Rejoignez-nous

Genève

Genève poursuit sa traque contre les excès sonores sur la route

Publié

,

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Genève renforce ses actions pour lutter contre les incivilités sonores routières qui péjorent la qualité de vie des habitants. Un radar anti-bruit préventif a été installé jeudi au chemin de Pinchat à Carouge, une première dans une zone périurbaine.

Actuellement en phase de test, cet appareil mesure le bruit produit individuellement par chaque véhicule et identifie les pics sonores, indiquent jeudi le Département du territoire, la Ville de Carouge et le TCS Genève dans un communiqué commun. Des essais avaient déjà été menés en 2020 en ville, puis en campagne.

L'écran de la machine affiche les messages "Merci" ou "Bruit!" en fonction des données mesurées. Cette opération s'accompagne de contrôles accrus pouvant mener à des sanctions. Les excès sonores sur la route entraînent des atteintes majeures pour le voisinage, sans aucun avantage pour la mobilité, relève le canton.

Le comportement du conducteur et l'état technique du véhicule jouent un rôle déterminant en matière d'émissions sonores. L'effet conjugué d'une conduite nerveuse avec un véhicule modifié engendre un surplus de bruit pouvant atteindre 18 dB, soit une puissance sonore multipliée par 60. Le canton considère le bruit comme un enjeu majeur de santé publique.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La Suisse tancée à l'ONU sur la discrimination raciale

Publié

le

Les experts indépendants de l'ONU contre la discrimination raciale souhaitent davantage d'efforts en Suisse notamment par la police (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse est tancée par le Comité de l'ONU contre la discrimination raciale. Ces experts sont inquiets de l'augmentation des discours de haine contre des minorités ethniques, les juifs et les musulmans. Ils demandent aux autorités de garantir des investigations.

Dans un rapport publié vendredi à Genève, le comité se dit préoccupé par la poursuite du profilage racial par la police. Les 18 experts indépendants, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU, appellent la Suisse à un plan d'action sur cette question, en menant un dialogue avec les individus plus exposés à cette menace, et d'étendre le cadre législatif contre cette attitude.

Ils répètent notamment leur souhait d'un mécanisme indépendant hors de la police et du ministère public chargé de recevoir et de se prononcer sur des plaintes contre des policiers. Autre problème, ils souhaitent davantage de dispositifs pour empêcher la violence contre les personnes dans les centres fédéraux d'asile.

Notamment le lancement de mécanismes de plainte qui doivent permettre de sanctionner les responsables et de garantir une assistance aux victimes. Ou encore le contrôle de l'Etat sur le personnel de sécurité actif dans ces différents sites.

Demande pour la police

Plus largement, le comité appelle les autorités à davantage d'efforts pour empêcher et lutter contre les discours de haine. "Y compris sur Internet et les médias sociaux" et "de la part de personnalités publiques et de responsables politiques", aussi selon lui.

La discrimination raciale directe et indirecte doit elle être clarifiée dans la législation. Et les infractions à motivation raciste devraient être prises en considération de manière obligatoire par la police. De même, des données devraient être rassemblées sur ces violations ou encore le profil des victimes et des agresseurs pour améliorer les politiques.

En revanche, le comité salue plusieurs révisions législatives menées ces dernières années, notamment le lancement d'une institution nationale sur les droits humains. Pour autant, comme d'autres entités onusiennes avant lui, il estime que celle-ci devrait pouvoir recevoir et se pencher sur des plaintes individuelles.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Condamné à 16 ans de prison pour avoir exécuté son voisin

Publié

le

Archives KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Tribunal criminel de Genève a condamné vendredi un homme de 42 ans à une peine de 16 ans de prison pour assassinat. En mai 2016, dans le quartier des Libellules, à Châtelaine (GE), le prévenu avait froidement abattu un ami voisin avec qui il avait eu une altercation quelques jours plus tôt, le criblant de 11 balles, dont 5 dans la tête.

Pour les juges, l'accusé s'est rendu coupable d'une "véritable exécution". Il a agi avec un "sang-froid glaçant", vidant à deux reprises le chargeur de son pistolet semi-automatique sur sa victime, rejoignant cette dernière dans le salon de thé dans lequel elle s'était enfuie pour "l'exterminer comme un chien".

Le tribunal a souligné "le comportement terrifiant" du prévenu qui a fait vivre "l'indicible" à son voisin, qu'il connaissait pourtant depuis des années et avec qui il avait noué des liens d'amitié. La faute de l'accusé est "d'une gravité extrême". Elle a en outre été commise pour un "mobile éminemment futile".

Aux yeux du tribunal, "le sentiment d'infériorité" dont souffre l'accusé, sa frustration, "les échecs de sa vie", le tout associé à une personnalité borderline et paranoïaque, ont pu constituer un mélange détonant. Le prévenu voulait se venger de l'affront reçu après l'altercation. Sa colère s'est "cristallisée" sur sa victime.

Egocentrisme

Le tribunal a reproché à l'accusé son égocentrisme, l'ancien facteur, carrossier de formation, n'ayant toujours pas pris la mesure de ses actes. Les juges ont également déploré les tentatives du prévenu de constamment se justifier, d'évoquer des traumatismes subis durant l'enfance pour expliquer ses agissements.

Les juges ont en outre désapprouvé le comportement du prévenu qui s'est échiné, tout au long de la procédure, à salir la mémoire de sa victime. Il l'a fait passer pour un trafiquant de drogue, un caïd, un racketteur, alors qu'en vérité, elle était une personne "serviable et taquine", qui aimait appeler ses amis par des sobriquets.

En revanche, le tribunal n'a pas retenu la préméditation. Aucun élément ne permet d'affirmer, selon les juges, que l'accusé a recherché son malheureux voisin les jours qui ont suivi sa dispute avec lui. Se basant sur l'expertise, ils ont admis une responsabilité faiblement restreinte au prévenu.

Un massacre

Les faits se sont déroulés en mai 2016 dans la cité des Libellules. Le prévenu a tout d'abord tiré à trois reprises sur sa victime alors que celle-ci rentrait chez elle, dans l'allée de l'immeuble. Il s'est ensuite éloigné, a rechargé son arme, avant de rejoindre son voisin dans le tea-room où il avait trouvé refuge.

Dans l'établissement, en présence d'autres clients, l'accusé ajuste son arme en direction de sa victime et lui tire une fois dans le thorax, puis trois fois dans la tête. Il ressort du salon de thé, remet des balles dans son pistolet, puis rentre à nouveau dans le tea-room et tire deux nouvelles balles dans la tête de son ami.

Continuer la lecture

Genève

Le cocktail Delta-Omicron met les autorités sanitaires sous pression

Publié

le

A Genève, le variant Omicron et la 5ème vague Delta mettent les autorités sanitaires sous pression. Les cas positifs s'élèvent à 700 par jour. Plus d'un tiers des 65-74 ans ont déjà reçu leur booster.

Les autorités sanitaires genevoises sont sous pression avec la 5ème vague Delta et le nouveau variant Omicron. Genève comptabilise près de 700 cas positifs chaque jour. Une partie des malades ne présenteraient que peu de symptômes et ne se feraient pas tester selon la Médecin cantonale. La Doctoresse Aglaé Tardin.

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Courbe freinée 

Selon la Médecin cantonale, 7 personnes sur 10 qui se retrouvent à l’hôpital ne sont pas vaccinées. La semaine dernière c’était 8 sur 10. Il y a plus de personnes vaccinées malades en raison de la forte circulation du virus. Malgré cela, l’incidence serait 7 fois plus élevée pour les non vaccinés. Les chiffres comparés de cette année et de l’an dernier le prouvent selon la Doctoresse Aglaé Tardin.

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Les hospitalisations des personnes vaccinées sont équivalentes à 12 sur 100'000, celles des non-vaccinées, à 43.

Actuellement 86 personnes sont  hospitalisées pour un Covid aux HUG qui se sont mis en mode "crise". Et 11 le sont dans des cliniques privées. 11 malades exactement sont aux soins intensifs et 12 sont aux soins intermédiaires. Les personnes âgées sont les plus nombreuses aux soins intensifs, elles n’ont pas reçu leur troisième dose ou ont eu leur vaccin, il y a plus de 6 mois.

Circulation du virus dans les écoles

Dans les écoles le virus circule beaucoup, selon les autorités sanitaires. Dès trois cas positifs, élèves et parents de la classe concernée sont testés. Hier jeudi, une quarantaine a été décrétée pour  2000 personnes liées à l’Ecole internationale de La Châtaigneraie. Deux élèves ont été testés positif au variant Omicron. La décision a été prise après un échange rapide avec l’école. Une mesure que la Doctoresse Aglaé tardin estime proportionnée.

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Notez que ces mesures ont été prises de concert avec le canton de Vaud, puisqu’un tiers des élèves sont Genevois et deux tiers Vaudois dans cette école de Founex.  Le variant Omicron est encore trop peu connu rappelle Aglaé Tardin.

Dr Aglaé TardinMédecin cantonale genevoise

Booster bientôt ouvert à tous

Du côté des vaccinations, le booster a déjà été administré à 36% des 65-74 ans. 20’000 vont recevoir leur piqûre et 34’000 attendent un rendez-vous. Les autorités sanitaires parviennent-elles à face à la forte demande ? Ecoutez la réponse de la Pharmacienne cantonale, Nathalie Vernaz-Hegi.

Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Inscription rappel

Dr Nathalie Vernaz-Hegi rappelle les démarches à effectuer pour s’inscrire

Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale genevoise

Pour une prise rapide de rendez-vous, la Pharmacienne cantonale conseille de ne pas indiquer de préférence pour le lieu de vaccination.

Notez que la 3ème dose booster s’ouvre dès ce lundi 6 décembre aux plus de 50 ans. Et dès le 13, à toute la population dès 16 ans.

Continuer la lecture

Genève

Des passionnés ont réalisé la scène de l'Escalade en Playmobil

Publié

le

Une maquette géante en Playmobil réalisée par un père et ses deux fils raconte la Nuit de l'Escalade. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, un père et ses deux fils de 13 et 15 ans passionnés de Playmobil ont créé une reconstitution géante de la nuit de l'Escalade. Il a fallu 900 heures de travail pour réaliser cette maquette de 7 m2 qui est exposée jusqu'à samedi soir à l'étage jouets de Manor à la rue de Cornavin.

"Ce projet un peu fou est né l'année dernière", raconte le père. Le Playmorama comprend 13'000 pièces Playmobil différentes. Au total, 512 personnages figurent dans la scène qui raconte la nuit du 11 au 12 décembre 1602. Les Genevois avaient vaillamment repoussé les troupes du duc de Savoie Charles-Emmanuel.

Au fil des ans, le père de famille a accumulé une impressionnante collection de Playmobil classée par thèmes: de l'Egypte, aux pirates, en passant par les Vikings et les plus traditionnels policiers et pompiers. Les figurines et tous les accessoires sont entreposés dans une centaine de caisses dans le sous-sol de sa maison.

"Enfant, j'étais pourtant plutôt Lego que Playmobil", relève ce collectionneur dans l'âme. Il va régulièrement chiner des pièces rares dans des marchés aux puces. Il a aussi repéré dans des magasins liés à des musées des Playmobil costumés comme au 15e, 16e et 17e siècles. De quoi s'inspirer pour recréer les personnages du traditionnel cortège de l'Escalade avec ses arquebusiers, hallebardiers, artilleurs et autres cavaliers.

Violet et orange

Dans la lancée, ses enfants ont insisté pour recréer la scène de la fameuse bataille. Ils ont été au Musée d'art et d'histoire ainsi qu'à la Maison Tavel pour observer les armes et les accessoires utilisés au début du 17e siècle. Un ex-conservateur de la Compagnie 1602 a validé leurs choix d'un point de vue historique.

La famille a toutefois pris quelques largesses, notamment par rapport aux couleurs des habits. A l'époque, il n'y avait notamment ni violet, ni orange, relève le père. Le sens du détail a été poussé jusque dans la forme de la barbe de l'inquiétant bourreau François Tabazan.

La base de la maquette réalisée en bois et en polystyrène a nécessité 3,5 litres de colle. Mis à part les 3'865 pavés de la ville conçus à l'aide de pyrograveurs, toutes les pièces sont issues de la gamme Playmobil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Alessio Bertaggia à Genève dès la saison prochaine

Publié

le

Alessio Bertaggia sera "grenat" dès la saison prochaine. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'attaquant international suisse Alessio Bertaggia quittera Lugano au terme de la saison pour rejoindre Genève-Servette. Il a signé pour cinq ans, soit jusqu'à la fin de la saison 2026-27.

"Le Tessinois était un des joueurs les plus courtisés en Suisse et il a été séduit par le projet genevois", se réjouit vendredi le club des Vernets.

Formé à Lugano, Alessio Bertaggia (28 ans) a débuté au plus haut niveau en 2010-11, alors qu'il n'avait pas encore 18 ans. Il a ensuite franchi l’Atlantique pour poursuivre son apprentissage dans la Western Hockey League (WHL), sous les couleurs de Brandon Wheat Kings et Spokane Chiefs.

De retour en Suisse à 20 ans, il a joué un an avec Zoug avant de retourner à Lugano en 2014-15. Il compte 494 matches de National League pour un total de 185 points (82 buts et 103 assists). Il a porté 17 fois le maillot de l'équipe de Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture