Rejoignez-nous

Genève

La polémique enfle autour de bandes cyclables provisoires

Publié

,

le

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Des bandes cyclables divisent Genève. Mis en place par le canton, ces aménagements provisoires veulent favoriser la mobilité douce en cette période de post-confinement. Les distances sanitaires ne pouvant être garanties tout le temps dans les transports publics, les autorités craignent en effet une trop grande utilisation de la voiture.

La Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG) est monté au créneau la semaine passée. Elle reproche au canton et à la Ville de Genève d'avoir agi sans concertation avec les associations économiques et les représentants de la mobilité individuelle.

Selon la CCIG, les voies réservées aux cyclistes, notamment sur le pourtour de la rade, provoquent des embouteillages et paralysent la circulation à un moment où l'économie du canton reprend timidement après avoir été fortement ralentie à cause de la pandémie de Covid-19.

Du côté des partisans des nouveaux aménagements cyclables, la mobilisation est aussi en marche. Actif-trafiC a lancé une pétition pour soutenir l'initiative du canton et de la Ville de Genève. Cette pétition a dépassé les 6000 signatures en quelques heures seulement, souligne l'association qui défend une mobilité décarbonée.

Actif-trafiC estime que les autorités genevoises doivent poursuivre leurs efforts en équipant d'autres tronçons, notamment sur des routes pénétrantes au centre-ville et de faire de ces bandes provisoires de véritables pistes cyclables. Et de rappeler que d'autres villes se sont déjà lancées dans cette politique.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Affaire du bitume: Frédérique Perler s’explique et s'excuse

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Frédérique Perler s’explique et s’excuse suite au décrochage de goudron aux Pâquis par 2 associations, le 22 juin. Dans un long communiqué, la conseillère administrative genevoise a livré hier son éclairage personnel.

Elle le concède, elle a bien été informée en amont de l’action et elle a même mandaté les services municipaux pour évaluer la faisabilité technique et légale d’une telle action. Une séance a d’ailleurs eu lieu à la mi-juin, pour les en dissuader, en raison de la présence de canalisations en sous-sol. “J’en ai eu des échos rassurants, la plantation d’arbre étant abandonnée, cela m’a grandement soulagée», écrit Frédérique Perler, jusqu’à imaginer que l’affaire était close.

C’est là où les interprétations divergent: les activistes auraient compris qu’il leur était bien possible de dégrapper une portion de bitume sur une faible profondeur. Ils se seraient même assuré qu’une plainte ne serait pas déposée.

Frédérique Perler ne s’y est pas opposée et c’est là qu’elle concède une erreur d’appréciation. “Je ne mesurais pas l’impact concret d’une telle action.” Elle s’en excuse auprès de ses collègues et de la population. Elle s’engage à faire en sorte que cette affaire n’ait aucune conséquence pour le contribuable.

Quant aux conséquences pour Frédérique Perler, c’est encore une autre histoire: un magistrat en retraite a été mandaté pour faire la lumière sur le déroulement des faits.

Continuer la lecture

Genève

Plus de 6000 enfants dans les rues pour la fête des écoles

Publié

le

Les promotions classiques avec cortège et manèges sont de retour en Ville de Genève cette année. Plus de 6'000 enfants ont pu en profiter ce mercredi.

Après deux ans d’absence, elles sont de retour, vous l’aurez deviné ce sont les promotions de la Ville de Genève. Quelque 6'300 enfants du primaire y ont participé. Le matin, les plus petits, de 1P et 2P ont investi les Bastions pour profiter des manèges et des spectacles.

Et ce mercredi après-midi, c’était au tour des 3P/4P de faire la fête. Ils ont défilé en cortège de Saint-Antoine aux Bastions en passant par les rues basses. « Vive le monde de la mer », c’était le thème cette année. Des milliers de bricolages faits en classes et portés par les enfants. Poissons, crabes et méduses ont fleuri les rues de Genève.... Judith Monfrini leur a tendu le micro juste avant le début du cortège.

Les promotions marquent la fin de l'école et le début des vacances. Et là l'enthousiasme est grand.

 

Les autorités communales et la Cheffe du Département de l'instruction ouvraient le cortège. Pour la Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et des écoles, Christina Kitsos, le moment est symbolique et important.

Christina KitsosConseillère administrative chargée de la cohésion sociale

 

Continuer la lecture

Genève

Bientôt un nouvel hélicoptère de la Rega pour la région genevoise

Publié

le

Le "poussin jaune" de la Rega continuera ses missions jusqu'à l'arrivée de son successeur (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Rega va transformer sa base située à l'aéroport de Genève pour pouvoir y stationner un airbus H145, un nouvel hélicoptère à cinq pales. L'appareil des plus modernes favorisera une prise en charge optimale des patients. Ces investissements résultent d'un accord signé mercredi entre la Rega, le gouvernement genevois et les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

La base de la Rega à Genève permettra aussi la réalisation de chambres à coucher pour l'équipage, qui pourra y loger 24 heures sur 24, précise la Rega dans un communiqué. Le but est de permettre une disponibilité opérationnelle en moins de cinq minutes 24 heures sur 24, 365 jours par an, note de son côté le Conseil d'Etat genevois.

L'accord entre la Rega, le canton de Genève et les HUG définit les tâches de chacun. Les HUG fourniront les prestations de médicalisation d'urgence lors des opérations aériennes de sauvetage, alors que la Rega se chargera de la logistique aéroportée et des processus opérationnels.

L'actuel hélicoptère de la Rega, un bimoteur de type EC135, surnommé le poussin jaune, assurera la transition jusqu'à l'arrivée de son remplaçant. Cet appareil effectue environ 400 missions par an, dont des recherches de personnes disparues dans les cours d'eau et le lac, en collaboration avec la police et les pompiers.

La base de la Rega à Genève a été créée en 1971.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Bitume attaqué au marteau-piqueur: Le Conseil administratif retire sa plainte

Publié

le

Le Conseil administratif de la Ville de Genève retire la plainte qu'il avait déposée contre des militants de deux associations qui avaient arraché une bande de bitume dans une rue des Pâquis à coups de marteau-piqueur la semaine dernière, pour alerter sur la dérive climatique.

L'exécutif a pris cette décision après avoir entendu la conseillère administrative Frédérique Perler, éclaboussée par l'affaire, car soupçonnée d'avoir été au courant à l'avance de l'action des militants.

"Il s'avère que des erreurs d'appréciation, dont la magistrate assume la responsabilité, ont pu laisser penser aux associations actif-trafiC et Survap qu'elles avaient obtenu l'assentiment de la Ville de Genève", écrit le Conseil administratif dans un communiqué diffusé mercredi.

Au vu des explications données par la magistrate responsable du département de l'aménagement, des constructions et de la mobilité, "une majorité" de l'exécutif, qui compte cinq élus, "a décidé de retirer la plainte".

L'exécutif municipal a toutefois confié à un magistrat de l'ordre judiciaire à la retraite la mission de faire toute la lumière sur le déroulement des faits.

"En fonction des conclusions de son rapport, les modalités de prise en charge du préjudice occasionné seront fixées et le Conseil administratif prendra toutes les mesures qui s'imposent". L'exécutif municipal affirme cependant que ce ne seront en aucun cas les contribuables de la Ville de Genève qui supporteront les coûts de la réparation des dégâts.

Continuer la lecture

Genève

La HEAD inaugure son campus et ouvre ses portes au public

Publié

le

Jean-Pierre Greff, Directeur de la HEAD

La Haute école d'art et de design (HEAD) de Genève inaugure son campus jeudi. La cérémonie avait été retardée à plusieurs reprises à cause de la pandémie de Covid-19. Les quatre bâtiments de l'école seront exceptionnellement accessibles au public jusqu'à dimanche.

Des activités diverses et des expositions seront proposées pendant ces quatre jours. L'un des bâtiments de la HEAD fut le siège de l'entreprise disparue Tavaro, qui a conçu les machines à coudre Elna. La haute école a aussi investi un autre vestige de l'ère industrielle, un édifice qui a abrité l'usine Hispano-Suiza.

Ce campus constitue un tournant historique pour la HEAD, a commenté le directeur de l'établissement Jean-Pierre Greff, dans un communiqué diffusé par la haute école. "Les écoles d'art genevoises n'avaient pas connu semblable évolution de leurs bâtiments depuis la fin du XIXe siècle", a-t-il souligné.

En plus de son nouveau campus, la HEAD va connaître prochainement un changement au niveau de sa direction. Jean-Pierre Greff prendra sa retraite à la fin de l'année. Il sera remplacé par Lada Umstätter, qui travaille actuellement en tant que conservatrice en chef des beaux-arts au sein du Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH)

Continuer la lecture