Rejoignez-nous

Genève

Les Genevois réagissent face à la circulation différenciée

Publié

,

le

Une mesure qui fait grand bruit à Genève. Dès le 15 janvier 2020, les automobilistes devront se procurer une vignette qui indiquera le niveau de pollution de leur véhicule. En cas de pic de smog, il y aura des restrictions pour les moins propres d’entre eux. Les genevois sont partagés. 

Six catégories, allant des voitures les moins polluantes - électriques - à celles qui consomment le plus. Voilà comment seront classés (au moyen de macarons) les véhicules genevois à compter du 15 janvier prochain pour lutter contre la pollution. En cas de smog, les moins propres ne pourront plus circuler entre 6h et 22h. C’est ce qu’a annoncé ce mercredi le Conseil d’Etat.

Obligation 

Tous les véhicules auront l'obligation d'être équipés de ces vignettes d'ici au 30 mars 2020. Dans le cas contraire, les automobiliste risquent une amende de 500 francs. Seuls les les personnes handicapées et les professionnels de la route - comme les livreurs et les taxis - ne seront pas soumis à ce système avant 2022.

Réactions

Peu après cette annonce, le Touring Club Suisse (TCS) a déposé un recours contre cette mesure. Du côté politique, certains députés de droite donnent aussi de la voix. A l'image du député PLR Cyril Aellen, qui déplore une "décision émotionnelle" et qui estime qu'elle "touchera essentiellement les gens qui ont peu de moyens".

Les passants rencontrés aux abord de la gare Cornavin ont - quant à eux - des avis contrastés. Stephane est artiste peintre et il est handicapé à la jambe. Pour lui cette mesure est inadmissible:

StephaneArtiste-peintre

Un avis diamétralement opposé à celui des usagers des transports en commun rencontrés ce matin. C'est le cas de Laszlot, qui vient depuis Lausanne en train et qui se dit clairement en faveur de ce système de vignettes:

LaszlotEmployé de banque

Du coté des professionnels de la route, on se réjouit plutôt de cette mesure. Hildegard est chauffeur de Taxi. Elle voudrait même aller plus loin que ce concept de circulation différenciée:

HildegardChauffeur de Taxi

 

Les six vignettes présentées mercredi par le Conseil d'Etat

 

Plus d'informations sur le site internet de l'Etat. 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

L'Asloca dépose son initiative pour la rénovation écologique

Publié

le

Avocat à l'Asloca Genève, le conseiller national Christian Dandrès a annoncé le dépôt de près de 12'000 signatures en faveur de l'initiative "Pour une rénovation écologique protégeant les locataires" (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Asloca Genève a annoncé avoir déposé lundi son initiative législative cantonale "Pour une rénovation écologique protégeant les locataires", munie de 11'851 signatures. Le texte demande que la rénovation écologique des bâtiments soit financée en ponctionnant sur les bénéfices versés par la Banque nationale suisse (BNS) au canton de Genève. Pour aboutir, une initiative législative cantonale a besoin de 5438 signatures valables.

Les locataires seraient ainsi protégés face à des hausses de loyers, souligne l'Asloca Genève dans un communiqué. La rénovation du parc immobilier est en effet incontournable si le canton entend réduire ses émissions de CO2 et lutter contre la dérive climatique.

Les fenêtres doivent être dotées d'un double vitrage et les énergies renouvelables doivent remplacer le chauffage au fuel et au gaz. Mais ces travaux ne doivent pas entraîner de hausse de loyer, estime l'Asloca, d'où le recours à un fonds alimenté par les bénéfices que la BNS verse au canton de Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

La Fête de la musique fait un retour réussi à Genève

Publié

le

Une trentaine de scènes ont fait vibrer les Genevois ce week-end à l'occasion de la Fête de la Musique qui faisait son grand retour. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois étaient de sortie ce week-end pour célébrer le retour de la Fête de la musique dans un format normal. La foule qui s'est déplacée en masse a pu assister à plus de 500 propositions artistiques sur 30 scènes reflétant un large panorama culturel.

