Rejoignez-nous

Genève

Le quai Wilson ouvert à la baignade le temps d’un week-end

Publié

,

le

L’association A l’Eau Wilson a aménagé ce week-end des points d’entrée et de sortie pour les baigneurs le long du quai Wilson à Genève. Elle demande des aménagements provisoires pour un accès facilité au lac.

A l’Eau Wilson a ouvert samedi et dimanche un couloir de natation au quai Wilson. Un tapis rouge posé sur une rampe à bateau permettait d’entrer dans l’eau sans glisser. Deux cordes, le long d’un autre tapis rouge à 70 mètres de l’entrée, facilitaient la sortie de l’eau. Une autre sortie au bout du couloir, soit à près de 400 mètres de l’entrée, était aménagée.

L’association demande la mise à disposition d’installations provisoires d’accès à l’eau au quai Wilson, tels que des bancs et des échelles. Début juin, elle a déposé une pétition munie de 600 signatures en ce sens auprès du Canton et de la Ville de Genève. Le premier a autorité sur le lac, la seconde sur les quais.

« L’agenda de l’administration étant tel qu’il est, notre pétition sera discutée à la fin du mois d’août. Trop tard pour cet été », regrette Thomas Putallaz, co-président de l’association.

« Une réelle demande d’accès au lac »

« Un projet sur le long terme est prévu mais il ne verra pas le jour avant cinq ans. En attendant, nous voulons montrer que l’on peut facilement mettre en place des installations provisoires pour profiter de cette partie du lac », explique à des passants, Charles-Antoine Kuszli, membre du comité de l’association.

Il poursuit: « De ce côté, on ne peut se baigner qu’aux bains des Pâquis et c’est bondé. De nombreuses personnes se baignent dans des zones non autorisées, comme les ports. Il y a une réelle demande d’accès au lac ».

L’association a obtenu l’autorisation de baignade pour ce week-end. Elle a dû s’arranger avec le Ski nautique club de la Perle du lac pour garantir une bonne cohabitation: « Il y a de la place pour tout le monde. La zone réservée aux baigneurs s’étend par trente mètres de large, délimitée par des bateaux », explique Thomas Putallaz.

Une baignade inédite

Samedi, une cinquantaine de badauds se sont arrêté près du stand de l’association. « Le vent en a découragé certains mais nous attendons plus de monde aujourd’hui », affirme Susanne Amsler, co-présidente de l’association, lunettes de plongée à la main. « L’eau est propre, c’est profond, on nage facilement. Nous avons beaucoup de retours positifs, on nous dit que c’est mieux qu’à la piscine », se réjouit-elle.

L’association a fait appel aux services des équipes de sauvetage pour surveiller la zone. Jusqu’à 22h30, des stands de boissons et de petite restauration accompagnent l’évènement.

Des nouveaux aménagements prévus

L’accès au lac est un sujet récurrent à Genève. Deux nouveaux aménagements lacustres ont été créés au bord du quai de Cologny. Ils ont été ouverts pour la première fois au public vendredi 17 juillet 2020. L’ouverture définitive de la plage des Eaux-Vives est, elle, fixée au 22 août.

En septembre 2019, le Canton et la Ville de Genève se sont accordés pour améliorer l’accès à l’eau autour de la rade. Un crédit d’étude pour un projet d’aménagements au quai Wilson a depuis été déposé devant le Conseil municipal de la ville de Genève.

Avec ATS/Keystone.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une boutique de vêtements en ligne éco-responsable créée à Genève

Publié

le

©David Malacrida www.elmerjack.com

CLOTHER est une boutique en ligne qui vend des vêtements éco-responsables. L’objectif: rendre la mode éco-responsable accessible et pratique pour la démocratiser en Suisse Romande. La plateforme ne sélectionne que des marques qui ont le développement durable dans leur ADN. Pour l’instant, la boutique ne livre que sur Genève et sur Vaud. 

Un dressing engagé en toute simplicité. C’est le slogan de CLOTHER, une boutique en ligne qui vend des vêtements éco-responsables. Conçue comme une entreprise de proximité elle se concentre pour le moment sur les cantons de Genève et de Vaud. La plateforme ne sélectionne que des marques qui ont le développement durable dans leur ADN. Certaines seront même distribuées pour la première fois en Suisse. Le but : démocratiser la mode éco-responsable comme l’explique Benjamin Lecrivain, fondateur de CLOTHER.

Benjamin Lecrivain Fondateur de CLOTHER

Pour une démarche éco-responsable complète, CLOTHER essaye de minimiser son empreinte carbone logistique. La plateforme utilise des colis de livraison réutilisables au moins 100 fois.  Pour une livraison facile qui s’adapte aux besoins des clients, CLOTHER propose 4 modes de livraison: à domicile (sur des plages horaires programmées), en boutique partenaire, au bureau (selon un planning défini avec votre entreprise), ou directement en Click&Collect au siège de l’entreprise à Plan-les-Ouates. Pour un renvoi de la commande, CLOTHER propose les 4 mêmes modes de retour. Autre subtilité, la plateforme ne demande pas de paiement lors de la commande. Le client ne paye que ce qu’il garde.

Des marques engagées

Le projet CLOTHER se démarque de ce qui existe déjà sur le marché. Ici, pas de grands noms avec une collection dite « verte », la plateforme ne sélectionne que des marques vraiment engagées. C’est ce qui le différencie de ces concurrents comme l’indique Benjamin Lecrivain.

Benjamin Lecrivain Fondateur de CLOTHER

Une idée qui lui est venue suite à une mauvaise expérience comme il l’explique.

Benjamin Lecrivain Fondateur de CLOTHER

Crowfunding

Pour lancer son entreprise, Benjamin a lancé un financement participatif  le 15 janvier dernier au travers de la plateforme SIG impact. L’objectif est de récolter 20’000 francs pour acheter le premier stock de vêtements. La campagne prend fin le 12 février prochain.

Continuer la lecture

Actualité

 Le Conseil d’Etat genevois propose un plan d’indemnisation de 250 millions de francs

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Le Conseil d’Etat genevois a présenté ce mercredi son projet d’aide au entreprises. Il regroupe dans un seul projet les diverses aides financières destinées aux entreprises victimes de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Le coût de ce projet est estimé à 250 millions de francs et couvre l’exercice 2021. Un formulaire en ligne sera disponible pour les entreprises, dès le 3 février.

Un concept global cantonal d’aide aux entreprises. C’est le projet de loi proposé par le Conseil d’Etat genevois pour venir en aide aux entreprises. L’ensemble des diverses aides octroyées par l’état sont réunies dans ce projet, auxquelles s’ajoutent les mesures de soutien prévues par les ordonnances du Conseil fédéral. Le but est de permettre aux entreprises de survivre jusqu’à ce que la situation sanitaire s’améliore. Le coût de ce projet est estimé à 250 millions de francs et couvre l’exercice 2021. Il existe trois types de bénéficiaires comme l’explique Nathalie Fontanet, conseillère d’Etat en charge des finances.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Les coûts sont divisés comme suit. Pour les entreprises qui font l’objet d’une fermeture depuis plus de quarante jours: pour trois mois de fermeture, le coup estimé est de 171 millions de francs. Pour les entreprises non fermées mais qui font l’objet d’une baisse du chiffre d’affaires de plus de 40% le coût est de 64 millions de francs. Pour les entreprises qui font l’objet d’une baisse du chiffre d’affaires entre 25% et 40% cela coûtera 15 millions de francs.

Ainsi, pour ce total de 250 millions, il faut retirer les 80 millions de la manne fédérale. Sur ces 170 millions restants, 40 millions sont pris en charge par la Confédération. Ce dispositif coûtera donc au total 130 millions de francs au canton. Nathalie Fontanet détaille les aides prévues par le gouvernement.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Les aides ne sont pas rétroactives mais commencent dès le 1er janvier 2021.

Elargir les aides

Le gouvernement a volontairement élargi ses critères d’entrée au programme pour aider le plus d’entreprises possible comme l’explique Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances

Un formulaire en ligne sera disponible pour les entreprises, dès le 3 février. Elles devront y joindre leur bilan 2020. Les premières aides devraient être versées dans les jours qui suivront. Du personnel a été engagé pour traiter les demandes rapidement. Ce nouveau système se veut plus rapide que le précédent.

Continuer la lecture

Actualité

Une box cadeau qui pense aux jeunes mamans

Publié

le

Photo Kouchoulou

Fini le casse-tête pour trouver un cadeau de naissance

Une entrepreneuse genevoise propose, depuis peu, les box Kouchoulou, à offrir aux parents d’un nouveau-né. 

Présentation du concept avec Benoît Rouchaleau.

Céline Devayes-Pidoux Créatrice des box Kouchoulou

Continuer la lecture

Actualité

Les mesures de chômage partiel élargies dès jeudi

Publié

le

Les mesures concernant le chômage partiel seront élargies.

Le Conseil fédéral a mis en œuvre mercredi les décisions prises en décembre par le Parlement dans le cadre de la loi Covid-19. Le délai d’attente est supprimé et les apprentis pourront bénéficier des RHT.

Le délai d’attente d’un jour avant de toucher les subsides de l’assurance chômage, qui s’appliquait depuis le 1er septembre, est supprimé à partir de cette date et jusqu’au 31 mars avec effet rétroactif. L’objectif est de réduire les obstacles administratifs pour les entreprises et d’améliorer leurs liquidités.

Les employeurs n’auront rien à entreprendre. L’assurance-chômage modifiera elle-même les décomptes et versera le solde correspondant aux jours d’attente supprimés.

La limite de quatre périodes de décompte pour la perception de l’indemnité en cas de chômage partiel, lorsque la perte de travail dépasse 85%, est quant à elle supprimée rétroactivement du 1er mars 2020 au 1er mars 2021. Pour éviter que les entreprises ne soient désavantagées à la fin de la mesure, les périodes de décompte ne seront pas prises en compte jusqu’à la fin de l’année 2023.

Cette disposition devrait aider les entreprises dont l’activité est fortement limitée par les décisions liées au coronavirus à maintenir les emplois.

Indemnisation étendue

Les personnes employées à durée déterminée bénéficieront elles aussi du droit à l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT). Pour garantir leur formation, les apprentis recevront quant à eux une indemnité sous forme de soutien financier subsidiaire. Les entreprises qui continuent à former des apprentis pourront aussi demander une aide dès la période de décompte de janvier 2021 et ce jusqu’au 30 juin.

Les employés ayant un revenu modeste auront droit à une indemnité de chômage partiel plus élevée entre le 1er décembre 2020 et le 31 mars 2021. L’indemnisation sera totale pour les travailleurs qui, en équivalent plein temps, ont un revenu de 3470 francs au maximum. De 3470 à 4340 francs, l’indemnisation est de 3470 francs, soit entre 80% et 100% du revenu total.

Cantons, partenaires sociaux et commissions parlementaires ont tous accepté les modifications de la loi Covid-19 sur l’assurance chômage. Celles-ci entrent en vigueur jeudi.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Actualité

Les opérations de chirurgie ont repris aux HUG

Publié

le

Photo Archives (KEYSTONE/Laurent Darbellay)

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont repris les opérations de chirurgie depuis la mi-janvier. Ils gardent toutefois une réserve de 229 lits dédiés au Covid.

« Treize blocs opératoires, sur 22, sont à nouveau ouverts », indique le directeur de l’établissement Bertrand Levrat dans une interview publiée mercredi dans La Tribune de Genève. Et d’ajouter que 1300 personnes attendent une opération qui a dû être reportée.

M. Levrat détaille en outre la répartition des 229 lits réservés pour les patients Covid: 10 aux soins intensifs, 22 en soins intermédiaires, 135 en soins aigus et 62 en réadaptation. « Nous comptons les garder jusqu’à la fin du printemps au moins », précise-t-il.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture