Rejoignez-nous

Economie

Genève a accueilli 19 nouvelles entreprises étrangères en 2021

Publié

,

le

La conseillère d'Etat Fabienne Fischer se réjouit que les nouvelles entreprises qui s'installent à Genève aient des activités de plus en plus tournées vers des préoccupations environnementales (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'an dernier, 19 nouvelles entreprises étrangères ont élu domicile à Genève. Ces sociétés, dont certaines sont actives dans des domaines prometteurs comme la valorisation des déchets, la finance durable, la cybersécurité ou la compensation d'émissions de CO2, devraient permettre de créer 190 emplois d'ici à 2024, a indiqué mardi le département de l'économie et de l'emploi (DEE).

"Mon département va s'employer à accompagner au mieux la création des 190 postes prévus sur 3 ans", a indiqué la conseillère d'Etat Fabienne Fischer, responsable du DEE, cité dans le communiqué. La magistrate va notamment faire son possible pour que les entreprises "recrutent localement pour contribuer à la prospérité genevoise".

Dans les entreprises étrangères nouvellement installées à Genève on compte Astradec, spécialisée dans la valorisation des métaux, Baraka Impact Finance, qui développe des outils d'analyse pour la finance d'impact, ou encore la banque d'envergure internationale Bank of China Limited.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Ralpin revient à l'équilibre mais a encore pâti de la pandémie

Publié

le

Ralpin exploite l'"autoroute roulante" (Rola) entre Fribourg-en-Brisgau (D) et Novare (I, sur cette photo d'archives). La firme d'Olten est propriété du BLS, de Hupac et des CFF. (© KEYSTONE/KARL MATHIS)

L'opérateur Ralpin a renoué avec l'équilibre en 2021, grâce à une nouvelle aide à fonds perdu de la Confédération de 2,8 millions de francs ainsi qu'à la dissolution de réserves pour plus de 2 millions. Mais le Covid-19 a encore fait pâtir la société début 2022.

"En raison d'un décret Covid du gouvernement Italie, aucun certificat de test européen n'a pu être établi dans les terminaux entre janvier et mars", déplore l'exploitant de l'"autoroute roulante" (Rola) entre Fribourg-en-Brisgau (D) et Novare (I) dans un communiqué lundi.

L'introduction mi-octobre de cette possibilité d'acquisition de tests avait notamment permis de redresser la barre fin 2021.

La firme d'Olten estime avoir dû renoncer au transport de quelque 5600 camions sur les trois premiers mois de l'année. La levée des mesures sanitaires a toutefois permis à l'entreprise de retrouver de l'allant et de dégager dès le mois d'avril des résultats positifs.

Propriété du BLS, de Hupac et des CFF, Ralpin a convoyé entre l'Allemagne et l'Italie près de 70'000 poids-lourds en 2021, contre à peine plus de 56'000 en 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Perspectives optimistes pour l'hôtellerie de luxe en 2022

Publié

le

L'association a tenu vendredi son conclave annuel au sein du Badrutt de Saint-Moritz. (archive) (© KEYSTONE/ARNO BALZARINI)

L'association d'établissements hôteliers Swiss Deluxe Hotels se montre optimiste pour l'exercice en cours, après avoir commencé à remonter la pente l'an dernier. Les 39 hôtels 5 étoiles membres de Swiss Deluxe Hôtel ont repassé le cap du million de nuitées cumulées.

Les recettes ont suivi un rétablissement moins marqué, prenant 20,9% pour atteindre 1,38 milliard de francs. L'alliance souligne dans son communiqué lundi que ce chiffre d'affaires représente 80% des revenus annuels d'avant la crise sanitaire.

La part des clients suisses a représenté plus d'un demi-million de nuitées soit un record historique de 53,2% en un an. "En outre, nous avons le plaisir d'accueillir à nouveau des clients internationaux," souligne Michael Smithuis, président de l'association, cité dans le communiqué.

La saison d'hiver 2021/2022 a profité aux destinations de villégiatures des établissements membres de la faîtière grâce à la levée des mesures sanitaires. Malgré cela, "les tensions géopolitiques en Ukraine constituent un facteur d'incertitude pour la reprise," explique le communiqué.

L'autre grand défi du secteur hôtelier de luxe reste le manque de personnel indique l'association.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L'aéroport de Zurich prêt à gérer l'afflux de voyageurs

Publié

le

Au cours des prochaines semaines, le plus grand aéroport de Suisse verra défiler certaines journées d'affluence entre 80'000 et 90'000 passagers (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Flughafen Zurich est prêt à affronter la vague estivale, qui s'annonce importante. L'opérateur du tarmac zurichois a suffisamment de personnel pour faire face à la recrudescence du trafic aérien cet été, a-t-il indiqué lundi.

Au cours des prochaines semaines, le plus grand aéroport de Suisse verra défiler certaines journées d'affluence entre 80'000 et 90'000 passagers. La direction recommande de prévoir suffisamment de temps en amont et d'arriver jusqu'à trois heures avant le départ du vol.

"Généralement, nous avons suffisamment de personnel à l'aéroport à disposition", souligne l'entreprise. Toutefois, des retards sont possibles en raison de manque de main d'oeuvre dans les aéroports à l'étranger ou dans le contrôle du trafic aérien dans toute l'Europe. L'entreprise zurichoise et ses partenaires travaillent à limiter l'impact opérationnel de ces difficultés.

Ces derniers temps, les images d'aéroports bondés et les annulations de vols en raison de manque de personnel ont défrayé la chronique, aussi bien en Suisse qu'à l'étranger. La compagnie aérienne Swiss, comme d'autres en Europe, a dû annuler des centaines de vols cet été, car les collaborateurs ne sont pas assez nombreux.

La société spécialisée dans la gestion des passagers et des bagages au sol Swissport, qui offre ses services à plusieurs compagnies au départ de l'aéroport de Zurich, a d'ailleurs déjà émis des doutes dans la presse concernant sa capacité à absorber l'afflux attendu de voyageurs cet été. Des menaces de grève par ses employés ont en outre été rapportées, mais une porte-parole a assuré que le personnel était suffisant.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

CFF Cargo passe commande pour la location de 20 motrices Siemens

Publié

le

Les locomotives Vectron, équipées des options Xload destinées à étoffer leur capacités de traction, doivent permettre d'acheminer à travers les Alpes des convois plus longs sans motrice d'appoint (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

CFF Cargo International a passé en collaboration avec le loueur allemand Südleasing commande à Siemens pour 20 locomotives Vectron. L'opérateur de fret ferroviaire entend souscrire un contrat de location sur le long terme pour l'exploitation de ce matériel roulant.

Equipées des options Xload destinées à étoffer leur capacité de tractio, les nouvelles locomotvies doivent permettre d'acheminer à travers les Alpes des convois plus longs sans motrice d'appoint, explique lundi l'industriel allemand dans son communiqué, sans livrer de détail financier sur la transaction. La livraison des premiers engins est agendée à 2024.

Le contrat de location prévu avec Südleasing est assorti d'une échéance variable.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Une alliance de femmes dit oui à l'AVS 21

Publié

le

"Oui" à la retraite à 65 ans en votation, dit un comité de femmes. Mais avec des meilleures rentes et l'égalité salariale (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Une alliance de femmes de partis de droite dit un oui "convaincu" à la réforme de l'AVS soumise au peuple le 25 septembre. Mais la retraite à 65 ans doit être compensée par de meilleures rentes et l'égalité salariale, réclament-elles.

Avec l'AVS 21, le Conseil fédéral et le Parlement ont présenté une réforme qui permet de stabiliser le premier pilier et de maintenir le niveau des rentes, a souligné l'alliance lundi devant la presse à Berne. Les mesures centrales sont l'harmonisation de l'âge de la retraite à 65 ans pour les deux sexes ainsi que l'augmentation de la TVA de 0,4%.

"Pas à sens unique"

Les représentantes de l'UDC, du PLR, du PVL, du Centre et du PEV soulignent toutefois que des réformes sont également nécessaires à d'autres niveaux. "L'égalité n'est pas une voie à sens unique", a lancé la conseillère nationale Kathrin Bertschy (PVL/BE), selon son discours écrit. Il existe en Suisse un écart entre les rentes des deux sexes d'environ 20'000 francs par an au détriment des femmes.

Les bas salaires et le travail à temps partiel suite à la prise en charge de soins dans la famille qui ne génèrent pas de rente désavantagent les femmes avant et après la retraite.

"Une amélioration ne sera toutefois pas obtenue si les femmes prennent leur retraite plus tôt, mais seulement si leurs revenus sont plus élevés et mieux assurés. Il faut une véritable égalité maintenant", estime la conseillère nationale Céline Amaudruz (UDC/GE).

De meilleures rentes

Une véritable égalité implique aussi de meilleures rentes de caisse de pension pour les faibles revenus et le travail à temps partiel. Si les femmes et les hommes sont sur un pied d'égalité en ce qui concerne les rentes AVS, ce n'est toujours pas le cas à l’égard du deuxième pilier.

"Dans le cadre de la réforme de la LPP en cours, les rentes des caisses de pension pour le travail à temps partiel et les faibles revenus doivent être améliorées de manière substantielle ; avec une déduction de coordination en pourcentage, nous obtenons la même qualité d’assurance", explique la conseillère nationale Susanne Vincenz-Stauffacher (PLR/SG).

L'alliance identifie également un potentiel d'amélioration dans les conditions-cadre et le financement de l'accueil de la petite enfance. Une garde d'enfants extra-scolaire abordable et de qualité aiderait les femmes à rester actives et mieux assurées à la retraite, illustre Christina Bachmann-Roth, présidente des femmes du Centre.

La gauche est contre

Les syndicats et la gauche ont lancé un référendum contre la réforme de l'AVS. Le premier pilier ne doit pas être assaini sur le dos des femmes, qui gagnent déjà moins que les hommes et qui sont désavantagées en matière de rentes, argumentent les opposants à la réforme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture