillage d'électricité, souligne pour sa part le directeur du WWF Thomas Vellacott.

Plus de 80% du développement de l'énergie solaire se fera sur les toits, les façades et les parkings. C'est la transition énergétique la plus rapide possible, ajoute la conseillère nationale Martina Munz (PS/SH), présidente d'Aqua Viva.

Encouragement aux renouvelables

La vaste réforme, adoptée par le Parlement en septembre dernier, sert à mettre en ½uvre la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération qui vise la neutralité climatique d'ici là. Elle vise à augmenter à long terme la production d'électricité.

La loi facilite notamment la construction rapide d'installations de production hydraulique, solaire ou éolienne d'importance nationale. Elle avait été largement soutenue au Parlement par l'UDC, le PLR, le Centre, le PEV, les Vert'libéraux, le PS et les Vert-e-s. L'UDC s'est toutefois prononcée contre le texte en mars.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

L'influence de la Chine sur les îles Salomon est "inquiétante"

Publié

le

Les îles Salomon se sont fortement rapprochées de la Chine, sous la houlette du Premier ministre Manasseh Sogavare (à gauche), signant en 2022 un pacte de sécurité, dont les termes restent secrets. (© KEYSTONE/AP Pool Reuters/THOMAS PETER)

L'emprise croissante de la Chine sur les îles Salomon est "inquiétante", avertit Daniel Suidani, un leader de l'opposition, avant des élections cruciales cette semaine dans l'archipel. Celles-ci pourraient renforcer la présence de Pékin dans le Pacifique.

"Au cours des cinq dernières années, la Chine a été impliquée dans de nombreuses affaires. C'est vraiment inquiétant en ce moment", a souligné M. Suidani dans un entretien avec l'AFP. L'archipel de quelque 700'000 habitants est devenu ces dernières années le théâtre d'une bataille diplomatique intense opposant la Chine à ses rivaux occidentaux.

Les îles Salomon ont rompu les relations avec Taïwan et embrassé la Chine sous la houlette du Premier ministre Manasseh Sogavare, signant en 2022 un pacte de sécurité, dont les termes restent secrets. Les aides et investissements chinois ont afflué depuis et le Premier ministre sortant, âgé de 69 ans, a promis d'approfondir encore ces relations s'il est réélu.

Mais Daniel Suidani, l'une des principales figures de l'opposition dans l'archipel, dit craindre un impact négatif de l'influence de Pékin sur la démocratie dans l'île. L'ancien Premier ministre de la province de Malaita, a été l'un des rares dirigeants locaux à refuser les chèques de la Chine craignant qu'ils ne soient assortis de conditions.

"Impliqués dans d'autres choses"

Il accuse des acteurs liés à Pékin de travailler en coulisses pour aider à maintenir les élus pro-Pékin au Parlement. "Ils sont très, très impliqués dans ce gouvernement", a-t-il déclaré à l'AFP par téléphone depuis Auki, la capitale de la province côtière de Malaita.

"Ils sont impliqués dans d'autres choses, il n'y a donc aucun doute qu'ils doivent être impliqués dans les élections. C'est ce qu'ils font depuis un certain temps". M. Sogavare a nié à plusieurs reprises que la Chine représente une menace et mis en garde contre toute ingérence étrangère dans les affaires souveraines du pays.

"Elections très importantes"

Le gouvernement provincial de M. Suidani, préoccupé par l'influence de la Chine, a empêché le géant chinois Huawei de construire sur l'île des tours de téléphonie mobile, pourtant cruciales pour améliorer les communications.

M. Suidani a été brusquement évincé de la tête de la province de Malaita en février 2023, par une motion de censure votée en son absence. Daniel Suidani a accusé le gouvernement Sogavare d'avoir orchestré cette manoeuvre pour faire taire l'un de ses adversaires les plus virulents.

Le Premier ministre sortant fait preuve d'un autoritarisme croissant, selon des observateurs, alors qu'il veut rester au pouvoir. "A la communauté internationale, je voudrais dire que nous avons besoin de votre soutien", a déclaré M. Suidani.

"Nous voulons bénéficier de la même liberté que tout le reste du monde". Les îles Salomon sont l'une des nations les moins développées au monde, et M. Sogavare est convaincu que la prospérité passe par Pékin. Mais ses principaux rivaux sont profondément sceptiques quant à son pacte avec la Chine et veulent rétablir les liens avec les précédents partenaires en matière de sécurité, l'Australie et les Etats-Unis.

"L'élection de 2024 sera très importante pour les Iles Salomon", a souligné M. Suidani. Lundi matin, la capitale de l'archipel, Honiara, était en ébullition avec le passage de pick-ups bondés de partisans hurlant des slogans de campagne.

"Récupérer notre pays"

La bataille d'influence est visible dans l'affichage: des panneaux publicitaires géants de "Radio Australia" surplombent la seule route menant à la ville, tandis que des voitures de police recouvertes d'autocollants "China Aid" circulent sur des routes parsemées de nids-de-poule. Au cours d'un rassemblement en faveur de l'ancien Premier ministre Gordon Darcy Lilo, à la périphérie de la ville, des centaines de personnes réclament un changement de gouvernement.

"L'économie s'effondre. Je veux que les habitants de Honiara se lèvent et récupèrent notre pays", déclare Josep, un enseignant, à l'AFP sur fond de klaxons. Les élections législatives se tiendront le 17 avril mais le long et opaque processus de formation d'une coalition pourrait prendre des semaines avant de déterminer qui sera le Premier ministre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Reprise des négociations entre le pouvoir colombien et l'ELN

Publié

le

Les présidents colombien, Gustavo Petro (à gauche) et vénézuélien, Nicolas Maduro (à droite), ont réaffirmé mardi leur "engagement mutuel à soutenir la paix". (© KEYSTONE/EPA/Rayner Pena R.)

Le gouvernement colombien et l'Armée de libération nationale (ELN) ont repris samedi à Caracas les négociations de paix, ont confirmé les deux parties dimanche. Celles-ci étaient gelées en raison notamment d'affrontements entre la guérilla et d'autres groupes armés.

"Les deux délégations de paix ont commencé à discuter à Caracas hier (samedi)", a déclaré la délégation de l'administration du président combien Gustavo Petro sur le réseau social X. "Le travail continue. Les travaux se poursuivent", a ajouté la délégation.

Les deux parties "ont discuté des propositions de participation qui alimentent une vision commune de la paix, autour du régime politique, de la situation environnementale et du modèle économique", a quant à elle posté la représentation de la guérilla de gauche.

L'ELN avait confirmé le 6 avril la suspension formelle du cycle de négociations qu'elle menait avec le gouvernement depuis novembre 2022 au Venezuela, à Cuba et au Mexique, alors que des pourparlers devaient commencer lundi dernier. Elle avait demandé à ce que la rencontre de cette semaine soit considérée comme "une réunion extraordinaire".

"Volonté" de soutenir les négociations

La guérilla a accusé le gouvernement d'avoir une "double politique de paix", estimant que le dialogue est dans un "état critique". La délégation de paix du gouvernement colombien avait souligné "la tragédie humanitaire préoccupante dans l'Arauca", département colombien à la frontière avec le Venezuela, où ont lieu des affrontements. Elle disait espérer "trouver une solution pour mettre fin à la violence entre les acteurs, qui affecte avant tout des civils non armés".

Mardi, après une réunion avec le président Gustavo Petro à Caracas, le président vénézuélien Nicolas Maduro a redit la "volonté" de son pays de soutenir les négociations. Dans une déclaration commune, les deux dirigeants ont réaffirmé "l'engagement mutuel à soutenir la paix".

Processus perturbé

Ces derniers mois, le processus a été perturbé par des "grèves armées" - les rebelles ordonnent aux habitants de s'enfermer chez eux -, l'enlèvement du père du footballeur de Liverpool Luis Diaz, ainsi que des affrontements entre différents groupes.

Selon les renseignements militaires colombiens, l'ELN est composée de quelque 5800 combattants avec un vaste réseau de collaborateurs. Malgré un commandement central, ses fronts sont autonomes sur le plan militaire, ce qui, selon les experts, rend les négociations difficiles.

M. Petro, premier président de gauche de Colombie et lui-même ancien guérillero, mise sur une solution globale négociée après six décennies de violence. En 2016, un accord de paix historique a abouti au désarmement de la plus grande partie des FARC.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture