Rejoignez-nous

Actualité

Budget: le Covid-19 coûte encore des centaines de millions à l'Etat

Publié

,

le

Le National a accepté tous les crédits Covid-19 demandés par le gouvernement. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La pandémie de coronavirus coûte encore des centaines de millions de francs à la Confédération. Le National a tacitement accepté mercredi tous les crédits dans le budget 2023.

Contrairement aux années précédentes, les dépenses liées au Covid-19 sont à nouveau portées au budget ordinaire. Le budget 2023 prévoit 180 millions pour les tests de dépistage, soit 1,4 milliard de moins qu'en 2022, et 230 millions pour les vaccins (-320 millions par rapport à 2020). Le soutien pour la culture et le sport n'étant pas renouvelé, la Confédération économisera 230 millions.

Six millions de francs sont en outre destinés aux frais de vaccination. Ce montant sert à couvrir les frais de pharmacie non couverts par l'assurance de base, a expliqué Anna Giacometti (PLR/GR) pour la commission.

Demandes de la gauche refusées

Les députés ont par ailleurs refusé deux demandes de la gauche. Celle-ci voulait 330'000 francs de plus pour la Croix-Rouge suisse, ainsi que 300 millions de moins pour l'armement. "Je doute qu'acheter plus de matériel militaire favorisera la paix", a pointé Sarah Wyss (PS/BS).

"On n'a fait qu'affaiblir l'armée, maintenant il faut la renforcer et la guerre en Ukraine nous l'a fait comprendre", a rétorqué Pirmin Schwander (UDC/SZ). "Vous avez déjà approuvé les montants dans le message sur l'armée", a rappelé le grand argentier Ueli Maurer.

Déficit qui se creuse

Le budget 2023 présenté par le Conseil fédéral prévoit 81,3 milliards de francs de recettes et 86,2 milliards de dépenses. Le déficit de financement, qui inclut la réserve de 4 milliards pour Axpo, se monte à quelque 4,8 milliards.

Il se creuse encore plus. Les députés ont déjà débloqué 360'000 francs de plus pour améliorer la situation éthique dans le sport. Ils ont aussi alloué 650'000 francs supplémentaires pour les championnats du monde de relais organisés en 2024 à Lausanne.

Le National a encore réaffecté à Innosuisse 35 millions de francs prévus initialement pour le programme Horizon Europe. Il a aussi approuvé le transfert de 50 millions au Fonds national suisse de la recherche scientifique.

En revanche, la Chambre du peuple a refusé des augmentations de dépenses pour l'aide humanitaire, pour le programme Erasmus+ et pour soutenir l'économie circulaire. Elle a aussi balayé des demandes de coupes venant de l'UDC dans le domaine de l'énergie, de la migration, de la culture et de la famille.

Variole du singe

Dans le second supplément au budget 2022, la Chambre du peuple a encore rejeté, par 136 voix contre 53, une proposition de Mike Egger (UDC/SG) qui voulait réduire l'enveloppe pour les vaccins contre la variole du singe. L'Etat n'a pas comme rôle d'être un commerçant de médicaments, a argué le St-Gallois.

"Nous devons être du côté de la population qui veut un vaccin pour se protéger", a opposé Michel Matter (PVL/GE). C'est "regrettable" mais seul un mandat de la Confédération permet d'acheter ces vaccins, a relevé Peter Schilliger (PLR/LU).

Les débats reprendront jeudi matin, sur les thèmes de l'agriculture, de la promotion économique et des impôts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage samedi, 23,1 millions de francs seront en jeu. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 7, 13, 17, 19, 20 et 34. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 7 et le Joker le 591356.

Lors du prochain tirage samedi, 23,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Cyberattaque contre les CFF: données des clients pas concernées

Publié

le

L'exploitation ferroviaire et les données des clients n'ont pas été touchées par la cyberattaque, assurent les CFF. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Une cyberattaque a été perpétrée ce week-end contre les CFF. L'exploitation ferroviaire et les données des clients n'ont pas été touchées, assurent les Chemins de fer fédéraux. Ceux-ci ont déposé une plainte pénale.

Le porte-parole des CFF, Reto Schärli, a confirmé à Keystone-ATS la teneur d'un article paru mercredi soir sur le portail en ligne Watson. Il n'a pas souhaité s'exprimer plus en détail sur les auteurs de l'attaque. Des investigations sont encore en cours et la cyberattaque est analysée en collaboration avec des partenaires et les autorités fédérales, a-t-il dit.

Des cybercriminels ont diffusé des logiciels malveillants par courriel au cours du week-end et sont parvenus à s'introduire dans une partie du réseau d'entreprise des CFF, a expliqué le porte-parole.

La sécurité des collaborateurs de la société n'a toutefois pas été affectée, a déclaré M. Schärli. Par mesure de précaution, les niveaux de sécurité ont été augmentés, pour protéger à la fois les CFF et les données individuelles. Tous les employés ont par exemple dû changer leur mot de passe personnel.

Le site Internet des CFF avait déjà été piraté au printemps 2016, lorsqu'il était devenu inaccessible pendant une courte période. Mais les pirates n'avaient pas réussi à s'approcher du système de sécurité du trafic ferroviaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève veut abolir une injustice fiscale visant les parents séparés

Publié

le

© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le Conseil d'Etat genevois veut mettre fin à une inégalité fiscale qui touche les parents séparés ou divorcés qui assument à parts égales la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Il a transmis ce mercredi au Grand Conseil son projet de modification de la loi sur l'imposition des personnes physiques.

À Genève, un projet de loi du Conseil d'Etat veut corriger une injustice fiscale. Il s'attaque au traitement différent réservé aux parents séparés se partageant l’entretien et la garde des enfants à parts égales. Actuellement, lorsque des parents divorcés contribuent de manière identique à l’entretien de leur enfant, seul l’un des deux bénéficie d’une réduction de sa charge fiscale. Il s'agit souvent de celui qui gagne le moins. L’autre parent n’obtient aucun rabais d'impôt.  Un système considéré comme injuste par Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat en charge des finances.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Grâce aux nouvelles règles, les deux géniteurs seront placés sur pied d'égalité et chacun pourra revendiquer le droit à un "splitting" partiel (1,8) de son revenu imposable. Mais les conditions d'octroi de ce nouveau régime fiscal sont strictes comme l'explique Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

L'inégalité fiscale qui frappe les parents séparés qui assument équitablement les dépenses liées à leurs enfants est le sujet à propos duquel "j'ai reçu le plus de courriers depuis le début de mon mandat", a souligné Mme Fontanet. La mesure doit encore passer la rampe du Grand Conseil. À ce stade, il est difficile de calculer, l'impact qu'aura la réforme sur les rentrées fiscales de l'Etat de Genève.

Eviter les mauvaises surprises lors des impôts

Avec ce changement, un des parents paiera moins d'impôts alors que l'autre devra en payer un petit peu plus. Mais cela évitera toute mauvaise surprise au moment de calculer ses impôts selon Nathalie Fontanet.

Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Selon les statistiques fédérales, en Suisse, 17% des parents séparés se partagent intégralement la prise en charge et l'entretien de leurs enfants. Le système que le gouvernement genevois entend mettre ne place pour abolir cette différence de traitement au niveau des impôts est pour le moment unique en Suisse.

Continuer la lecture

Suisse

Un téléscope spatial suisse fait une étonnante découverte

Publié

le

Etonnant découverte de téléscope spatial Cheops. (© KEYSTONE/SCIENCE PHOTO LIBRARY SPL/ATG MEDIALAB/EUROPEAN SPACE AGEN)

Le téléscope spatial suisse Cheops a découvert un nouvel anneau autour de l'astéroïde Quaoar, une observation qui place les astronomes devant une énigme. Situé à plus de 4000 km du centre de la petite planète, l'anneau se trouve à une distance inhabituellement élevée.

"Lorsque la ceinture d'un astéroïde est aussi éloignée, nous nous attendrions à ce que ses matériaux (composants) se fondent en l'espace de quelques décennies pour former une petite lune" (mais cela ne s'est pas produit, ndlr), a déclaré à Keystone-ATS le professeur d'astrophysique à l'Université de Berne Willy Benz, qui a participé à la découverte avec l'équipe de Cheops.

Les anneaux autour des planètes ou astéroïdes sont constitués de débris de roches et de glace. Ils se trouvent généralement en deçà d'une "distance théorique" de la planète (limite de Roche), qui représente la limite de fragmentation sous l'effet des forces de marée.

La découverte des chercheurs met à mal cette théorie. En effet, elle va à l'encontre de l'idée selon laquelle les anneaux ne pourraient survivre qu'à l'intérieur de cette limite de Roche, établie à 1780 km. "Cette acception doit être revue entièrement", indique mercredi un communiqué de l'Agence spatiale européenne (ESA). Dans le cas présent, l'anneau a été repéré à quelque 4100 km de la planète.

Mystère à éclaircir

Une des hypothèses pour expliquer cette anomalie serait que l'anneau découvert par Cheops est encore très récent, précise Willy Benz. Mais c'est très peu probable. Il se peut aussi que les matériaux de l'anneau soient plus élastiques que ce qui est convenu habituellement. "Ainsi, les parties auraient tendance à éclater, à s'éloigner plutôt qu'à s'agglutiner", précise le professeur.

Il est aussi possible que les particules bougent à une telle vitesse que leur fusion ne se produirait pas. De nouvelles analyses s'avèrent nécessaires pour élucider le mystère. En attendant, la découverte a été publiée dans la revue "Nature".

Quaoar est un objet massif de la ceinture de Kuiper découvert en 2002, d'un diamètre de 1250 km. Cette planète naine est 44 fois plus éloignée du soleil que la Terre.

Cheops, petit téléscope spatial développé conjointement par l'Université de Berne et l'ESA, avec une collaboration de l'Université de Genève, a permis de capter des signaux clairs et de découvrir la particularité du système d'anneaux de l'astéroïde. Le téléscope "patrouille" à une hauteur de 700 km au-dessus de la Terre et a pour mission d'étudier de près les exoplanètes déjà connues. Les astronomes s'efforcent notamment d'évaluer s'il existe des conditions permettant la vie sur une des planètes.

https://www.nature.com/articles/s41586-022-05629-6

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Andreas Sutter succède à Gérald Cretegny

Publié

le

Dans le canton de Vaud, Andreas Sutter remplacera Gérald Cretegny à la tête de la Fondation pour l’accueil de jour des enfants (image prétexte). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Changement à la tête de la Fondation d'accueil de jour des enfants (FAJE): Andreas Sutter, syndic de Tolochenaz (VD), succède à Gérald Cretegny qui a souhaité remettre son mandat à fin mars, après huit années de présidence.

Président du Conseil de fondation de la FAJE depuis le 1er janvier 2015, l'ancien syndic de Gland et ex-député Gérald Cretegny a compté parmi les pionniers du dispositif d’accueil de jour des enfants adopté en 2006, salue le Conseil d'Etat mercredi dans un communiqué. Durant son mandat, il n'a cessé de renforcer le rôle de la FAJE, notamment en accompagnant la révision de la Loi sur l'accueil de jour des enfants entrée en vigueur en 2018.

Pour remplacer Gérald Cretegny, le Conseil d'Etat a nommé Andreas Sutter qui prendra ses fonctions dès le mois d’avril 2023. Impliqué dans plusieurs organes intercommunaux et fin connaisseur du dispositif d'accueil de jour, il dispose de toutes les compétences pour assurer le bon développement de la Fondation, relève le communiqué.

Pour mémoire, la FAJE est financée par des contributions des communes, des employeurs ainsi que de l'Etat. Elle a pour mission, outre le subventionnement des réseaux d'accueil de jour existant dans le canton, d'évaluer les besoins, de coordonner l'organisation de l'accueil de jour et de favoriser la création de places.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture