Rejoignez-nous

Genève

Nez Rouge de nouveau annulé à Genève

Publié

,

le

Photo archives ©KEYSTONE/TI-PRESS/GABRIELE PUTZU

Il faudra faire sans Nez Rouge cette année encore à Genève.

Comme l'an dernier, ne comptez pas sur Nez rouge pour vous ramener de vos soirées arrosées en cette fin d’année.

Le dispositif a été annulé pour la 2ème année consécutive. La section genevoise va rester au garage pour le nouvel an notamment.

La faute aux mesures sanitaires jugées trop contraignantes, surtout avec la limitation du nombre de bénévoles autorisés.

Yves BrandPrésident de Nez Rouge Genève

Les sections Nez Rouge de Neuchâtel ou du Jura ont, elles aussi, annulé leur opération pour 2021, il y a quelques jours. Le point sur la situation en Suisse :

Yves BrandPrésident de Nez Rouge Genève

A noter qu’une campagne de prévention va être mise sur pied dès le mois prochain pour présenter des alternatives à Nez Rouge. L’occasion de revenir sur le concept de Sam notamment…

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Manifestants contre un projet de centre commercial près de Genève

Publié

le

Les opposants ne veulent pas d'un centre commercial à Saint-Genis-Pouilly en France voisine. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les opposants au projet de centre commercial de Saint-Genis-Pouilly, aux portes de Genève, sont remontés. Plus d'une centaine d'entre eux ont manifesté samedi après-midi dans cette ville de France voisine dans le cadre d'une affaire arrivée jusqu'au Conseil fédéral.

"Stop au béton", ont crié les personnes qui ont défilé dans le centre de cette ville de 12'000 habitants après s'être rassemblés devant la mairie. "Personne ne veut de ton centre", affichait une banderole qui mettait en cause le responsable selon les opposants, le maire Hubert Bertrand.

Parmi la foule réunie à l'appel du collectif "Stop OPEN", dont fait partie Pro Natura et qui est soutenu par le WWF Genève, se trouvaient plusieurs membres des Verts genevois ou le député et ancien maire de Genève Rémy Pagani. Le centre commercial OPEN est prévu sur une quinzaine d'hectares et doit aboutir à des centaines d'emplois pour une enveloppe de 150 millions d'euros.

Les organisations environnementales dénoncent un impact sur deux rivières, dont l'Allondon, sur la biodiversité et sur la circulation routière. Jusqu'à 10'000 véhicules sont attendus en moyenne chaque jour.

Offre déjà assez large

Les protestataires déplorent aussi un ajout à une offre déjà importante en termes de centres commerciaux sur 10 km2 entre Genève et la France voisine. L'affaire dure depuis une trentaine d'années, mais la préfecture a récemment avalisé le projet. "Les études ont été mal ficelées", a affirmé une membre du collectif à Keystone-ATS.

Autre reproche, l'entreprise a commencé les travaux préparatoires trop tôt. Les opposants ont obtenu une interruption, avant une relance en octobre. "Il y a de l'eau, beaucoup d'eau" dans la zone, dit la membre du collectif qui a mandaté un avocat spécialiste de l'environnement après des analyses d'un hydrogéologue.

Après la condamnation récente de l'Etat français à réparer l'injustice climatique, les opposants souhaitent un effet sur le projet de centre commercial. Alors qu'une décision judiciaire est attendue, "on demande aux tribunaux de faire leur travail" en condamnant les collectivités, les investisseurs ou l'Etat, affirment également les membres du collectif.

Autre affaire dans la région

L'hydrogéologue, comme M. Pagani, est lui venu dans la foule défendre également une autre lutte: du PCB, une substance suspectée d'être cancérigène et polluante, a été identifié dans l'Oudar, un affluent de la Versoix. L'expert accuse une collectivité d'avoir pris d'autres échantillons dans d'autres zones et veut attaquer l'Etat français.

De son côté, l'ancien maire de Genève va à nouveau interpeller le Conseil d'Etat, quelques mois après une première question. Selon lui, le gouvernement minimise le problème.

Jusqu'au Conseil fédéral

L'affaire du centre commercial est elle remontée il y a quelques mois jusqu'au Conseil fédéral. Mentionnant une Convention internationale sur l'impact sur l'environnement, la conseillère nationale Delphine Klopfenstein Broggini (Verts/GE) en avait appelé au gouvernement.

Le Conseil fédéral avait répondu que le projet ne lui avait pas été notifié par la France, contrairement aux obligations de celle-ci. Il a reconnu un probable impact sur le trafic routier et sur les rivières de la zone. En mars, le Grand Conseil genevois avait lui voté une motion demandant au Conseil d'Etat de s'opposer au site.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le salon des inventions de Genève fait son retour en présentiel

Publié

le

Photo Archives

Le 48ème salon des inventions de Genève retrouve les halles de Palexpo. 

Après l’édition de mars 2021 en virtuel, la grand’messe des inventions revient dans la halle 1. Elle aura lieu du 16 au 20 mars 2022.

Les organisateurs espèrent pouvoir présenter un millier d’inventions. L’accès au site se fera en fonction des mesures sanitaires en vigueur à cette période.

 

Continuer la lecture

Genève

Le Prix 2021 de l'innovation attribué à une app des HUG pour les soignants

Publié

le

Image illustration Keystone

Les Hôpitaux universitaires de Genève et l'Université de Genève ont attribué le prix 2021 de l'innovation au projet "Pimp my HUG", une application destinée aux soignants qui améliore l'efficience des soins. Au total, 21 projets étaient en lice pour décrocher ce prix qui permet de participer à une compétition sur le plan international.

L'application a été baptisée "Pimp my HUG" pour "Patients In My Pocket". Elle offre aux soignants une liste ciblée et actualisée des patients à leur charge, un accès direct aux résultats de laboratoire et d'imagerie tout en connectant automatiquement les soignants en charge du même patient, indiquent vendredi les HUG et l'UNIGE dans un communiqué commun.

Cette application a été conçue par Frederic Ehrler de la direction des systèmes d'information des HUG, par Carlotta Tuor et Robin Rey, étudiants à la faculté de médecine et Johan Sibert, du service d'accueil et d'urgences pédiatriques. Le jury a retenu le caractère innovant du projet, son potentiel commercial ainsi que le bénéfice pour les patients et l'institution.

 

Continuer la lecture

Genève

La grève du climat réclame le désengagement des banques dans le fossile

Publié

le

@Judith Monfrini

La deuxième grève du climat de l’année a lieu ce vendredi soir à Genève, sur le mode, "La planète brûle, on attend quoi?" Elle se rendra de la place des 22 Cantons à la Place des Nations.

Une grève du climat a lieu ce vendredi après-midi à Genève. Le rendez-vous est donné place des 22 Cantons devant la gare Cornavin, à 16 heures. La manifestation se rendra ensuite à la Place des Nations  en passant par les Pâquis. C’est seulement la deuxième grève du climat  cette année. La précédente manifestation, en mai dernier, n’avait connu qu’un succès modeste. La mobilisation devrait être plus forte cette fois-ci, selon Téo, jeune activiste dans la grève du climat à Genève et membre de Breakfree.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

Dès 17h30, différentes actions auront lieu sur la place des Nations, des prises de paroles, des activités artistiques de la danse, des percussions et même une fanfare.

Catastrophes naturelles

Pour Téo, il est urgent d’agir au vu des derniers événements extrêmes.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

L’ONU est un lieu symbolique pour les activistes du climat puisqu’il abrite le monde entier. Ecoutez Téo.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

Place financière dans le collimateur

La Suisse et sa place financière doit montrer l’exemple pour les grévistes du climat. Elle doit se désengager du fossile.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

Selon les chiffres, la place financière suisse polluerait 22 fois plus que le pays tout entier avec ses investissements.

Les collectifs de défense du climat ont déjà interpellé la banque nationale et les banques privées suisses. Ils vont prochainement s’attaquer aux caisses de pensions.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

"La planète brûle, on attend quoi ?"

Pour Teo, il est important d’agir, de manifester, pour juguler l’inquiétude ambiante.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

Le mouvement Grève du climat tient à garder son indépendance, selon Teo, même si des partis politiques sont présents aux manifestations.

Téo Activiste de la Grève du climat et membre de Breakfree

Les aînés pour le climat seront également présents à la manifestation de ce vendredi.

 

Continuer la lecture

Genève

Policiers genevois soupçonnés de corruption: l'affaire fait pschitt!

Publié

le

"Ni champagne, ni partouzes", c'est ce qu'a déclaré le Procureur général Olivier Jornot ce vendredi devant la presse. En clair, les policiers soupçonnés de corruption, d'acceptation d'un avantage  pour leurs liens trop étroits avec un patron de salon de massage des Pâquis, ne sont pas condamnables pénalement. En revanche, la hiérarchie de la police va les sanctionner de manière administrative. 

L'affaire dévoilée dans les médias en avril 2019 avait fait grand bruit. Le téléphone du tenancier du salon érotique des Pâquis, qui employait des travailleuses du sexe, contenait de nombreuses photos et vidéos qui laissaient présager de graves comportements délictueux de la part des policiers. Il n'en est rien, selon le Ministère public, qui relève seulement l'existence de liens de proximité problématiques au niveau de la déontologie. L'affaire aurait donc fait pschitt! Ecoutez le Procureur général Olivier Jornot.

Olivier JornotProcureur général du Canton de Genève

Certains agents sont néanmoins poursuivis pour avoir transmis des informations confidentielles à l'exploitant. Ils sont accusés de violation du secret de fonction.

Pour le Procureur général, seules des infractions mineures ont été commises, comme "faire sauter une amende", fermer les yeux sur un permis d'exercer d'une travailleuse du sexe échu ou encore livrer un numéro de plaque de voiture via messagerie personnelle. Les allégations faites par les médias ne se sont pas vérifiées. Olivier Jornot

Olivier JornotProcureur général du Canton de Genève

Ni l'existence de parties fines avec les prostituées, ni le rabattage de travailleuses du sexe par les policiers et ni la location d'appartements pour le commerce du sexe par la police n'a pu être établi par l'enquête pénale du Ministère public.

L'entrave à l'action pénale n'a pas non plus été démontrée. Les témoins qui se sont largement répandus dans les médias, notamment concernant la présence d'enveloppes, se seraient dégonflés selon le Ministère public.

Une centaine de policiers étaient en contact avec le tenancier du salon de massage, seuls 34 ont fait l'objet d'investigations poussées de la part de l'Inspection générale des services et du Ministère public.  29 dossiers ont été transmis à la hiérarchie de la police, quatre procédures sont en cours pour violation du secret de fonction et un dossier est clos.

Sanctions administratives: 

29 dossiers ont été transmis à la Commandante de la police Monica Bonfanti Mais c'est en fait 26 dossiers qui ont été traités. Selon leur gravité, ils ont été répartis entre le département de la sécurité et la Commandante de la police, Monica Bonfanti.

Mauro Poggia: "un policier se doit d'être au-dessus de tout soupçon"

Mauro Poggia a rappelé que si le caractère pénal des infractions a été écarté par le Ministère public, "cela ne veut pas dire qu'il y a rien" et que des sanctions administratives doivent être adoptées, même si les infractions ne sont pas pénalement condamnables. Il a rappelé que "la police d'il y a 20 ans n'est plus celle d'aujourd'hui et qu'il est primordial que tout membre du corps de police respecte la loi.

"Un policier ne doit surtout pas prêter le flanc à la critique et doit être au-dessus de tout soupçon", a déclaré le Magistrat. Les dix dossiers les plus graves sont sous la responsabilité du Conseiller d’Etat chargé de la sécurité. Ecoutez Mauro Poggia.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de la sécurité

Six policiers suspendus

Plus de 33'000 SMS ont été échangés entre des policiers et le tenancier du salon érotique. Des photos ont été prises dans le poste de police des Pâquis avec ce même tenancier, mais aussi lors de repas et avec des travailleuses du sexe. Inadmissible! pour Mauro Poggia.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de la sécurité

Les six cas suspendus risquent la résiliation de leur contrat et en cas de faute plus grave la révocation.

Sanctions de la Cheffe de la police

La Colonelle Comandante de la police Monica Bonfanti a traité de son côté 16 dossiers de gravité moins importante. On l'écoute.

Monica BonfantiColonelle Commandante de la police genevoise

Elle a infligé un blâme et un policier a écopé de 100 heures de travail non rémunéré. Cinq ont reçu un rappel à l’ordre.

Code de déontologie

Un nouveau code de déontologie a été rédigé. Il sera remis aux policiers dans une dizaine de jours. Une proximité existe entre policiers et monde de la nuit. Colonelle Monica Bonfanti.

Monica BonfantiColonelle Commandante de la police genevoise

La durée d'affectation d'un policier au monde de la nuit n'excède actuellement pas 4 à 5 ans, pour éviter cette trop grande proximité, selon la Cheffe de la police.

Continuer la lecture