Rejoignez-nous

Genève

Résumé des votations cantonales genevoises

Publié

,

le

L’initiative « Zéro pertes! » passe la rampe de justesse mais reste sans effet

A Genève, l’initiative zéro pertes a passé de justesse avec 70 voix supplémentaires en faveur du oui. Selon le Conseil d’Etat cette victoire ne change rien à la situation actuelle puisque l’initiative n’a pas d’effet rétroactif. Elle s’appliquera dans le cas d’une prochaine réforme fédérale de la fiscalité. Pour rappel, la gauche avait lancé ce texte lors du premier projet de réforme de la fiscalité des entreprises RIE III. Depuis le peuple a accepté RFFA, la deuxième réforme. La Conseillère d’Etat chargée des finances, Nathalie Fontanet répond à Judith Monfrini.

Nathalie Fontanet  Conseillère d'Etat chargée des finances

Le taux de participation a atteint 54,16%. Une participation exceptionnelle comme le rappelle la Chancelière, Michèle Righetti au micro de Judith Monfrini

Michèle Righetti Chancelière genevoise

« Oui » à la garantie du financement de l’IMAD

Les Genevois soutiennent le financement de l’Institution de maintien, d’aide et de soins à domicile (IMAD). Ils ont accepté dimanche par 72,76% de « oui » de subventionner les pertes d’exploitation. Le taux de participation s’est élevé à 54,16%. La garantie de couverture de déficit de l’établissement de droit public autonome sera donc inscrite dans la constitution cantonale. Cette modification de la charte fondamentale, acceptée par le Grand Conseil sur proposition du MCG et soutenue par la gauche, était obligatoirement soumise au souverain.

A l’instar des Hôpitaux universitaires de Genève, l’IMAD est soumise à une obligation de prise en charge. Le nouvel article constitutionnel prévoit que tout déficit d’exploitation est couvert par une subvention portée chaque année au budget de l’Etat de Genève. La droite était opposée à cette couverture automatique, déplorant la perte de contrôle parlementaire qu’elle engendre. De son côté, le Conseil d’Etat n’a pas émis de recommandation de vote, s’en remettant à la décision du Grand Conseil.

Les Genevois pour une présidence tournante du Conseil d’Etat

Les Genevois font disparaître la présidence unique du Conseil d’Etat moins de deux législatures après son introduction dans la constitution de 2013. Ils ont accepté dimanche par 87,87% de « oui » de revenir au système de tournus annuel. L’exécutif cantonal est à l’origine de cette demande de modification constitutionnelle, adoptée par le Grand Conseil en 2019 et obligatoirement soumise au souverain. Conséquence du plébiscite de dimanche, le Département présidentiel est supprimé, et Antonio Hodgers pourra céder sa place en octobre. Le taux de participation s’est élevé à 54,16%.

Le Vert avait pris la présidence en septembre 2018, à la suite des problèmes judiciaires de Pierre Maudet. Doyen en fonction du collège, le magistrat PLR avait naturellement été désigné président au début de la nouvelle législature. Alors que son prédécesseur François Longchamp s’était limité à cette fonction, Pierre Maudet avait assumé un gros département en plus. Les différentes manières d’incarner une des rares nouveautés de la constitution de 2013 n’ont pas convaincu au bout du lac, alors que le canton de Vaud – où la présidence est unique durant la législature – a vraisemblablement trouvé la bonne formule. Si le PS a laissé la liberté de vote, tous les autres partis ont soutenu le retour à une présidence annuelle. Seuls d’anciens membres de l’Assemblée constituante s’y opposaient.

Anne Emery-Torracinta sera la prochaine Présidente. Elle prendra ses fonctions dès la fin du délai référendaire des votations, soit le 17 octobre. Serge Dal Busco va lui succéder le 1er juin 2021 puis Mauro Poggia pour la dernière année de la législature.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Evènement

Le salon du livre est de retour en ville de Genève !

Publié

le

La salon du livre revient en 2020 avec une nouvelle formule ! Du 28 octobre au 1er novembre prochain, découvrez les nouveautés de la rentrée littéraire d’automne dans plusieurs lieux culturels de la ville de Genève.

Salon du livre 2020: Une édition adaptée à la situation actuelle

Fort de sa première édition en 2019, le salon du livre en ville de Genève et ses partenaires invitent le public et les auteurs à se retrouver autour d’une passion commune, la littérature. Pendant cinq jours, la ville de Genève va célébrer le livre sous toutes ses formes avec des rencontres, des pièces de théâtre, des ateliers, des contes, des lectures mais aussi des dédicaces.

Le programme de cette édition met à l’honneur l’écrivaine et journaliste franco-marocaine, Leïla Slimani qui a obtenu le prix Goncourt en 2016 pour « Chanson douce » et qui a sorti le 5 mars 2020 son troisième roman « Le pays des autres » ainsi que Raphaël Enthoven, professeur agrégé en philosophie et auteur de vingt ouvrages. A leurs côtés, de nombreux auteurs seront à découvrir au sein des divers lieux et rencontres.

Au programme, des rencontres sur de nombreux thèmes comme la crise du covid-19, l’écologie, l’actualité mondiale ou la liberté d’expression mais aussi des lectures de romans et de contes pour enfants.

Ce salon en ville invite les curieux et les passionnés à parcourir l’espace urbain en proposant de multiples occasions de (re)découvrir des oeuvres et des auteurs et ainsi d’aborder la littérature sous un angle différent.

salon-du-livre-geneve

 

Toutes les nouveautés de la rentrée littéraire d’Automne.

Le salon du livre 2020 met à l’honneur les auteurs phares de la rentrée littéraire à l’occasion de lectures, rencontres et dédicaces*. Vous pourrez suivre tout l’événement sur Radio Lac qui en est le fier partenaire.

Parmi nos coups de coeur, le tout premier roman d’Olivia Ruiz connue en tant qu’auteurice. compositeure, interprète et à qui l’on doit notamment le titre la Femme Chocolat. Le Salon du livre vous propose de découvrir son premier roman, « La commode aux tiroirs de couleur » lors d’une lecture le jeudi 29 octobre à 17h00 à Yvette de Marseille. L’auteurice sera également présente en compagnie de Carole Martinez vendredi 31 octobre à 18h00 au Théâtre Saint-Gervais.

Pour une lecture encore, le salon invite les amateurs à découvrir « Les roses fauves » de Carole Martinez le 31 octobre à 10h30 à Payot Rive-Gauche. Même date, même lieu pour une séance de dédicace de Chappatte, le dessinateur de presse suisse à 15h00.

Le lendemain, 1er novembre à 11h30, Payot Rive-Gauche accueille David Foenkinos (La délicatesse) pour une rencontre à l’occasion de la sortie de son nouveau roman, « La famille Martin ». Pour finir, vous pourrez également assister à une lecture de l’écrivain suisse Marc Voltenauer qui nous offre cet automne une nouvelle aventure de l’inspecteur Andreas Auer avec « Les protégés de Sainte Kinga ».

*Programme sous réserve de modifications

 

La littérature africaine à l’honneur.

La littérature africaine sera aussi à l’honneur et le Prix Ahmadou Kourouma 2020 sera remis dans le cadre du salon du livre en ville. Ce prix décerné chaque année récompense un auteur africain ou d’origine africaine dont le travail s’inscrit sans l’héritage littéraire et humaniste légué par le romancier ivoirien Ahmadou Kourouma ayant donné son nom à ce prix.

On se rappelle qu’en 2019, le prix avait couronné David Diop pour « Frère d’âme » (Seuil). Cette année, une première sélection de six romans sont en lice pour le prix:

  • Les jours viennent et passent, Hemley Boum
  • Boy Diola, Yancouba
  • Rouge impératrice, Léonora Miano
  • Tous tes enfants dispersés, Beata Umubyeyi Mairesse
  • Pourquoi tu danses quand tu marches, Abdourahman A. Waberi
  • Impossible de rester, Aminata Pagni

Les auteurs de ces romans seront présents dans le cadre du salon africain pour des rencontres sur les thèmes de la transmission, l’émigration, l’intégration, l’enfance… Le Prix Kourouma sera remis le vendredi 30 octobre 2020 à 18h30 à ILAB-Design.

Le salon du livre en ville nous annonce donc un programme riche en découverte pour tous les âges qui prendra ses quartiers dans de nombreux lieux culturels de la ville. 

Continuer la lecture

Actualité

Interview – Philipe Chevrier met l’œuf et la poule à l’honneur de Monsieur Bouillon

Publié

le

Malgré la situation sanitaire actuelle, vous l’avez peut-être remarqué, une nouvelle brasserie s’est installée rue de la Synagogue à Genève. Monsieur Bouillon a ouvert ses portes le mois dernier. Aux commandes Grégory Arhr et Philippe Chevrier, deux figures incontournables de la gastronomie genevoise.

Monsieur Bouillon vient s’ajouter à la liste des nombreux autres établissements dont le chef, doublement étoilé du Domaine de Châteauvieux, est propriétaire ou qu’il supervise. Hyperactif dans la création de projet monsieur Chevrier ne sait pas rester tranquille, comme ont pu le remarquer Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Monsieur Bouillon est un établissement chic qui a su garder l’ambiance rustique du bâtiment qui l’abrite. Au menu, la carte s’adapte au fil des saisons en déclinant l’œuf et la volaille. En plus du restaurant Monsieur Bouillon accueil un bar à l’étage mettant l’accent sur les cocktails et des brochettes d’inspiration japonaise.

Continuer la lecture

Actualité

Un habitat évolutif pour seniors va proposer des services à la personne

Publié

le

©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

À Genève, le quartier de Pont-Rouge va accueillir le premier habitat évolutif pour seniors. Ce projet veut offrir à ses locataires en perte d’autonomie un cadre de vie confortable, harmonieux et intergénérationnel. Il va également proposer des services à la personnes. La structure sera inaugurée au printemps 2021.

Au printemps 2021, un habitat évolutif pour seniors va ouvrir à Genève. Il sera situé dans le nouveau éco-quartier de Pont-Rouge au Grand-Lancy situé à côté de la gare de Lancy-Pont-Rouge et du Léman express. Ce projet original veut offrir à ses locataires en perte d’autonomie un cadre de vie confortable, harmonieux et intergénérationnel au sein des bâtiments de l’Adret. Des commerces de proximité seront également présents. Les précisions de Maria Bernasconi, présidente de la fondation communale pour le logement des personnes âgées (FCLPA).

Maria Bernasconi Présidente de la fondation communale pour le logement des personnes âgées

Un lot de trois bâtiments qui compte 250 logements a été dédiés au logement social et étudiant. Ces-derniers ont signé une charte du vivre ensemble et donnent de leur temps chaque mois pour les seniors en échange d’un loyer modéré. L’immeuble compte également des salles de musique et autres locaux communs. Tout a été fait pour favoriser le lien social dans cet espace intergénérationnel.

Lire aussi: A Genève, l’Adret Pont-Rouge accueille les premiers habitants

Services à la personne

L’une des mesures phare du quartier de Pont-Rouge est de pouvoir offrir des services à la personne à ses locataires. Pour ce faire, plusieurs partenaires comme l’Association des EMS de Lancy, le Groupe Eldora, le Centre Santé Lancy Pont-Rouge, la Physiothérapie de l’Adret, la Fondation Ensemble et la Crèche Pont-Rouge ont signé une convention de partenariat avec la FCLPA. Ensemble, ils vont offrir diverses prestations de services et de proximité aux locataires. Le détail avec Maria Bernasconi.

Maria Bernasconi  Présidente de la fondation communale pour le logement des personnes âgées

Continuer la lecture

Actualité

Genève ne veut pas d’un dépôt de déchets radioactifs au Bugey

Publié

le

Photo illustration KEYSTONE/Magali Girardin

La Ville et le canton de Genève s’opposent à l’exploitation d’un dépôt de déchets radioactifs sur le site de la centrale nucléaire du Bugey, dans le département de l’Ain, à environ 70 kilomètres de la frontière suisse.

Les deux collectivités publiques ont annoncé vendredi avoir saisi la justice.

L’Autorité de sûreté nucléaire française avait donné son feu vert le 28 juillet dernier à la mise en service d’une installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (ICEDA) au Bugey. Le 28 septembre, la Ville et le canton de Genève ont recouru contre cette décision aux côtés de 4 riverains du site.

L’ICEDA doit être exploitée par EDF. Elle a pour but d’accueillir des déchets radioactifs produits dans le cadre du démantèlement des centrales nucléaires de première génération et de Creys-Malville. Elle doit aussi recevoir des déchets issus de l’exploitation et de la maintenance des centrales nucléaires à eau pressurisée.

La centrale nucléaire du Bugey est source d’inquiétude pour la Ville et le canton de Genève depuis 2016. Les Genevois estiment que l’infrastructure, ancienne, constitue un danger. En 2019, une plainte avec constitution de partie civile a été déposée à Paris, afin qu’une enquête soit ouverte par un juge d’instruction.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Actualité

À Genève, un comité en faveur des multinationales responsables

Publié

le

KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Un comité genevois se mobilise en faveur de l’initiative pour des multinationales responsables. L’objet vise les grandes multinationales qui ont leur siège en Suisse. Les PME ne sont pas concernées sauf en cas d’activité à haut risque. Le peuple suisse doit se prononcer sur cet objet le 29 novembre prochain.

À Genève un comité se mobilise en faveur de l’initiative pour des multinationales responsables. Ils ont présenté leurs arguments à la presse ce jeudi. Pour rappel, cette initiative fédérale souhaite que les multinationales ayant leur siège en Suisse et leurs filiales respectent les droit humains et les standards environnementaux à l’étranger. Faute de quoi elles devront répondre des dommages causés. L’initiative vise les grandes multinationales qui ont leur siège en Suisse. Les PME ne sont pas concernées, sauf en cas d’activité à haut risque comme le commerce d’or ou de diamants. Une initiative qui est aujourd’hui essentielle pour la Suisse selon Micheline Calmy-Rey, ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d’initiative.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

 

Ethique et économie

L’un des arguments brandis par les opposants comme un épouvantail serait l’incompatibilité entre éthique et économie. Un argument que balaye Micheline Calmy-Rey, pour qui ces deux concepts ne sont pas contradictoires.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

Les multinationales qui font scandale dans la presse pour violation de droits humains causent non seulement du tort aux victimes mais également à la réputation de l’économie Suisse. C’est pourquoi, l’association entre éthique et économie pourrait sauvegarder l’image de la Suisse à l’international. Les précisions de Micheline Calmy-Rey.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

 

Coalition historique

L’initiative est portée par 130 organisations de la société civile, un comité d’entrepreneurs composé de 300 dirigeants d’entreprise, plus de 400 politiciens tous bords confondus et par les églises nationales catholiques et réformées. Une coalition historique qui ne surprend pas Micheline Calmy-Rey.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

Le peuple suisse se prononcera sur cet objet le 29 novembre prochain. Le même jour, il devra également voter sur l’initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre »

Continuer la lecture