Rejoignez-nous

Genève

Un aide-soignant jugé pour des abus sexuels sur des résidents d'EMS

Publié

,

le

Archives KEYSTONE/Martial Trezzini

Un aide-soignant accusé d'avoir commis des actes d'ordre sexuel sur deux résidents d'un EMS incapables de discernement a comparu lundi devant le Tribunal correctionnel de Genève. Selon les experts-psychiatres, cet homme âgé de 39 ans est atteint d'un trouble de la préférence sexuelle de type gérontophile.

l"J'avais des images dans ma tête, mais je ne peux pas dire que j'étais attiré par les personnes âgées", a pourtant déclaré le prévenu durant l'audience qui s'est tenue à huis clos partiel. L'aide-soignant s'est dit "choqué" par le diagnostic posé par les experts-psychiatres.

Une partie des faits remonte à la soirée du 16 juin 2020. L'homme, qui effectuait sa tournée dans l'EMS, s'est rendu dans la chambre d'une résidente âgée de 83 ans. Cette infirmière à la retraite atteinte de la maladie de Parkinson souffre d'importants troubles cognitifs.

Devant les juges, l'aide-soignant a expliqué que la vision de la résidente à moitié dévêtue sur son lit a déclenché une espèce de pulsion. Il a violé l'octogénaire qui s'est mise à hurler. Ces cris ont fait cesser l'agression et ont alerté une collaboratrice de l'EMS. L'aide-soignant a été interpellé par la police dans la foulée.

Des frustrations

Interrogé sur les motivations de son acte, il a évoqué des frustrations accumulées au travail et dans sa formation inachevée ainsi qu'une perte de confiance en soi. "Je n'avais pas vraiment de pensées, mais une sorte de pression en moi", a-t-il expliqué en réitérant à plusieurs reprises ses excuses et ses regrets pour "cet acte impardonnable".

Il reconnait ces faits. En revanche, il nie fermement avoir agressé sexuellement un autre résident âgé de 93 ans. Selon l'acte d'accusation, cet abus se serait déroulé à une date indéterminée entre mars et juin 2020. L'homme qui l'a mis en cause est décédé depuis.

Interdiction à vie

Dans son réquisitoire, la procureure Séverine Stalder a relevé que l'aide-soignant a profité de l'état de dépendance et de faiblesse de ses victimes pour assouvir ses pulsions. Il pensait certainement qu'on ne croirait pas ses victimes choisies précisément pour leur incapacité à se défendre, a ajouté la procureure.

Elle a requis une peine privative de liberté de trois ans, dont six mois ferme, avec un délai de mise à l'épreuve de quatre ans. Outre un traitement psychothérapeutique, la procureure demande une interdiction à vie d'exercer une activité avec des adultes vulnérables.

L'avocate de la défense, Stéphanie Butikofer, rappelle que son client, un père de famille sans antécédent judiciaire, ne s'est jamais défilé et qu'il suit assidument son traitement psychothérapeutique. Cet homme, soutenu malgré tout par son épouse, aurait passé à l'acte en raison de ses frustrations, selon son avocate.

Absence de réaction

L'avocat de la victime, Me Jeremy Carrat, reproche à cet aide-soignant de n'avoir rien fait alors qu'il se rendait compte qu'il avait des pulsions qui sont devenues incontrôlables. "Cette absence de réaction est incompréhensible et inexcusable", a relevé Me Carrat.

L'état de santé de la victime s'est gravement détérioré depuis l'agression. Cette femme n'accepte plus le contact avec les hommes et multiplie les terreurs nocturnes, a expliqué son avocat. Au final, "l'aide-soignant lui a pris ce que la maladie ne lui avait pas complètement pris", a-t-il conclu. Le verdict sera rendu mercredi à 8h30.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Léman Express: trafic perturbé mercredi dû à un mouvement social

Publié

le

(© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le trafic ferroviaire du Léman Express sera perturbé mercredi. Un mouvement social national des personnels de plusieurs sociétés du groupe SCNF aura lieu de mardi soir à jeudi matin en France.

Si le mouvement commence mardi à 19h00, le trafic pourra être assuré normalement ce soir-là, indique la société Lémanis lundi soir dans un communiqué. Entre 05h00 et 08h00 jeudi matin, quelques perturbations résiduelles pourraient encore subsister.

C'est surtout mercredi que le trafic sera fortement perturbé, avertit Lémanis. La majorité des trains Léman Express et tous les RegioExpress des CFF circuleront normalement entre Coppet (VD) et Annemasse (F) de 05h00 à 10h00, puis de 15h00 à 20h00.

En revanche, entre 10h00 et 15h00 et après 20h00, les trains Léman Express s'arrêteront à Chêne-Bourg (GE) et les RegioExpress à Genève. Les voyageurs pourront alors prendre la ligne 17 des tpg à destination ou en provenance d'Annemasse.

En France, le trafic sera partiellement maintenu entre 05h00 et 10h00, puis entre 15h00 et 20h00. Il sera interrompu entre 10h00 et 15h00 puis dès 20h00; des bus de substitution seront mis en place.

La gare d'Annemasse sera fermée dès 21h00. Il est recommandé aux voyageurs qui le peuvent d'annuler ou de reporter leurs déplacements prévus mercredi et de privilégier si possible le télétravail, note Lémanis.

Continuer la lecture

Genève

Les curieux auront des indiscrétions sur le Musée de la Réforme

Publié

le

Le directeur du Musée international de la Réforme (MIR) dira aux participants si les clichés du protestantisme feront partie du dispositif quand il rouvrira après plus d'un an de rénovations à Genève (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le Musée international de la Réforme (MIR) à Genève doit rouvrir ses portes dans quelques mois après plus d'un an de rénovations. Son directeur Gabriel de Montmollin dévoilera début octobre des indiscrétions lors d'une conférence publique.

Dans cette réunion à l'Institut national genevois (INGE), il promet de dire si les clichés protestants seront conservés dans le nouveau musée, selon les organisateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Les pro et anti-avortement se mobilisent en Suisse

Publié

le

Des catholiques ont prié au centre-ville de Genève contre l'avortement en Suisse. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les soutiens et les opposants au droit à l'avortement s'activent en Suisse après la récente décision aux Etats-Unis. Après un rassemblement pro-choix vendredi soir à Berne, des dizaines de catholiques ont dénoncé samedi à Genève "la pensée unique" politique.

Réunis à l'appel de "oui à l'enfant", les participants se sont retrouvés au centre-ville. "Interruption d'une vie gênante" ou "l'avortement est un crime", affirmaient certaines pancartes.

Les organisateurs déplorent le large soutien en Suisse pour le droit à l'avortement. "Depuis l'extrême gauche jusqu'aux rangs de quelques élus UDC", selon eux.

Ils saluent l'ancien président américain Donald Trump qui avait affiché son opposition. Celui-ci a surtout nommé des juges conservateurs à la Cour suprême, initiative qui a abouti à la décision de révoquer le droit à l'avortement.

"Ce qui se passe aux Etats-Unis peut se passer en Europe, en Suisse", a dit l'un des trois prêtres présents qui a animé une prière pendant des dizaines de minutes. En revanche, parmi les badauds, certains étaient surpris, d'autres en colère face aux manifestants. "Honte à vous", a glissé une personne, ajoutant que "c'est dégueulasse".

Pro-avortement plus nombreux

Le camp des opposants semble moins attirer que celui des défenseurs de l'avortement. Vendredi soir à Berne, près de 500 personnes, selon les jeunes socialistes (JS), ont manifesté sur la Place fédérale contre les attaques visant ce droit. Ce rassemblement était notamment organisé par les JS, le collectif Grève féministe et les Femmes socialistes.

Les JS s'opposent de toutes leurs forces à toutes les initiatives populaires annoncées ou lancées, expliquent-ils samedi dans un communiqué. Les avancées obtenues par la lutte doivent être préservées.

En même temps, la Suisse doit aller de l'avant. Le tabou entourant les interruptions de grossesse doit être levé et le sujet doit être abordé dès l'école. Enfin, les centres de consultation reconnus par la Confédération doivent davantage être soutenus financièrement.

Charte établie récemment

Le débat actuel porte notamment autour du Code pénal. Les manifestants à Genève estiment que "la situation de détresse" permet des avortements au-delà de 12 semaines, 5% du total des interruptions volontaires de grossesse selon eux.

Il y a quelques semaines, Santé sexuelle Suisse (SSCH) avait, elle, lancé une Charte pour que "l'avortement soit avant tout considéré comme une question de santé et non plus comme une affaire pénale". Une initiative parlementaire pour la suppression de celui-ci dans le Code pénal doit encore être discutée.

Mardi, plusieurs centaines de personnes avaient déjà appelé à Genève à défendre le droit à l'avortement après la décision de la Cour suprême américaine de le démanteler. Des pancartes comme "Vous n'arrêterez pas l'avortement, mais l'avortement sécurisé" ou "Interdire l'avortement est un meurtre" avaient pu être observées. Plusieurs rassemblements avaient eu lieu en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un marronnier du Jardin anglais a dû être abattu à cause du vent

Publié

le

Une branche charpentière d'un marronnier est tombée à cause du vent jeudi soir au Jardin anglais. Elle a entraîné la chute d'un autre arbre et fait quatre blessés légers. 

Un marronnier plus que centenaire a dû être abattu dans le Jardin anglais à Genève ce vendredi. A 18 h 30, jeudi soir, un fort coup de vent a cassé une de ses branches charpentière, qui en tombant, a provoqué la chute d’un autre arbre. Quatre personnes ont été légèrement blessées et choquées. Une personne de 60 ans a été conduite à l’hôpital pour des blessures sans gravité, elle en est sortie peu après. Trois jeunes filles étaient sur le choc.

La branche était atteinte par un champignon invisible à l’œil nu mais qui ronge l’intérieur de l’arbre. En perdant cette branche, l’arbre a subi un déséquilibre irrémédiable selon le Service des espaces verts de la Ville de Genève, ce qui a justifié sa coupe.

De grosses bourrasques de vent ont été enregistrées jeudi soir à Genève avec des pointes à 60 km/h à Cointrin.

Le service des espaces verts indique que les deux arbres ont été coupés, le marronnier et celui que la branche charpentière a entraîné dans sa chute. Un plan de plantation va être établi pour remettre trois ou quatre arbres et faire de l'ombre à cet endroit.

Continuer la lecture

Genève

Uber annonce avoir payé ses chauffeurs via sa société partenaire

Publié

le

Uber Genève annonce avoir payé ses chauffeurs ou être en passe de le faire pour la période allant du 4 au 17 juin. Une compensation financière versée via la société partenaire MITC Mobility SA. Elle a été calculée sur la base de l’activité moyenne des chauffeurs sur l’application Uber au cours des 12 derniers mois.

La rémunération correspond au salaire horaire minimum du canton qui est de 23 francs 27 auquel sont ajoutés les congés payés. Selon Uber, plusieurs centaines de chauffeurs ont déjà reçu leur versement hier jeudi, les autres le recevront ce vendredi. La compagnie américaine invite les chauffeurs qui n’auraient pas reçu leur salaire ce lundi à répondre aux mails de MITC et à communiquer leurs coordonnées bancaires.

Les montants reçus sont dérisoires selon ce chauffeur Uber.

Le chauffeur souligne qu'Uber possède toutes les coordonnées bancaires des personnes travaillant avec l'application.

Continuer la lecture