Rejoignez-nous

Faits divers

Mort d’une jeune femme à Vevey: maintien en prison

Publié

,

le

Le corps de la jeune femme avait été retrouvé le 10 mars 2018 au large de Vevey (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Tribunal fédéral a refusé la demande de libération d’un des hommes arrêtés après la découverte du corps d’une jeune femme dans le lac Léman à Vevey (VD). Ce requérant d’asile est en détention provisoire depuis le 28 avril 2018.

L’enquête menée après la découverte du corps, le 10 mars 2018, a établi que la victime avait passé la nuit avec quatre requérants d’asile. Elle aurait eu des relations d’ordre sexuel avec certains d’entre eux alors qu’elle était sous l’emprise de l’alcool et de médicaments antidépresseurs.

Le recourant est accusé d’avoir eu des relations avec la victime alors qu’elle était incapable de discernement et d’avoir incité un de ses compagnons à faire de même en échange de cocaïne. En outre, la justice lui reproche d’avoir abandonné la jeune femme alors qu’elle était en danger de mort.

Dans un arrêt rendu public mardi, le Tribunal fédéral confirme le refus de la Chambre des recours du Tribunal cantonal vaudois. Cette dernière a constaté que les soupçons à l’endroit du recourant n’ont cessé de se renforcer au cours de l’instruction. Ainsi, des images de vidéosurveillance montre que l’état physique de la victime était inquiétant et ne pouvait pas échapper aux hommes qui l’accompagnaient.

Dans ces conditions, les juges cantonaux pouvaient à bon droit considérer que des indices sérieux de culpabilité existent concernant la commission et l’instigation d’actes d’ordre sexuel sur une personne incapable de discernement et d’infractions à la loi sur les stupéfiants et à la loi sur les étrangers. (arrêt 1B_503/2018 du 16 novembre 2018)

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faits divers

Accident de la route mortel sur l’A3

Publié

le

L'accident mortel est survenu sur l'A3 avant l'entrée du tunnel du Bözberg, près d'Effingen (AG), en direction de Zurich (photo symbolique). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Plusieurs personnes sont mortes mercredi matin dans un accident sur l’autoroute A3 à hauteur d’Effingen (AG). Une voiture de sport a percuté un autre véhicule qui a été propulsé contre un camion.

Le nombre total de victimes n’est pas connu, a indiqué la police argovienne. Selon un porte-parole, l’accident s’est produit devant l’entrée du tunnel du Bözberg, en direction de Zurich.

En raison de travaux, la voie de dépassement était bloquée par un véhicule d’entretien et seule celle de droite était ouverte. Une colonne s’est alors formée.

Réaction tardive

La voiture de sport est arrivée à vive allure et son conducteur s’est rendu compte au dernier moment que la voie de gauche était fermée. Il s’est déporté sur la droite et a embouti une auto dans laquelle se trouvaient plusieurs personnes, la projetant contre le camion.

L’automobiliste au volant du bolide n’a pas été blessé. Il a été arrêté. Le tronçon concerné est actuellement fermé et la circulation, qui a été déviée par la route cantonale.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Les femmes dénoncent les violences qu’elles subissent

Publié

le

Lausanne a manifesté samedi contre la violence faite aux femmes. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La campagne des 16 jours contre la violence sexiste commence lundi. Des manifestations ont lieu dans toute la Suisse jusqu’au 10 décembre.

Pour ne pas oublier la violence faite aux femmes, le Jet d’eau de Genève, les chutes du Rhin, la cathédrale de Berne et d’autres lieux en Suisse sont parés d’orange dès lundi et jusqu’au 10 décembre. La campagne cette année est axée sur la violence à l’égard des femmes âgées.

Les femmes d’un certain âge sont souvent exposées à la violence physique et psychologique de la part de parents ou de soignants à la maison ou en institution. Pourtant la violence à l’encontre des personnes âgées est souvent considérée à tort comme une affaire privée, ont déclaré lundi les responsables de la campagne devant la presse à Berne.

Il manque des chiffres précis sur l’ampleur de cette violence. Selon Ruth Mettler Ernst, directrice de l’Office alémanique indépendant de traitement des plaintes relatives à la vieillesse (UBA), on estime à 300’000 le nombre de personnes âgées victimes de violences en Suisse.

Surtout les femmes

La violence à un âge avancé affecte surtout les personnes socialement défavorisées, et en particulier les femmes. Les personnes qui font du mal ne sont pas que de mauvaises personnes, car il s’agit la plupart du temps d’infirmières surmenées, selon Bea Heim, co-présidente du Conseil suisse des aînés (CSA).

Ruth Mettler Ernst appelle à ne pas détourner le regard, mais à en parler et à chercher de l’aide. Toute femme, quel que soit son âge, a le droit de vivre sans violence, a souligné Anna-Béatrice Schmaltz, responsable de la campagne du cfd, l’organisation féministe alémanique de la paix à l’origine de cette mobilisation.

Négliger ou ignorer délibérément les besoins des personnes âgées est également une forme de maltraitance. Le risque d’être affecté par la violence augmente pour les personnes à mobilité réduite et toutes celles qui ont de plus en plus besoin d’aide et d’assistance.

En Suisse, la majorité des plus de 65 ans sont pris en charge à la maison. Les personnes ayant besoin de soins ont en moyenne 83 ans. La moitié d’entre eux ont un besoin d’aide très marqué. La plupart des soins sont pris en charge par le partenaire. Les femmes prodiguent le plus souvent ce genre de soins.

Egalité: moyen de lutte contre la violence

Les femmes souffrent également de violence structurelle: celle-ci se manifeste par le fait qu’elles gagnent nettement moins que les hommes à la retraite, l’écart étant de 37% entre les deux sexes.

Le cfd souligne que nous vivons un tiers de notre vie comme senior. On compte en Suisse actuellement 1,5 million de personnes âgées de 65 ans et plus. Cela correspond à près d’un sixième de la population totale. La proportion de femmes est plus élevée car leur espérance de vie est plus longue.

Cette campagne « 16 jours contre la violence à l’égard des femmes », qui a lieu pour la douzième fois en Suisse se terminera le 10 décembre lors de la journée internationale des droits de l’homme. Elle est coordonnée par l’organisation féministe de la paix cfd et est soutenue par plus de 100 organisations partenaires dans toute la Suisse.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Intempéries en Italie: un viaduc écroulé et Venise sous les eaux

Publié

le

La marée haute a atteint 1,3 mètre à Venise. (©KEYSTONE/EPA ANSA/ANDREA MEROLA)

Une portion de viaduc autoroutier s’est effondrée dimanche dans le nord de l’Italie, en raison apparemment des intenses intempéries qui frappent la région, où une femme a disparu dans une rivière en crue. Venise a connu une nouvelle montée des eaux.

L’écroulement du viaduc n’a, a priori, pas fait de blessés. Des images, diffusées par les médias italiens, montrent un trou béant d’environ 30 mètres au milieu d’un viaduc de l’A6 entre Turin et Savone (Ligurie), désormais coupé en deux. Le tronçon effondré de cette autoroute, qui rejoint la France, a été traversé par une immense coulée de boue.

L’effondrement est sans doute lié à un glissement de terrain depuis la montagne, selon les médias. Les forces de l’ordre n’ont pas retrouvé de blessés en arrivant sur place, et le président de la région Ligurie, Giovanni Toti, a déclaré sur Facebook « espérer de tout coeur » que la situation en resterait là.

« En phase d’atténuation »

L’Agence régionale pour l’environnement de Ligurie (Arpal) a toutefois indiqué que l’épisode d’intenses précipitations « était en phase d’atténuation » et que l’alerte rouge avait été levée dans la région à 15h00.

Dans le Piémont voisin, c’est une femme de 52 ans, dont la voiture a été emportée par une rivière en crue, qui est portée disparue dimanche. Les deux autres occupants du véhicule sont parvenus à s’en extraire à temps, selon les médias. Le Pô, grand fleuve qui irrigue le nord de l’Italie, avait atteint dimanche la cote d’alerte en divers points du Piémont.

La situation était aussi critique dans la région d’Alessandria (au sud de Turin) où 200 personnes ont dû être évacuées et 600 sont isolées après le débordement de plusieurs cours d’eau. Plus au nord, dans le Val d’Aoste, 500 personnes ont également été évacuées après la fermeture de plusieurs axes régionaux en raison d’importants risques d’avalanches.

Nouvelle « acqua alta »

Dix jours après une série de marées hautes inédite depuis plusieurs décennies, Venise a connu une nouvelle « acqua alta » dimanche matin avec un pic à 130 cm, loin des 187 cm historiques (plus haut niveau depuis 1966) du 12 novembre qui avaient dévasté la ville. L’eau avait déjà nettement baissé à la mi-journée.

Les dégâts provoqués par cette série d’inondations dans la Sérénissisme sont encore difficiles à chiffrer avec précision. Selon les premières estimations des autorités, citées par les médias, les demandes de dommages et intérêts pourraient atteindre un milliard d’euros.

Une manifestation a eu lieu dans l’après-midi à l’appel du collectif « No Grandi Navi » (Non aux grands navires) pour dénoncer l’inaction des autorités face aux calamités qui menacent ce joyau classé au patrimoine mondial de l’Unesco, a constaté une journaliste d’AFP-TV.

« Sauvons Venise des paquebots, du MOSE, du changement climatique et de son maire » était le mot d’ordre de ce rassemblement. Ses organisateurs réclament depuis des années l’interdiction pour les navires de croisière de circuler dans la lagune.

Les manifestants exigent aussi un moratoire sur le projet MOSE (Moïse en italien, mais ici acronyme de Module expérimental électromécanique), un système anti-inondation toujours en construction depuis 2003.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Il y a trente ans, le mur de Berlin tombait

Publié

le

Les Berlinois célèbrent samedi la chute du Mur qui a divisé leur ville durant plus de 28 ans jusqu'au soir du 9 novembre 1989 (archives). (©KEYSTONE/AP/MICHEL EULER)

L’Allemagne et l’Europe célèbrent samedi le 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin qui avait mis fin à la division du continent. Une atmosphère de zizanie règne toutefois entre les Alliés de l’époque de la guerre froide.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a quitté le pays vendredi soir après deux jours de visite et le président français Emmanuel Macron n’arrivera que dimanche soir pour un dîner avec la chancelière Angela Merkel et le président allemand Frank-Walter Steinmeier.

Deux jours avant cet anniversaire, le chef de l’Etat français a jeté un pavé dans la mare en diagnostiquant que l’Otan était « en état de mort cérébrale ». M. Macron a notamment déploré l’absence de coordination entre les Etats-Unis et les partenaires de l’Otan et le cavalier seul de la Turquie, membre de l’Alliance, intervenue récemment dans le nord de la Syrie. Abandonnant son habituel ton policé, Angela Merkel, depuis toujours très atlantiste, a assuré ne pas partager la vision « radicale » et le « jugement intempestif » de M. Macron.

Préparation du terrain

Les Berlinois célèbrent la chute du Mur qui a divisé leur ville durant plus de 28 ans jusqu’au soir du 9 novembre 1989. Temps fort, Angela Merkel doit tenir un discours dans la matinée à l’intérieur d’une chapelle érigée dans une rue chargée d’histoire, la Bernauerstrasse, qui fut le théâtre de drames lors de la construction du Mur le 13 août 1961. Des habitants s’étaient jetés des fenêtres au péril de leur vie pour passer à l’Ouest.

La chancelière, originaire d’Allemagne de l’Est, sera accompagnée des présidents de Slovaquie, de Pologne, de République tchèque et de Hongrie, des pays qui il y a 30 ans ont largement préparé le terrain à la chute du Mur. Le soir, ce sera au tour du président de la République, Frank-Walter Steinmeier, de s’adresser à la foule à la porte de Brandebourg.

Climat géopolitique pesant

Aux mésententes entre les alliées de l’époque de la fin de la guerre froide, s’ajoutent un climat géopolitique international pesant. A Berlin, Mike Pompeo a enjoint aux pays occidentaux de « défendre ce qui a été si durement gagné en 1989 » et à « prendre conscience que nous sommes dans une compétition de valeurs avec les nations non-libres », montrant du doigt tout particulièrement la Chine et la Russie.

Venue aussi dans la capitale allemande vendredi, la présidente désignée de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lui a emboîté le pas. Elle a appelé à la vigilance face à Pékin et Moscou et a reconnu une certaine naïveté en 1989 quand le monde a voulu croire que « la victoire des démocraties libérales ne pourrait être stoppée ».

Tension à l’intérieur

Sur le plan intérieur aussi, l’Allemagne est loin d’afficher le même optimisme qu’il y a 30 ans. Angela Merkel a d’ailleurs reconnu que « cela prendrait un demi-siècle ou plus » pour achever la réunification allemande.

La fracture politique et économique entre l’Est et l’Ouest plus riche du pays reste d’une brûlante actualité, en particulier avec le succès de l’extrême droite de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) dans l’ex-RDA. « Les tendances nationalistes et protectionnistes gagnent du terrain dans le monde », a jugé vendredi Mme Merkel.

Le message anti-élites et anti-système de l’extrême droite fait mouche à l’Est où nombre de « Ossis » (le surnom des anciens Allemands de l’Est) estiment être traités comme des citoyens de seconde zone.

La chute du Mur de Berlin, le soir du 9 novembre 1989, s’était déroulée pacifiquement et les images des Allemands tombant dans les bras les uns des autres avaient fait le tour du monde. « Un moment de bonheur! », a d’ailleurs assuré Mme Merkel.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le Valais tremble depuis 2 jours

Publié

le

Le Service Sismologique Suisse de l'EPFZ a enregistré plus de 100 tremblements de terre en Valais depuis la nuit de lundi à mardi (archives). (©Keystone/ENNIO LEANZA)

La terre continue de trembler en Valais qui a connu une centaine de secousses en deux jours. Deux nouveaux tremblements de terre légers se sont produits mercredi matin à Zermatt et au col du Sanetch, indique le Service sismologique suisse (SED) de l’EPFZ.

Un séisme de 2,9 sur l’échelle de Richter a été enregistré à 05h02 à Zermatt. Deux heures plus tard, à 07h18, une secousse d’une magnitude d’environ 1,9 sur l’échelle de Richter s’est produite à environ 7 km au sud-est du col du Sanetsch.

Depuis la nuit de lundi à mardi « un essaim particulièrement actif de séismes se manifeste au nord de Savièse », écrit le SED sur son site internet. Plus de 100 tremblements de terre ont été enregistrés.

Douze de ces secousses avaient une magnitude de 2,5 et plus. Elles ont été ressenties par la population, en particulier entre Sion et Sierre. Les quatre secousses les plus fortes, de magnitude entre 3,0 et 3,3, ont été perçues jusque dans l’Oberland bernois. Aucun dégât n’a été recensé.

Concentration inhabituelle

Si des essaims de séismes avec de nombreuses secousses sont assez fréquents en Suisse, il est rare d’observer une telle concentration spatiale et temporelle de séismes ressentis, souligne le SED. Cela ne permet toutefois pas de faire de pronostic sur l’évolution à venir.

L’activité sismique devrait normalement s’estomper au bout de quelques jours, voire quelques semaines. Il faut toutefois compter avec une probabilité de 5 à 10% d’une secousse sensiblement plus forte dans les jours à venir, avertit le SED.

Le Valais est le canton suisse le plus exposé à un tremblement de terre. Selon des données historiques, un séisme majeur d’une magnitude de 6 à 6,5 sur l’échelle de Richter se produit en moyenne tous les 100 ans dans la région. Le dernier séisme important a eu lieu en 1946, avec un épicentre situé à quelques kilomètres au nord de Sierre. De magnitude de 5,8, il avait entraîné des dégâts dans une zone assez étendue.

Source ATS

Continuer la lecture