Rejoignez-nous

Genève

Le Salon du livre change de date et de directrice

Publié

,

le

Le Salon du livre de Genève dont les dates ont été décalées en automne a nommé une nouvelle directrice à sa tête, Natacha Bayard (photo prétexte). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pour la première fois, le Salon du livre de Genève aura lieu du 28 octobre au 1er novembre 2020 à Palexpo. Une nouvelle directrice a été nommée, Natacha Bayard. Elle en prendra la tête à fin janvier 2020.

La nouvelle directrice succédera à Laurence Brenner. Diplômée de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, Natacha Bayard a une expérience significative en marketing dans le domaine des salons et des congrès, expliquent les organisateurs jeudi dans un communiqué.

Pour la première fois en 2020, le salon du livre de Genève se tiendra en automne, rappellent-ils. La manifestation présentera ses nouveautés dans une période qui concentre un grand nombre de parutions de nouveaux livres, tous genres confondus.

Ce changement de calendrier a été rendu possible grâce à une demande de remaniement de dates de la Fondation de la Haute Horlogerie. Elle organise l’événement Watches & Wonders – ex Salon International de la Haute Horlogerie – fin avril.

Source: KEYSTONE-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Nouvelle polémique autour de l’abattage d’arbres à Genève

Publié

le

Bataille autour de l’abattage de 24 arbres sains à Genève pour la construction d’un parking souterrain. Le canton a autorisé leur coupe, dans le cadre d’une promotion immobilière à Cressy. L’association Sauvegarde Genève soutient les recourants, qui ont été déboutés.

« C’est un cas emblématique, où tout ce qui pose le plus problème à Genève est rassemblé dans un même dossier. Le canton a systématiquement favorisé les promoteurs », a dénoncé mardi devant les médias Jean Hertzschuch, président de Sauvegarde Genève. L’association, qui vient de fêter ses trois ans, se bat pour la sauvegarde de la biodiversité et du patrimoine.

Le dossier concerne une parcelle à Cressy, dans la commune de Confignon, la dernière d’un plan localisé de quartier (PLQ) datant de 1995. Le promoteur a obtenu en mars 2019, moyennant 21 dérogations au PLQ, l’autorisation de construire deux immeubles de logements en PPE et un parking souterrain de 30 places. Or la dalle en béton de ce parking implique l’abattage 24 arbres.

Arbres en bon état

Afin de préserver cette végétation, une riveraine de la parcelle et l’Association pour la Sauvegarde de Confignon et environs ont fait recours. Contestant l’expertise des promoteurs, selon laquelle les arbres sont « vraisemblablement » tous malades, la voisine a fait faire une contre-expertise qui conclut à leur bon état physiologique et mécanique, 17 d’entre eux pouvant encore vivre plus de 20 ans.

« Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage », commente la riveraine. Alors que le PLQ prévoyait le maintien de ces arbres, le canton a autorisé le promoteur à construire plus haut et plus grand. « Le parking pourrait être construit sur deux niveaux sans toucher aux arbres qui abritent de la biodiversité et apportent de la fraîcheur dans le quartier », précise-t-elle.

Engagement moral

Pour le président de Sauvegarde Genève, « l’Office cantonal de l’agriculture et de la nature a failli dans son travail. » Jean Hertzschuch dénonce aussi « le mensonge » et « l’enrobage écologique » du conseiller d’Etat Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire (DT): « M. Hodgers a présenté des mesures pour valoriser les arbres, mais les actes ne suivent pas. C’est du greenwashing. »

Déboutés par le Tribunal administratif de première instance, « sans réelle argumentation », les recourants viennent de faire appel. « On ira jusqu’au Tribunal fédéral pour sauvegarder ces arbres », souligne la riveraine. Et d’évoquer un aspect moral: le promoteur avait promis de ne pas toucher aux arbres, les cendres de l’ancienne propriétaire étant enterrées au pied de l’un d’entre eux.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Condamnation confirmée pour l’un des agresseurs de Saint-Jean à Genève

Publié

le

La condamnation de l’un des auteurs majeurs de l’agression de Saint-Jean à Genève est définitive.

Le Tribunal fédéral rejette le recours du jeune homme, âgé aujourd’hui de 22 ans. Il a écopé d’une peine de 15 ans pour deux tentatives d’assassinat.

En janvier 2017, le recourant et quatre complices avaient tabassé à coups de batte de base-ball, de casque et de pied deux hommes croisés par hasard. Avec l’autre auteur majeur – qui a écopé de 12 ans – il a été condamné en mars 2019 par la justice genevoise. Gravement blessées, les deux victimes restent lourdement handicapées pour la fin de leurs jours.

Alcool

Dans un arrêt publié mardi, le Tribunal fédéral confirme la peine prononcée par les juges genevois. Le jeune homme estimait notamment que sa forte consommation d’alcool avant l’agression n’avait pas été suffisamment prise en compte. Dans ces conditions, sa capacité de discernement aurait été moyennement restreinte.

La Cour de droit pénal a fait sienne l’appréciation du Tribunal cantonal. La quantité d’alcool consommée ne repose que sur les affirmations du condamné. Lors de la soirée fatale, celui-ci aurait bu deux à trois bouteilles de spiritueux avec ses acolytes.

Lucide et maître de soi

Comme leurs collègues genevois, les magistrats fédéraux estiment que malgré l’alcool absorbé le recourant était conscient des conséquences de ses actes. Ils en veulent pour preuve la fuite des jeunes gens au son des sirènes de police, leurs retrouvailles près d’une école et le fait qu’ils se soient débarrassés de la batte.

Au moment de son interpellation, soulignent les juges, le jeune homme était suffisamment lucide et maître de lui pour demander des explications aux gendarmes et discuter de leur intervention. Malgré leur expérience, les agents n’avaient alors pas remarqué de signes d’ébriété.

Le recourant, qui a changé à plusieurs reprises de version au cours de la procédure, a également contesté devant le Tribunal fédéral avoir asséné à la première victime des coups de batte à la tête. Selon lui, il aurait visé le corps. Mais l’expertise médicolégale n’a pas confirmé ses déclarations, pas plus que celles des autres participants. (arrêt 6B_347/2020 du 3 juillet 2020)

Avec ATS/Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Genève: un référendum lancé contre l’indemnisation des travailleurs précaires

Publié

le

La première distribution d’aide alimentaire à Carouge (GE) mardi 16 juin

L’UDC et le MCG s’opposent à la loi sur l’indemnisation des travailleurs précaires qui ont perdu leurs revenus pendant la crise due à l’épidémie de Covid-19. Ils annoncent, ce lundi, le lancement d’un référendum.

 

La Chancellerie a publié lundi dans la Feuille d’avis officielle l’annonce du lancement de ce référendum cantonal. « C’est une question de principe. On ne peut pas donner des indemnités pour perte de revenus pour du travail non déclaré », a expliqué André Pfeffer, interrogé par Keystone-ATS. Le député UDC a créé le comité référendaire « Contre le travail illégal » avec son collègue du MCG François Baertschi.

 

Fin juin, la gauche et le PDC acceptaient un fonds d’urgence de 15 millions de francs destinés à ceux qui n’ont pas eu droit aux aides cantonales ou fédérales. Limitée à deux mois, soit entre le 17 mars et le 16 mai, l’indemnité financière est plafonnée à 4000 francs par mois, alors que le projet de loi initial du Conseil, élaboré avec les partenaires sociaux, misait sur 5800 francs.

 

Agir vite

 

Selon le Département de la cohésion sociale (DCS), environ 3000 personnes pourraient en bénéficier: des travailleurs sur appel, des employés domestiques sans protection, des intermittents du spectacle, des travailleurs du sexe ou encore des étudiants qui ont de petits emplois. L’indemnisation n’est pas conditionnée à un statut légal.

 

Les files interminables de personnes plusieurs samedis de suite devant la patinoire des Vernets en vue d’obtenir une aide alimentaire ont mis en lumière la précarité dans laquelle était plongée une partie de la population pendant la crise sanitaire. Ces images ont choqué en Suisse et au-delà. Le Conseil d’Etat a voulu agir vite pour ces personnes qui risquent de s’endetter.

 

« Débat populaire »

 

Les référendaires estiment toutefois que l’Etat n’a pas à payer en lieu et place de ceux qui ne respectent pas la loi. Ils contestent aussi la disposition permettant au DCS de prendre en considération une déclaration signée « plausible » d’un bénéficiaire qui n’aurait pas de documents pour attester son revenu mensuel déterminant.

 

« En s’opposant à cette loi, les référendaires veulent aussi qu’il y ait un débat populaire et une votation sur le travail illégal à Genève », souligne André Pfeffer. Selon lui, « Genève est le canton le plus laxiste concernant le contrôle de l’immigration illégale et du travail au noir. C’est presque le seul canton où il est possible d’obtenir un numéro AVS sans justifier d’un titre de séjour. »

 

La récolte des signatures devrait commencer en fin de semaine, selon le député. Compte tenu de la suspension estivale du délai, les référendaires ont jusqu’au 14 septembre pour obtenir 5370 signatures valables.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Une saison de plus au GSHC pour Eric Fehr

Publié

le

Photo: GSHC

L’attaquant canadien de 34 ans a prolongé son contrat avec le Genève-Servette Hockey Club jusqu’au terme de la saison 2020-2021.

L’an dernier, en 44 matchs, l’homme au 722 matches de NHL a cumulé 34 points (15 buts et 19 mentions d’aide).  Avec cette prolongation, le GSHC tient son quatuor d’imports. Eric Fehr sera donc accompagné de Linus Omark, Henrik Tömmernes et de Daniel Winnik. 

Chris McSorley: « Nous sommes très heureux de savoir Eric Fehr avec nous une saison de plus. Eric
a été une personne extrêmement importante dans le succès du club l’année passée. Il a beaucoup aidé
notre attaque, pas uniquement en tant qu’excellent joueur sur la glace, mais aussi en tant que leader
avec nos jeunes joueurs. Je suis persuadé qu’Eric Fehr aura à nouveau un grand impact sur le Club,
mais aussi sur les fans, la saison prochaine.

Eric Fehr: « Ma famille et moi avions vraiment adoré être à Genève la saison dernière. Sportivement,
nous avons toujours une superbe et jeune équipe, c’est donc très motivant. Je suis impatient de revenir
pour terminer ce que nous avions commencé la saison passée. »

Continuer la lecture

Genève

Votre week-end à Genève

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Sorties entre amis, concerts, cinéma, expositions, nous vous proposons notre sélection des activités du week-end à Genève!

Art en Confinement

11 artistes se sont exprimés dans cette exposition qui est marquée par l’expérience du confinement. La première partie de cette exposition s’appelle « Œuvres sur papier » et se déroule jusqu’au 21 juillet 2020 à l’espace Blitz ARTCO. S’en suivront les œuvres de peintures des artistes, jusqu’au 20 août 2020. Les visiteurs pourront élire leur oeuvre préférée lors de l’exposition, les gagnants se verront offrir une semaine d’exposition au sein de l’espace Blitz ARTCO.

L’entrée est gratuite, du mardi au samedi de 14h à 18h30 au : 6, rue Michel Chauvet, 1208 Genève.

Exposition collective OeuvreSurPapier&3D

 

Une dernière brocante avant les vacances

Cyclup vous a réservé de coté une multitude de pièces à chiner, c’est le moment de les ressortir pour la dernière brocante avant la pause estivale. Ça se passera ce dimanche, au 3, route de Compois à Collonge-Bellerive dès 9h et jusqu’à 18h. Ensuite, n’oubliez pas de vous rafraîchir auprès du bar, ouvert jusqu’à épuisement!

Au programme de la journée:
Portes ouvertes, showroom design, buvette (reste ouverte après la broc pour l’apéro!), brocante, expo cour intérieure, bijoux &, créations, bibelots & vintage, jardin.

 

Photo pour cet événement

 

Activités de plein air au jardin alpin de Meyrin

Chaque année, autour du solstice d’été, les jardins botaniques de Suisse se retrouvent à l’occasion de Botanica, pour montrer le rôle qu’ils jouent en tant que sanctuaires de la biodiversité. « Les dernières de leur espèce » est une initiative des jardins botaniques de Suisse ayant pour objectif la protection des milieux menacés de disparition et la conservation des espèces menacées.

Ce week end, le jardin alpin sera l’hôte de deux activités. Rendez-vous ce samedi de 10h à 12h pour un atelier fabrication de désodorisants naturels, puis à 14h pour une conférence de Caroline Jeanneret sur les abeilles sauvages. Bien sûr, nous vous invitons entre temps à profiter du jardin et des différentes installations qui y sont en ce moment.

 

Continuer la lecture