Rejoignez-nous

6 minutes avec Michel Girardin, chargé de cours à la faculté d’économie et de management

Publié

le

La guerre en Ukraine a fortement déstabilisé l'économie mondiale, avec une hausse du coût de l'énergie et la crainte d'une crise économique durable.

"Cette guerre entraîne une hausse durable avec l'approvisionnement du pétrole et du gaz russe" a précisé Michel Girardin, chargé de cours à la faculté d’économie et de management à l'UNIGE.

La stagflation qui s'annonce, c'est-à-dire, à la fois de l'inflation et une stagnation de l'économie, est le pire des scénarii:

"C'est le cauchemar des banques centrales, qui sont prises entre deux feux: faut-il monter les taux d'intérêt pour combattre l'inflation. C'est le choix qu'ont fait les banques centrales, comme aux Etats-Unis. Je pense qu'il faut savoir tolérer un peu d'inflation, surtout actuellement, car nous avons de la dette".

La bonne nouvelle, c'est que la Suisse est un peu préservée:

"La Suisse est dans une situation encore favorable car nous avons seulement 2,5% d'inflation. Car nous sommes protégés par le franc fort, qui permet de contrôler la facture de l'énergie".

Michel Girardin, chargé de cours à la faculté d’économie et de management à l'UNIGE. était invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces vidéos peuvent vous intéresser