Rejoignez-nous

6 minutes avec Laila Alonso Huarte, co-directrice éditoriale du FIFDH

Publié

le

Le Festival du film et forum international sur les droits humains se poursuit à Genève, jusqu'à dimanche. Au programme de cette 22e édition, une quarantaine de films et une vingtaine de forums et événements. Laila Alonso Huarte, co-directrice éditoriale du FIFDH, était invitée de Béatrice Rul, à 7h30, sur Radio Lac. 

Le FIFDH a débuté vendredi et se poursuit jusqu’à dimanche. Une première édition pour vous, à la tête de ce festival: 

"Gros challenge, grosse responsabilité mais grande chance car je suis accompagnée d'une équipe qui a mis du cœur et du temps pour cette édition. J'espère que les tensions, de l'année dernière, sont apaisées. On a pris le temps de discuter de mettre le choses à plat et de se pencher vers l'avenir. Il y a eu énormément de souffrance l'année passée mais là, j'ai l'impression que nous sommes une équipe sereine, apaisée".

"Nous souhaitons que le regard des personnes, des thèmes que l'on aborde, soit au premier plan"

Un festival avec une nouvelle direction et une nouvelle ligne aussi. Puisque vous l’avez annoncé, vous êtes un festival militant…

"On l'a annoncé, on l'assume mais on l'était déjà les années précédentes. Je ne sais pas à quel point l'engagement de cette année est plus militant. On a, à cœur, de toucher des thèmes brûlants et d'y aller d'y manière frontale. On essaie, également , d'avoir une approche qui prend plusieurs réalités en compte: non seulement donne la parole aux personnes concernées mais aussi essaie de voir quelles sont les intersections entre différents styles de domination, d'oppression. Nous souhaitons que le regard des personnes des thèmes que l'on aborde, soit au premier plan".

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ces vidéos peuvent vous intéresser