Rejoignez-nous

Genève

Météo à Genève: hausse progressive des températures

Publié

,

le

Source: Keystone ATS

Le ciel sera couvert avant le retour de la pluie ce soir. Il fera 4° cet après-midi.

Demain: des nuages denses, quelques éclaircies et de la pluie en fin de soirée à Genève. Il fera 7° au plus fort de la journée.

Vendredi: de la pluie et toujours 7°.

Samedi: de la pluie, mais en moins forte quantité. Les maximales seront de 9°.

Dimanche: de faibles pluies, vite remplacées par les nuages avant le retour des éclaircies. Il fera 12°.

Le village le plus humide au Monde 

Voyageons un peu en Inde où se trouve le village le plus humide et pluvieux de la Terre: Mawsynram. Dans ce petit village situé au Nord-est de l’Inde, il peut parfois pleuvoir plusieurs semaines sans discontinuer. Avec en moyenne 32 litres d’eau par mètre carré qui tombent tous les jours, le village figure même au livre Guinness des records.

Actualité

La Ville de Genève accorde une aide d’urgence de 40’000 francs à Beyrouth

Publié

le

KEYSTONE/Gaetan Bally

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a décidé d’apporter son soutien en accordant une aide d’urgence à hauteur de 40’000 francs à la capitale Libanaise. 

Ce soutien se répartit de la façon suivante : 20’000 francs versés à la Chaîne du Bonheur et son action « Urgence Liban » et 20’000 francs versés à l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), dont la Ville de Genève est membre du Bureau, pour son fonds d’urgence dédié à la Ville de Beyrouth ; l’aide aux hôpitaux de Beyrouth en sera une priorité.

Par ailleurs, une lettre de condoléances a été envoyée par Sami Kanaan, Maire de Genève, aux autorités de la Ville de Beyrouth afin d’exprimer la plus profonde sympathie aux habitants de cette ville durement éprouvée.

Continuer la lecture

Actualité

À Genève, port du masque exigé pour les élèves du post-obligatoire

Publié

le

Crédit photo: Judith Monfrini

A Genève, le port du masque sera imposé aux étudiants du post-obligatoire à la prochaine rentrée. C’est une décision conjointe des cantons romands. Les élèves devront porter le masque lorsque la distance de 1,5 mètre entre les personnes ne pourra pas être respectée ou si aucune protection physique n’est en place. Une mesure qui pour le moment ne concerne pas l’école obligatoire.

La rentrée scolaire sera masquée à Genève. Le port du masque sera exigé pour les élèves du post-obligatoire lorsque la distance de 1,5 mètre entre les personnes ne pourra pas être respectée ou si aucune protection physique n’est en place. Cette décision a été prise conjointement par l’ensemble des cantons romands. Le but: favoriser l’enseignement en présentiel. Les détails avec Jean-Pierre Siggen, Président de la Conférence intercantonale de l’instruction publique.

Jean-Pierre Siggen Président de la Conférence intercantonale de l'instruction publique

Pour les deux premières semaines de cours, des masques chirurgicaux seront fournis aux élèves dans les différents établissements. Par la suite, les coûts liés à l’achat de masques pour les étudiants seront à leur charge. L’obligation vaut aussi pour les écoles privées du canton de Genève qui dispensent des enseignements de degrés similaires. Pour elles, les modalités de prise en charge financière sont de leur propre ressort.

Pas de masque pour les plus petits

Cette mesure, annoncée vendredi par le Conseil d’Etat genevois, ne concerne pour l’instant pas l’école obligatoire (école primaire et cycle d’orientation). En revanche, les enseignants, eux, devront être masqués si la distance de 1,5 mètre ne peut pas être respectée avec les élèves. Une différence de traitement entre les différents degrés qui se base sur les recommandations émises par l’OFSP ou le médecin cantonal.

En attente du Conseil Fédéral

Ces mesures n’ont pas été simples à prendre et pourraient ne pas être définitives. En effet, en fonction des décisions du Conseil fédéral du 12 août prochain, elles pourraient être modifiées. Les détails avec Jean-Pierre Siggen.

Jean-Pierre Siggen Président de la Conférence intercantonale de l'instruction publique

Les nouveaux plans de protection pour l’école publique sont en cours de mise à jour et seront disponibles la semaine précédant la rentrée scolaire, qui doit se dérouler le lundi 24 août.

Continuer la lecture

Actualité

La Ville de Genève active son plan canicule

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

La Ville de Genève a annoncé vendredi l’activation de son plan canicule en faveur des personnes âgées et des sans abri. La municipalité répond à la mise en garde lancée par le médecin cantonal à cause des fortes chaleurs attendues ces prochains jours dans le bassin genevois.

Un courrier avait déjà été envoyé en juin aux 13’164 habitants de la ville âgés de plus de 75 ans et qui ne sont pas suivis à domicile par l’institution genevoise de maintien à domicile (imad). Les personnes qui le souhaitent peuvent s’inscrire pour être contactées régulièrement par les services municipaux en cas de canicule en téléphonant au 0800 22 55 11.

Le plan canicule de la Ville de Genève est enclenché lorsque la température diurne atteint 33 degrés durant trois jours consécutifs et qu’elle ne descend pas au-dessous de 20 degrés la nuit. Compte tenu des risques liés au Covid-19, le dispositif est particulièrement important cette année, note la municipalité.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: journée portes ouvertes à la Fondation Bodmer pour découvrir l’extension du musée

Publié

le

Fondation Martin Bodmer

Après trois ans de chantier, les travaux d’extension de la Fondation Bodmer, dessinés et conçus par Mario Botta entre 2000 et 2003, touchent à leur fin. Une journée portes ouvertes est prévue le 27 septembre à Cologny (GE).

Le grand public pourra découvrir les nouveaux espaces qui lui seront dédiés comme ceux habituellement réservés au personnel. De nombreuses visites guidées du musée, des coulisses et du nouvel atelier de restauration sont notamment prévues, a annoncé jeudi la Fondation Martin Bodmer.

Construit par le cabinet Archilab de Lausanne, le nouvel ensemble architectural suit la ligne impulsée il y a 20 ans par l’architecte tessinois Mario Botta. Les visiteurs de la Fondation pourront profiter à partir du 27 septembre de nouvelles salles de médiation et cinéma, librairie, cafétéria et de splendides jardins.

Ces travaux incluent également d’autres espaces d’utilisation interne tels qu’un nouvel atelier de restauration, l’un des plus modernes en Suisse, quatre kilomètres linéaires de réserves ultra-sécurisées pour abriter la collection de la Fondation inscrite au registre « Mémoire du Monde » de l’UNESCO, ainsi qu’une nouvelle salle de lecture pour accueillir les chercheurs.

Ce projet d’un coût de sept millions a été réalisé grâce à la générosité notamment de la Loterie Romande et de la commune de Cologny, précise le communiqué.

Continuer la lecture

Actualité

À Genève, SolidaritéS dénonce une récolte de signatures douteuse

Publié

le

Keystone/LAURENT GILLIERON

SolidaritéS dénonce des méthodes douteuses dans le cadre de la récolte des signatures du référendum contre le fonds d’aide aux plus précaires. Selon le parti, la présentation du texte induit en erreur les potentiels signataires en évoquant un objectif de « lutte contre le travail au noir ». Le comité référendaire réfute.

Ce référendum n’aura aucun effet réel contre le travail non déclaré, mais va empêcher une population fragilisée de toucher une aide pourtant indispensable à sa survie. Invoquer là un objectif de lutte contre le travail au noir constitue simplement une manière d’induire en erreur les potentielles signataires, relève SolidaritéS jeudi dans un communiqué.

L’extrême droite use de stratagèmes pour prétendre défendre ceux qu’elle attaque, se parant de l’apparence de la lutte contre la précarité, souligne la formation. Elle déplore que « l’UDC et le MCG avancent masqués », les logos de ces deux partis étant totalement absents de la feuille référendaire. Et de se demander d’où viennent les récolteurs qui renvoient au comité référendaire contre le travail illégal.

Pour rappel, solidaritéS avait déjà pris position et fermement condamné ce « référendum de la honte ». Aujourd’hui, c’est la récolte elle-même qui est sujette à caution, souligne la formation.

Le comité conteste

« Il n’y a pas d’entourloupe », rétorque l’UDC André Pfeffer, qui emmène le comité référendaire et organise la récolte des signatures. « Ce référendum a effectivement pour but d’annuler une loi qui favorise et fait la promotion du travail illégal ».

Et de préciser que les responsables du référendum ne sont pas l’UDC et le MCG, mais le comité référendaire contre le travail illégal, même si ce dernier a l’appui de ces deux partis. Le comité n’a par ailleurs aucun lien avec une société qui rémunère la récolte de signatures, ajoute M. Pfeffer « catégorique ». « Je forme des équipes au sein de ma famille politique et avec l’aide de bonnes volontés ».

Longues files d’attente

Les référendaires ont jusqu’au 14 septembre pour obtenir 5370 signatures valables. Le texte s’en prend à la loi sur l’indemnisation des travailleurs précaires acceptée fin juin par le Grand Conseil. Ce projet du Conseil d’Etat faisait suite à l’émoi provoqué par les longues files d’attente lors des distributions de nourriture lors de la crise sanitaire.

Le fonds d’urgence de quinze millions est destiné à ceux qui n’ont pas eu droit aux aides cantonales ou fédérales entre le 17 mars et le 16 mai. Environ 3000 personnes pourraient en bénéficier. L’indemnisation n’est pas conditionnée à un statut légal.

Pour les référendaires, il n’est notamment pas acceptable que l’Etat paie les salaires en lieu et place d’employeurs ne respectant pas leurs obligations. Et qu’il autorise une indemnisation, en cas d’absence de justificatifs, sur la base d’une simple déclaration écrite du bénéficiaire.

Continuer la lecture