Rejoignez-nous

Genève

Moins de tolérance pour les motos et scooters mal parqués sur les trottoirs

Publié

,

le

Image d'illustration

Gare aux motos et aux scooters mal parqués à Genève... L'application de la loi va être plus stricte dès aujourd'hui.

Après des campagnes d'informations menées ces dernières semaines, les contrôles vont être renforcés dès ce lundi pour mettre fin au stationnement des deux roues motorisés sur les trottoirs ou sur la voie publique hors cases. Avec à la clé des amendes de 40 à 120 francs, en fonction de l'infraction... Concrètement, qu’est-ce qui va changer dès ce lundi ? La réponse de Damien Zuber, directeur général de la Fondation des Parkings.

Damien ZuberDirecteur général de la fondation des Parkings

En écho, les autorités assurent qu'il y a suffisamment de places pour parquer son 2 roues correctement. Damien Zuber, directeur général de la Fondation des Parkings.

Damien ZuberDirecteur général de la fondation des Parkings

Une application plus stricte de la loi qui, bien évidemment, est accueillie froidement du côtés des propriétaires de scooters ou de motos. A l'instar d'Aristos Marcou, président de l'association Génération 2 motards.

Aristos MarcouPrésident de l'association Génération 2 Motards

De leur côté, les motards fustigent le manque de place pour se garer en surface, même si les parkings souterrains sont vus d'un bon œil. Aristos Marcou, président de l'association Génération 2 Motards.

Aristos MarcouPrésident de l'association Génération 2 Motards

Et une nouvelle donne qui pourrait quelque peu échauffer les esprits, avec les agents de la fondation des Parkings en 1ère ligne.

Damien ZuberDirecteur général de la fondation des Parkings

Dossier signé Miguel Hernandez et Benoît Rouchaleau.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève interdit de fumer dans certains lieux extérieurs

Publié

le

A Genève, il sera interdit de fumer aux arrêts de bus, aux abords des écoles et dans les centres sportifs. Le Grand Conseil a modifié la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics pour mieux protéger la jeunesse contre le tabagisme (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, il sera interdit de fumer aux arrêts de bus, aux abords des écoles et dans les centres sportifs. Le Grand Conseil a modifié la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics afin d'inclure certains lieux extérieurs.

Cette modification législative a pour but de protéger la population, en particulier la jeunesse, contre l'exposition au tabagisme, a indiqué le rapporteur de majorité Sandro Pistis, député MCG. Elle a été acceptée vendredi par 63 oui, 4 non et 9 abstentions.

L'extension de l'interdiction de fumer concerne les lieux accessibles au public, extérieurs ou ouverts des établissements de formation, des écoles et des garderies, tout comme les aires de jeux et les pataugeoires, les terrains sportifs et leurs tribunes, les patinoires et piscines. Elle touche aussi les terrains des camps de jour et de vacances ainsi que les arrêts des transports publics.

"Genève pionnier"

Voir des personnes fumer ou des mégots sur le sol peut contribuer à l'initiation du tabagisme chez les jeunes, a déploré la socialiste Jennifer Conti, auteure du projet de loi. Plusieurs pays, dont la France, l'Espagne, les Etats-Unis et le Canada, ont créé des espaces publics extérieurs sans fumée. "Avec ce texte, le canton de Genève sera pionnier en Suisse", a relevé la députée.

"Ce projet de loi est novateur", a reconnu le conseiller d'Etat Mauro Poggia, en charge de la Santé. Le magistrat n'exclut toutefois pas que certaines dispositions, comme l'interdiction de fumer aux arrêts de bus, soient attaquées en justice.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Covid à Genève:"une situation paradoxale"

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Les contaminations sont toujours très importantes à Genève, avec 2500 à 3000 cas par semaine. Malgré ces chiffres élevés, le système de soins n'est pas débordé même s'il subit une très forte pression.

Sur le front du Covid à Genève la situation, est très paradoxale selon Adrien Bron. Un nombre de contamination record avec un pic à 4'000 qui provoque une activité très intense au niveau du système hospitalier et des cabinets médicaux. Mais qui ne le fait pas déborder. Les précisions du Directeur général de la santé.

Adrien BronDirecteur général de la santé

L'hôpital est quasiment entièrement occupé par des cas Covid, selon les autorités sanitaires, mais le risque de manquer de lits pour les patients est en train de s'éloigner. Cette cinquième vague en revanche va durer plus longtemps. Adrien bron.

Adrien BronDirecteur général de la santé

Ligne verte explosée

Les renseignements pris auprès du service du médecin cantonal -les appels à la ligne verte - sont très nombreux comme l'explique le Directeur général de la santé.

Adrien BronDirecteur général de la santé

Le service du Médecin cantonal tire des enseignements de ce virus qui pourraient servir à l'automne en cas de recrudescence de la maladie.

Adrien BronDirecteur général de la santé

Personnel soignant exemplaire

Plus de 18’000 personnes ont été testées la semaine dernière ce qui représente une hausse de 16 %. 500 personnes sont hospitalisées avec un Covid actuellement dans les hôpitaux. Omicron représente près de 100 % des cas. Heureusement ce variant est plus contagieux mais moins virulent que le Delta. La Médecin cantonale Aglaé Tardin.

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Masques à l'école

Les masques à l'école pour le primaire et le secondaire I tombent le 21 février à la rentrée des vacances. Dr Tardin.

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

D'autres cantons, comme Vaud et Valais ont décidé d'abandonner la mesure ce lundi. La Médecin cantonale genevoise a préféré attendre trois semaines, afin que les enfants qui souhaitaient se faire vacciner puissent le faire.

Du côté des vaccinations, elles sont en chute libre avec une diminution des doses administrées de 85% . Presque aucun rendez-vous n'est agendé en février. Bon nombre de centres vont d'ailleurs fermer.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Les inscriptions à la vaccination sont en chute libre à Genève

Publié

le

La pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi a constaté une diminution brutale des demandes de vaccination dans le canton de Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la vaccination contre le Covid-19 ne fait plus recette. Il y a "une chute vertigineuse" des inscriptions, a indiqué vendredi la pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi. Le dispositif de vaccination, utilisé à moitié de ses capacités, va être adapté en conséquence.

La Pharmacie Populaire va fermer, tout comme M3 Meyrin. Le grand centre M3 de la route de Chêne, quant à lui, arrêtera ses activités liées à la vaccination le 26 février prochain et se concentrera sur les tests. 86'000 personnes se sont inscrites en janvier pour se faire vacciner. Ce chiffre s'établit à moins de 14'000 en février.

Sur le front hospitalier, les nouvelles sont plutôt rassurantes. Même si les hôpitaux demeurent sous tension, ils ne seront "vraisemblablement" pas débordés, a expliqué le directeur de la santé du canton de Genève, Adrien Bron. Alors que le virus circule quasi librement, les hospitalisations ne grimpent pas en flèche.

On recense ces derniers temps entre 2500 et 3000 nouveaux cas de contamination chaque jour dans le canton de Genève. Un pic de 4000 cas a même été enregistré une fois, a précisé M.Bron. Quelque 500 personnes infectées par le virus se retrouvent à l'hôpital, dont 18 aux soins intensifs.

Le canton enregistre 25 décès dus au Covid-19 depuis le début de l'année. Il n'y a pas de surmortalité constatée, a relevé la médecin cantonale Aglaé Tardin. Le variant omicron est le plus répandu à ce jour. Même si le vaccin ne protège pas contre une contamination à l'omicron, il permet néanmoins d'éviter les "infections sévères".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Maltraitance au foyer de Mancy: résultats d'enquête à fin février

Publié

le

Photo Archives (KEYSTONE/Martial Trezzini)

A Genève, les résultats d'une enquête externe visant le foyer spécialisé pour jeunes autistes de Mancy sont attendus pour la fin février. Le Temps et Heidi.news ont révélé des maltraitances répétées de la part de certains collaborateurs envers les pensionnaires de cet établissement qui est sous l'égide de l'Office médico-pédagogique.

Un premier audit sur la gouvernance du foyer a été lancé en printemps 2021. "En tant qu'employeur, nous devions avant tout nous assurer que les collaborateurs étaient en position de remplir leur mission", indique la cheffe du Département de l'instruction publique (DIP) Anne Emery-Torracinta dans un entretien publié vendredi dans Le Temps.

"Après ce premier rapport, nous avons continué à réunir des éléments, et il est apparu qu'il nous manquait la version des familles", ajoute la conseillère d'Etat. Une nouvelle enquête a ainsi été lancée en décembre dernier. "En parallèle, le département a effectué une dénonciation pénale, sur la base d'éléments semblant être constitutifs d'une violation du devoir d'assistance ou d'éducation", précise Mme Anne Emery-Torracinta.

Selon les révélations du Temps et de Heidi.news, plusieurs jeunes pensionnaires du foyer de Mancy ont subi des maltraitances qui auraient été dénoncées en 2019 déjà. "L'erreur que j'ai commise au départ, c'est de croire qu'il s'agissait de la problématique d'un enfant en particulier et non pas du foyer", indique la cheffe du DIP, qui essaie de comprendre pourquoi rien ne lui est remonté plus tôt.

"Indigne"

La conseillère d'Etat souligne que "ce qui s'est passé à Mancy est inacceptable et indigne". "De tels actes n'auraient jamais dû arriver et ne se seraient pas produits si cet établissement avait été conçu dans les règles, avec un projet institutionnel, une formation et des moyens adaptés", ajoute Mme Emery-Torracinta. Elle reconnaît que le DIP a failli dans sa mission.

Selon l'enquête du Temps et de Heidi.news, des enfants étaient privés de nourriture, enfermés, projetés au sol, laissés dans leurs excréments ou encore traînés d'une pièce à l'autre par leurs vêtements. Ouvert en juin 2018 à Collonge-Bellerive, le foyer spécialisé de Mancy accueille une dizaine de jeunes de 8 à 18 ans souffrant d'autisme ou de déficiences intellectuelles.

Continuer la lecture

Actualité

L'ONU à Genève lancée une plateforme d'archives numérisées

Publié

le

Le public pourra voir des millions de pages numérisées par l'ONU à Genève (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les archives de l'ONU à Genève seront plus faciles d'accès pour le public dans le monde entier. Une plateforme, sur laquelle des millions de pages de la Société des Nations (SDN) ont été numérisées, a été lancée vendredi par la directrice générale Tatiana Valovaya.

Les archives rassemblent les documents des mouvements internationaux de paix du 19e siècle, de la SDN, de l'Office des Nations Unies à Genève (ONUG) et d'autres agences onusiennes. Parmi elles, d'ici la fin de l'année, plus de 15 millions de pages de la SDN, surtout des lettres reçues dans de nombreuses langues, ont été numérisées.

Aucune n'a été perdue, a expliqué une responsable du dispositif. Au total, près de 90% ont été numérisées et plus de 70% sont prêtes à être montrées. La plateforme active depuis décembre dernier offre encore du matériel visuel. Elle permettra de mieux comprendre le multilatéralisme.

"C'est une étape importante" après des années d'efforts, a dit à la presse Mme Valovaya. Ces archives sont "pour notre travail actuel" et pour un multilatéralisme adapté au 21e siècle.

Les débuts des discussions internationales sur les réfugiés, le désarmement ou de nombreuses autres questions peuvent être mieux saisis. Pendant des décennies, ce matériel n'était accessible qu'aux seules personnes qui pouvaient se déplacer à Genève. Soit environ 150 par année seulement.

Millions de francs

Désormais, diplomates, universitaires mais aussi citoyens pourront les analyser en ligne. Un dialogue avec le personnel est aussi possible et des nouvelles technologies comme l'intelligence artificielle (IA) sont utilisées. Depuis décembre, plus de 1200 personnes se sont déjà connectées.

Et l'ONU s'attend à un changement pour les travaux sur le multilatéralisme. Selon l'un des responsables, cette numérisation "a été l'une des plus importantes jamais menées dans le monde". Elle a rassemblé seulement une vingtaine de personnes.

Financé par des fonds privés, le dispositif (http://archives.ungeneva.org et http://lontad-project.unog.ch) a coûté 25 millions de francs. Si d'autres donateurs participent, l'accès pourrait être facilité dans toutes les langues officielles de l'ONU.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture