Rejoignez-nous

Genève

Genève: les bandes cyclables provisoires sont prolongées de 60 jours

Publié

,

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

La polémique qu’a soulevée à Genève la création de bandes cyclables provisoires ne devrait pas s’éteindre de sitôt. Vendredi, le canton et la Ville indiquent que ces aménagements seront prolongés de 60 jours supplémentaires, à compter du 8 juillet.

Ce nouveau délai doit permettre d’assurer « une jointure temporelle » cohérente avec le démarrage de plusieurs chantiers visant à mettre en place des aménagements cyclables durables et de qualité, relèvent le département cantonal des infrastructures et le département municipal de l’aménagement, des constructions et de la mobilité.

En d’autres termes, certains aménagements cyclables mis en place dernièrement le long de plusieurs grands axes seront appelés à devenir pérennes. Les bandes cyclables provisoires n’ont en effet pas été installées au hasard. Voilà plus d’un an que les autorités réfléchissent à des itinéraires stratégiques pour la mobilité douce.

Parmi ces itinéraires, trois axes ont été identifiés. Un premier qui relie la gare des Eaux-Vives à la gare de Cornavin, un autre qui joint la gare de Cornavin à Uni Mail et enfin un dernier qui permet d’aller d’Uni Mail à Champel. La mise en place du U lacustre fait aussi partie des priorités du canton et de la Ville de Genève.

Régulation des feux

Les détracteurs de ces aménagements cyclables provisoires reprochent à ceux-ci d’entraver encore plus une circulation qui est déjà difficile en temps normal. Les autorités font remarquer que des améliorations ont été apportées. Une régulation des feux différente a ainsi permis de fluidifier le trafic à certains endroits.

D’autres améliorations sont envisagées, notamment en matière de régulation des feux, essentiellement sur les axes Georges Favon, Chantepoulet et 22 Cantons. L’aménagement définitif de bandes cyclables sera soumis aux procédures prévues par la loi. Un arrêté devra par exemple être publié si des places de parc sont supprimées.

Le canton et la Ville de Genève ont tiré un bilan globalement positif des aménagements cyclables installés à titre provisoire afin de favoriser la mobilité douce durant la période du post-confinement. Le nombre de vélos sur certaines bandes cyclables a progressé parfois de plus de 20% durant le mois de juin.

Le trafic automobile, pour sa part, est revenu au niveau qu’il connaissait avant la crise sanitaire. Alors que dans les transports publics, les passagers se font plus rares. Ces voyageurs qui renoncent à prendre les trains, les bus et les trams, pourraient opter pour la voiture s’ils n’ont pas « d’alternatives fiables », concluent les autorités.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Interview – Philipe Chevrier met l’œuf et la poule à l’honneur de Monsieur Bouillon

Publié

le

Malgré la situation sanitaire actuelle, vous l’avez peut-être remarqué, une nouvelle brasserie s’est installée rue de la Synagogue à Genève. Monsieur Bouillon a ouvert ses portes le mois dernier. Aux commandes Grégory Arhr et Philippe Chevrier, deux figures incontournables de la gastronomie genevoise.

Monsieur Bouillon vient s’ajouter à la liste des nombreux autres établissements dont le chef, doublement étoilé du Domaine de Châteauvieux, est propriétaire ou qu’il supervise. Hyperactif dans la création de projet monsieur Chevrier ne sait pas rester tranquille, comme ont pu le remarquer Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Monsieur Bouillon est un établissement chic qui a su garder l’ambiance rustique du bâtiment qui l’abrite. Au menu, la carte s’adapte au fil des saisons en déclinant l’œuf et la volaille. En plus du restaurant Monsieur Bouillon accueil un bar à l’étage mettant l’accent sur les cocktails et des brochettes d’inspiration japonaise.

Continuer la lecture

Actualité

Un habitat évolutif pour seniors va proposer des services à la personne

Publié

le

©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

À Genève, le quartier de Pont-Rouge va accueillir le premier habitat évolutif pour seniors. Ce projet veut offrir à ses locataires en perte d’autonomie un cadre de vie confortable, harmonieux et intergénérationnel. Il va également proposer des services à la personnes. La structure sera inaugurée au printemps 2021.

Au printemps 2021, un habitat évolutif pour seniors va ouvrir à Genève. Il sera situé dans le nouveau éco-quartier de Pont-Rouge au Grand-Lancy situé à côté de la gare de Lancy-Pont-Rouge et du Léman express. Ce projet original veut offrir à ses locataires en perte d’autonomie un cadre de vie confortable, harmonieux et intergénérationnel au sein des bâtiments de l’Adret. Des commerces de proximité seront également présents. Les précisions de Maria Bernasconi, présidente de la fondation communale pour le logement des personnes âgées (FCLPA).

Maria Bernasconi Présidente de la fondation communale pour le logement des personnes âgées

Un lot de trois bâtiments qui compte 250 logements a été dédiés au logement social et étudiant. Ces-derniers ont signé une charte du vivre ensemble et donnent de leur temps chaque mois pour les seniors en échange d’un loyer modéré. L’immeuble compte également des salles de musique et autres locaux communs. Tout a été fait pour favoriser le lien social dans cet espace intergénérationnel.

Lire aussi: A Genève, l’Adret Pont-Rouge accueille les premiers habitants

Services à la personne

L’une des mesures phare du quartier de Pont-Rouge est de pouvoir offrir des services à la personne à ses locataires. Pour ce faire, plusieurs partenaires comme l’Association des EMS de Lancy, le Groupe Eldora, le Centre Santé Lancy Pont-Rouge, la Physiothérapie de l’Adret, la Fondation Ensemble et la Crèche Pont-Rouge ont signé une convention de partenariat avec la FCLPA. Ensemble, ils vont offrir diverses prestations de services et de proximité aux locataires. Le détail avec Maria Bernasconi.

Maria Bernasconi  Présidente de la fondation communale pour le logement des personnes âgées

Continuer la lecture

Actualité

Genève ne veut pas d’un dépôt de déchets radioactifs au Bugey

Publié

le

Photo illustration KEYSTONE/Magali Girardin

La Ville et le canton de Genève s’opposent à l’exploitation d’un dépôt de déchets radioactifs sur le site de la centrale nucléaire du Bugey, dans le département de l’Ain, à environ 70 kilomètres de la frontière suisse.

Les deux collectivités publiques ont annoncé vendredi avoir saisi la justice.

L’Autorité de sûreté nucléaire française avait donné son feu vert le 28 juillet dernier à la mise en service d’une installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (ICEDA) au Bugey. Le 28 septembre, la Ville et le canton de Genève ont recouru contre cette décision aux côtés de 4 riverains du site.

L’ICEDA doit être exploitée par EDF. Elle a pour but d’accueillir des déchets radioactifs produits dans le cadre du démantèlement des centrales nucléaires de première génération et de Creys-Malville. Elle doit aussi recevoir des déchets issus de l’exploitation et de la maintenance des centrales nucléaires à eau pressurisée.

La centrale nucléaire du Bugey est source d’inquiétude pour la Ville et le canton de Genève depuis 2016. Les Genevois estiment que l’infrastructure, ancienne, constitue un danger. En 2019, une plainte avec constitution de partie civile a été déposée à Paris, afin qu’une enquête soit ouverte par un juge d’instruction.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture

Actualité

À Genève, un comité en faveur des multinationales responsables

Publié

le

KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Un comité genevois se mobilise en faveur de l’initiative pour des multinationales responsables. L’objet vise les grandes multinationales qui ont leur siège en Suisse. Les PME ne sont pas concernées sauf en cas d’activité à haut risque. Le peuple suisse doit se prononcer sur cet objet le 29 novembre prochain.

À Genève un comité se mobilise en faveur de l’initiative pour des multinationales responsables. Ils ont présenté leurs arguments à la presse ce jeudi. Pour rappel, cette initiative fédérale souhaite que les multinationales ayant leur siège en Suisse et leurs filiales respectent les droit humains et les standards environnementaux à l’étranger. Faute de quoi elles devront répondre des dommages causés. L’initiative vise les grandes multinationales qui ont leur siège en Suisse. Les PME ne sont pas concernées, sauf en cas d’activité à haut risque comme le commerce d’or ou de diamants. Une initiative qui est aujourd’hui essentielle pour la Suisse selon Micheline Calmy-Rey, ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d’initiative.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

 

Ethique et économie

L’un des arguments brandis par les opposants comme un épouvantail serait l’incompatibilité entre éthique et économie. Un argument que balaye Micheline Calmy-Rey, pour qui ces deux concepts ne sont pas contradictoires.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

Les multinationales qui font scandale dans la presse pour violation de droits humains causent non seulement du tort aux victimes mais également à la réputation de l’économie Suisse. C’est pourquoi, l’association entre éthique et économie pourrait sauvegarder l’image de la Suisse à l’international. Les précisions de Micheline Calmy-Rey.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

 

Coalition historique

L’initiative est portée par 130 organisations de la société civile, un comité d’entrepreneurs composé de 300 dirigeants d’entreprise, plus de 400 politiciens tous bords confondus et par les églises nationales catholiques et réformées. Une coalition historique qui ne surprend pas Micheline Calmy-Rey.

Micheline Calmy-Rey Ancienne présidente de la Confédération et membre du comité d'initiative

Le peuple suisse se prononcera sur cet objet le 29 novembre prochain. Le même jour, il devra également voter sur l’initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre »

Continuer la lecture

Actualité

Deux prévenus renvoyés en jugement suite à une bagarre lors d’un match de football

Publié

le

Photo illustration KEYSTONE/Laurent Gillieron

L’instruction à l’encontre de douze prévenus, suite à une bagarre lors du match de football entre le FC Versoix 2 et le FC Kosova en juin 2018, est close.

Le Ministère public genevois a condamné sept prévenus par ordonnances pénales. Deux sont renvoyés en jugement, dont l’un pour tentative de meurtre.

A l’issue de l’enquête, la procédure a été classée pour trois prévenus, a communiqué le Ministère public jeudi dans un communiqué. Deux seront renvoyés devant le Tribunal correctionnel.

L’un sera jugé pour tentative de meurtre, rixe, injures, voies de fait, entrée illégale, séjour illégal et activité lucrative sans autorisation. Le second pour rixe, tentative de lésions corporelles simples sur personne hors d’état de se défendre et lésions corporelles simples à plusieurs reprises.

Peines variables

Sept prévenus ont été condamnés par ordonnances pénales pour rixe. Les peines vont de 40 jours-amende avec sursis, assortis d’une amende, à 180 jours de peine privative de liberté ferme.

La peine de chaque prévenu a été fixée en fonction de son implication personnelle dans la bagarre et de la gravité de sa faute, précise le Parquet. Certains d’entre eux ont également été condamnés pour infraction à la loi fédérale sur les étrangers.

Supporters sur le terrain

La rixe s’était déroulée le 10 juin dans le cadre d’une rencontre de football amateur. Elle avait éclaté quelques instants avant la fin d’un match de barrage pour le titre de champion genevois de 4e ligue opposant FC Versoix 2 au FC Kosova.

Une altercation entre deux joueurs avait dégénéré et des supporters du FC Kosova avaient envahi le terrain. Cette violente bagarre a fait deux blessés graves dans les rangs du FC Versoix 2.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture