Rejoignez-nous

Genève

Une étude de l'Université de Genève se penche sur les sans-abris

Publié

,

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La Ville de Genève a mandaté l'UNIGE pour réaliser une étude sur le sans-abrisme. Il y aurait 730 personnes sans domicile fixe dans le canton, dont 545 sont en logement en hébergement d'urgence et 185 dans la rue. L'étude servira de base pour répartir les coûts au sein des Communes genevoises.

Genève compte 730 sans-abris dont un tiers de femme. C’est ce que révèle une étude de l’Université de Genève mandatée par la Ville. 545 personnes logent en hébergement d’urgence et 185 sont dans la rue.  87% des sans-abris en hébergement d'urgence n'ont pas de statut légal. Parmi les 13% restants, un tiers sont suisses. Suite à cette étude, une réunion est prévue le 5 octobre prochain avec les associations qui s’occupent des sans-abris, la Ville et l’Université de Genève. Le but : améliorer le dispositif d’accueil. Trois axes de travail sont prévus, comme l’explique la Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale Christina Kitsos.

Christina KitsosConseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Nouvelle loi

La nouvelle loi sur les sans-abris, la LAPSA votée récemment par le Grand Conseil  ne prévoit pas de clé de répartition entre les communes. Elle prévoit, en revanche, le désengagement du canton. Actuellement, la Ville de Genève octroie 15 millions de budget annuel aux sans-abris et reçoit un million du fonds intercommunal. Pour Christina Kitsos, Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale, il va falloir des moyens supplémentaires.

Christina KitsosConseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

L’étude de l’Université servira de base aux discussions entre les communes. Christina Kitsos.

Christina KitsosConseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Il manque 200 places environ à Genève pour les sans-abris. La Conseillère administrative souhaite ouvrir un lieu d’hébergement pour faire face à la demande. Christina Kistos.

Christina KitsosConseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

La conseillère administrative, Christina Kitsos, annonce l’ouverture cet hiver d’un système d’admission unique pour faciliter l’hébergement de ces sans-abris. 580 places seront disponibles.

 

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Marie-Claude Sawerschel et Marc Wuarin candidats des vert’libéraux au Conseil d’État

Publié

le

Crédits photos : Jérôme Favre

Marie-Claude Sawerschel et Marc Wuarin représenteront le Parti vert’libéral à l’élection au Conseil d’État genevois.

Le binôme a été désigné lundi soir lors de l'assemblée générale du parti qui se tenait à Troinex. Le Parti vert’libéral genevois a validé par acclamation les candidatures de Marie-Claude Sawerschel, présidente du parti, et de Marc Wuarin, co-président des jeunes Vert’libéraux et conseiller municipal à Chêne-Bougeries.

L’Assemblée a également validé une première série de 30 candidatures pour l’élection au Grand Conseil. Une seconde série sera soumise à l’Assemblée générale au mois de septembre.

Continuer la lecture

Genève

L'Asloca dépose son initiative pour la rénovation écologique

Publié

le

Avocat à l'Asloca Genève, le conseiller national Christian Dandrès a annoncé le dépôt de près de 12'000 signatures en faveur de l'initiative "Pour une rénovation écologique protégeant les locataires" (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Asloca Genève a annoncé avoir déposé lundi son initiative législative cantonale "Pour une rénovation écologique protégeant les locataires", munie de 11'851 signatures. Le texte demande que la rénovation écologique des bâtiments soit financée en ponctionnant sur les bénéfices versés par la Banque nationale suisse (BNS) au canton de Genève. Pour aboutir, une initiative législative cantonale a besoin de 5438 signatures valables.

Les locataires seraient ainsi protégés face à des hausses de loyers, souligne l'Asloca Genève dans un communiqué. La rénovation du parc immobilier est en effet incontournable si le canton entend réduire ses émissions de CO2 et lutter contre la dérive climatique.

Les fenêtres doivent être dotées d'un double vitrage et les énergies renouvelables doivent remplacer le chauffage au fuel et au gaz. Mais ces travaux ne doivent pas entraîner de hausse de loyer, estime l'Asloca, d'où le recours à un fonds alimenté par les bénéfices que la BNS verse au canton de Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Fête de la musique fait un retour réussi à Genève

Publié

le

Une trentaine de scènes ont fait vibrer les Genevois ce week-end à l'occasion de la Fête de la Musique qui faisait son grand retour. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois étaient de sortie ce week-end pour célébrer le retour de la Fête de la musique dans un format normal. La foule qui s'est déplacée en masse a pu assister à plus de 500 propositions artistiques sur 30 scènes reflétant un large panorama culturel.

Après une édition annulée en 2020 et réduite en 2021 à cause de la pandémie, cette 31e édition était très attendue. La Ville de Genève qui organise cette manifestation tire dimanche "un bilan positif". Cette édition a tenu son engagement en replaçant la fête au coeur de son offre artistique et a fait souffler un vent de liberté pendant trois jours, ajoute dimanche la Ville. Ambiance:

Les organisateurs relèvent "trois grands moments XXL". Ils évoquent le concert des chorales des écoles primaires de Saint-Jean et du Seujet. Au total, 300 enfants et un ensemble d’instruments à vent du Conservatoire populaire ont pris place sur les marches du Grand Théâtre pour un tour de chant.

Quasi simultanément s’est jouée une flash mob en grand format, sur les marches de la Cathédrale. Plus de 200 élèves d’instruments à cordes ont joué pour célébrer les 90 ans du Conservatoire populaire de musique. Samedi soir, le Festival Electron a transformé la Place de Neuve en dancefloor à ciel ouvert, aux sons électroniques des DJ perchés sur le balcon du Grand Théâtre.

Auparavant, les groupes et les artistes émergents ont profité de la soirée Tremplin du Vernier sur Rock pour faire vibrer la Place de Neuve. Une trentaine d'écoles de danse et de compagnie ont proposé dimanche des performances allant du hip-hop au jazz en passant par le contemporain et les claquettes. La Fête se termine dimanche soir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Deux nouvelles oeuvres lumineuses sur les toits de Plainpalais

Publié

le

L'oeuvre de Ann Veronica Janssens "L'ODRRE N'A PAS D'IPMROTNCAE" fait partie du projet artistique Neon Parallax qui se trouve sur les toits des immeubles le long de la plaine de Plainpalais (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Deux nouvelles installations lumineuses accrochées sur les toits d'immeubles le long de la plaine de Plainpalais à Genève sont visibles depuis lundi. Ces oeuvres font partie du projet d'art public Neon Parallax démarré en 2006.

Les Fonds d'art contemporain de la Ville et du canton de Genève à l'origine de cette initiative ont choisi une oeuvre de l'artiste allemand Olaf Nicolai "ALDEZBF? IMAGINATION SUBLIME". Il a mis en lumière un message aux caractères énigmatiques qui proviendrait de la planète Mars.

L'autre oeuvre, qui suscite également la curiosité des passants, a été réalisée par l'artiste française Nathalie Du Pasquier. Cette composition abstraite et colorée est produite par plusieurs caissons lumineux apportant un nouveau paramètre esthétique à l'ensemble des enseignes lumineuses déjà en place sur le pourtour de la plaine.

Le projet Neon Parallax a été pensé comme un contrepoint artistique aux enseignes publicitaires installées sur les quais bordant la rade. Sept oeuvres lumineuses sont déjà accrochées sur les toits des immeubles autour de la plaine de Plainpalais, dont celle réalisée par Ann Veronica Janssens aux lettres bien connues des Genevois "L’ODRRE N'A PAS D'IPMROTNCAE".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Rue Caroline: un feu de détritus provoque l'évacuation de deux immeubles

Publié

le

Un feu s'est déclaré dans la nuit dans l'allée des immeubles 43-45 de la Rue Caroline  à Carouge. Il a provoqué un fort dégagement de fumée dense. Les habitants ont été évacués. Deux personnes ont été emmenées en urgence aux HUG. 

A 3h57 du matin, le Service d'incendie et de secours a reçu les premiers appels. Les pompiers étaient sur place dans les 3 minutes. Un feu de détritus s'est déclaré au rez-de-chaussée du 45 rue Caroline mais la fumée a  incommodé également les habitants du 43. Les immeubles sont en rénovation et sont recouverts d'échafaudage.

Le feu de détritus a provoqué une fumée extrêmement dense comme l'explique le Lieutenant Nicolas Millot, officier de communication des SIS.

Lieutenant Nicolas MillotOfficier de communication des SIS

Deux nids de blessés

51 personnes ont été impliquées. Les pompiers ont constitué deux nids de blessés. 20 personnes ont été intoxiquées ou incommodées par la fumées et deux ont été évacuées en urgence aux HUG. Un feu relativement peu important mais très incommodant comme l'explique le lieutenant Millot.

Lieutenant Nicolas MillotOfficier de communication des SIS

Piégés par la fumée

Les habitants se sont sentis piégés par la fumée. Ecoutez le témoignage de Malé qui a eu peur pour elle, son mari et son fils de 12 ans.

MaléUne habitante du 43 rue Caroline

L'opération a nécessité l'engagement de 5 ambulances, un SMUR (cardiomobile) et un DCM (directeur secours médicaux). Et pour éteindre le feu: une lance, 30 pompiers professionnels et huit véhicules. Avec en renfort 10 sapeurs-pompiers volontaires de la commune de Carouge et deux de leurs véhicules.

Habitants relogés

Les habitants étaient regroupés au pied de l'immeuble, certains protégés par des couvertures de survie, sous le choc. Les services techniques doivent vérifier l'état de l'immeuble. Les habitants n'ont pas pu rejoindre leur domicile. Ils ont été emmenés à la salle communale de Carouge. Le détail avec le lieutenant Nicolas Millot

Lieutenant Nicolas MillotOfficier de communication des SIS

 

Continuer la lecture