Rejoignez-nous

Coronavirus

Le Conseil d'Etat genevois est remonté contre la Confédération

Publié

,

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Conseil d'Etat genevois a exprimé mercredi sa colère suite aux annonces du Conseil fédéral. Le canton a dénoncé le manque d'aide financière de la Confédération. En revanche, il salue l'élargissement des bénéficiaires potentiels. 

Un Conseil Fédéral Picsou. C'est en ces termes que s'est exprimée la conseillère d'Etat genevoise chargée des finances Nathalie Fontanet. Le Conseil d'Etat genevois a tenu ce mercredi un point presse en réaction aux mesures prises par le Conseil Fédéral. Si le gouvernement du bout du lac salue l’assouplissement des critères pour les cas de rigueur, en revanche il s'est dit choqué qu’aucun montant fédéral supplémentaire ne soit versé. Une décision qui met très en colère la Conseillère d'Etat en charge des finances Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet
Conseillère d'Etat en charge des finances
Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

 

340 millions pour six mois

Ainsi, ce sera au canton de payer. Selon Mme Fontanet, Genève qui avait fermé les commerces et des restaurants en novembre a déjà commencé à indemniser. Avec l'assouplissement des conditions d'accès aux aides annoncé mercredi par le Conseil fédéral, 4000 entreprises pourraient être concernées à Genève, ce qui correspond environ à 340 millions de francs pour les six premiers mois de 2021. Une responsabilité que le gouvernement genevois est prêt à assumer comme l'explique Nathalie Fontanet.

Nathalie Fontanet
Conseillère d'Etat en charge des finances
Nathalie FontanetConseillère d'Etat en charge des finances

Le Conseil d'Etat présentera la semaine prochaine un projet de loi global qui prend en compte toutes les entreprises qui ont été touchées directement ou indirectement par les fermetures imposées par les autorités. Jusqu'à présent les lois ciblaient des secteurs particuliers.

Des mesures préventives

Les mesures actuelles, notamment la fermeture des restaurants, des centres sportifs, de loisirs et de culture, ont été prolongées jusqu'à fin février. Dès lundi, les commerces et les marchés vendant des biens non essentiels leur emboîteront le pas. Les marchandises pourront cependant être commandées à l'avance et récupérées sur place. Les restrictions horaires et dominicales pour les magasins vendant des biens de consommation courante, et les kiosques sont en revanche levées. Pour Mauro Poggia, Conseiller d'Etat en charge de la santé, ces mesures porteront leurs fruits.

Mauro Poggia
Conseiller d'Etat en charge de la santé
Mauro PoggiaConseiller d'Etat en charge de la santé

ATS avec MH

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Panne de l'application du certificat Covid

Publié

le

Les citoyens suisses de l'étranger n'ont pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés. (© KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI)

L'application du passeport Covid est soudainement tombée en panne vendredi. Le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable". Selon l'Office fédéral concerné, la panne a duré de 19h30 à 20h30 et est due à des travaux de maintenance.

La panne a d'abord été signalée sur Twitter par 20 Minuten et le Blick. Contacté par Keystone-ATS, l'Office fédéral de la santé publique a renvoyé à l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), qui a développé l'application.

Selon l'OFIT, les applications suisses n'ont pas pu valider les certificats Covid suite à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne. Ces derniers ont rendu toutes les clés de la liste temporairement indisponibles, a indiqué l'office dans un communiqué en fin de soirée.

L'OFIT a pu rétablir les clés suisses et les certificats Covid émis en Suisse fonctionnent à nouveau. Mais la panne aussi affecté le fonctionnement des certificats émis dans l'UE en Suisse. Ceux-ci ne fonctionnent pas encore sur le territoire helvétique. L'OFIT a dit travailler d'arrache-pied pour les rétablir.

Les citoyens suisses de l'étranger n'ont eux pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés, a précisé l'OFIT.

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, concerts, etc). Il faut être guéri, testé ou vacciné, et présenter un certificat sous forme papier ou s'affichant dans une application.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 952 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

On continue de vivre avec un masque dans de nombreux lieux et ce, depuis des mois. (© KEYSTONE/AP/Aaron Favila)

La Suisse reste sous la barre des 1000 contaminations quotidiennes, avec vendredi 952 cas de plus de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et 22 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 27'545 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,46%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'416, soit 143,62 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid-19 occupent 14,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 74%.

Au total 10'825'881 doses de vaccin ont été administrées et 61,52% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'724'553 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 854'590 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'314'175 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'791 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'280.

Le pays dénombre par ailleurs 5914 personnes en isolement et 4451 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 972 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Les manifestations des antivax sont désormais fréquentes en Suisse. (© KEYSTONE/KARL-HEINZ HUG)

La Suisse compte jeudi 972 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore trois décès supplémentaires et il n'y a pas de nouvelle hospitalisation.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25'537 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,81%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'666, soit 146,52 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89. Les patients Covid-19 occupent 15,6% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 73%.

Au total 10'795'743 doses de vaccin ont été administrées et 61,25% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 12'517'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'670'689 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 853'637 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'286'658 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'784 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'258.

Le pays dénombre par ailleurs 6707 personnes en isolement et 4966 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Brevets: des centaines de syndicats demandent à Parmelin de céder

Publié

le

Des millions de travailleurs accusent la Suisse d'être "criminelle" en s'opposant à la suspension provisoire des brevets sur les technologies contre le coronavirus dans les discussions à l'Organisaiton mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Plus de 350 syndicats demandent au président de la Confédération Guy Parmelin de revenir sur l'opposition, "criminelle" selon eux, de la Suisse à une suspension provisoire des brevets pour les technologies contre le coronavirus. Ils l'accusent de favoriser la pharma.

Dans une lettre ouverte publiée jeudi par la Fédération internationale des travailleurs des transports (ITF), ces syndicats qui représentent plus de 10 millions d'employés de 113 pays reprochent aux Etats opposés à une suspension des brevets de prolonger la crise en termes d'approvisionnement. "Vous n'avez plus d'excuses", ajoutent-ils encore.

Selon des estimations récentes, l'inégalité vaccinale pourrait coûter 5300 milliards de dollars (environ 5000 milliards de francs) à l'économie mondiale dans les prochaines années. Récemment, les dirigeants des faîtières internationales des transports avaient appelé les dirigeants politiques à garantir les dispositifs d'approvisionnement dans le monde.

Et dans leur lettre, outre M. Parmelin, les centaines de syndicats en appellent à la chancelière allemande Angela Merkel, au Premier ministre britannique Boris Johnson et à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Vous devez approuver sans délai une suspension provisoire des brevets", affirme le secrétaire général de l'ITF.

Les syndicats relèvent que les Etats-Unis, où les entreprises pharmaceutiques sont importantes, ont eux affiché leur soutien à une levée provisoire des brevets dans les discussions à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dont une nouvelle réunion a eu lieu mercredi à Genève. L'inégalité vaccinale menace "notre sécurité et la reprise de nos activités", ont-ils aussi dit.

ONG ou encore partis actifs

Ils déplorent que leurs employés, notamment les marins, ont été parfois bloqués pendant des mois. Selon eux, ces travailleurs ont été trois fois plus menacés de décéder du coronavirus que la population générale.

Mercredi soir, une manifestation à l'appel d'un collectif soutenu par des partis de gauche et des syndicats genevois avait également appelé à cette suspension des brevets. Celle-ci est exigée depuis de nombreux mois par des acteurs comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ou Médecins Sans Frontières (MSF).

La Suisse, comme les autres pays opposés ou la faîtière internationale des entreprises pharmaceutiques (IFPMA), estime que ce dispositif ne permettrait pas de fabriquer une dose de vaccin supplémentaire. Elle souhaite plutôt des licences sur ces technologies et une extension des capacités de production dans les pays en développement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Conseil fédéral renonce aux bons de 50 francs

Publié

le

Un taux de vaccination plus élevé permettra de lever les mesures de protection. Les fitness, l'hôtellerie ou la restauration en profiteront (archives). (© KEYSTONE/EPA/BIANCA DE MARCHI)

Le rythme de vaccination doit s'accélérer avec l'arrivée de l'hiver. Le Conseil fédéral lance son offensive en trois volets. Après consultation, il a toutefois renoncé mercredi aux bons de 50 francs.

Ceux-ci devaient récompenser les personnes qui pouvaient convaincre un voisin, un ami ou un membre de la famille de l'utilité de l'injection. Les cantons s'y sont opposés, estimant qu'une récompense financière ne permettait pas de sortir de la crise.

Cela fait près de 600 jours que la Suisse a enregistré son premier cas de coronavirus. "C'est normal qu'on pense à toutes les options qui nous permettent de sortir de la crise", a avancé le ministre de la santé Alain Berset devant les médias. Le Conseil fédéral a été un peu surpris de l'opposition à ces bons, a-t-il dit, tout en reconnaissance que l'idée était peu conventionnelle.

Certains pays qui nous entourent ont mis en place des offres originales. Leur taux de vaccination est plus élevé qu'en Suisse. Le Portugal a déjà pu lever l'utilisation du pass sanitaire.

Selon les données actuelles, 93% des plus de 65 ans et environ 80% des 18 à 65 ans doivent être vaccinés pour pouvoir lever les mesures. Le taux de vaccination actuel des plus de 18 ans est de 71,2%.

Environ un million de personnes doivent faire le pas pour atteindre ces chiffres, soit quelque 800'000 parmi les 18-65 ans et 100'000 chez les plus de 65 ans, a rappelé Alain Berset. Cela nous permettra d'avoir plus de quiétude pour les mois froids et de lever les mesures. Le Conseil fédéral veut réévaluer la situation lors d'une de ses prochaines séances.

Meilleure information

Afin d'augmenter le taux de vaccination, les indécis ont besoin d'informations fiables. C'est pourquoi le Conseil fédéral, en collaboration avec les cantons, prévoit une semaine nationale de vaccination du 8 au 14 novembre. Personne ne sera forcé à se faire vacciner, a précisé le ministre.

Les personnes pourront s'informer sur l'efficacité, la sécurité et les effets secondaires de l'injection. Les risques sanitaires et la possibilité de se faire vacciner seront aussi abordés.

Les autorités cantonales et communales organiseront des évènements locaux. De son côté, le gouvernement enverra une lettre à la population pour souligner l'importance de la vaccination. La Confédération prendra en charge les coûts. Une enveloppe de 15,2 millions de francs est prévue, soit l'équivalent de deux jours de tests, a précisé M. Berset.

Unités mobiles

Pour atteindre plus facilement les citoyens, des bus de vaccination supplémentaires prendront la route durant plusieurs semaines et s'arrêteront sur la place du village, sur le terrain de foot, devant les écoles ou les discos. La population n'aura ainsi plus à se déplacer et pourra facilement obtenir des informations ou se faire vacciner spontanément.

Actuellement, 50 bus sont en circulation. Les unités mobiles pourraient être en activité durant quatre à six semaines.

La Confédération investira 220'000 francs par véhicule, mais jusqu'à un maximum de 38 millions de francs. Par ailleurs, elle mettra également à disposition 43 millions pour des activités de conseil.

Des conseillers pourront être déployés sur l'ensemble de la Suisse pour répondre individuellement aux questions des personnes encore indécises. Ils pourront être contactés via des discussions de groupe, des contacts personnels ou téléphoniques ou la fonction de "chat" individuel sur les réseaux sociaux.

Investissement durable

Le montant maximal de cette offensive s'élèvera à 96,2 millions de francs. De l'avis du gouvernement, il s'agit d'un investissement durable comparé aux 50 millions de francs dépensés chaque semaine pour les tests.

Par ailleurs, un taux élevé de vaccinés sera bénéfique pour la gastronomie, l'hôtellerie ou les centres de fitness. Il présente aussi des avantages sanitaires. En moyenne, une hospitalisation peut être évitée pour 100 vaccinations et l'occupation d'un lit en soins intensifs pour 250 vaccinations.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture