Rejoignez-nous

Genève

Météo à Genève : soleil et ciel bleu

Publié

,

le

Source : Keystone ATS

Doux air d’automne à Genève aujourd’hui. Le soleil est de retour et le ciel bleu donne un peu de baume au coeur. Les maximales seront les plus fortes de la semaine : il fera 9° cet après-midi.

Demain : le temps sera couvert et sec en matinée. Mais malgré les nuages le soleil compte bien rester encore un peu. Les températures seront en baisse. 6° sont attendus à la mi-journée.

Jeudi : retour de la pluie avec une couverture nuageuse un peu plus dense que les jours précédents. Il fera 4° au plus fort de la journée.

Vendredi : la pluie encore présente en matinée cessera rapidement de tomber. Elle sera remplacée par les nuages puis ensuite par de simples voiles nuageux et surtout par les éclaircies. Le thermomètre ne dépassera pas les 5°.

D’où viennent nos fameuses expressions au sujet de la météo ?

Elles sont nombreuses les expressions autour de la météo ! « Il pleut comme vache qui pisse », « il fait un froid de canard », « il pleut des cordes », sont toutes des expressions utilisées pour décrire le temps qu’il fait. Mais au delà pour certaines, d’être assez explicites pour être immédiatement compréhensibles, d’autres sont un peu plus tirées par les cheveux.

Si par exemple « il pleut des cordes », cela ne signifie pas qu’il en tombe des vraies du ciel. Tout comme des chiens et des chats en Angleterre, ou encore des couteaux de poche au Portugal. Sinon cela serait bien embêtant. Cette expression signifiant qu’il pleut beaucoup, serait apparue à la fin du XVIIème siècle. Elle permettait d’imager une pluie battante. Par analogie, les gouttes qui tombent très rapidement forment des traits et deviennent ainsi des cordes.

Si « faire la pluie et le beau temps » signifie aujourd’hui avoir tout pouvoir pour diriger comme bon vous semble, elle avait, au XVIIIème siècle, une définition bien différente. Cette expression s’employait afin de décrire les devins ou les astrologues qui pouvaient prédire le temps qu’il allait faire. Ils pouvaient ainsi « faire la pluie et le beau temps ».

Finalement, à chacun son expression pour décrire la météo. Il suffit juste d’être inventif pour en faire une véritable référence météorologique !

 

Actualité

Opération dépistage aux HUG pour la Journée mondiale de lutte contre le Sida

Publié

le

L’Unité VIH des HUG était mobilisée ce mercredi à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. Elle a proposé, comme chaque année, des tests de dépistage gratuits et rapides. Nathalie Fraile est infirmière responsable de l’unité VIH/SIDA aux HUG.

Nathalie Fraile Infirmière responsable de l'unité VIH/SIDA aux HUG

Plus d’une centaine de personnes ont franchi le pas ce mercredi. Des jeunes, principalement, mais aussi d’autres profils. Concrètement pour ce test rapide on vous prend une goutte de sang sur le bout du doigt et vous obtenez le résultat en 4 minutes.

Reportage

Rappelons que le test de dépistage du VIH coûte 55 francs habituellement. Il faut payer 100 francs de plus pour dépister les autres maladies sexuellement transmissibles.

Continuer la lecture

Actualité

Un mois après, toujours pas de bornes rétractables à Puplinge

Publié

le

Le tronçon de la rue de Graman, au centre de Puplinge, devant la Mairie ne pourra bientôt plus être franchi en voiture pendant les heures de pointe. ©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

Initialement prévues pour le 1er novembre, un mois plus tard, les bornes ne sont toujours pas opérationnelles. La faute à une pénurie de matériel. Le trafic de transit est tout de même stoppé au coeur du village.

Les bornes rétractables de Puplinge se font attendre. Initialement prévues pour le 1er novembre, un mois plus tard, elles ne sont toujours pas opérationnelles. Ces bornes avaient pour objectif d'empêcher le trafic de transit aux heures de pointe au coeur du village. Un retard qui est dû à la pénurie de matériel qui touche le monde entier. Ecoutez Gilles Marti, maire de Puplinge.

Gilles MartiMaire de Puplinge

À l'origine, ces bornes devaient se situer à la hauteur de la mairie. Elles ne devaient laisser circuler que les TPG et la mobilité douce au sein du village aux heures de pointes matin et soir. Une mesure couplée à une interdiction totale du trafic sur un tronçon de la route de Cornière.

Trafic de transit arrêté

En dépit du retard occasionné par la pénurie, le trafic de transit au sein de la commune est tout de même stoppé. La municipalité a mis au point une solution de secours provisoire. Le détail avec Gilles Marti.

Gilles MartiMaire de Puplinge

Un premier contact est prévu ce mercredi avec l'Office cantonal des transports afin de solliciter un rendez-vous pour faire avancer le dossier.

Presque cinq ans d'attente

Ces mesures de modération du trafic ont été proposées en 2017. Pour rappel, cette décision d'installer des bornes est issue du réaménagement complet de la route de Jussy et de la route de Mon-Idée en lien avec la construction des communaux d'Ambilly. Les mesures qui en découlaient reportaient de la circulation de transit dans le village ou sur des routes communales étroites. Ainsi, Puplinge voyait passer plus de 5000 véhicules quotidiens sur certaines artères du village.

Continuer la lecture

Genève

Le port du masque s'étend sur les marchés et pour la course de l'Escalade

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Le masque s'invite aussi en extérieur.

Avec la propagation du variant Delta en Suisse et la détérioration de la situation sanitaire, le Conseil d'Etat genevois a décidé ce mercredi d'imposer le port du masque en extérieur sur les marchés ainsi qu'à toutes les personnes qui assistent ou participent à la Course de l'Escalade, à l'exception des coureurs pendant leur course.

Le nouvel arrêté adopté aujourd'hui entrera en vigueur le 2 décembre. Les enfants de moins de 12 ans et les personnes bénéficiant déjà d'exemptions prévues dans la loi ne sont pas concernées par ces nouvelles mesures.

 

Continuer la lecture

Genève

Le Concours hippique de Genève brave le Covid

Publié

le

Les cavaliers suisse Martin Fuchs, à gauche, et Melody Johner posent à côté de l'affiche de la 60e édition du Concours Hippique International de Geneve (CHI). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Concours hippique international (CHI) de Genève passera entre les gouttes cette année. Annulée en 2020 à cause du Covid, la manifestation vivra sa 60e édition du 9 au 12 décembre.

Il se disputera en présence de l’élite mondiale, malgré les inquiétudes.

"Nous travaillons main dans la main avec la Confédération et Swiss Olympic pour que les cavaliers concernés par les restrictions sanitaires obtiennent des dérogations", a déclaré mercredi devant les médias la directrice du CHI genevois Sophie Mottu Morel. Ces dérogations doivent permettre la participation de ceux qui proviennent de destinations touchées par l'obligation de mise en quarantaine.

L’an dernier, l’annulation du Concours avait coûté cher. Mais l’appui des partenaires, des collectivités publiques et des donateurs avait permis à la manifestation de garder la tête hors de l’eau.

Magnétique

Le CHI de Genève est un rendez-vous phare du sport suisse. Son budget se monte à 7,5 millions de francs, il attire bon an mal an plus de 40'000 spectateurs et quelque 700 bénévoles qui se bousculent au portillon. Les meilleurs cavaliers mondiaux, séduits par l’enthousiasme du public qui tranche avec l’atmosphère souvent feutrée du monde hippique, sont toujours fidèles, à l’image – cette année encore - des vedettes suisses Martin Fuchs et Steve Guerdat.

Covid-19 oblige, le port du masque s’imposera pour le public pour cette compétition indoor. L’accès aux épreuves sera réservé aux personnes guéries, vaccinées ou testées. Sauf séisme, l’événement devrait se dérouler normalement hormis ces contraintes.

"Mais nous ne serons vraiment fixés que la semaine prochaine", a précisé Sophie Mottu Morel. "Le canton a toujours la possibilité de durcir les exigences fédérales. Mais pas de les assouplir."

La crainte est, par exemple, que la jauge pour le public soit limitée. Mais en l’état, les organisateurs tablent sur l’occupation pleine des capacités et la présence, à nouveau, de 40'000 spectateurs sur l’ensemble des quatre jours de compétition.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un premier cas du variant Omicron à Genève

Publié

le

Archives Keystone

Les autorités genevoises ont confirmé la présence d'un premier cas du nouveau variant dans le canton. Il s'agit du premier en Suisse romande: il fait partie des trois cas d'infection confirmés mercredi par l'OFSP.

La personne infectée est revenue il y a une dizaine de jours en Suisse depuis l'Afrique du Sud. Elle a effectué un test PCR le 24 novembre, en raison de symptômes. Il est revenu positif le lendemain. Le séquençage a confirmé cette nuit la présence d'Omicron. La personne a été placée en isolement.

Une enquête approfondie a été menée dans son entourage par la cellule Covid. Aucun contact étroit, ne nécessitant une mise en quarantaine, n'a été identifié.

Une deuxième personne, qui voyageait avec elle, dont le test PCR est aussi positif, a également été placée en isolement. L'infection par le variant est hautement probable pour elle également, selon les autorités genevoises.  Et de préciser que les deux personnes en question ne sont pas vaccinées.

Suite à cette découverte, le Conseil d’Etat a édicté un certain nombre de mesures, comme le port du masque pour les spectateurs de la course de l’escalade mais aussi sur les marchés, le marché de Noël y compris.

Le but : freiner la propagation d’Omicron qui semble plus contagieux encore que le variant Delta. Le but : gagner du temps comme l’explique la Médecin cantonale, la doctoresse Aglaé Tardin au micro de Judith Monfrini.

Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Il faudra plusieurs semaines pour analyser la contagiosité et la dangerosité du virus, selon la Médecin cantonale.

A deux jours de la course de l’escalade, les autorités ont décidé d’imposer le masque aux spectateurs. Les précisions du Conseiller d’Etat chargé de la santé, Mauro Poggia.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de la santé

Les équipes du Médecin cantonal ont fort à faire avec la 5ème vague du Delta et un nouveau variant. Pas évident à gérer, comme l’explique la Médecin cantonale, la Doctoresse Aglaé Tardin.

Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Le service du médecin cantonal a automatisé certaines tâches pour gagner du temps. On compte désormais 23 pays sur la liste des quarantaines obligatoires lors de l’entrée en Suisse. Dr Tardin

Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

La crainte des autorités : que le variant Omicron ne soit pas couvert par le vaccin. Mauro Poggia.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de la santé

Le service du médecin cantonal analyse également les cas antérieurs à ces deux nouveaux cas. Il faut aussi gagner du temps pour en savoir davantage sur ce nouveau variant. Mauro Poggia.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat chargé de la santé

Vendredi, l’OMS a qualifié le variant de préoccupant en invitant les pays à imposer la quarantaine à toute personne revenant de ce pays. Elles sont immédiatement placées en quarantaine, qu’elles soient vaccinées ou guéries.

 

 

Continuer la lecture