Rejoignez-nous

Genève

Scooters et motos garés sur les trottoirs : gare aux amendes

Publié

,

le

CREDIT: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le canton de Genève va sévir à l'encontre des propriétaires de deux-roues motorisés garés sur les trottoirs. Après une phase de sensibilisation et un nouveau rappel des bons comportements, les amendes vont pleuvoir dès novembre, a averti lundi l'Etat de Genève.

Depuis 2014, plus de 4200 places pour deux-roues motorisés ont été créées, principalement sur les secteurs centraux de Genève. Le canton estime donc qu'aujourd'hui, avec de telles possibilités de stationnement, chaque usager peut trouver une place licite à proximité de sa destination, quitte à faire ensuite quelques pas.

Les autorités se sont donné clairement l'objectif, il y a deux ans, de libérer les trottoirs et les espaces publics piétonniers des scooters et des motos afin de faire respecter la loi et de garantir la sécurité et le confort des déplacements des piétons.

Le deux-roues motorisés, qui se garent sur un trottoir, roulent en effet obligatoirement sur une portion de celui-ci quand il arrive ou quand il part. En agissant ainsi, le conducteur met en danger les piétons, notamment les enfants et les personnes à mobilité réduite.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Bardonnex aura une nouvelle déchetterie au centre du village

Publié

le

Une nouvelle déchetterie enterrée sera installée au centre de Bardonnex (GE), à la place De-Brunes. Les citoyens ont accepté dimanche par 52,62% un crédit de 184'000 francs destiné à cet écopoint. Le taux de participation a atteint 60,43%.

Le crédit avait été attaqué par référendum. Selon les opposants, les déchetteries enterrées génèrent des nuisances liées au trafic, au bruit et aux odeurs. Ils ne s'opposaient toutefois pas au concept en tant que tel, mais à son emplacement. Ils auraient préféré que cette déchetterie soit prévue en périphérie du village plutôt qu'au centre.

Selon l'exécutif et la majorité du Conseil municipal, cet écopoint vise à renforcer la dynamique de tri des déchets et à réduire ainsi la quantité d'ordures ménagères. Il permet aussi de fournir un lieu de collecte propre et accueillant ainsi que de rationaliser les transports nécessaires à la levée des déchets.

Continuer la lecture

Genève

Les Onésiens tiennent à la transparence des débats municipaux

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les débats du délibératif d'Onex devraient pouvoir être filmés ou photographiés librement par les journalistes. Les citoyens ont refusé dimanche par 60,57% des votants de modifier un règlement qui visait à interdire ces prises d'image, sauf autorisation spéciale du président du Conseil municipal.

Cette disposition avait été attaquée par référendum par les Vert'libéraux, le PLR et l'UDC. Les référendaires estimaient que la nouvelle disposition allait trop loin en restreignant la liberté de la presse et en portant atteinte à la transparence des débats.

Le nouvel article du règlement soutenu par l'exécutif municipal et le PS visait à éviter certains abus. En effet, une polémique avait enflé lorsqu'un conseiller municipal avait pris des images d'un de ses collègues somnolant lors d'une séance du délibératif et les avait ensuite largement diffusées sur les réseaux sociaux.

Les conséquences du résultat du vote de dimanche, qui a mobilisé 42,30% des votants, sont toutefois difficiles à évaluer en raison d'un imbroglio administratif. Selon l'exécutif, l'interdiction de filmer sauf autorisation spéciale s'appliquera de toute façon, car c'est une délibération précédente comprenant déjà cet article qui serait en vigueur.

Les référendaires ne partagent pas cet avis et comptent bien faire respecter la volonté populaire en laissant un libre accès aux débats. Une décision du Service des affaires communales, qui contrôle la légalité des décisions prises par les conseils municipaux, est attendue pour éclaircir la situation.

Continuer la lecture

Genève

Un préavis négatif pour le projet des Grands Esserts à Veyrier

Publié

le

Les Veyrites ont refusé dimanche par 53,09% des voix le Plan localisé de quartier (PLQ) des Cirses qui fait partie du projet de développement des Grands Esserts. Ce préavis négatif sorti des urnes ne devrait toutefois pas remettre en cause sa concrétisation.

Le PLQ des Cirses prévoit la construction de 770 logements et d'infrastructures publiques, dont une école et une crèche. Il était attaqué par référendum par des habitants de la commune et des membres de l'association de propriétaires immobiliers Pic-Vert avec le soutien des Verts'libéraux.

Sans s'opposer frontalement à la création des logements, ces référendaires contestaient le calendrier établi pour leur réalisation. Ils estimaient qu'il ne respectait pas une convention signée en 2012 entre l'Etat et Veyrier qui prévoit que l'ensemble des Grands Esserts se réalise en deux temps, soit 800 logements jusqu'en 2026 et 400 par la suite.

Selon les autorités communales qui défendaient ce PLQ, ce refus n'aura pas d'impact sur la réalisation des Grands Esserts, mais "il nuira fortement à sa cohérence et à la réalisation d'indispensables équipements publics". La commune devra rediscuter avec le canton pour clarifier les prochaines échéances. Des solutions devront aussi être trouvées au Conseil municipal pour réaliser les équipements publics prévus dans le PLQ refusé.

Multiples recours

C'est la première fois que les citoyens de Veyrier se prononçaient sur un sujet lié aux Grands Esserts. Avec 1200 nouveaux logements à l'horizon 2030, ce grand projet fait partie des objectifs prioritaires d'urbanisation du canton. Le développement de cette commune de 12'000 âmes suscite de vives discussions depuis plus de dix ans. Les enjeux liés à la mobilité sont au coeur du débat. Le taux de participation à ce scrutin a atteint 59,57%.

Après de multiples recours, trois PLQ prévoyant au total 420 logements ont déjà été adoptés pour réaliser l'ensemble des Grands Esserts. L'un d'eux est toujours contesté au Tribunal fédéral. Le PLQ des Cirses refusé dimanche est le quatrième et dernier PLQ du projet des Grands Esserts, dont les travaux débuteront au printemps prochain.

Continuer la lecture

Genève

Toutes les communes genevoises dotées d'un conseil administratif

Publié

le

Photo illustration Keystone

Dans le canton de Genève, toutes les communes seront dotées d'un conseil administratif de trois membres, sauf la Ville de Genève qui en comptera toujours cinq. La modification de la constitution a été acceptée dimanche par 90,39% des votants. Le taux de participation s'est élevé à 54,01%.

Cette réforme supprime le système en vigueur dans les communes comptant jusqu'à 3000 habitants, soit 24 communes sur 45. L'exécutif y est actuellement composé d'un maire secondé par deux adjoints. S'il peut déléguer une partie de ses fonctions à ses adjoints, le maire dispose seul du pouvoir d'engager la commune.

Cette révision constitutionnelle doit permettre une meilleure répartition du travail et des responsabilités, et donc une meilleure gouvernance. Elle entrera en vigueur à la prochaine législature municipale, en 2025. La fonction de maire pourra être assumée par une seule personne durant toute la législature ou en alternance par les trois conseillers administratifs.

Continuer la lecture

Actualité

Genève abolit les rentes à vie des conseillers d'Etat

Publié

le

A Genève, les conseillers d'Etat n'auront plus droit à une rente à vie après leur huitième année en fonction. Le souverain a accepté de réformer la retraite des magistrats. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, les conseillers d'Etat n'auront plus droit à une rente à vie après huit ans de mandat. L'initiative des Vert'libéraux a été préférée dimanche par 54,69% des votants au contreprojet élaboré par le Grand Conseil.

L'initiative et le contreprojet ont été tous les deux acceptés par le souverain par 77,85%, respectivement 56,01% des votants. La première l'a toutefois emporté à la question subsidiaire par 11'910 voix. Le taux de participation s'est élevé à 54,01%.

Lancée dans le sillage de l'affaire Maudet, l'initiative prévoit que les conseillers d'Etat et le chancelier touchent 70% de leur dernier traitement durant 24 mois au maximum. Ce qui différenciait les deux projets portait sur la prévoyance. Sur ce point Bertrand Reich, président du PLR genevois ne cachait pas sa satisfaction à l'issue des résultats.

Bertrand ReichPrésident du PLR Genevois

Des propos recueillis par Miguel Hernandez

Pas d'affiliation

L'initiative ne permet toutefois pas de rendre leur système de retraite conforme au droit fédéral. D'où l'élaboration d'un contreprojet qui visait à affilier les conseillers d'Etat mais aussi les magistrats de la Cour des comptes à la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève en primauté des prestations, comme les fonctionnaires.

La droite avait appelé à voter "non" à ce contreprojet. Elle voulait l'affiliation en primauté des cotisations, plus favorable aux jeunes magistrats. L'initiative ayant été préférée, la question de la prévoyance professionnelle des magistrats devra encore être réglée.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture