Rejoignez-nous

Genève

La Ville de Genève vote le budget 2021 à une large majorité

Publié

,

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La gauche, le MCG et le PDC unis pour voter le budget 2021 de la Ville de Genève qui accuse un déficit de 49,3 millions de francs. Des aides complémentaires pourraient être versées en fonction des conséquences de la crise Covid. 

Le Conseil municipal a voté samedi vers minuit le budget 2021 de la Ville de Genève. Un budget déficitaire de 49,3 millions de francs, juste en dessous de la limite légale qui est à 50. Les charges s’élèvent à 1,25 milliard et les recettes à 1,2 milliard. Des recettes qui ne compensent donc pas les pertes. En cause : l’effet conjugué de la crise du Covid et de la réforme de l’imposition des entreprises. Dans le budget 2021, la culture n’a pas été oubliée, notamment les musiques actuelles qui ont reçu une subvention de 175'000 francs. Les explications d’Olivier Gurtner, chef de groupe au parti socialiste du Conseil municipal de la Ville de Genève.

Olivier GurtnerChef de groupe du Parti socialiste - Conseil municipal Ville de Genève

Le budget 2021 a été largement soutenu par la gauche mais aussi par le MCG et le PDC. Il a été adopté par 55 "oui" contre 15 "non" et une abstention.

Favoriser la transition énergétique

Le budget met l’accent sur la lutte contre le réchauffement climatique et la transition écologique. Le Conseiller administratif chargé des finances, Alfonso Gomez

Alfonso GomezConseiller administratif chargé des finances - Ville de Genève

Des bâtiments qui sont souvent des gouffres énergétiques vont être rénovés par la Ville de Genève. Quelques exemples avec le Conseiller administratif chargé des finances, Alfonso Gomez

Alfonso GomezConseiller administratif chargé des finances - Ville de Genève

La rénovation de Cité Jonction sera le prochain chantier de la Ville de Genève. Du côté du patrimoine arboré, 500 arbres vont être plantés l'an prochain.

Coûts de la crise encore inconnus

Le budget 2021 prévoit la création de 300 places pour l’accueil d’urgence. Le coût de la crise Covid pourrait encore augmenter et il n'est pas impossible que des aides supplémentaires soient accordées. Le chef de groupe socialiste, Olivier Gurtner.

Olivier GurtnerChef de groupe du Parti socialiste - Conseil municipal Ville de Genève

Les annuités des fonctionnaires sont maintenues malgré le déficit.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un Salon du livre décentralisé et intimiste a séduit le public

Publié

le

© Salon du livre en ville / Pierre Albouy
Le Salon du livre en ville a fermé ses portes dimanche après une nouvelle édition intimiste et éparpillée à travers Genève. Une centaine d'auteurs, artistes et intervenants ont participé à cette édition qui "a séduit le public", selon les organisateurs.

Parmi les temps forts, un hommage a été rendu à Blaise Ndala, récompensé par le prix Kourouma pour son roman "Dans le ventre du Congo". Avec ce roman "incisif", l'auteur congolais "embrasse, d'un siècle à l'autre, la question de l'équation coloniale" écrivent les organisateurs dans un communiqué publié dimanche.

Invitée d'honneur, l'écrivaine Maylis de Kerangal a de son côté "porté haut et fort la thématique de la traduction sous toutes ses formes à travers les formats originaux du livre en conversation teintés de musique et de danse".

Durant ces quatre jours, l'entrée était gratuite. Une inscription et un certificat sanitaire étaient toutefois nécessaires.

Continuer la lecture

Economie

Genève Aéroport supprime une vingtaine de postes

Publié

le

Genève Aéroport est contraint de supprimer une vingtaine de postes en raison de la pandémie (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève Aéroport supprime une vingtaine de postes en raison des difficultés économiques liées à la pandémie de coronavirus. La commission du personnel a démissionné en bloc en accusant la direction de ne pas l'avoir pas consultée comme elle en a droit.

Le directeur général André Schneider "a informé vendredi les membres du personnel des mesures prises", a dit dimanche à Keystone-ATS le porte-parole de l'aéroport Ignace Jeannerat. Le volume de suppressions de postes n'exige pas une procédure de licenciement collectif et la négociation d'un plan social.

L'entreprise ne souhaite pas encore donner d'indications précises sur le nombre de collaborateurs qui seront remerciés, tant que ceux-ci ne seront pas informés. Au moins cinq personnes partiront en retraite ou en pré-retraite et au moins deux personnes pourront être réintégrées via des postes vacants, affirme-t-elle.

L'aéroport explique vouloir "préserver une capacité à un équilibre financier", alors que le site est confronté avec la pandémie à sa pire crise depuis la Deuxième Guerre mondiale.

L'année dernière, la perte a atteint 129,5 millions de francs. Pour 2021, elle sera "à nouveau très importante malgré de nouvelles économies", fait remarquer le porte-parole. Pour l'année prochaine, les investissements seront réduits de 30 millions de francs et les dépenses de fonctionnement d'au moins 15 millions. Seuls les projets les plus importants seront maintenus.

Appel au Conseil d'Etat

Après la démission collective de la commission du personnel, le syndicat des services publics (SSP) trafic aérien représentera lui désormais les intérêts des collaborateurs. Il demande la "prise en main" de la direction par le Conseil d'Etat et exige que le conseil d'administration désavoue celle-ci.

Depuis le début de la pandémie, des dizaines de départs n'ont pas été repourvus. Selon le syndicat, rien ne laisse penser que les efforts annoncés vendredi seront les derniers.

M. Schneider avait affirmé en juin que le trafic il y a quelques mois encore n'atteignait que 15% à peine des chiffres d'avant le début de la pandémie. La direction a proposé à la commission du personnel d'organiser dès la semaine prochaine une discussion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Manifestants contre un projet de centre commercial près de Genève

Publié

le

Les opposants ne veulent pas d'un centre commercial à Saint-Genis-Pouilly en France voisine. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les opposants au projet de centre commercial de Saint-Genis-Pouilly, aux portes de Genève, sont remontés. Plus d'une centaine d'entre eux ont manifesté samedi après-midi dans cette ville de France voisine dans le cadre d'une affaire arrivée jusqu'au Conseil fédéral.

"Stop au béton", ont crié les personnes qui ont défilé dans le centre de cette ville de 12'000 habitants après s'être rassemblés devant la mairie. "Personne ne veut de ton centre", affichait une banderole qui mettait en cause le responsable selon les opposants, le maire Hubert Bertrand.

Parmi la foule réunie à l'appel du collectif "Stop OPEN", dont fait partie Pro Natura et qui est soutenu par le WWF Genève, se trouvaient plusieurs membres des Verts genevois ou le député et ancien maire de Genève Rémy Pagani. Le centre commercial OPEN est prévu sur une quinzaine d'hectares et doit aboutir à des centaines d'emplois pour une enveloppe de 150 millions d'euros.

Les organisations environnementales dénoncent un impact sur deux rivières, dont l'Allondon, sur la biodiversité et sur la circulation routière. Jusqu'à 10'000 véhicules sont attendus en moyenne chaque jour.

Offre déjà assez large

Les protestataires déplorent aussi un ajout à une offre déjà importante en termes de centres commerciaux sur 10 km2 entre Genève et la France voisine. L'affaire dure depuis une trentaine d'années, mais la préfecture a récemment avalisé le projet. "Les études ont été mal ficelées", a affirmé une membre du collectif à Keystone-ATS.

Autre reproche, l'entreprise a commencé les travaux préparatoires trop tôt. Les opposants ont obtenu une interruption, avant une relance en octobre. "Il y a de l'eau, beaucoup d'eau" dans la zone, dit la membre du collectif qui a mandaté un avocat spécialiste de l'environnement après des analyses d'un hydrogéologue.

Après la condamnation récente de l'Etat français à réparer l'injustice climatique, les opposants souhaitent un effet sur le projet de centre commercial. Alors qu'une décision judiciaire est attendue, "on demande aux tribunaux de faire leur travail" en condamnant les collectivités, les investisseurs ou l'Etat, affirment également les membres du collectif.

Autre affaire dans la région

L'hydrogéologue, comme M. Pagani, est lui venu dans la foule défendre également une autre lutte: du PCB, une substance suspectée d'être cancérigène et polluante, a été identifié dans l'Oudar, un affluent de la Versoix. L'expert accuse une collectivité d'avoir pris d'autres échantillons dans d'autres zones et veut attaquer l'Etat français.

De son côté, l'ancien maire de Genève va à nouveau interpeller le Conseil d'Etat, quelques mois après une première question. Selon lui, le gouvernement minimise le problème.

Jusqu'au Conseil fédéral

L'affaire du centre commercial est elle remontée il y a quelques mois jusqu'au Conseil fédéral. Mentionnant une Convention internationale sur l'impact sur l'environnement, la conseillère nationale Delphine Klopfenstein Broggini (Verts/GE) en avait appelé au gouvernement.

Le Conseil fédéral avait répondu que le projet ne lui avait pas été notifié par la France, contrairement aux obligations de celle-ci. Il a reconnu un probable impact sur le trafic routier et sur les rivières de la zone. En mars, le Grand Conseil genevois avait lui voté une motion demandant au Conseil d'Etat de s'opposer au site.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le salon des inventions de Genève fait son retour en présentiel

Publié

le

Photo Archives

Le 48ème salon des inventions de Genève retrouve les halles de Palexpo. 

Après l’édition de mars 2021 en virtuel, la grand’messe des inventions revient dans la halle 1. Elle aura lieu du 16 au 20 mars 2022.

Les organisateurs espèrent pouvoir présenter un millier d’inventions. L’accès au site se fera en fonction des mesures sanitaires en vigueur à cette période.

 

Continuer la lecture

Genève

Le Prix 2021 de l'innovation attribué à une app des HUG pour les soignants

Publié

le

Image illustration Keystone

Les Hôpitaux universitaires de Genève et l'Université de Genève ont attribué le prix 2021 de l'innovation au projet "Pimp my HUG", une application destinée aux soignants qui améliore l'efficience des soins. Au total, 21 projets étaient en lice pour décrocher ce prix qui permet de participer à une compétition sur le plan international.

L'application a été baptisée "Pimp my HUG" pour "Patients In My Pocket". Elle offre aux soignants une liste ciblée et actualisée des patients à leur charge, un accès direct aux résultats de laboratoire et d'imagerie tout en connectant automatiquement les soignants en charge du même patient, indiquent vendredi les HUG et l'UNIGE dans un communiqué commun.

Cette application a été conçue par Frederic Ehrler de la direction des systèmes d'information des HUG, par Carlotta Tuor et Robin Rey, étudiants à la faculté de médecine et Johan Sibert, du service d'accueil et d'urgences pédiatriques. Le jury a retenu le caractère innovant du projet, son potentiel commercial ainsi que le bénéfice pour les patients et l'institution.

 

Continuer la lecture