Après une édition annulée en 2020 et réduite en 2021 à cause de la pandémie, cette 31e édition était très attendue. La Ville de Genève qui organise cette manifestation tire dimanche "un bilan positif". Cette édition a tenu son engagement en replaçant la fête au coeur de son offre artistique et a fait souffler un vent de liberté pendant trois jours, ajoute dimanche la Ville. Ambiance:

Les organisateurs relèvent "trois grands moments XXL". Ils évoquent le concert des chorales des écoles primaires de Saint-Jean et du Seujet. Au total, 300 enfants et un ensemble d’instruments à vent du Conservatoire populaire ont pris place sur les marches du Grand Théâtre pour un tour de chant.

Quasi simultanément s’est jouée une flash mob en grand format, sur les marches de la Cathédrale. Plus de 200 élèves d’instruments à cordes ont joué pour célébrer les 90 ans du Conservatoire populaire de musique. Samedi soir, le Festival Electron a transformé la Place de Neuve en dancefloor à ciel ouvert, aux sons électroniques des DJ perchés sur le balcon du Grand Théâtre.

Auparavant, les groupes et les artistes émergents ont profité de la soirée Tremplin du Vernier sur Rock pour faire vibrer la Place de Neuve. Une trentaine d'écoles de danse et de compagnie ont proposé dimanche des performances allant du hip-hop au jazz en passant par le contemporain et les claquettes. La Fête se termine dimanche soir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Deux nouvelles oeuvres lumineuses sur les toits de Plainpalais

Publié

le

L'oeuvre de Ann Veronica Janssens "L'ODRRE N'A PAS D'IPMROTNCAE" fait partie du projet artistique Neon Parallax qui se trouve sur les toits des immeubles le long de la plaine de Plainpalais (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Deux nouvelles installations lumineuses accrochées sur les toits d'immeubles le long de la plaine de Plainpalais à Genève seront visibles à partir de lundi. Ces oeuvres font partie du projet d'art public Neon Parallax démarré en 2006.

Les Fonds d'art contemporain de la Ville et du canton de Genève à l'origine de cette initiative ont choisi une oeuvre de l'artiste allemand Olaf Nicolai "ALDEZBF? IMAGINATION SUBLIME". Il a mis en lumière un message aux caractères énigmatiques qui proviendrait de la planète Mars.

L'autre oeuvre, qui suscitera également la curiosité des passants, a été réalisée par l'artiste française Nathalie Du Pasquier. Cette composition abstraite et colorée est produite par plusieurs caissons lumineux apportant un nouveau paramètre esthétique à l'ensemble des enseignes lumineuses déjà en place sur le pourtour de la plaine.

Le projet Neon Parallax a été pensé comme un contrepoint artistique aux enseignes publicitaires installées sur les quais bordant la rade. Sept oeuvres lumineuses sont déjà accrochées sur les toits des immeubles autour de la plaine de Plainpalais, dont celle réalisée par Ann Veronica Janssens aux lettres bien connues des Genevois "L’ODRRE N'A PAS D'IPMROTNCAE".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Rue Caroline: un feu de détritus provoque l'évacuation de deux immeubles

Publié

le

Un feu s'est déclaré dans la nuit dans l'allée des immeubles 43-45 de la Rue Caroline  à Carouge. Il a provoqué un fort dégagement de fumée dense. Les habitants ont été évacués. Deux personnes ont été emmenées en urgence aux HUG. 

A 3h57 du matin, le Service d'incendie et de secours a reçu les premiers appels. Les pompiers étaient sur place dans les 3 minutes. Un feu de détritus s'est déclaré au rez-de-chaussée du 45 rue Caroline mais la fumée a  incommodé également les habitants du 43. Les immeubles sont en rénovation et sont recouverts d'échafaudage.

Le feu de détritus a provoqué une fumée extrêmement dense comme l'explique le Lieutenant Nicolas Millot, officier de communication des SIS.

Lieutenant Nicolas MillotOfficier de communication des SIS

Deux nids de blessés

51 personnes ont été impliquées. Les pompiers ont constitué deux nids de blessés. 20 personnes ont été intoxiquées ou incommodées par la fumées et deux ont été évacuées en urgence aux HUG. Un feu relativement peu important mais très incommodant comme l'explique le lieutenant Millot.

Lieutenant Nicolas MillotOfficier de communication des SIS

Piégés par la fumée

Les habitants se sont sentis piégés par la fumée. Ecoutez le témoignage de Malé qui a eu peur pour elle, son mari et son fils de 12 ans.

MaléUne habitante du 43 rue Caroline

L'opération a nécessité l'engagement de 5 ambulances, un SMUR (cardiomobile) et un DCM (directeur secours médicaux). Et pour éteindre le feu: une lance, 30 pompiers professionnels et huit véhicules. Avec en renfort 10 sapeurs-pompiers volontaires de la commune de Carouge et deux de leurs véhicules.

Habitants relogés

Les habitants étaient regroupés au pied de l'immeuble, certains protégés par des couvertures de survie, sous le choc. Les services techniques doivent vérifier l'état de l'immeuble. Les habitants n'ont pas pu rejoindre leur domicile. Ils ont été emmenés à la salle communale de Carouge. Le détail avec le lieutenant Nicolas Millot

Lieutenant Nicolas MillotOfficier de communication des SIS

 

Continuer la lecture

Actualité

Meyrin a reçu le Prix Wakker en présence de Simonetta Sommaruga

Publié

le

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga était à Meyrin pour la cérémonie de remise du prix Wakker au maire de la commune Laurent Trembley. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Urbanisme de Meyrin récompensé. La commune a reçu ce samedi le Prix Wakker 2022 en présence de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Cette prestigieuse distinction qui valorise la culture du bâti est décernée depuis 50 ans par Patrimoine suisse.

Meyrin était en fête ce samedi. La commune a reçu le prix Wakker 2022. Un prestigieuse distinction qui valorise la capacité de Meyrin à concilier les aspirations des êtres humains avec les exigences de la nature et à créer une culture du bâti de qualité. Tout sourire lors de la cérémonie, Laurent Trembley Maire de Meyrin avait du mal à cacher sa fierté.

Laurent TrembletMaire de Meyrin

Présente pour l'occasion, c'est la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en personne qui a remis la distinction à Laurent Tremblet dans le cadre verdoyant de la Campagne Charnaux. Ecoutez Simonetta Sommaruga.

Simonetta SommarugaConseillère fédérale en charge de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication DETEC

Le prix a été remis au maire de Meyrin Laurent Trembley  La population était invitée à déambuler à travers la commune en passant par le centre historique, le Jardin botanique alpin, la Cité satellite, le lac des Vernes ou encore le quartier des Vergers.

"Meyrin est une digne lauréate pour le 50e anniversaire du Prix Wakker", relève Patrimoine suisse. Dans un tweet, Mme Sommaruga a qualifié Meyrin de "ville la plus stylée du moment".

Le Prix Wakker a été décerné pour la première fois en 1972 à Stein am Rhein, à la suite d'un legs de l'homme d'affaires genevois Henri-Louis Wakker. En Suisse romande, Saint-Prex (1973), Dardagny (1978), Porrentruy (1988), Montreux (1990), La Chaux-de-Fonds (1994), la Ville de Genève (2000), Bienne (2004), Delémont (2006), Yverdon (2009), l'Ouest Lausannois (2011), Sion (2013) et Prangins (2021) ont été récompensés.

Ce prix est attribué à des communes qui peuvent se prévaloir d'un développement urbanistique de qualité. L'attention est surtout portée aux espaces publics, à la rigueur architecturale des nouvelles constructions et au respect du bâti historique. L'aménagement du territoire doit aussi se faire en respect du développement durable.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture