Rejoignez-nous

Genève

Jooris et Ugazzi à Genève-Servette

Publié

,

le

Josh Jooris rejoint Genève-Servette. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Alors qu'il a déjà disputé un match de National League, Genève-Servette annonce deux nouvelles arrivées dans son contingent. L'attaquant de Lausanne, Josh Jooris débarque jusqu'à la fin de la saison.

Le club des Vernets a également engagé pour quelques semaines le jeune défenseur de Lugano Nicolo Ugazzi, venu prêter main-forte à un compartiment décimé par les blessures.

Jooris, un centre canadien à licence suisse a été transféré de Lausanne. Il a signé une entente jusqu’au terme de la présente saison.

Josh Jooris possède une belle fiche dans le monde du hockey sur glace. Après avoir disputé 222 matchfs de NHL (23 buts, 32 assists) et 177 rencontres d’AHL (20 buts, 29 assists), le centre arrive en Suisse en 2019. En 84 parties avec le LHC, il s’est fait l’auteur de 45 points (16 buts, 29 assists).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Daniel Vukovic annonce sa retraite

Publié

le

Daniel Vukovic a terminé sa carrière avec les Rapperswil-Jona Lakers. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Daniel Vukovic (35 ans) a annoncé son départ à la retraite sur les réseaux sociaux. Le défenseur canado-suisse n'a plus trouvé de club après deux dernières saisons passées aux Rapperswil-Jona Lakers.

Vukovic, déniché par Chris McSorley, avait débarqué à Genève-Servette en 2009. Ce robuste défenseur au sens du sacrifice aigü a passé onze saisons aux Vernets avant de prendre la direction du canton de St-Gall. Il a disputé 659 matches de National League avec une finale perdue contre Berne en 2010 et deux Coupes Spengler (2013 et 2014).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le MEG met en scène le combat autochtone pour l'environnement

Publié

le

Les peuples autochtones protègent 80% de la biodiversité de la planète. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La nouvelle exposition du Musée d'ethnographie de Genève (MEG) intitulée "Injustice environnementale - Alternatives autochtones" se veut "engagée". Elle aborde la problématique du changement climatique à travers le regard d'artistes issus de populations autochtones.

Les peuples autochtones sont particulièrement vulnérables aux dégradations environnementales, souligne mercredi le MEG. Ils cultivent une étroite dépendance au milieu naturel pour leur subsistance et leur bien-être. D'un autre côté, ils ont aussi un rôle à jouer dans la recherche d'alternatives.

Leurs savoirs qui permettent, de génération en génération, de préserver la biodiversité, les écosystèmes, les sols et l'eau pourraient s'avérer précieux pour le reste de l'humanité. L'exposition montre comment ces sociétés défendent leur droit à disposer de leurs terres et à transmettre leurs connaissances.

De grandes responsabilités

Le visiteur est accueilli par une grande mappemonde qui indique la présence des peuples autochtones, éparpillés sur tous les continents. Réunis, tous ces peuples forment une population de 500 millions d'individus. Ensemble, ils protègent pourtant 80% de la biodiversité de la planète.

La particularité des peuples autochtones, que ce soit les Ts'msyen d'Alaska, les Amazighs du Maroc, les Anishinaabeg d'Amérique du Nord ou les Samis de Fenno-Scandinavie, est de réparer ce qui semble irréparable et de percevoir l'être humain comme lié au reste de la nature dans un équilibre fragile.

L'exposition du MEG s'est faite en collaboration avec des représentants des populations autochtones, qui ont pu activement participer aux processus décisionnels. "Injustice environnementale - Alternatives autochtones" se veut aussi écologiquement responsable, avec des décors et du mobilier conçus avec des matériaux recyclés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des grands chefs dans les cuisines de la fondation Foyer-Handicap

Publié

le

Nous sommes en plein dans le mois du goût et Genève est même ville du goût. Le ô5 à Carouge profite de l’occasion pour organiser sa semaine des grands chefs.

Ce restaurant est une entreprise sociale de la Fondation Foyer-Handicap. Dans cette cuisine un peu particulière, ce sont des personnes avec un handicap qui portent la toque.

Pour la semaine des grands chefs, des noms de la gastronomie genevoise, viennent cuisiner. Le reportage en cuisine de Quentin Lienard.

Quentin Lienard
Quentin Lienard

Il est encore temps de réserver sa table au ô5. Jeudi, c’est Tommy Byrne du Lion d’Or qui sera aux fourneaux et vendredi place au parrain de cette édition: Dominique Gauthier du Chat-Botté.

Continuer la lecture

Actualité

Le Prix 2021 de l'économie genevoise attribué à OM Pharma

Publié

le

©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

Les acteurs de l'économie genevoise ont récompensé cette année OM Pharma et Plair respectivement avec les Prix 2021 de l'économie et de l'innovation. Pour la première fois, était décerné le prix de l'égalité qui a été attribué à la société Loyco. Le jury a également attribué un prix spécial à l'ONG CyberPeace Institute qui garantit les droits des personnes à la sécurité, à la dignité et à l'équité dans le cyberespace.

La biopharma, la medtech, le management inclusif et la cybersécurité étaient à l'honneur lors des Grands Prix de l'économie genevoise. Pour l'édition 2021, les Prix de l'économie genevoise et le Prix de l'innovation de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève (CCIG) ont été remis cette année respectivement à OM Pharma et à Plair. Pour la deuxième fois, un prix spécial du jury est venu distinguer une ONG, CyberPeace Institute, qui s’occupe de garantir les droits des personnes à la sécurité, à la dignité et à l'équité dans le cyberespace. Des prix qui ont une résonance particulière cette année en raison de la crise Covid. Ecoutez Vincent Subilia, directeur général de la CCIG.

Vincent Subilia
Directeur général de la CCIG
Vincent SubiliaDirecteur général de la CCIG

Ainsi, ce sont quatre entreprises présentes dans des secteurs d'activités différents qui ont remporté des prix. Cette diversité est une richesse pour Genève selon Vincent Subilia.

Vincent Subilia
Directeur général de la CCIG
Vincent SubiliaDirecteur général de la CCIG

 

OM Pharma, investissement local

Pour cette édition 2021, le jury a décidé de distinguer cette société biopharmaceutique leader mondial dans la prévention des infections respiratoires et urinaires fréquentes. Forte de 400 employés, dont 300 à Genève, celle-ci est également active dans le traitement des maladies vasculaires. Le site de Meyrin est à la fois le siège social et le centre biotech qui couvre toute la chaîne d'approvisionnement, de la culture des cellules bactériennes jusqu'aux produits finis. La société vise un développement à long terme puisque l'entreprise réinvestit ses bénéfices dans la recherche et le développement ainsi que l'extension de son site genevois. Au cours des prochaines années, près de 250 millions de francs seront investis dans les capacités de fabrication et le développement de produits destinés à traiter les troubles immunologiques aigus et chroniques dus à des inflammations et infections. En 2021, une centaine de nouveaux emplois ont déjà été créés.

Plair, révolution dans la surveillance des particules dans l'air

Dans un autre registre, le jury genevois a tenu à récompenser une start-up spin-off de l'Université de Genève. Fondée en 2014, celle-ci crée, fabrique et distribue des instruments pour la surveillance des particules biologiques dans l'air. Leurs appareils sont installés dans 14 pays où ils monitorent en temps réel les pollens et bioaérosols. Le jury a également retenu leur nouvelle méthode de détection microbiologique rapide qui révolutionne la production stérile et trouve des applications dans les industries pharmaceutique, cosmétique et agroalimentaire. Ce système permettra de mieux identifier les microbes et le comptage des particules ce qui aura pour conséquence d'augmenter l'efficacité et l'autonomisation des procédés de fabrication et en permettant dans le même temps une meilleure gestion des risques liés à la biocontamination.

Prix de l'égalité

Pour cette 9ème édition des prix de l'économie genevoise, un prix de l'égalité a été décerné pour la première fois. Celui-ci récompense une entreprise qui a mis en oeuvre ce principe en son sein. C'est l'entreprise Loyco qui a remporté le prix pour avoir implémenté différentes mesures pour favoriser l'égalité telles que le télétravail, des horaires modulables et fonction de la vie privée, un temps partiel favorisé, un congé maternité de 16 semaines payé à 100% pour tous les sites de l'entreprise ou encore un congé paternité de 4 semaines payé à 100%. Pour Nathalie Fontanet la conseillère d'Etat en charge des finances et des ressources humaines, ce prix a beaucoup d'importance.

Nathalie Fontanet
Conseillère d'Etat en charge des finances et des ressources humaines
Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat en charge des finances et des ressources humaines

À noter que l'attribution du Prix de l'égalité est assortie d'une obligation pour le lauréat de consacrer au moins deux heures au mentorat d'une entreprise genevoise désireuse de progresser en matière d'égalité au travail.

Prix spécial pour CyberPeace Institute

Pour la deuxième fois seulement, le jury a également souhaité remettre un prix spécial à l'ONG CyberPeace Institute. Fondé en 2019 et basé à Genève, l'institut travaille en étroite collaboration avec les partenaires concernés pour réduire les dommages causés par les cyberattaques sur la vie des gens dans le monde entier et leur fournir une assistance. En analysant les cyberattaques, il met en évidence leur impact sociétal ainsi que la manière dont les lois et les normes internationales sont violées. Un prix donc qui tombe presque 2 ans après la création de l'ONG, de quoi ravir Stéphane Duguin, CEO de CyberPeace Institute.

Stéphane Duguin
CEO de CyberPeace Institute
Stéphane DuguinCEO de CyberPeace Institute

À noter, que désormais les candidatures aux Prix de l'économie seront ouvertes à toutes les entreprises. Les inscriptions pour la cuvée 2022 seront ouvertes dès demain.

Continuer la lecture

Genève

Vaccination obligatoire pour les nouveaux collaborateurs de l'IMAD

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

L'Institution genevoise de maintien à domicile (IMAD) introduit l'obligation de vaccination contre le Covid-19 pour tous les nouveaux collaborateurs engagés après le 1er octobre. Décidée par le conseil d'administration, cette mesure vise à protéger les clients de l'IMAD et leurs proches ainsi que le personnel.

Tous les nouveaux collaborateurs sont concernés, quel que soit le type de contrat, indique lundi l'IMAD dans un communiqué. Cette institution prend en charge plus de 18'000 clients et patients chaque année pour des prestations d'aide et de soins à domicile ainsi qu'au sein des immeubles avec encadrement pour les personnes âgées et des unités d'accueil temporaire de répit.

L'obligation de vaccination fait désormais partie des conditions contractuelles d'engagement. Les futurs employés devront fournir une preuve de vaccination totale ou partielle, la première dose devant être complétée par une seconde injection. Cette mesure a été prise dans un contexte où le variant Delta est particulièrement virulent.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont déjà introduit cette obligation pour les nouveaux collaborateurs depuis début septembre. Le personnel soignant déjà en place doit soit présenter un certificat Covid valide, soit se soumettre à un test, au minimum tous les sept jours.

L'IMAD impose aussi ce dépistage hebdomadaire pour son personnel non-vacciné ou guéri du Covid-19 depuis plus de six mois. Au total, 1748 collaborateurs de l'IMAD sur 2542 sont actuellement vaccinés, soit 69%.

Continuer la lecture