Rejoignez-nous

Coronavirus

UNIGE: deux failles potentielles dans la cuirasse du SARS-Cov-2

Publié

,

le

EPA/NIAID- RML

Des scientifiques genevois ont identifié les parties de l’enveloppe du SARS-Cov-2 qui sont les plus fréquemment visées par les anticorps. Elles représentent une cible potentielle pour le développement d’un vaccin.

« Le corps humain produit sans arrêt, de manière aléatoire, des anticorps d’une très grande diversité. Il y en a des milliers de milliards, tous différents, et ils attendent un éventuel envahisseur pour s’y attacher et le désigner au système immunitaire comme une cible à détruire », explique Nicolas Winssinger, professeur au Département de chimie organique de l’Université de Genève (UNIGE), cité jeudi dans un communiqué de cette dernière.

« Quand survient un agent pathogène nouveau, comme le SARS-Cov-2, quelques-uns de ces anticorps ont la capacité de s’amarrer à lui et de déclencher une réponse efficace du système immunitaire. Mais tout le monde ne sélectionne pas les mêmes anticorps ni, par conséquent, ne développe la même réponse immunitaire », ajoute le chercheur.

L’épidémie actuelle de Covid-19 se distingue en effet par la grande diversité de réponses au coronavirus. Certaines personnes ne se rendent simplement pas compte qu’elles sont infectées, d’autres sont affreusement malades, voire en meurent.

Point d’amarrage

Afin de mieux comprendre cette diversité, les équipes de Nicolas Winssinger et de Nicolas Vuilleumier, professeur au Département de médecine de l’UNIGE et médecin chef du Service de médecine de laboratoire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont tenté de savoir quels anticorps sont préférentiellement sélectionnés chez les personnes ayant eu le COVID-19 et surtout à quels endroits précis de l’agent infectieux ils s’amarrent.

Douze patients ont participé à l’étude et les résultats confirment que les réponses ne sont de loin pas uniformes. Le seul point commun entre tous les anticorps générés par les participants, c’est qu’ils visent les « clous » qui couvrent la surface des coronavirus et auxquels ils doivent leur nom. Mais ils s’amarrent à des endroits très différents de ces grandes protéines.

Les scientifiques ont néanmoins identifié trois zones les plus fréquemment sélectionnées. Et deux d’entre elles correspondent à des points d’accroche indispensables à des protéines spéciales (protéases) qui permettent au coronavirus de fusionner avec la membrane cellulaire et de relâcher son matériel génétique à l’intérieur de sa proie.

Tête ou base du clou?

« Nous avons été surpris par ce résultat », précise Nicolas Winssinger. « Jusqu’à présent, la plupart des efforts dans ce domaine se sont concentrés sur la partie supérieure du clou, celle dont on sait qu’elle permet au coronavirus de s’attacher à la cellule-cible. La fusion du virus avec la cellule n’en représente que la deuxième étape mais elle est en réalité plus décisive ».

En effet, le fait de s’accrocher à une cellule n’assure pas encore au virus de pouvoir fusionner avec elle. De plus, le problème avec la partie supérieure du clou, c’est qu’elle ne représente pas forcément une cible idéale pour un médicament ou un vaccin. Elle peut même s’avérer dangereuse.

Des études effectuées sur des singes infectés par le SARS-Cov1, le coronavirus responsable de l’épidémie de 2003, ont montré que des anticorps s’attachant à cet endroit non seulement n’empêchent pas toujours les virus de s’attacher à leurs cellules-cibles mais, en plus, les redirigent vers d’autres types de cellules, provoquant ainsi l’apparition de maladies secondaires.

Les deux zones identifiées par les auteurs genevois, quant à elles, sont impliquées dans un processus très différent. Elles pourraient donc offrir une alternative plus prometteuse – et moins risquée – dans la recherche d’un nouveau traitement ou vaccin. Mais avant cela, il faudrait d’abord évaluer le pouvoir neutralisant des anticorps correspondants, conclut l’UNIGE.

Ces travaux ont été déposés sur MedRxiv, une archive de prépublications consacrée à la recherche médicale.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Covid-19 : Vaud ferme également ses bars et restaurants

Publié

le

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
«Je le dis simplement: nous nous tenons devant vous avec gravité! La progression du virus est fulgurante.»
Déclaration de Nuria Gorrite présidente du Conseil d’Etat vaudois.
Le canton de Vaud prononce l’état de nécessité: musées, cinémas, salles de théâtre, de sport, fitness, restaurants seront fermés dès mercredi 17h00 et jusqu’au 30 novembre. Les commerces restent ouverts.

Les réunions publiques et privées sont autorisées jusqu’à 5 personnes. Les écoles, crèches et garderies resteront ouvertes, ainsi que les entreprises de soins à la personne, a annoncé mardi la présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite. Le sport pour les enfants jusqu’à 16 ans constitue une autre exception.

Le port du masque est généralisé dans les espaces clos, a-t-elle poursuivi, invitant la population à limiter les contacts. Dès mercredi et d’ici lundi, le télétravail devra se généraliser dans les administrations publiques et partout où c’est possible dans le secteur privé.

Contrôles stricts

Tous les commerces restent ouverts, ainsi que les bibliothèques, moyennant des plans de protection. Si les restaurants, bars, buvettes vont fermer leurs portes, les hôtels restent ouverts, tout comme leurs restaurants pour leurs résidents, a expliqué Philippe Leuba, conseiller d’Etat en charge de l’économie.

Les cantines scolaires ou d’entreprise seront accessibles, mais pas à des personnes extérieures. Les classes de l’école obligatoire et post-obligatoire restent ouvertes.

Des contrôles quotidiens seront effectués dans les commerces et sur les chantiers, a ajouté Béatrice Métraux, en charge de la sécurité. Une amende jusqu’à 10’000 francs pourra être prononcée par la police du commerce. Si les prescriptions cantonales ne sont pas respectées, le commerce risque la fermeture.

Les manifestations politiques sont interdites, a ajouté Mme Métraux. Ce n’est pas tolérable alors que tant d’efforts sont demandés à la population.

Protection civile mobilisée

La protection civile est mobilisée pour le traçage, en soins intensifs dans les hôpitaux et auprès des EMS. Une demande de renfort de 90 soldats sanitaires a été adressée à l’armée.

Côté santé, le CHUV accueille 173 cas Covid. La progression moyenne des hospitalisations est de 8 à 9% par jour, a constaté Philippe Eckert, directeur général du CHUV. Dès jeudi, la capacité en lits de soins intensifs passera à 73 contre 35 actuellement et des transferts seront possibles vers la Suisse alémanique.

Source: ATS

Continuer la lecture

Coronavirus

Genève instaure l’état de nécessité

Publié

le

@judith monfrini - le café de La Clémence

Genève instaure l’état de nécessité et passe en mode semi-confinement. Dès ce lundi à 19 heures tous les bars, restaurants et commerces non essentiels seront fermés. Les théâtres, cinémas et les musées vont également fermer leurs portes dès demain. Les écoles, quant à elles, restent ouvertes ainsi que les guichets de l’administration.

Genève instaure l’état de nécessité. Dès ce lundi à 19 heures tous les bars, restaurants et commerces non indispensables seront fermés. Toutes les professions médicales pourront continuer d’exercer, comme les physiothérapeutes. En revanche, les coiffeurs, les masseurs et les esthéticiennes devront fermer boutique. Avec plus de 1200 cas positifs par jour et pas moins 474 personnes hospitalisées dont 56 aux soins aigus, il fallait agir pour aplanir la courbe des contaminations Covid. Mais Genève ne laisse pas tomber les commerçants et les petits entrepreneurs. La Conseillère d’Etat chargée des finances, Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet  Conseillère d'Etat chargée des finances

Les théâtres, cinémas et les musées vont également fermer leurs portes dès demain. Les écoles et les crèches, quant à elles, restent ouvertes ainsi que les guichets de l’administration. Ces mesures vont durer jusqu’au 29 novembre.

10% des personnes positives terminent à l’hôpital

«La situation est grave» a déclaré la Présidente du Conseil d’Etat Anne Emery-Torracinta. Avec plus de 1200 cas positifs en moyenne par jour et pas moins 424 personnes hospitalisées dont 56 aux soins aigus, il faut agir et absolument aplanir la courbe des contaminations Covid.

Anne Emery-Torracinta Présidente du Conseil d'Etat genevois

Ces mesures vont durer 4 semaines, jusqu’au 29 novembre. Des mesures que le Conseil d’Etat ne prend de gaieté de coeur mais qui sont indispensables selon le Conseiller d’Etat chargé de la santé, Mauro Poggia

Mauro Poggia Conseiller d'Etat chargé de la santé

Re-confinement partiel

Les cinémas, les musées, les salles de concerts, les fitness, les piscines et les patinoires sont aussi concernés par ces fermetures. Les coiffeurs, les barbiers et les esthéticiennes devront aussi fermer boutique.

Sauver Noël

Ces mesures sont prises durant 4 semaines, dans l’espoir que les commerces puissent rouvrir avant la période des fêtes. Les commerçants frappés pour la deuxième fois de fermeture doivent pouvoir souffler. Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet  Conseillère d'Etat chargée des finances

Des patients pourraient être héliportés dans d’autres hôpitaux que les HUG dans ces prochains jours.

Restent ouverts, les commerces alimentaires ainsi que les marchés, mais aussi les garages, les offices postaux, les opticiens, les pharmaciens, les lieux de culte mais sans services religieux, à l’exception des mariages et des enterrements.

La règle des cinq personnes dans l’espace public comme privé reste en vigueur.

 

Continuer la lecture

Actualité

Didier Pittet: “Je lance un appel pour une Europe de la santé!”

Publié

le

Faut-il une Europe de la Santé? Oui, selon Didier Pittet.
Le Professeur, chef du Service de prévention et contrôle de l’infection aux Hôpitaux universitaires de Genève, vient de publier “Vaincre les épidémies” avec Thierry Crouzet. Un journal de bord qui retrace les six premiers mois de l’année vécus par l’épidémiologiste. Selon lui, cette pandémie doit pousser les autorités mais aussi les patients à s’interroger sur le monde d’après. C’est l’une des réflexions dont il a fait part à Benjamin Smadja et Laurie Selli dans un long entretien.

 

Continuer la lecture

Coronavirus

Près de 5’600 nouveaux cas de Covid-19 recensés ces dernières 24 heures

Publié

le

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

La Suisse compte mercredi 5596 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Onze décès de plus sont à déplorer et 115 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 28’328 tests conventionnels ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 19,75%. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 389,6 nouvelles infections pour 100’000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 91’763 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1’674’840 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 1856 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5615.

Le pays dénombre par ailleurs 11’824 personnes en isolement et 16’368 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 13’941 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Source: ATS

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid-19: Genève tient son 25ème point de situation

Publié

le

@judith monfrini

La situation est maîtrisée sur le front du Covid-19 mais elle reste préoccupante. Le Conseil d’Etat a décidé de maintenir les mesures de désinfection et les masques dans les lieux clos jusqu’au 16 novembre. Les manifestations de 1000 personnes sont autorisées à des conditions strictes et un nouveau centre de dépistage s’ouvre Rive droite.

Sur le front du Covid-19, la situation reste préoccupante à Genève. 38 personnes sont hospitalisées aux HUG, 3 sont aux soins intensifs et 3 aux soins intermédiaires. Une accalmie a bien eu lieu entre le 23 et le 28 septembre mais les contaminations remontent et elles se situent autour des 60 cas par jour. La pyramide des âges remonte également. Chez les cinquantenaires, les contaminations augmentent d’un tiers. Et chez les plus de 70 ans, elle augmente de 12%. L’Etat de Genève a néanmoins décidé de permettre aux manifestations de plus de 1000 personnes de se tenir dès ce 1er octobre, comme le prévoit le droit fédéral. L’autorisation est en revanche soumise au service de la Médecin cantonale et les règles organisationnelles sont très strictes. Les explications de la Doctoresse Aglaé Tardin.

Dr Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Test au moindre symptôme

Un nouveau centre de dépistage s’ouvre rive droite à la rue du Grand-pré.  Les HUG conseillent à la population de se faire tester au moindre symptôme anormal, même léger, afin de casser les chaînes de contamination. Les explications du Docteur Frédérique Jacquerioz, chef de clinique aux HUG responsable des secteurs E, F, G aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Dr Frédérique Jacquarioz Cheffe de clinique aux HUG et responsable des secteurs E, F, G

Quarantaines sociales

La médecin cantonale a instauré des quarantaines sociales à certaines catégories de personnes indispensables au fonctionnement de la société. Les explications du Docteur Aglaé Tardin.

Dr Aglaé Tardin Médecin cantonale genevoise

Le nouveau centre se situe à la rue de Grand Pré, entre les portes 70 C et 70 D, dans les locaux du Service d’addictologie des HUG. Il faut s’inscrire en ligne pour se faire tester.

 

Continuer la lecture