Rejoignez-nous

Genève

Absences à l'école: La société pédagogique genevoise tire la sonnette d'alarme

Publié

,

le

Photo illustration KEYSTONE/Martial Trezzini

Inquiétude des syndicats face aux absences des élèves et des enseignants dans les écoles primaires genevoises. De son côté le DIP affirme que les chiffres sont stables. 

À Genève, le Covid tend la situation dans les écoles primaires, selon le constat dressé par la Société Pédagogique genevoise. La SPG dénonce les absences, le manque de personnel ou encore le retard dans le programme.

2 semaines après la rentrée scolaire, la situation est difficile selon Francesca Marchesini, présidente de la société pédagogique genevoise.

Francesca MarchesiniPrésidente de la SPG

L'immobilisme du Département de l'instruction publique est également pointé du doigt. Pour Francesca Marchesini, présidente de la société pédagogique genevoise, certaines mesures doivent être prises.

Francesca MarchesiniPrésidente de la SPG

Contacté, le DIP affirme lui que les chiffres concernant l'absentéisme des élèves et des enseignants sont stables.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Un chauffeur Uber témoigne: «les salaires versés sont dérisoires»

Publié

le

(KEYSTONE/Christian Beutler)

Vendredi, Uber a annoncé dans un communiqué qu'il allait régler les salaires des chauffeurs pour la période allant du 3 au 17 juin. Des montants calculés sur les revenus des 12 derniers mois des chauffeurs. Or, selon plusieurs témoignages, les montants sont ridiculement bas.

Malgré les promesses, les salaires payés par Uber sont dérisoires. Vendredi, la compagnie annonçait en grandes pompes vouloir payer les arriérés de ses chauffeurs, via sa société partenaire MITC. Le versement devait couvrir la période allant du 3 au 17 juin. Mais la déconvenue est vive. Les montants versés, basés sur les gains des derniers mois, ne correspondent pas à la réalité selon de nombreux témoignages. Ecoutez celui de Philippe Frezier, chauffeur Uber, qui a reçu son paiement mardi.

Philippe FrezierChauffeur Uber indépendant

Le chauffeur indépendant réclame l’intervention de la Conseillère d’Etat Fabienne Fischer. Ce mercredi les chauffeurs Uber rencontrent les syndicats. Les taxis, eux, ont annoncé une manifestation dès 14 heures.

Intermédiaire controversé

Pour rappel, le 3 juin, l’application a été suspendue suite à l’arrêt du TF. Grâce à un accord passé le 10 juin avec la Conseillère d'Etat chargé de l'économie, la plateforme a repris son activité le 17 juin, via une société partenaire. MITC. Philippe Frezier déplore l'existence de cet intermédiaire supplémentaire.

Philippe FrezierChauffeur Uber indépendant

Pour Philippe Frezier, l'allégation selon laquelle les chauffeurs n'auraient pas tout déclaré aux impôts est totalement absurde, on écoute pourquoi.

Philippe FrezierChauffeur Uber indépendant

Protection des données

Autre inquiétude: Uber a effectué un transfert de données à la société partenaire MITC.

Philippe FrezierChauffeur Uber indépendant

Le chauffeur Uber s'est inscrit au chômage. Il espère pouvoir en bénéficier très prochainement.

Ce mercredi, les syndicats SIT et UNIA ont convoqué les chauffeurs pour décider de la suite à donner. Actuellement les parties sont devant la chambre collective des relations de travail. Tant que dure cette procédure, elles sont tenues au silence et toute action est interdite.

Manifestation des chauffeurs de taxi

Quant aux chauffeurs de taxis, ils seront à nouveau dans la rue dès 14 heures. Ils sont fâchés contre la Conseillère d'Etat, Fabienne Fischer. En permettant aux chauffeurs Uber de s'inscrire au chômage aux frais du contribuable, ils estiment qu'il y a inégalité de traitement.

 

Continuer la lecture

Genève

Férédique Perler refuse de s’expliquer sur le dégrappage des places de parking

Publié

le

La Conseillère administrative chargée de l'aménagement Frédérique Perler a refusé de s'expliquer sur le dégrappage du bitume organisé aux Pâquis. Elle réserve ses réponses à l'enquête externe commandée par le Conseil administratif, mais aussi au Ministère public suite à la dénonciation pénale.

La Conseillère administrative Frédérique Perler a tout de suite annoncé la couleur jeudi soir lors de la séance extraordinaire du Conseil municipal de la Ville de Genève: elle ne s’exprimera pas sur  le dégrappage de places de parking aux Pâquis le 22 juin. Trois raisons à ce silence, l’enquête externe commandée à un juge à la retraite, la dénonciation pénale déposée par le MCG Daniel Sormani et la demande de renseignement de l’autorité de surveillance des communes. Elle va réserver ses explications à ces trois instances Ecoutez la réaction de l’auteur de la dénonciation pénale, le MCG, Daniel Sormanni.

Daniel SormaniConseiller municipal MCG - Ville de Genève

Pour le président des Vert-e-s, Ville de Genève Omar Azzabi, la décision de Frédérique Perler est justifiée.

Omar AzzabiPrésident des Vert-e-es - Ville de Genève

Débats musclés

Une décision qui a donné lieu à des interventions musclées des auteurs de la motion, Daniel Sormani (MCG) en tête qui a interpelé les verts qui «durant 30 ans avaient tout le temps de lutter contre le réchauffement climatique». L’exécutif n’a nul besoin de cautionner des actions illégales. Il a fustigé le manque de courage de Frédérique Perler qui se mure dans le silence. Elle doit une explication à la population, selon Daniel Sormani. «On espérait que vous alliez vous expliquer», déplore l’élu MCG.

Pour le vert Omar Azzabi, «l’heure est grave, non pas parce qu’une action illégale a fait 3'800 francs de dégâts mais parce que l’on n’a pas répondu assez vite aux habitants des Pâquis». Et de souligner que ce quartier enregistre 6 à 7 degrés de plus qu’à Champel, à cause de son manque de verdure. Il n’hésite pas à parler de «Greenbashing» à l’encontre de sa Magistrate. Il propose de tourner la page pour une «Genève plus égalitaire et plus verte».

Alia Chaker Mangeat (Centre) insiste sur le devoir du Conseil municipal de livrer la vérité au citoyen. Elle rappelle que la Magistrate aurait donné son autorisation pour des actes illégaux. Concernant l'urgence climatique et la justification de ces actes, l'élue du centre s'interroge: "quelles sont les actions citoyennes qui méritent d'être défendues?" Elle estime inacceptable de ne pas avoir de réponse par rapport aux citoyens et aux élus et dit "regretter d'être là ce soir".

Bénédicte Amsellem (verte) estime que la réponse de la Magistrate n’est pas «circulez il n’y a rien à voir» mais plutôt : «j’ai fait une erreur et je m’en excuse». Elle regrette l'instrumentalisation politique de  cette affaire.

Coût du dommage

En début de séance, la Maire, Marie Barbey-Chappuis, a détaillé le coût des mesures décidées par le Conseil administratif. L'enquête externe menée par un ancien juge à la retraite coûtera moins de 10'000 francs. Quant au dégrappage du bitume des places de parc, il a causé un dommage de 3802 francs qui ne sera pas à charge du contribuable, a insisté la Maire.

L’alternative a fait bloc et la motion de la droite a été refusée par 35 non contre 30 oui et une abstention.

 

Continuer la lecture

Genève

Un orage de grêle dévastateur pour les cultures genevoises

Publié

le

Violent épisode de pluie et de grêle lundi soir sur plusieurs communes de la rive gauche genevoise. Les dégâts sont catastrophiques.

Des grêlons, plus gros qu’une pièce de 5 francs, se sont abattus sur plusieurs parcelles à Choulex, Meinier ou Jussy.

Et les dégâts sont colossaux pour certains, comme en témoigne Cédric Béné, vigneron à Meinier. 

Cédric BénéVigneron à Meinier

Reste maintenant à mesurer l'étendue exacte des dégâts.

Cédric BénéVigneron à Meinier

Et les photos sont impressionnantes. On se serait cru en hiver...

 

 

 

Continuer la lecture

Genève

Au coeur des Rues Basses, un centre de réalité virtuelle voit le jour

Publié

le

Dès le 6 juillet, Dreamscape fera voyager petits et grands dans son premier centre de réalité virtuelle en Europe. Un lieu qui voit le jour au sous-sol de Confédération Centre et qui offre une expérience entre voyage dans un zoo alien et les rues de Genève en 1850. 

Dans ce centre, le public pourra y (re)découvrir l’expérience de réalité virtuelle Genève 1850. Créée par la Fondation Artanim et présentée initialement au Musée d’Art et d’Histoire en 2019, cette expérience a été améliorée pour inclure de nouveaux personnages, un nouveau design sonore et deux minutes de contenu inédit. Le centre propose deux aventures supplémentaires conçues par Dreamscape Immersive : Alien Zoo ainsi que DreamWorks Dragons Flight Academy. Le tout est basé sur une technologie utilisée dans le monde, mais développée à Genève.

Sylvain ChaguéCo-fondateur d'Artanim et Dreamscape

 

L'aventure Genève 1850 commence au sommet du Salève avec une vue sur le bassin genevois. Avant de partir en calèche [Artanim]

Même si certaines limites sont parfois montrées, l'expérience reste extrêmement immersive, mélange expérience visuelle, auditive et olfactive (et même le toucher, lorsque l'on souhaite caresser un chat) et plonge le spectateur dans un univers bien différent. L’expérience Genève 1850 plonge les visiteurs au coeur du 19ème siècle, à l'époque de la révolution fazyste.

Les expériences de Dreamscape

 

Au début de l'aventure Genève 1850, le spectateur rencontre plusieurs personnes historiques, dont le Général Dufour et James Fazy, au sein des bureaux du Journal de Genève [Artanim]

Une technologie genevoise

Dreamscape a vu le jour après le développement d'Artanim, une fondation à but non lucratif fondée à Genève en 2011 et dédiée au développement et à la promotion de la capture de mouvement. Elle développe depuis 2015 la technologie à l’origine de Dreamscape.

Sylvain ChaguéCo-fondateur d'Artanim et Dreamscape

L'expérience Genève 1850 se termine par un vol en ballon au dessus du Genève de 1850 puis celui de 2022... [Artanim]

Le but des centres Dreamscape, proposer une expérience qu'un privé ne peut retrouver chez lui même si ce dernier acquiert du matériel de réalité virtuelle. Reste que la technologie connaît encore quelques limites, ou tourner dans l'autre sens, de nombreux challenges se présentent aux développeurs.

Sylvain ChaguéCo-fondateur Dreamscape et Artanim

 

La réalité virtuelle à l'école

L'expérience Genève 1850 fut présentée initialement au Musée d’Art et d’Histoire en 2019. Dès lors, l'implantation de ce centre dans les Rues Basses permettra à Dreamscape, dès la rentrée 2023, de proposer une expérience aux écoles genevoises.

Sylvain ChaguéCo-fondateur Dreamscape et Artanim

A Genève, Dreamscape propose deux aventures supplémentaires dont Alien Zoo, où il est possible d'interagir avec les créatures [Dreamscape]

Continuer la lecture

Genève

Léman Express: trafic perturbé mercredi dû à un mouvement social

Publié

le

(© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le trafic ferroviaire du Léman Express sera perturbé mercredi. Un mouvement social national des personnels de plusieurs sociétés du groupe SCNF aura lieu de mardi soir à jeudi matin en France.

Si le mouvement commence mardi à 19h00, le trafic pourra être assuré normalement ce soir-là, indique la société Lémanis lundi soir dans un communiqué. Entre 05h00 et 08h00 jeudi matin, quelques perturbations résiduelles pourraient encore subsister.

C'est surtout mercredi que le trafic sera fortement perturbé, avertit Lémanis. La majorité des trains Léman Express et tous les RegioExpress des CFF circuleront normalement entre Coppet (VD) et Annemasse (F) de 05h00 à 10h00, puis de 15h00 à 20h00.

En revanche, entre 10h00 et 15h00 et après 20h00, les trains Léman Express s'arrêteront à Chêne-Bourg (GE) et les RegioExpress à Genève. Les voyageurs pourront alors prendre la ligne 17 des tpg à destination ou en provenance d'Annemasse.

En France, le trafic sera partiellement maintenu entre 05h00 et 10h00, puis entre 15h00 et 20h00. Il sera interrompu entre 10h00 et 15h00 puis dès 20h00; des bus de substitution seront mis en place.

La gare d'Annemasse sera fermée dès 21h00. Il est recommandé aux voyageurs qui le peuvent d'annuler ou de reporter leurs déplacements prévus mercredi et de privilégier si possible le télétravail, note Lémanis.

Continuer la lecture