Rejoignez-nous

Genève

Laine de moutons genevois, comment la valoriser ?

Publié

,

le

C'est un indéniable manque à gagner dans le monde du zéro déchet. Pendant que certains achètent du vrac, que d'autres fabriquent leur lessive et dentifrice ou réfléchissent à leur surconsommation, les éleveurs de moutons genevois sont bien embêtés: personne ne veut de leur laine.

Enfin personne, ou presque. Olivia Bovet, elle, s'y intéresse de près. Avec la laine de ses moutons, elle fabrique de nombreuses petites figurines, selon une technique que l'on appelle le feutrage. Le feutre, c'est cette matière fabriquée en laine lavée, cardée (démêlée), et que l'on forme à nouveau par pression et ébouillantage.

Pendant notre visite à Palexpo à l'occasion de Swiss Expo, nous avons vu certes mille vaches, mais une des rencontres qui nous a marqué, c'est Olivia Bovet. Basée à Genève, cette Suissesse possède 10 moutons et plusieurs chèvres. Elle n'est pas éleveuse professionnelle, mais c'est pour elle une passion et un plaisir. Durant toute ses années de propriétaire de menu bétail, elle s'est vite posée la question suivante: Que faire avec la laine des moutons que nous tondons?

En Suisse, la laine est parfois utilisée comme isolant dans le bâtiment. C'est d'ailleurs considéré comme une bonne solution, car elle consomme peu d'énergie grise, est locale et biodégradable, et elle absorbe les formaldéhydes, permettant ainsi d'assainir l'atmosphère. A Genève, cette laine n'est pas souvent valorisée, et les éleveurs doivent payer pour que celle-ci soit récupérée. En conséquence, elle est souvent jetée ou brûlée. Olivia agit donc à son niveau et propose avec le Syndicat du menu bétail de Genève, lors de manifestations agricoles ou en ateliers, cette activité de feutrage.

Olivia BovetÉleveuse de moutons

Une fabrication de A à Z, ne contenant qu'un seul matériau (la laine) et un seul outil (l'aiguille à feutrer), cette technique permet avec un peu de patience de fabriquer des petits animaux ou personnages, selon les envies de chacun. Nous avons suivi l'atelier pendant Swiss Expo, pour fabriquer un petit mouton de laine feutrée. En voici les différentes étapes:

D'abord, on rassemble de la laine lavée et cardée au préalable par Olivia en un boudin. Il faut ensuite piquer dans ce boudin avec une aiguille à feutrer qui a pour particularité d'être pleine de petits harpons qui emmêle la laine à l'intérieur. On peut adapter la forme de la laine en piquant plus par endroits. Il faut un certain temps et pas mal de patience pour arriver au résultat escompté.

Pour notre mouton, il faudra aussi former des pattes, une tête et des oreilles. Plus les pièces sont petites, plus il faut faire attention à ses doigts!

Pour assembler l'animal, il suffit de piquer les différents éléments ensemble. Pas besoin de fil ou de colle, les morceau de laine feutrée s'accrochent entre eux et tiennent très bien.

Une méthode très simple et ludique, pour les enfants comme les adultes. Certains, il parait, l'utilise même comme un défouloir!

 

Manon Christen

Actualité

Trois activistes lauréats du Prix Martin Ennals à Genève

Publié

le

Trois activistes seront désormais honorés chaque année du Prix Martin Ennals (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Prix Martin Ennals couronne cette année trois activistes des droits humains. La journaliste vietnamienne Pham Doan Trang, le Burkinabé Daouda Diallo et le Bahreïni Abdul-Hadi Al-Khawaja sont récompensés, a annoncé mercredi à Genève la Fondation du même nom.

Jusqu'à présent, ce prix Nobel des défenseurs des droits humains mettait en avant un lauréat auquel s'ajoutaient deux finalistes. "La décision a été prise par le Conseil de fondation et le jury de ne plus faire de différence", a affirmé à Keystone-ATS une porte-parole. Désormais, trois militants seront honorés chaque année.

"Le jury a choisi trois figures inspirantes du mouvement des droits humains", relève le président de la Fondation Martin Ennals, Hans Thoolen. Au Vietnam, Pham Doan Trang a lutté pour les libertés fondamentales pendant de nombreuses années, avant d'être condamnée récemment à neuf ans de prison. L'ONU a demandé sa libération, alors que la Fondation Ennals est inquiète pour sa santé.

De son côté, M. Diallo documente les violations perpétrées par l'armée burkinabé et les djihadistes. Son organisation lancée en 2019 a identifié plus de 1000 exécutions de civils dans le cadre des violences. Une situation qui lui a valu du harcèlement, des vols et des menaces pour sa propre sécurité, notamment après un massacre qui avait fait des dizaines de victimes.

Cérémonie reportée avec le coronavirus

Au Bahreïn, M. Al-Khawaja, l'un des principaux contestataires de son pays, reste emprisonné depuis dix ans. ll avait été condamné après avoir été accusé de complot pour renverser le régime et a mené plusieurs grèves de la faim. Sa sécurité en prison demande "une intervention rapide", dit la Fondation Martin Ennals.

Les trois lauréats recevront de 20'000 à 30'000 francs. Tout dépendra de la recherche de fonds, précise la porte-parole. En raison de la pandémie, la cérémonie a dû être reportée au 2 juin prochain.

Le Prix Martin Ennals est remis chaque année depuis plus de 25 ans par dix ONG, dont Amnesty International, l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT), la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) ou encore Human Rights Watch (HRW), qui se réunissent à Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Paiement par QR code: une campagne pour informer les aînés

Publié

le

(KEYSTONE/Christian Beutler)

Les bulletins de paiement munis d’un QR code vont devenir la règle en Suisse dès le 1er octobre de cette année. Pro Senectute lance une campagne d’information pour sensibiliser les aînés.

Les bulletins de versement à QR code vont remplacer les traditionnels numéros de compte postal à chiffres et à tiret, dès le premier octobre. Fini donc les bulletins de couleur rose ou orange. Ils s’effacent pour faire place aux bulletins noirs et blancs munis d’un QR code. Une commodité pour l’office postal ou pour la banque mais qui inquiète Pro Senectute. La fondation d’aide aux aînés rappelle la réalité de la fracture numérique en Suisse. Sur 1 million de personnes de plus de 65 ans que compte notre pays, 200'000 seraient déconnectés. Le directeur de Pro Senectute Genève, Joël Goldstein.

Joël GoldsteinDirecteur de Pro Senectute Genève

Pro Senectute rappelle qu’en vieillissant, les tâches administratives deviennent fastidieuses. Joël Goldstein.

Joël GoldsteinDirecteur de Pro Senectute Genève

A un certain âge, tout changement peut être très déstabilisant. La campagne de Pro Senectute mise sur des flyers explicatifs.

Joël GoldsteinDirecteur de Pro Senectute Genève

Tâches administratives abandonnées

L'administratif est parfois délaissé par les personnes d'un grand âge. Et l'isolement provoqué par la pandémie n'a pas facilité les choses. Joël Goldstein.

Joël GoldsteinDirecteur de Pro Senectute Genève

La Fondation va également s'appuyer sur des clips diffusés sur Facebook ou Utube.

 

Continuer la lecture

Actualité

Le GSHC gagne le derby lémanique

Publié

le

Winnik (tout à gauche) inscrit le but de la victoire pour le GSHC (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève a signé mardi une 9e victoire dans ses dix derniers matches de National League.

Les Aigles ont battu Lausanne 4-3 après prolongation sur une réussite de Winnik après 16 secondes de jeu supplémentaire.

Dominés par les Vaudois le 8 janvier dernier dans la capitale olympique, les hommes de Jan Cadieux ont donc pris leur revanche. Mais il a fallu utiliser le temps réglementaire pour que les Grenat cueillent un deuxième point. Parce que les Genevois, devant par trois fois, ne sont pas parvenus à faire la différence dans les soixante premières minutes.

Dans une rencontre assez brouillonne, les locaux ont pris le match à leur compte mais sans jamais se détacher. Les Lions pensaient bien avoir ouvert le score, mais les officiels en ont décidé autrement. A la suite d'une scène litigieuse où le puck a terminé au fond des filets, Lausanne a même déposé protêt. Selon John Fust, les arbitres seraient allés voir la vidéo pour vérifier si le but avait été marqué de la main, avant de l'annuler pour une crosse haute.

Hughes pas toujours à son affaire

Prêté par Fribourg mais avec l'interdiction de jouer contre son club, Connor Hughes a été préféré à Dominic Nyffeler parce que Genève accueille Gottéron mercredi soir et qu'en outre les Aigles jouent six matches en huit jours. Le portier n'a pas connu un début de rencontre inoubliable.

Après avoir failli coûter l'ouverture du score sur la scène précitée, l'Ontarien à licence suisse n'a pas été plus en réussite à l'occasion de l'égalisation lausannoise à la 11e. Alors que l'indispensable Tömmernes venait d'inscrire son 9e but de la saison et de lancer Genève sur les bons rails, Hughes a laissé passer un tir ras glace de Fuchs 32 secondes plus tard.

Excellent en 2022, Tobias Stephan a lui livré sa meilleure imitation de Dominik Hasek à la 35e face à Marco Miranda. Pour éviter le 3-1, le dernier rempart des Vaudois a lancé ses bottines au bon moment. Arrêt-clé qui plus est puisque moins de deux minutes après, Joël Genazzi a pu servir idéalement Frolik pour l'égalisation. Le Tchèque a su se rendre utile. L'ancien gardien de Zoug et Genève n'a en revanche pas été très heureux sur le 2-1 de Vermin à la 15e.

0,014 point d'écart

Le dernier tiers a vu Genève prendre une fois de plus la main grâce à Vouillamoz (42e). Mais les Vaudois ont pu niveler la marque via Sekac, très opportuniste sur une déviation d'un lancer de Fuchs. Au final, le LHC peut s'estimer heureux de repartir des Vernets avec quelque chose. Au classement, le GSHC passe devant Lausanne avec 0,014 point de bonus. Oui, c'est à ça que cela se joue désormais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Premier label de responsabilité numérique au monde lancé en Suisse

Publié

le

Le label lancé en Suisse doit aboutir à un nouveau mouvement mondial sur la responsabilité numérique (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Les algorithmes et technologies inquiètent les utilisateurs pour la protection des données, alors que la pandémie a montré leur importance. La Swiss Digital Initiative (SDI) a lancé mardi à Genève le premier label de responsabilité numérique des entreprises au monde.

"Nous voulons ramener la confiance dans les technologies", dit la Fondation lancée en 2020. Le label doit oeuvrer comme point de départ à un mouvement mondial vers la responsabilité numérique.

Avec la pandémie, le télétravail, les applications de réunion en ligne ou encore la santé en ligne se sont multipliés. La confiance dans les prestations numériques, mais aussi dans les institutions qui étaient considérées comme fiables jusqu'à présent, "doit être abordée", a estimé la présidente de la SDI, l'ex-présidente de la Confédération Doris Leuthard. Et Genève était le meilleur site pour lancer une telle action, a-t-elle encore affirmé à la presse.

L'objectif du label, valide pour trois ans, est de rendre les clients d'entreprises sûrs dans l'utilisation du numérique. De leur côté, les acteurs privés qui offrent des applications peuvent montrer la crédibilité de leur engagement sur ces questions, ajoute la SDI. Elles doivent honorer une sorte de nouvelles règles de droit non contraignantes.

Une dizaine d'entreprises suisses ont déjà obtenu ou sont en cours de demande de leur labellisation. Mais celle-ci peut être demandée pour "n'importe quelle prestation partout dans le monde" par des sociétés d'autres pays, estime Mme Leuthard. Les grands groupes technologiques "ont une responsabilité grandissante" et la volonté est de les attirer vers ce nouvel instrument, insiste-t-elle.

Santé, éducation ou encore finance

Au total, 35 critères portent sur quatre composantes, celles de la sécurité, de la protection des données, de la confiance et d'un lien équitable avec l'utilisateur. Des évaluations indépendantes sont menées. "L'importance de la confiance numérique ne fait qu'augmenter", affirme encore la fondation. Des scandales liés à certaines entreprises ont diminué cette confiance, alors que la demande de prestations s'étend.

Pour le moment, le label n'associe pas d'acteurs publics. Mais Mme Leuthard, qui avait fait partie d'un panel de haut niveau de l'ONU sur cette question, "soutiendrait toute initiative" qui renforcerait l'action des Etats, notamment depuis l'Europe.

"Les gouvernements doivent étendre leur intérêt pour la responsabilité numérique", selon elle. Et d'ajouter que la Chine cherche plutôt à contrôler, là où les Etats-Unis sont plutôt actifs sur les avancées technologiques. "L'Europe a les valeurs et les règles", dit-elle.

Le label est notamment significatif là où les données sont importantes, où les conséquences de l'utilisation du numérique sont élevées, où ces prestations en ligne n'ont pas d'alternative et où celles-ci sont exploitées à un rythme rapide et sur de nombreux territoires. Notamment dans la santé, l'éducation ou la finance.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Aux HUG, même les soignants positifs sont les bienvenus en renfort

Publié

le

Christine Robin, infirmière responsable d'équipe aux HUG / Miguel Hernandez

Ces dernières semaines des volontaires ont rejoint les soignants pour face à la cinquième vague de Covid. Certains d'entre eux ont même travaillé en étant positifs. Témoignage d'une infirmière appelée en renfort.

Des retraités et des volontaires aux secours des HUG. Pour faire face à la cinquième vague de Covid, les Hôpitaux Universitaires de Genève ont fait appel ces dernières semaines à des renforts. Sous certaines conditions, des volontaires ont pu profiter d’un allègement des mesures d’isolement pour venir travailler, même s’ils étaient positifs au coronavirus. C'est notamment le cas de Christine Robin, infirmière responsable d'équipe aux HUG.

Christine RobinInfirmière responsable d'équipe aux HUG

Concrètement, le fait d'être positive au coronavirus a-t-il changé quelque chose dans sa manière de travailler? La réponse de Christine Robin.

Christine RobinInfirmière responsable d'équipe aux HUG

Aider les autres, un leitmotiv

Revenir aider les soignants semblait tout naturel pour l'infirmière. Surtout face aux nombreuses absences en lien avec le variant Omicron. Christine Robin explique ce qui l'a motivé à reprendre le travail.

Christine RobinInfirmière responsable d'équipe aux HUG

À noter que depuis début janvier, 97 collaborateurs des HUG on bénéficié d'un allégement de leur isolement pour pouvoir venir travailler tout en étant positifs.

Continuer la lecture