Rejoignez-nous

Genève

LA SPA genevoise ne chôme pas depuis sa réouverture partielle

Publié

,

le

Ipa, chatte de notre journaliste et adoptée à la SPA en 2018, a parfois trouver le temps long d'avoir constamment des gens chez elle.

Fermé durant le semi-confinement, le refuge de la Société genevoise de protection des animaux a rouvert partiellement depuis mardi et ne chôme pas en raison des fortes demandes d’adoption.

Traverser le semi-confinement avec un ou plusieurs animaux a pu changer la donne. Que ce soit la joie de son chien ou la tentative de comprendre ce que pense son chat, les occupations ont été nombreuses. Mais pour la SPA, ce semi-confinement a signifié la suspension des adoptions et des promenades de chien.

Si ces dernières sont toujours suspendues, les adoptions sont à nouveau possible depuis mardi, sur rendez-vous uniquement afin que le refuge de la SGPA, situé à Bernex, puisse assurer le respect des normes émises par l’OFSP. Et les demandes d’adoption sont nombreuses, de quoi même surprendre le directeur du refuge genevois, Jacques Ferrand.

Jacques Ferrand Directeur du refuge de la SGPA

 

La prudence reste toutefois de mise pour la SGPA qui ne souhaite pas que cette hausse des adoptions soit suivie dans quelques temps d’une hausse des abandons, adopter un animal reste un engagement sur la durée.

Jacques Ferrand Directeur du refuge de la SGPA

 

Questions sur la contamination

A noter que le nombre d’abandons est resté stable et personne n’a abandonné son animal de peur d’être contaminé par le Covid-19, seules quelques questions ont été posées sur une possible contamination par l’animal

Jacques Ferrand Directeur du refuge de la SGPA

 

Cette crise sanitaire a fait naître un énorme élan de solidarité, et si la SGPA, qui fonctionne principalement grâce aux adoptions et aux dons, n’a pas vu une hausse de dons, c’est un autre type de soutien qui est arrivé jusqu’au refuge sis à Vailly, sur la commune de Bernex.

Jacques Ferrand Directeur du refuge de la SGPA

Toutes les informations sur la réouverture du refuge se trouvent directement sur le site de la SGPA.

Pour Ginger, l’autre chatte de notre journaliste adoptée à la SPA en 2018, le temps était parfois à la réflexion

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève: création d’une piste cyclable bidirectionnelle sur la rive droite

Publié

le

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

A Genève, les travaux en vue de la réalisation d’une piste cyclable bidirectionnelle sur la rive droite commencent lundi. Cette piste remplacera l’aménagement provisoire créé en mai dernier sur la route. Ce dispositif visait à faire face à la crise sanitaire due au Covid-19 et il avait fait polémique.

Le Conseil municipal de la Ville de Genève a adopté le 20 mai un crédit de 3 millions de francs à cette fin, ont rappelé mercredi le canton et la Ville de Genève. La voie occupée par la piste provisoire sera rendue aux véhicules motorisés lors du démarrage du chantier, tandis que les places de stationnement automobile côté lac seront supprimées, afin de permettre l’élargissement du trottoir.

Cette infrastructure fait partie du « U lacustre » prévu dans la Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée, plébiscitée en votation en 2016. Elle vise à améliorer la fluidité des trafics cyclable et automobile sur le pourtour de la rade. L’aménagement de la rive gauche a déjà été réalisé.

Les travaux s’étendront du bas du parc de la Perle du Lac au pont du Mont-Blanc. Le chantier comptera plusieurs étapes, en concertation avec les hôteliers, afin de limiter au maximum ses nuisances sur les terrasses. Les nouveaux aménagements doivent être mis en service en avril 2021. Dans l’intervalle, un itinéraire de déviation pour les cycles passera par la rue Plantamour.

Continuer la lecture

Actualité

La BCGE affectée par la pandémie de Covid au premier semestre

Publié

le

Le coronavirus a constitué un obstacle pour la Banque cantonale de Genève (BCGE) au premier semestre. L’établissement a dû constituer des provisions pour faire face à d’éventuelles difficultés, ce qui a pesé sur la rentabilité et le bénéfice.

Le bénéfice semestriel a atteint 55,3 millions de francs, en contraction de 6,6% sur un an, indique mardi la BCGE. Le résultat opérationnel a plongé de 46,5% à 50,6 millions. Ces variations sont conformes à celles annoncées lors de l’avertissement sur résultats diffusé fin juillet.

Du côté des revenus, le résultat net des opérations d’intérêt a accusé une baisse de 6,5% à 111,5 millions, raboté par des provisions pour risques de défaillance multipliées par six. Apurée de cet effet, l’activité de crédit affiche une progression des recettes de 1,0%.

L’établissement genevois a octroyé quelque 2000 crédits Covid dans le cadre du programme de soutien à l’économie lancé par la Confédération, pour un volume total d’environ 200 millions de francs.

Les revenus tirés des commissions présentent un recul de 4,6% à 59,1 millions de francs, un niveau qualifié de « bon » par la BCGE. Le produit d’exploitation a chuté de 17% à 183,1 millions de francs, alors que les charges d’exploitation sont restées quasiment stables (+0,2%) à 117,8 millions.

Les actifs gérés et administrés ont connu une progression de 1,7% pour s’établir à 30,92 milliards.

La somme au bilan a atteint 26,87 milliards, soit une augmentation de 7,8% sur six mois. Les créances hypothécaires ont gonflé de 1,9% à 11,90 milliards et les dépôts clientèle de 4,4% à 15,61 milliards.

Le ratio de fonds propres durs (Tier 1) est resté plus ou moins stable à 15%.

La direction réaffirme les perspectives formulées à fin juillet, à savoir un résultat en léger retrait permettant néanmoins la croissance des fonds propres et la distribution de dividende.

Continuer la lecture

Actualité

En juillet le chômage a légèrement augmenté à Genève

Publié

le

Crédit photo: Judith Monfrini

Le canton compte 138 chômeurs de plus que le mois précédent, ce qui représente une augmentation de 0,1 point pour un taux de 5,1 %. Au niveau national, le taux reste stable à 3,2%.

Fin juillet, Genève comptait 12’597 personnes sans emploi, soit 138 de plus que le mois précédent. Une hausse qui représente une augmentation de 0,1 point et qui pousse le taux à 5,1%. Ces chiffres ne prennent pas en compte les personnes en réduction de leur temps de travail (RHT) en raison de la crise du Covid-19. En comparaison avec le mois de juillet de l’année dernière, le nombre de chômeurs à Genève a augmenté  de 33,9%. Les plus fortes hausses sont enregistrées dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (+416 chômeurs), dans l’hôtellerie et la restauration (+370 chômeurs), dans les activités de services administratifs et de soutien (+303 chômeurs) ainsi que dans la construction (+271 chômeurs). Charles Vinzio, directeur de l’office régional de placement, n’est pas inquiet et assure que les autorités sont prêtes depuis le mois de mars à faire face à cette hausse.

Charles Vinzio Directeur de l'office régional de placement

L’augmentation du chômage frappe particulièrement les femmes, qui sont en général 3,5% plus nombreuses, tandis que le nombre d’hommes au chômage recule de 1%. Le chômage progresse de 5,1% parmi les jeunes de moins de 25 ans et de 2,1% parmi les 50 ans et plus. L’accroissement du nombre de chômeurs âgés entre 25 et 49 ans n’est que de 0,5%.

Chômage stable en Suisse

Alors qu’au niveau national, le taux de chômage reste stable à 3,2% en juillet comparé au mois précédent, Genève reste le canton avec le plus haut taux de chômage du pays. Une triste première place qui peut tout de même s’expliquer. Les détails avec Charles Vinzio.

Charles Vinzio Directeur de l'office régional de placement

Après avoir atteint 2,3% en moyenne l’année dernière, le taux de chômage en Suisse s’était établi à 2,5% en février avant de monter progressivement jusqu’à 3,4% en mai en raison des répercussions économiques du coronavirus. En chiffres absolus, le chômage a augmenté sur un an de 51’292 personnes à 148’870 chômeurs inscrits en juillet, a détaillé le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) lundi dans un communiqué. De nombreuses entreprises ont fait appel au chômage partiel pour atténuer les effets négatifs de la pandémie de Covid-19 sur leur activité. En mai, cette mesure a concerné 890’890 personnes. Depuis mars, les autorités ont versé 6 milliards de francs de compensation dans le cadre de cette mesure de soutien à l’emploi.

En dépit des répercussions sur la conjoncture, le Seco ne s’attend pas à une forte détérioration de la situation sur le marché du travail. Le taux de chômage devrait tout de même augmenter d’ici l’automne, mais il ne faut pas s’attendre à une vague de licenciements. Les mesures de chômage partiel, pourraient d’ailleurs être prolongées jusqu’à l’année prochaine. Le Seco anticipe un taux de chômage à 3,8% cette année et à 4,1% l’exercice suivant.

MH avec ATS

Continuer la lecture

Actualité

Pendant la canicule, l’imad assure chaque jour le contact avec plus de 1800 personnes

Publié

le

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Depuis la mise en garde canicule décrétée par les services du médecin cantonal genevois, les équipes de l’institution genevoise de maintien à domicile (imad) contactent chaque jour plus de 1800 personnes pour s’assurer de leur bonne santé. La vigilance est d’autant plus grande dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.

Toutes les personnes identifiées à risque et qui ne bénéficient pas de prestations qui garantissent un passage quotidien à leur domicile sont contactées par téléphone, explique lundi l’imad. Un suivi de près a été mis en place pour les personnes âgées vivant seules, les malades chroniques et les personnes dépendantes et fragiles.

« Nous avons adapté notre plan canicule au contexte de la crise pandémique afin de nous assurer de la sécurité de chacun », relève Olivier Perrier-Gros-Claude, directeur des opérations à l’imad. Environ 50 collaborateurs supplémentaires ont été mobilisés pour effectuer les 1800 appels quotidiens.

En période de canicule, rappelle l’imad, il faut boire beaucoup et manger léger, éviter les efforts physiques, éviter la chaleur et se rafraîchir.

Continuer la lecture

Actualité

Série noire dans le Rhône dimanche : un mort et un disparu

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La baignade dans le Rhône peut se révéler extrêmement dangereuse. Dimanche, un jeune homme a perdu la vie en sautant dans le fleuve, un autre est porté disparu depuis 24 heures. Par ailleurs, une femme a été repêchée, flottant entièrement habillée, mais en vie, par les occupants d’une embarcation gonflable.

La police genevoise a confirmé ces trois accidents lundi, révélés par la Tribune de Genève. Le jeune homme de 22 ans qui est décédé s’est jeté à l’eau du quai du Seujet. Emporté par les turbulences causées par le barrage tout proche, il a été secouru par la police dans un état préoccupant.

Il est mort dans la nuit de dimanche à lundi, a relevé le porte-parole de la police genevoise Silvain Guillaume-Gentil. Un autre jeune homme a, quant à lui, disparu dans les eaux du Rhône, à l’endroit où le fleuve rencontre l’Arve. Le malheureux était en compagnie de deux amis, qui ont réussi, eux, à regagner la berge.

Enfin, les occupants d’une embarcation gonflable, qui se laissaient porter par le courant du Rhône, ont repêché une femme entièrement habillée, qui flottait dans l’eau. Ses jours ne sont pas en danger. La police ignore encore les raisons qui ont poussé cette femme, qui n’avait pas encore été identifiée lundi, à se retrouver ainsi dans le fleuve.

Continuer la lecture