Rejoignez-nous

Genève

Grève féministe: Plus de 5'000 manifestant.e.s ont défilé à Genève

Publié

,

le

Le succès était au rendez-vous pour la Grève féministe de ce samedi 14 juin 2021. La manifestation a réuni entre 5 et 6000 personnes à Genève. La foule violette a défilé de la place des Nations au parc des Bastions.

30 ans après la première grève des femmes, le 14 juin 1991, ce sont plus de 5'000 manifestant.e.s qui se sont retrouvé.e.s ce lundi soir à la place des Nations. Après une minute de silence nationale, à 18 heures pile, pour les violences faites aux femmes, le cortège s’est ébranlé. Tambours, musique techno, l’ambiance était joyeuse et festive. De nombreuses pancartes avec des revendications féministes sur le viol ou le harcèlement. Le cortège a passé par la rue Montbrillant pour se retrouver aux Pâquis, puis sur le Pont des Bergues et enfin aux Bastions vers 21 heures.

Un cortège multi-générationnel.

Manifestante de la Grève Féministe, 14 juin 2021 ©Radio Lac

Dans la foule, toutes les générations étaient représentées. On a pu retrouver les militantes de la première heure, déjà présentes en 1991 aux côtés de très jeunes femmes qui étaient nombreuses à s'être mobilisées. Ce qui réjouit Françoise Nyffeler, l’une des organisatrices, féministe de la première heure.

Grève FéministeFrançoise Nyffeler, organisatrice

Des propos recueillis par Judith Monfrini

 

Paré.e.s de violet et muni.e.s de pancartes, les représentant.e.s de cette jeune génération sont venu.e.s en nombre pour mettre en lumière leurs revendications. Culture du viol, sexualisation des femmes, lutte contre le sexisme dans la société... Autant de sujets sur lesquels ils ont pris la parole. Les questions de l'écologie et des LGBTQI-phobies sont également très importantes pour cette génération.

Pour Ernestine, 23 ans, il est nécessaire de faire bouger les lignes.

Grève FéministeErnestine, manifestante

 

Une ambiance joyeuse et festive pour porter des revendications fortes.

Si la grève de 1991 portait la réclamation de l'application du principe d'égalité femmes-hommes dix ans après son inscription dans la constitution, et que l'édition de 2019, 28 ans après, était une réponse à la révision de ce principe, la grève féministe de 2021 suit également un événement important de l'agenda politique: la réforme AVS21 portant l'âge de la retraite à 65 ans. Une mesure à laquelle s'oppose le collectif de la grève des femmes qui considère qu'elle augmente l'inégalité salariale. Pour preuve, l'heure de l'inégalité salariale en Suisse (heure à partir de laquelle les femmes travaillent gratuitement) a reculé en 2021 passant de 15h24 à 15h19.

"On te croit, on te soutient" pouvait-on lire sur de nombreuses pancartes dans la foule. Derrière ce slogan, une revendication: la lutte contre les violences faites aux femmes et la révision de la définition du viol dans le code pénal afin que celle-ci intègre la notion de consentement.

Le cortège de la grève féministe, 14 juin 2021 ©Radio Lac

 

Nettoyeuses, personnel de soin et employées de la RTS en colère

Plus tôt dans la journée, les nettoyeuses de la Ville de Genève ont manifesté devant l'Hôtel-de-Ville. Après plus de 20 ans d’externalisation aux entreprises privées, elles réclament d’être réintégrées dans la fonction publique. Les nettoyeuses de la Ville de Genève s’occupent des bâtiments publics, musées et autres crèches. Elles ont fustigé le projet-pilote du Conseiller administratif chargé des finances Alfonso Gomez, qui prévoit d’en intégrer qu’un petit nombre, de manière progressive. Merita Elezi, secrétaire syndicale au SIT, chargée du secteur nettoyage.

Merita EleziSecrétaire syndicale au SIT

Depuis 2008, la Ville a externalisé ce service. Avec une réintégration au sein de la fonction publique, les nettoyeuses pourraient gagner jusqu’à 20'000 francs supplémentaires.

Pic-nique à la RTS

A midi, un pic-nique était organisé devant les locaux de la télévision. La représentante du personnel a rappelé les 230 plaintes déposées pour harcèlement au travail. Le management et la culture d’entreprise doit changer pour les syndicats. Ecoutez Mireille Senn, membre du comité SSM-Genève, le syndicat des Mass médias.

Mireille SennMembre du comité du SSM- Genève

Valorisation des ASSE

15h19: heure de l'alarme féministe. L'heure à laquelle où les femmes ne sont plus payées en comparaison des hommes à cause de l'inégalité salariale. Le personnel de soin, celui du Care, très touché durant la crise sanitaire était devant les HUG pour réclamer une revalorisation de salaire. Ecoutez Christina Vais, assistante en soins communautaires à l'IMAD.

Christina Vaisassistante en soins communautaires à l'IMAD

Les ASSE, au bénéfice d'un CFC sont en classe 10 alors que les infirmières sont en classe 15. Pour elles, un salaire en classe 12 voire 13 serait juste.

Des propos recueillis par Judith Monfrini

Congé parental égalitaire

Une autre demande portée par la Grève féministe est celle d'un congé parental de longue durée et égalitaire entre les deux parents. Cette mesure contribuerait à réduire les inégalités femmes-hommes dans le monde du travail. S'ajoute à cela la lutte contre le patriarcat agricole, portée par les femmes agricultrices qui réclament l'égalité dans leur milieu ainsi que la lutte éco-féministe pour une justice sociale et écologiste.

La marée violette qui a envahit Genève ce soir a porté haut et fort ces revendications féministes. Pendant la journée, d'autres ont pu être entendues comme ce matin devant le bureau du Conseiller administratif en charge des finances où les nettoyeuses ont demandé la ré-intégration de tous le personnel d'entretien ou cette après-midi devant les HUG avec la prise de parole du personnel soignant pour une revalorisation de leur salaire.

Dans une lettre appelée Lettre des mères au Conseil fédéral, la Grève féministe réclame davantage de structures d’accueil, un temps parental suffisant, la protection de la maternité ainsi qu’un système de retraite équitable.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Opération policière contre les véhicules trop bruyants

Publié

le

©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

Une opération anti-bruit a été menée ce matin par la police genevoise sur le quai des Bergues. À 08h30, une douzaine d'agents de la sécurité routière ont contrôlé les véhicules trop bruyants. En un peu plus de deux heures, 34 motos et une voiture ont été contrôlées et 21 amendes ont été données.

Le quai des Bergues a connu un ballet peu habituel ce matin. À 08h30, une douzaine d'agents de la sécurité routière ont mené une opération anti-bruit. Les cibles : les véhicules trop bruyants. Et sans surprise, se sont surtout les deux-roues qui sont concernés. Le détail des opérations avec le Major Patrick Pulh, Chef de la Police routière.

Major Patrick PulhChef de la Police routière

Un combat contre le bruit de plus en plus difficile à mener. Les milieux de l'automobile ont appris, avec le temps, à contourner les règles. Les explications de Patrick Pulh.

Major Patrick PulhChef de la Police routière

 

1200 francs d'amende

Parmi les usagers en infraction, il y a le cas de Noah qui s'est fait contrôler en se rendant à son stage. Après vérification, il s'avère que son pot d'échappement est non conforme et défectueux. Conséquence: une amende salée qui s'élève à plus de 1200 francs. Ecoutez Noah.

NoahUsager de la route

Bilan de l’opération : 34 motos et une voiture ont été contrôlées en un peu plus de deux heures. 21 de ces véhicules ont été amendés. La police genevoise a délivré deux amendes d'ordre et onze ordonnances pénales, dont certaines pour des infractions routières comme le franchissement d'une double ligne. Cinq pots d'échappement ont été jugés non-conformes. C'était la 161ème action policière de ce type cette année. Entre janvier et septembre, ces opérations policières ont permis d’amender plus de 250 véhicules.

Continuer la lecture

Genève

Deux promoteurs genevois écopent de 4 ans de prison ferme

Publié

le

Photo illustration Keystone

Le Tribunal correctionnel de Genève a condamné lundi deux promoteurs à 4 ans de prison ferme. Les prévenus ont été notamment reconnus coupables d'escroquerie par métier, de gestion déloyale qualifiée et de faux dans les titres. Ils se sont enrichis sur le dos de personnes qui rêvaient de devenir propriétaires de leur logement. Le préjudice atteint une vingtaine de millions de francs.

Les deux hommes demandaient à leurs clients désireux d'acquérir une de leurs promotions de leur verser un acompte de réservation. Toutefois, ils n'avaient bien souvent aucune garantie que le bien immobilier serait réalisé. Parfois, les promoteurs n'avaient même aucun droit sur la parcelle visée.

Des appartements ont même été promis à plusieurs personnes à quelques jours d'intervalle. Avec l'argent ainsi récolté grâce à leurs "affirmations fallacieuses", les prévenus ont mené grand train, se payant des "vacances hors de prix" et des "voyages en jet privé", a souligné la présidente du tribunal Alessandra Armatti.

Les deux promoteurs gonflaient aussi le prix de certaines de leurs promotions en zone de développement pour ensuite proposer à leurs clients un rabais en échange du versement d'une somme "au noir". En agissant ainsi, ils ont également trompé l'Etat, qui exerce un contrôle des prix en zone de développement.

Economies envolées

La faute des deux prévenus est grave, a indiqué Mme Armatti. Ils ont agi pendant des années, dépouillant des "centaines de personnes de leurs économies", parfois amassées durant "toute une vie". Ils ont agi pour un mobile purement égoïste, à savoir l'appât du gain facile. Pourtant, à l'époque des faits, ils gagnaient bien leur vie.

Les prévenus étaient à la tête d'une société connue sur la place genevoise. Ils ont ainsi pu mettre en confiance leurs clients. Pour lever les derniers doutes, ils mettaient en avant leur collaboration avec le Credit Suisse. Ils poussaient aussi les gens à se décider rapidement en leur disant que les acheteurs étaient nombreux.

Le Tribunal correctionnel a condamné les deux prévenus à rembourser le dommage qu'ils ont causé. L'un des promoteurs s'est vu notifier le versement d'une créance compensatrice d'un peu plus de 11 millions de francs, alors que son acolyte a été condamné à s'acquitter d'une créance compensatrice d'environ 9 millions.

Dégâts collatéraux

Trois responsables d'une entreprise générale de construction étaient également jugés. Ils travaillaient presque exclusivement avec les deux promoteurs. Ils ont été reconnus coupables d'avoir utilisé l'argent de nouveaux clients pour payer les factures de sous-traitants qui étaient intervenus sur des chantiers anciens.

Il s'agissait pour eux d'éviter la mise en faillite de leur entreprise. Les trois hommes se sont retrouvés dans un engrenage. Ils misaient sur la promesse de nouveaux chantiers que leur faisaient miroiter les deux promoteurs. Ils ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis.

Continuer la lecture

Economie

Suisse: la récolte de miel de 2021 est la plus faible depuis 15 ans

Publié

le

La mauvaise météo de ce printemps et de cet été a largement affecté la récolte de miel 2021 en Suisse (archives). (© Keystone/GIAN EHRENZELLER)

La Suisse enregistre une récolte de miel historiquement basse - de 7,2 kg par colonie - cette année, à cause du mauvais temps. Seul le Tessin a été épargné. C'est le constat d'une enquête menée par l'association BienenSchweiz sur près de 1700 ruchers.

Les apiculteurs n'avaient pas connu "si mauvais récolte de miel depuis plus de 15 ans", écrit la faîtière Apisuisse dans un communiqué lundi. En cause: l'extraordinaire fraîcheur du mois de mai et les intempéries de cet été, qui ont empêché les abeilles de sortir récolter du nectar.

Illustration avec John Buffoni, des “Abeilles de Lancy”.

John BuffoniApiculteur

"Elles seraient mortes de faim si les apiculteurs ne les avaient pas nourries à temps", explique encore l'organisation. Parmi les cantons les plus touchés figurent Berne, le Jura, les Grisons ou encore les cantons de Suisse centrale. Seul le Tessin s'en est sorti avec une moyenne de 25,9 kg par colonie, soit près du double des meilleures moyennes cantonales du nord des Alpes, précise Apisuisse.

Les prix pourraient augmenter

Le public doit ainsi s'attendre à des étalages de supermarché moins fournis que d'habitude, et à une possible augmentation des prix d'achat. "Certains apiculteurs peuvent encore vendre du miel grâce à leurs stocks de l'année précédente, écrit Apisuisse. Mais pour la plupart d'entre eux, 2021 signifie une perte financière". Les plus impactés restent les apiculteurs professionnels, qui ne reçoivent aucune subvention de l'Etat, contrairement aux producteurs de fruits et légumes.

John BuffoniApiculteur

Le contraste avec l'année dernière est particulièrement frappant: 2020 avait affiché une production de miel record (29,9 kg par colonie), allant parfois jusqu'à 40 kg par colonie selon les régions. En 2019 en revanche, la récolte avait déjà été très basse, avec 13 kg par colonie enregistrés.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Culture

Un Salon du livre décentralisé et intimiste a séduit le public

Publié

le

© Salon du livre en ville / Pierre Albouy
Le Salon du livre en ville a fermé ses portes dimanche après une nouvelle édition intimiste et éparpillée à travers Genève. Une centaine d'auteurs, artistes et intervenants ont participé à cette édition qui "a séduit le public", selon les organisateurs.

Parmi les temps forts, un hommage a été rendu à Blaise Ndala, récompensé par le prix Kourouma pour son roman "Dans le ventre du Congo". Avec ce roman "incisif", l'auteur congolais "embrasse, d'un siècle à l'autre, la question de l'équation coloniale" écrivent les organisateurs dans un communiqué publié dimanche.

Invitée d'honneur, l'écrivaine Maylis de Kerangal a de son côté "porté haut et fort la thématique de la traduction sous toutes ses formes à travers les formats originaux du livre en conversation teintés de musique et de danse".

Durant ces quatre jours, l'entrée était gratuite. Une inscription et un certificat sanitaire étaient toutefois nécessaires.

Continuer la lecture

Economie

Genève Aéroport supprime une vingtaine de postes

Publié

le

Genève Aéroport est contraint de supprimer une vingtaine de postes en raison de la pandémie (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève Aéroport supprime une vingtaine de postes en raison des difficultés économiques liées à la pandémie de coronavirus. La commission du personnel a démissionné en bloc en accusant la direction de ne pas l'avoir pas consultée comme elle en a droit.

Le directeur général André Schneider "a informé vendredi les membres du personnel des mesures prises", a dit dimanche à Keystone-ATS le porte-parole de l'aéroport Ignace Jeannerat. Le volume de suppressions de postes n'exige pas une procédure de licenciement collectif et la négociation d'un plan social.

L'entreprise ne souhaite pas encore donner d'indications précises sur le nombre de collaborateurs qui seront remerciés, tant que ceux-ci ne seront pas informés. Au moins cinq personnes partiront en retraite ou en pré-retraite et au moins deux personnes pourront être réintégrées via des postes vacants, affirme-t-elle.

L'aéroport explique vouloir "préserver une capacité à un équilibre financier", alors que le site est confronté avec la pandémie à sa pire crise depuis la Deuxième Guerre mondiale.

L'année dernière, la perte a atteint 129,5 millions de francs. Pour 2021, elle sera "à nouveau très importante malgré de nouvelles économies", fait remarquer le porte-parole. Pour l'année prochaine, les investissements seront réduits de 30 millions de francs et les dépenses de fonctionnement d'au moins 15 millions. Seuls les projets les plus importants seront maintenus.

Appel au Conseil d'Etat

Après la démission collective de la commission du personnel, le syndicat des services publics (SSP) trafic aérien représentera lui désormais les intérêts des collaborateurs. Il demande la "prise en main" de la direction par le Conseil d'Etat et exige que le conseil d'administration désavoue celle-ci.

Depuis le début de la pandémie, des dizaines de départs n'ont pas été repourvus. Selon le syndicat, rien ne laisse penser que les efforts annoncés vendredi seront les derniers.

M. Schneider avait affirmé en juin que le trafic il y a quelques mois encore n'atteignait que 15% à peine des chiffres d'avant le début de la pandémie. La direction a proposé à la commission du personnel d'organiser dès la semaine prochaine une discussion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture