Rejoignez-nous

Genève

Genève: les restaurateurs sous une épée de Damoclès

Publié

,

le

@Fernando Martins

Les bars et les restaurants peuvent rester ouverts jusqu'à 23 heures et non 19 heures comme prévu par Berne. Le Conseil d'Etat genevois a décidé de faire valoir l'exception prévue par le Conseil fédéral. Plusieurs paramètres conditionnent cette exception.

Le Canton de Genève a fait valoir son droit à l'exception auprès de Berne. Afin de bénéficier d'une telle exception, le canton doit pouvoir justifier d'un taux de reproduction (RO)  inférieur à 1 pendant au moins une semaine mais aussi d'une incidence inférieure à la moyenne suisse calculée sur une semaine. A ces deux conditions s'ajoutent la garantie du traçage des contacts ainsi que d'une garantie du bon fonctionnement du système de soins.

Conditions draconiennes

Ces conditions sont actuellement remplies puisque le RO genevois s'établit à 0,88. L'incidence sur les 7 derniers jours s'établit à 188/100'000 habitants contre 318/100'000 pour la Suisse. Le diagnostic de traçage est à même de poursuivre les mises en isolement et en quarantaine. Le système de soin est préservé. Sur cette base, le Conseil d'Etat a permis cette ouverture moyennant une distance d'un mètre 50 ou de protections en plexiglas si l'espace est trop restreint. Le Canton annonce d'ores et déjà des contrôles.

Chiffre d'affaires en souffrance

Une décision saluée par les restaurateurs genevois mais avec des bémols. Outre le fait que la situation  épidémiologique pourrait changer rapidement, le chiffre d'affaires est déjà bien compromis, quelle que soit l'heure de fermeture nocturne. C'est le cas pour Fernando Martins, le patron du restaurant "Le Portugais", pour qui 23 heures ou 19 heures ne changera pratiquement rien.

Fernando Martins
Patron du restaurant Le Portugais
Fernando MartinsPatron du restaurant Le Portugais

Le restaurateur rappelle que deux des trois meilleurs mois de l’année sont perdus, soit octobre et novembre.

Fernando Martins
Patron du restaurant Le Portugais
Fernando MartinsPatron du restaurant Le Portugais

Les dimanches et jours fériés sont considérés comme des jours normaux à Genève comme dans tous les cantons romands.

1 commentaire

1 commentaire

  1. John Witt

    14 décembre 2020 à 11 h 51 min

    Remercier vos clients qui en ne respectant aucune règle vous ont tué en répandant les COVID.

    Si demain il n'y a plus ni bars, boites ou restaurant, ça sera la faute des vos clients, et personnes d'autres...

    L'abrutissement globale de l'humanité a atteint un stade qui défie tout sens commun !!!

    Vous voulez sauvez vos emplois ? prenez-vous en à vos client et demander leur à eux de payer pour vos pertes !!! Ils sont capables de donner des millions à des gens de faibles intelligence sur internet qui ne produisent rien d'utile pour la société, ils sauront sauver leurs précieuses "Boites de nuit" dont ils ne peuvent se passer quelques semaines !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une Marche de l'espoir "connectée" pour Haïti

Publié

le

Une Marche de l'espoir "a minima" cette année, en attendant un nouveau départ en 2022. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Terre des hommes (Tdh) Suisse a lancé dimanche à Genève sa 30e Marche de l'espoir, qui doit permettre de récolter environ 150'000 francs en faveur des enfants de Haïti. Pour la première fois, des entreprises sont associées à l'événement.

Cette 30e édition est la deuxième à être en bonne partie numérique. Les participants - personnel d'entreprises, enfants et familles - peuvent parcourir leurs kilomètres où et quand ils le désirent et faire valoir leur balade sportive et humanitaire via une application ad hoc.

Une vingtaine de personnes, sur les quelque 1500 enfants qui participent cette année, étaient cependant présentes physiquement dimanche près de la Rotonde du Mont-Blanc, au bord du lac, pour accomplir a minima le traditionnel parcours de 6 km jusqu'au Jardin botanique et retour.

D'ordinaire, hors période Covid, la manifestation attire bon an mal an quelque 12'000 participants. Mais un tel rassemblement n'était pas possible cette année, pas plus qu'en 2020, à cause des restrictions sanitaires, a expliqué la porte-parole de Tdh Suisse Sandrine Maillard à Keystone-ATS.

Entreprises engagées

Qu'à cela ne tienne, le Covid incite l'organisation humanitaire à développer la numérisation, ce qui permettra à l'avenir de combiner l'option "Marche connectée" avec la participation effective sur le parcours traditionnel, le jour J. Avec, toujours, un volet familial et un autre ouvert aux entreprises, qui jouent le jeu au-delà des espérances.

La Marche dure jusqu'au 20 novembre. Chaque participant a un parrain ou une marraine s'engageant à verser une certaine somme d'argent par kilomètre effectué, en marchant ou en courant. Cette année, les fonds récoltés seront notamment destinés à améliorer les conditions de vie des enfants en Haïti. Parallèlement, une campagne de sensibilisation a été menée auprès de 30'000 écoliers du Grand Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

À Genève, le tunnel des Nations a été percé

Publié

le

Des ouvriers heureux sortent du tunnel en portant la statue a l'effigie de Sainte Barbe, la patronne et protectrice des tunneliers et des mineurs, lors de la ceremonie marquant le percement du tunnel de la route des Nations, ce vendredi 15 octobre 2021 a Geneve. Les deux fronts de creuse du tunnel de la route des Nations se sont rejoints, la realisation du futur axe destine a mieux connecter le quartier des organisations internationales a l'autoroute. Concue pour pouvoir accueillir 20'000 vehicules par jour, la route des Nations reliera sur 1,2 km, dont 80% du trace en sous-terrain, l'avenue Appia a la nouvelle jonction autoroutiere du Grand-Saconnex. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

À Genève, les deux fronts de creuse du tunnel de la route des Nations se sont rejoints en fin de matinée. Ce futur axe est destiné à mieux connecter le quartier des organisations internationales à la jonction autoroutière en cours de réalisation. La mise en service de la route des Nations est prévue pour la fin du premier semestre 2023.

À Genève, la lumière au bout du tunnel. Et pour cause, ce matin a eu lieu le percement du tunnel des Nations. Une étape stratégique et symbolique après 40 mois de travaux. Pour rappel, ce futur tronçon reliera la bretelle autoroutière située vers l'aéroport au quartier des Nations. Un ouvrage qui doit notamment permettre de désengorger la circulation de ce côté-là du canton. Ecoutez Serge Dal Busco, conseiller d'Etat en charge des Infrastructures.

Serge Dal Busco
Conseiller d'Etat en charge des Infrastructures
Serge Dal Busco Conseiller d'Etat en charge des Infrastructures

Pour Eliane Michon-Ansermet, présidente du Conseil Municipal du Grand-Saconnex, la commune voit trop de véhicules défiler sur son territoire. Elle espère que ce nouvel axe va fluidifier le trafic.

Eliane Michon-Ansermet
Présidente du Conseil Municipal du Grand-Saconnex
Eliane Michon-AnsermetPrésidente du Conseil Municipal du Grand-Saconnex

La nouvelle route des Nations est conçue pour absorber le passage de 20'000 véhicules par jour.

Chantier pas si simple

Si ce matin l'ambiance était à l'allégresse, il n'en a pas toujours été ainsi lors de la réalisation du chantier. Les ouvriers ont dû faire face à des difficultés pour percer ce tunnel de 500 mètres de long. Depuis septembre 2017, une soixantaine d'ouvriers se sont relayés pour percer ce tunnel, progressant de 70 cm par jour, a indiqué aujourd'hui le Département des infrastructures (DI) dans un communiqué. Ce chantier a produit 60'000 m3 de matériaux, soit l'équivalent de seize piscines olympiques. Les explications de Serge Dal Busco.

Serge Dal Busco
Conseiller d'Etat en charge des Infrastructures
Serge Dal Busco Conseiller d'Etat en charge des Infrastructures

La mise en service de la route des Nations est prévue pour la fin du premier semestre 2023. Mais d'ici là, d'importants travaux restent encore à réaliser. Et notamment la creuse de la partie inférieure de la galerie, les travaux d'étanchéité du tunnel, l'aménagement intérieur de celui-ci, l'équipement électromécanique ou encore la fin des travaux du carrefour entre l'avenue Appia et la route des Morillons. À noter que le crédit d'investissement pour cet ouvrage est de 153 millions de francs.

Continuer la lecture

Genève

49 conducteurs interceptés à Bardonnex pour des amendes impayées

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La police genevoise et les douaniers suisses ont mené des contrôles jeudi entre 07h00 et 09h00 à la douane de Bardonnex. Ils ont intercepté et identifié 49 conducteurs suisses et étrangers qui avaient commis une infraction dans le canton et n'avaient pas payé leur contravention.

Les 49 conducteurs interceptés représentent 117 ordonnances pénales pour un total de 11'900 francs, a précisé le major Patrick Puhl, chef de la police routière. Leur identité et adresse ont été mises à jour.

L'objectif de cette opération est d'accroître l'effectivité des sanctions du service des contraventions, comme le prévoit la politique criminelle commune du canton de Genève et du Ministère public pour les années 2021-2023. Car la contravention peut s'éteindre avec le temps, a rappelé M. Puhl.

La police genevoise prévoit de nouveaux contrôles systématiques. Elle rappelle aux usagers de la route qu'ils doivent régulariser leur situation.

 

Laurie Selli avec ATS

Continuer la lecture

Genève

La ruée sur les voitures d'occasions

Publié

le

Photo Pexels

A cause des délais à rallonge pour la production et les livraisons de véhicules neufs, le marché de l'occasion est particulièrement prisé. 

Acheter une voiture neuve ça peut prendre du temps en ce moment, notamment à cause des délais de livraison des semi-conducteurs.

Du coup de plus en plus de clients décident de se tourner vers les véhicules d’occasion et ça se ressent sur le marché.

Thierry Bolle
Président de l'Union professionnelle suisse de l’automobile Genève
Thierry BollePrésident de l'Union professionnelle suisse de l’automobile Genève

Avec un phénomène particulier qui émerge, les occasions sont recherchées. Vous avez peut-être même vu passer une annonce ou entendu une publicité pour des garages qui vous rachètent votre véhicule.

Et les prix sont intéressants!

Thierry Bolle
Président de l'Union professionnelle suisse de l’automobile Genève
Thierry BollePrésident de l'Union professionnelle suisse de l’automobile Genève

La loi de l’offre et de la demande étant ce qu’elle est, le prix des véhicules d’occasion a même tendance à augmenter...

Continuer la lecture

Actualité

Des boîtes noires dans les nouveaux véhicules dès 2022 en Suisse

Publié

le

La surveillance des voitures sera augmentée pour améliorer leur sécurité dès l'année prochaine en Suisse (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Des boîtes noires seront obligatoires pour les nouveaux types de voitures particulières et de camionnettes dès juillet prochain en Suisse, après l'entrée en vigueur d'un règlement de l'ONU. Cette approche sera élargie en juillet 2024 à tous ces nouveaux véhicules.

Le nouveau règlement, entré en vigueur fin septembre, doit permettre une avancée importante dans les données sur les accidents de la route, a précisé jeudi à Genève la Commission économique de l'ONU pour l'Europe (CEE-ONU). De quoi améliorer les systèmes de sécurité des véhicules et la sécurité routière.

Grâce au nouveau dispositif, les enquêteurs pourront reconstituer un accident à partir de 5 secondes avant celui-ci jusqu'à l'immobilisation du véhicule. Approuvé en mars dernier lors d'une réunion internationale, le règlement sera appliqué dès juillet dans l'UE pour les nouveaux types de voitures particulières et de camionnettes.

Trois ans plus tard, l'obligation portera sur toutes les nouvelles voitures et camionnettes. Or, la Suisse s'aligne sur les dispositifs européens sur ces questions, a aussi précisé à Keystone-ATS un porte-parole de la CEE-ONU.

En janvier 2026, les boîtes noires seront obligatoires dans les nouveaux types d'utilitaires lourds, les camions et les bus. Avant un élargissement en 2029 à tous ces véhicules neufs.

Personne pas identifiée

Le nouveau règlement exige que le véhicule stocke des données sur l'activation et les performances de nombreux systèmes de sécurité active et passive du véhicule. De même que des indications sur la vitesse, l'activation de l'accélérateur et des freins et l'état des ceintures de sécurité du conducteur et du passager avant.

Le dispositif doit également enregistrer l'activité des systèmes de sécurité active comme les commandes de direction, ainsi que l'activation des éléments de sécurité passive comme les airbags. Le mouvement du véhicule, son accélération et sa décélération seront aussi analysés.

Selon le règlement, les données enregistrées ne doivent pas être liées au numéro d'identification du véhicule ou au numéro de châssis. Les données seront anonymes, sans possibilité de savoir qui est le propriétaire ou l'utilisateur d'un véhicule.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture