Rejoignez-nous

Genève

L’édition 2021 du Salon de l’Auto est annulée

Publié

,

le

L’édition 2021 du Salon de l’auto de Genève a été annulée en raison des conséquences financières de la pandémie, ont annoncé ses organisateurs. Le prêt de 16,8 millions de francs de l’Etat de Genève est refusé. Une vente du salon à Palexpo est la solution privilégiée.

Dans un communiqué, le Comité et le Conseil de Fondation du Salon International de l’Automobile indiquent lundi avoir « renoncé à organiser une manifestation en 2021 pour des raisons évidentes: suite à un sondage, la majorité des exposants a indiqué qu’elle ne participerait probablement pas à une édition 2021 et qu’elle favorisait une prochaine édition en 2022 ».

Le secteur automobile étant actuellement confronté à une crise majeure, les exposants ont besoin de temps avant de pouvoir investir dans un salon. En outre, il n’est pas certain que la situation sanitaire permette l’organisation d’un événement regroupant plus de 600’000 visiteurs et 10’000 journalistes au printemps prochain.

Prêt refusé

La Fondation avait demandé au canton de Genève un soutien financier pour couvrir les pertes causées par l’annulation de l’édition 2020, estimées à 11 millions de francs, et préparer une nouvelle édition. Début juin, le Grand Conseil de Genève a approuvé un prêt de 16,8 millions de francs suisses pour la Fondation.

Tout en remerciant les autorités cantonales, la Fondation ne considère pas les termes de ce prêt comme une garantie de stabilité financière à long terme. En effet, la Fondation devrait dès juin 2021 rembourser un million de francs sans avoir bénéficié d’une entrée d’argent au préalable, l’édition 2021 ne pouvant avoir lieu.

Ce prêt étant également soumis à la condition qu’un événement soit organisé en 2021, la Fondation se voit dans l’obligation de refuser la proposition du canton.

Vente à Palexpo

La Fondation a décidé de privilégier la vente du salon à Palexpo SA, l’objectif étant de trouver une solution permettant l’organisation régulière d’un salon automobile international à Genève. L’achat des actifs transférerait tous les droits de l’organisation à Palexpo.

Le salon de l’auto est la plus grande manifestation publique de Suisse, rappellent les organisateurs. Ses retombées économiques pour le canton de Genève sont estimées à quelque 200 millions de francs par an.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Olympic bat enfin les Lions

Publié

le

Sean Barnette (3) et Olympic ont battu Genève samedi (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Olympic a enfin battu Genève cette saison.

Les Fribourgeois sont allés s’imposer 82-75 au Pommier samedi, infligeant aux Lions leur deuxième défaite dans ce championnat 2020/21 de LNA. Les deux équipes se retrouveront en finale de la Patrick Baumann Swiss Cup, le 8 mai à Fribourg.

Battu par ses grands rivaux lors des trois premiers duels livrés cette saison (deux fois en championnat puis en demi-finale de la SBL Cup), Olympic a forcé la décision à l’entame du troisième quart. Un partiel de 12-3 a permis aux hommes de l’entraîneur Petar Aleksic de prendre 19 longueurs d’avance à la 23e (47-28).

Les Lions du coach Andrej Stimac, dont la seule défaite de la saison avait été subie le 9 décembre à Massagno, ont accusé jusqu’à 21 points de retard (54-33 à la 26e) avant de réagir. Ils ont pu revenir à 3 points à 1’42 » du « buzzer » (75-78) après un panier primé de Timothy Derksen, mais n’ont pas pu renverser la vapeur.

Deuxième du classement, Massagno est revenu à deux longueurs des Lions grâce à son succès obtenu à Nyon (82-63). Dusan Mladjan et ses équipiers conservent une marge de six unités sur Olympic (3e), qu’ils accueilleront samedi prochain. Le dernier match de la soirée a vu Lugano dominer les Starwings 95-86.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Genève-Servette reconduit tout son staff d’entraîneurs

Publié

le

Jan Cadieux, Patrick Emond et Louis Matte seront toujours aux commandes de Genève-Servette les deux prochaines saisons. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève-Servette, qualifié pour les play-off de National League, a prolongé le contrat de deux ans tout son staff d’entraîneurs.

Ainsi, Pat Emond, Louis Matte, Jan Cadieux, Sébastien Beaulieu, Mathieu Fernandes, Kevin Oulevey et Gaëtan Brouillard seront liés au club genevois jusqu’au terme de la saison 2022-2023.

Pat Emond, qui avait succédé en 2019 à Chris McSorley à la tête de l’équipe, vit sa deuxième saison dans l’élite avec une deuxième qualification pour les séries finales à la clé.

Son expérience avec les jeunes (double champion suisse avec les Elites M20) est un atout indéniable pour faciliter leur transition de junior à professionnel, souligne le club genevois dans un communiqué.

Louis Matte et Jan Cadieux (entraîneurs assistants) voient leur aventure se poursuivre aux Vernets pour deux saisons également. Louis Matte est arrivé au GSHC à la fin des années 1990 et a connu l’évolution du club depuis son accession au plus haut niveau en 2002. Il est entraîneur assistant de la première équipe depuis l’exercice 2008-2009. Il avait pris la succession de Hans Kossmann.

Cadieux avait porté les couleurs genevoises comme joueur durant huit saisons entre 2003 et 2011 et il a donc connu les deux finales nationales de 2008 et 2010. Il est arrivé dans le coaching staff du GSHC en 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Ouverture virtuelle du salon horloger Watches and Wonders

Publié

le

Photo illustration KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le salon horloger Watches and Wonders Geneva débute ce mercredi sous forme virtuelle dans un contexte marqué par la pandémie de coronavirus. Quelque 38 marques horlogères, actives surtout dans le haut de gamme, présenteront du 7 au 13 avril leurs nouveautés.

Réunissant nombre de maisons horlogères prestigieuses telles que Rolex, Patek Philippe, Cartier et Tag Heuer, le salon représente pour le moment l’événement principal du secteur en 2021, faute de concurrent de taille.

HourUniverse, l’ex-Baselworld, prévoit une manifestation physique cet été. Mais peu d’informations sont encore disponibles sur la foire qui pourrait rassembler les autres marques horlogères. Les trois horlogers suisses Hublot, Bulgari et Zenith du groupe français LVMH ont pour leur part organisé la LVMH watch week en janvier, mais prendront également part au salon genevois.

Watches and Wonders Geneva se tiendra dans un contexte de reprise, le secteur horloger ayant énormément souffert de la crise sanitaire l’année dernière. Outre la fermeture des manufactures au plus fort de la pandémie, les marques ont dû faire face au quasi-arrêt de leur réseau de distribution et à l’absence de touristes, un moteur-clé de l’industrie du luxe en général.

En 2020, les exportations horlogères, un indicateur important de la santé du secteur, ont chuté de 21,8% à 16,98 milliards de francs, une contraction comparable à celle observée lors de la crise financière en 2009.

La banque Vontobel prévoit pour 2021 une progression de 18% des envois à l’étrangers du secteur horloger, mais les analystes de l’établissement zurichois pensent que les niveaux d’avant-crise ne seront pas atteints avant 2023.

Rolex, après avoir accusé un repli des ventes moins important que nombre de marques horlogères helvétiques, a renforcé ses parts de marché l’année dernière à 25%, détrônant ainsi le groupe Swatch qui détient 22% des parts, selon les estimations de Vontobel.

Le genevois Richemont, dont toutes les marques participent au Watches and Wonders, compte pour 17% des parts de marché et LVMH pour 7%, tandis que le reste de la branche se partage les 29% restants.

La Chine continentale pour sa part est devenue pour la première fois le marché d’exportation le plus important, passant devant Hong Kong qui détenait cette place depuis 2008.

Front uni

Les 23’000 visiteurs virtuels attendus ces dix prochains jours, constitués de détaillants, journalistes et clients finaux, pourront participer à environ 500 conférences de presse, 400 présentations de produits et de nombreux échanges sur les thèmes qui préoccupent la branche.

Les discussions sur le format que prendra l’édition Watches and Wonders Geneva de l’année prochaine, et les exposants qui peuvent ou veulent y participer, sont déjà en cours.

« Elle devrait être hybride, donc physique et en ligne », confie à AWP Julien Tornare, le directeur général de la marque locloise Zenith. Le dirigeant espère qu’un grand nombre de marques pourront y prendre part.

« Pour l’intérêt de l’industrie horlogère suisse, nous avons besoin d’une grande manifestation à Genève, notamment pour faire face à la concurrence. Et pour y arriver il faut mettre de côté les intérêts de chaque marque et nous montrer uni », poursuit-il.

Continuer la lecture

Actualité

La pandémie oblige le festival Electron à se réinventer

Publié

le

Photo DR Electron

Le festival de musique électronique Electron revient sur le devant de la scène malgré la pandémie de Covid-19.

Au lieu d’un unique festival au printemps, les organisateurs de la manifestation ont mis sur pied quatre événements pluridisciplinaires, échelonnés tout au long de l’année. Une exposition de photographies ouvre le bal le 22 avril.

Les responsables d’Electron avaient proposé, l’été dernier, à cinq photographes de capturer l’ambiance du premier déconfinement qui a suivi la première vague épidémique. Il s’agissait de saisir la réouverture, puis de la rapide fermeture, des lieux « de culte » nocturnes.

Les cinq photographes – Esther Fayant, Laurent Giraud, Rebecca Bowring, Mehdi Benkler et Anna-Tia Buss – s’étaient donné pour mission « de retracer la vie sans concerts et sans soirées », de faire la tournée des lieux déserts. Ils ont aussi donné la parole aux acteurs les plus touchés par les conséquences de la crise sanitaire.

Une soixantaine d’images ont été sélectionnées, captées dans différentes villes de Suisse et dans différents lieux, avec des portraits de personnes « extirpées de l’invisibilité dans laquelle ils sombraient ». Elles sont accompagnées par une musique composée par Franz Treichler, membre fondateur des Young Gods.

L’exposition est à voir du 22 avril au 2 mai au Commun, à Genève.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Pas de longues files d’attente pour se procurer des autotests

Publié

le

Photo KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Il n’y a pas eu de ruée incontrôlable vers les autotests de dépistage du coronavirus, disponibles gratuitement depuis ce mercredi matin. Dans de nombreuses pharmacies, la matinée était plus chargée que d’habitude, mais il n’y avait pas de longues files d’attente.

Genève, la demande en autotests est forte. Dans une pharmacie de la gare de Cornavin, la clientèle en réclamait à l’ouverture, dès 07h00. On ne parle pas non plus de ruée. Il n’y avait pas de file d’attente de la pharmacie, a déclaré une responsable de l’officine.

Le constat est le même au centre-ville. A la pharmacie de Confédération, plusieurs autotests avaient déjà été vendus mercredi, tôt dans la matinée. Les gens en demandent depuis deux semaines, depuis que les médias en ont parlé, a fait savoir une employée de la pharmacie.

Tests « pas encore arrivés »

Pas de rush non plus devant une pharmacie à Lausanne, qui en avait délivré une dizaine en milieu de matinée, a constaté une journaliste de l’agence de presse Keystone-ATS. A Sion, une pharmacie du centre-ville n’avait pas encore reçu ses autotests. « Nous les avions commandés il y a une dizaine de jours, mais ils ne sont pas encore arrivés. On les attend dans la journée pour les distribuer dès jeudi », espère Pierre-Alain Buchs, coresponsable de l’officine.

« Comme a prévenu la Confédération, il va falloir un peu de temps pour que toutes les commandes soient livrées, et donc un peu de temps pour que toutes les demandes soient satisfaites », explique le Département vaudois de la santé et de l’action sociale. Qui « encourage les gens à les utiliser dès que possible et aussi souvent que possible ».

Le Service valaisan de la santé publique rappelle que « ces tests sont destinés en priorité aux personnes asymptomatiques qui souhaitent minimiser les risques avant de recevoir des proches à la maison », par exemple. Ils ne sont « en aucun cas » destinés aux personnes qui ont des symptômes, lesquelles doivent privilégier un test antigénique rapide ou un test PCR.

Comme dans une boulangerie

A Bienne, aucune file d’attente ne s’est créée devant les pharmacies du centre-ville au moment de l’ouverture. A la pharmacie de la gare de Lucerne, une dizaine de personnes attendaient d’être servies à 07h30. Les autotests étaient également disponibles sans longue attente dans des pharmacies de Berne et Winterthour, comme l’ont constaté mercredi matin des journalistes de l’agence de presse Keystone-ATS. Et ce, malgré le fait qu’à Berne, par exemple, le personnel explique en détail à chaque client le fonctionnement des tests.

Dans une pharmacie à Rombach, près d’Aarau, la demande d’autotest était déjà importante après l’ouverture à 08h00. Cela donnait l’impression d’être dans une boulangerie vendant des croissants frais, a déclaré une employée.

Sur quatre officines interrogées à Bâle, un seul pharmacien a déclaré que cinq personnes avaient attendu avant l’ouverture à 08h00. Un autre pharmacien a estimé que les gens avaient entendu l’appel de la présidente de PharmaSuisse, Martine Ruggli, qui avait appelé la population à ne pas se ruer sur ces nouveaux tests dès le premier jour.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture