Rejoignez-nous

Genève

Handicap : notre reporter en fauteuil

Publié

,

le

Mercredi 9 octobre, c’est la Journée internationale du handicap. A cette occasion, Radio Lac est allé voir dans les rues, le temps d’une matinée, comment cela se passe lorsqu’on est en mobilité réduite, en compagnie d’Alix – 21 ans – et de son fauteuil roulant. 

Arrivée au terme de ses études, Alix va commencer dans quelques semaines à travailler comme réceptionniste. Elle souffre d’une maladie génétique qui l’empêche de se déplacer facilement et se sert d’un fauteuil roulant électrique qui ressemble à un petit scooter. « J’ai toujours été comme ça. Dans mon enfance, on m’a diagnostiqué une infirmité motrice cérébrale » explique Alix, toujours souriante et pleine d’entrain.

Les rues genevoises: parcours du combattant  

Si sa vie professionnelle et sociale ressemble à celle de n’importe quelle jeune femme de son âge, ce n’est pas le cas de ses trajets. La ville n’est pas adaptée aux chaises roulantes. Pour nous rendre au café, nous avons été contraints d’emprunter de nombreux détours, par exemple autour du rond-point de Plainpalais, pour privilégier les trottoirs les plus bas. Malheureusement, il n’est pas possible de rentrer dans tous les établissements, les portes étant souvent trop étroites ou obstruées par des objets.

Transports publics non-adaptés 

Pas facile non plus de prendre un tram, lorsqu’on est sur une chaise roulante. Alors que la rame approche, il faut interpeller le conducteur afin qu’il déploie une rampe. Mais cette rampe est étroite et escarpée, ce qui fait qu’il est difficile de se hisser à l’intérieur et de sortir. Dans certains cas, il est plus simple de descendre à l’arrêt d’avant, dénonce Alix. Autre problème: la place à l’intérieur du véhicule. Dans les différents trams que nous avons pris, l’espace réservé aux fauteuils roulants était toujours occupé par des poussettes et par des passagers, ce qui complique beaucoup l’accès aux transports.

Améliorer la situation  

De manière générale, Genève a fait des progrès. Alix a vécu de nombreuses années à Paris: là-bas, seul 3% du réseau de métro est accessible aux personnes à mobilité réduite. Elle ne prenait donc pas les transports en commun de la ville lumière. En Suisse, la jeune femme affirme être plus autonome. Pourtant, Genève est loin de faire figure de bonne élève et Alix estime que les choses pourraient être améliorées. Elle aimerait par exemple davantage de trottoirs élevés pour entrer dans le tram. Mais également plus de passages pour traverser la route et ainsi, faire moins de détours.

L’inclusion plutôt que l’intégration

Alix estime que l’inclusion est un meilleur système que l’intégration. Pour elle, les personnes en situation de handicap ont le droit d’avoir une vie normale:

Alix

Pour elle, il s’agit de prendre du recul, pour un changement en profondeur:

Alix

Ne pas infantiliser 

Peu de gens ont proposé leur aide ce matin. « Ils ont l’impression de gêner » explique Alix. Pour elle, il s’agit de ne pas infantiliser les personnes à mobilité réduite. « Certains parlent même avec des voix bizarres, comme s’ils parlaient à un enfant » regrette-t-elle. Pourtant, entre ses amies et ses passions Alix a une vie normale, la seule difficulté étant liée au déplacement.

 

 

Genève

Un festival cinéma pour ouvrir les esprits

Publié

le

Depuis six ans, le festival Everybody’s Perfect présente des films aux couleurs des LGBTIQ (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transgenres, Intersexes et Queer).

 

 

Une inauguration réussie

Vendredi soir aux cinémas du Grütli, la salle était comble pour assister aux discours des organisateurs du festival. La ville s’est associée à l’évènement par la présence de la Maire de Genève, Sandrine Salerno et de Sami Kanaan. L’Etat de Genève était aussi représenté par le Conseiller d’Etat Thierry Apotheloz chargé de la cohésion sociale.

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat chargée du DF

Pour la Conseillère d’Etat Nathalie Fontanet, chargée du DF, ce type d’événement culturel est important pour Genève, le cinéma est un vecteur culturel idéal pour lutter contre les discriminations et il contribue à ouvrir les esprits.

Une programmation pointue à découvrir jusqu’au 20 octobre

Le festival  Everybody’s Perfect s’articule autour des grands thèmes liés aux minorités LGBTIQ ; avec un point fort : les soirées Un film – Un débat, en présence d’experts des questions soulevées, avec le soutien et la collaboration de nos partenaires, associations et institutions, locales et internationales. Le cinéma inclut tous les arts, et au sein d’Everybody’s Perfect, il flirte avec ceux-ci… Entre performances, expositions, ateliers et soirées festives, le festival libère les expressions et permet de partager ses ressentis et de confronter ses identités.

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève : l’été indien c’est pour demain

Publié

le

Superbe vue du ciel en direct de Genève

Si c’est le soleil que vous cherchez il sera au programme aujourd’hui, demain, dimanche et même lundi !

Aujourd’hui, le ciel sera bleu et il fera 19° au plus fort de la journée.

Demain : quelques nuages élevés voileront le ciel mais les températures atteindront les 20°.

Dimanche : 22° pour les maximales et aucun nuage à l’horizon.

Lundi : du soleil, quelques passages nuageux et 23° ! L’été indien est de passage alors profitez-en.

Mardi : journée mitigée qui signera le retour de la pluie, des nuages et des températures de saison : il fera 19° à la mi-journée.

L’été indien

Un air sec et chaud en provenance du sud ouest prendra la direction des Alpes ce week-end. Le phénomène est récurrent en octobre, et plus connu sous le nom d’été indien. Cette année, les premières gelées d’automne ont été très éparses en plaine. En Suisse l’été indien se produit le plus souvent vers la mi-octobre. Cette douce tendance automnale s’éloignera vers le sud lundi. Retour des normales de saison dès mardi.

 

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève : du soleil jusqu’à lundi

Publié

le

Genève sous les nuages

Le ciel est nuageux mais quelques éclaircies seront au programme cet après midi. Il fera 18°.

Demain : du soleil, quelques voiles nuageux en cours de journée et 19° au thermomètre.

Samedi : un début de week-end conjuguant douceur des températures et ciel bleu. Il fera 21° au plus fort de la journée. Les températures seront en hausse.

Dimanche : des nuages élevés en matinée, mais du soleil. Les maximales seront de 22°.

Lundi : un début de semaine ensoleillé et 20° au plus fort de la journée.

Le mondial de rugby balayé par Hagibis

Ailleurs dans le monde le typhon Hagibis qui frappe le Japon a eu raison de la Coupe du Monde de rugby. Les matchs Angleterre – France et Nouvelle-Zélande – Italie, programmés samedi sont annulés par précaution. Il s’agit de la première annulation de matchs de l’histoire du Mondial de rugby, créé en 1987. 

Une annulation qui, à dix mois des jeux olympiques de Tokyo, relance le débat sur la capacité du Japon a accueillir des grandes compétitions internationales, en raison de conditions naturelles ou climatiques. 

 

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève : plus aucune ombre au tableau vendredi

Publié

le

Photo : BR

Le ciel sera nuageux aujourd’hui et la pluie continue. Les températures ne dépasseront pas les 14°.

Demain : un temps nuageux avec quelques éclaircies. Il fera 18° au plus fort de la journée.

Vendredi : une journée magnifique placée sous le signe du soleil. Les températures seront douces : il fera 19°. 

Samedi : des nuages élevés en fin de journée et du soleil. Il fera encore plus doux que la veille, avec 21° pour les maximales. 

Dimanche : des nuages élevés en matinée cette fois-ci. Mais toujours du soleil. Il fera 21°à la mi-journée.

L’odeur de la pluie 

L’odeur familière de pluie que l’on nomme également « pétrichor » – un liquide huileux produit par certaines plantes – résulte de l’humidité du sol. C’est en 1964 que des scientifiques australiens ont observé ce phénomène pour la première fois. En 2010, des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts l’ont étudié plus en profondeur.

En réalité cette « odeur de pluie » tient son origine des gouttes d’eau qui tombent sur des sols poussiéreux ou argileux. Celles-ci piègent sur la surface de petites bulles d’air qui se diffusent vers le haut comme des bulles de champagne avant d’éclater.

Ce phénomène propulse dans l’air des aérosols odorants distribués par le vent. Mais ce n’est que lorsque ce liquide est combiné à la géosmine – un autre composé organique produit par les actinobactéries naturellement présentes dans la terre – que cette odeur si particulière de la pluie envoûte délicatement l’air.

Notre odorat est visiblement très réceptif à la senteur combinée du pétrichor et de la géosmine. Même en très faible quantité dans un immense espace, l’odorat humain est capable de la détecter. Une odeur musquée et fraîche qui nous est très agréable.

Ce parfum ne disparaît que lorsque que le sol commence à sécher. Les actinobactéries redeviennent inactives, se tenant prêtes à nous envoyer un nouveau signal odoriférant quand la pluie menacera à nouveau.

Continuer la lecture

Culture

ITW VIDEO David LaChapelle: 30 ans de photographies à Genève

Publié

le

Le photographe et réalisateur David LaChapelle. (©KEYSTONE/EPA/GERO BRELOER)

Le célèbre photographe et réalisateur américain David LaChapelle expose pour la première fois en Suisse, à Genève, dans une rétrospective à la fois envoûtante et pleine de sens

Trente ans de carrière sont pour la première fois présentés au public helvétique, un événement exceptionnel qui démarre ce vendredi à la Galerie des Bains à Genève.

L’artiste américain propulsé par Andy Warhol, s’est fait mondialement connaître pour ses œuvres, non seulement en tant que photographe, mais également comme réalisateur. Il a immortalisé les plus grandes stars, dans un style contemporain et expressionniste, aux fortes influences musicales, de la renaissance ou encore du monde spirituel.

Reconnaissables entre toutes, ses photographies transmettent un message au public, celui que le monde actuel a besoin de changement et d’illumination. David LaChapelle est en effet un artiste à l’éclectisme prononcé. Il s’inspire aussi bien de la magie, de l’esthétisme et de l’univers biblique pour dénoncer le consumérisme et le matérialisme qui, selon ses mots, « ne fonctionnent pas ». 

A 56 ans, le photographe suit désormais ses convictions et vit depuis 13 ans dans une ferme écologique à Hawaï. Avec ce changement, David LaChapelle a souhaité mettre un terme à sa carrière de photographe de mode, sans pour autant renoncer à l’art. Sincère et engagé, le photographe se donne comme objectif de créer une émotion et toucher son public avec des œuvres monumentales qui valent le détour.

David LaChapelle était l’invité de Benjamin Smadja

Du 11 octobre 2019 au 25 janvier 2020, la Galerie des Bains de Genève (Rue des Bains, 22) exposera des œuvres réalisées entre 1987 et 2019. Vernissage de l’exposition « Radiance »vendredi 11 octobre dès 18h.

Continuer la lecture