Rejoignez-nous

Faits divers

Le corps d’un enfant retrouvé dans le Rhône

Publié

,

le

Le petit corps a été retrouvé par la police à la hauteur du barrage de Verbois (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le corps d’un enfant de 4 ans a été retrouvé dimanche soir dans les eaux du Rhône, à la hauteur du barrage de Verbois (GE). Le père de l’enfant reste introuvable. D’importants moyens ont été déployés pour le rechercher.

La mère du garçon a alerté la police dimanche, en fin d’après-midi, indiquant que le père n’avait pas ramené l’enfant à l’heure convenue. Les premières recherches ont permis de localiser le véhicule du père. Le corps de l’enfant a été retrouvé dans les eaux du fleuve durant la nuit, a fait savoir mardi le Ministère public.

Les causes du décès doivent encore être déterminées. De gros moyens ont été déployés pour retrouver le père du garçon.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Puissantes explosions à Beyrouth: 100 morts et 4000 blessés

Publié

le

Deux puissantes explosions successives ont secoué Beyrouth. (©KEYSTONE/EPA/WAEL HAMZEH)

Dans les ruines fumantes du port de Beyrouth, au milieu des immeubles éventrés, les secouristes tentaient mercredi de retrouver des victimes. La veille deux énormes explosions ont fait au moins 100 morts et des milliers de blessés.

La capitale libanaise, déclarée ville « sinistrée », s’est réveillée sous le choc, après ces explosions d’une telle puissance qu’elles ont été enregistrées par les capteurs de l’institut américain de géophysique (USGS) comme un séisme de magnitude 3,3.

Dans l’épicentre de l’explosion, dont le souffle a été ressenti jusque sur l’île de Chypre, à plus de 200 kilomètres de là, le paysage reste apocalyptique: les conteneurs ressemblent à des boîtes de conserve tordues, les voitures sont calcinées, le sol jonché de valises et de papiers provenant des bureaux avoisinants, soufflés par l’explosion.

Milliers de blessés

Même des Casques bleus ont été grièvement blessés à bord d’un navire amarré dans le port, selon la mission de l’ONU au Liban. Des secouristes, épaulés par des agents de sécurité, ont cherché toute la nuit des survivants ou des morts coincés sous les décombres.

Pour l’heure, le dernier bilan de la Croix Rouge est d’au moins 100 morts et près de 4000 blessés, mais il pourrait s’alourdir dans la journée. Les hôpitaux de la capitale, déjà confrontés à la pandémie de Covid-19, sont saturés.

Des employés de plusieurs ambassades européennes ont été blessés. L’ambassadrice suisse à Beyrouth a été légèrement blessé et hospitalisée, a indiqué mardi le Département des affaires étrangères (DFAE). Il a précisé que le reste du personnel de l’ambassade est en bonne santé.

Jour de deuil national

Le Premier ministre Hassan Diab a décrété mercredi jour de deuil national et a promis que les responsables devraient « rendre des comptes ». Le gouvernement pointe du doigt une cargaison de nitrate d’ammonium stockée « sans mesures de précaution » sur le port.

« Il est inadmissible qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, estimée à 2750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire », a déclaré le Premier ministre devant le Conseil supérieur de défense, selon des propos rapportés par un porte-parole en conférence de presse.

Le nitrate d’ammonium, substance qui entre dans la composition de certains engrais mais aussi d’explosifs, est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés, et a causé plusieurs accidents industriels dont l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, en 2001.

Envoi d’aide par Paris

De nombreux pays ont présenter leurs condoléances et proposé de l’aide au Liban, notamment la France qui envoie mercredi plusieurs tonnes de matériel sanitaire. Le président Emmanuel Macron a annoncé sur Twitter l’envoi d’un détachement de la sécurité civile et de « plusieurs tonnes de matériel sanitaire » à Beyrouth.

Les Etats-Unis ont également proposé leur aide, ainsi que l’Allemagne, qui compte des membres du personnel de son ambassade à Beyrouth parmi les blessés. Même Israël a proposé mardi soir « une aide humanitaire et médicale » à son voisin libanais, avec lequel il est techniquement toujours en guerre.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a quant à elle exprimé via Twitter sa « plus profonde sympathie au peuple libanais et aux autorités, mais surtout aux blessés et aux familles des victimes ».

« Comme une bombe atomique »

Mardi, une première explosion a été entendue à Beyrouth, agglomération de quelque deux millions d’habitants, suivie d’une autre, très puissante, qui avait provoqué un gigantesque champignon dans le ciel. Les immeubles avaient tremblé et les vitres avaient été brisées à des kilomètres à la ronde.

Dans les rues de Beyrouth, des soldats avaient évacué des habitants abasourdis, certains couverts de sang, T-shirt autour du crâne pour panser leurs blessures, tandis que des habitants cherchaient désespérément leurs proches manquant à l’appel.

« C’était comme une bombe atomique. J’ai tout vu (dans ma vie), mais rien de tel », a témoigné Makrouhie Yerganian, un professeur à la retraite qui vit depuis plus de 60 ans en face du port.

Ce drame survient alors que le Liban connaît sa pire crise économique depuis des décennies, marquée par une dépréciation monétaire inédite, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques.

Continuer la lecture

Actualité

Opération contre la ‘Ndrangheta en Suisse et en Italie

Publié

le

Photo archive Keystone

Une opération anti-mafia s’est déroulée en Suisse et en Italie, menée par la Guardia di Finanza et les autorités helvétiques.

75 personnes soupçonnées d’appartenir à la ‘Ndrangheta ont été arrêtées et 169 millions d’euros de biens saisis, selon l’agence ansa.

Des perquisitions ont été effectuées dans les cantons d’Argovie, de Soleure, de Zoug et du Tessin en collaboration avec l’Office fédéral de la police (fedpol), indique mardi le Ministère public de la Confédération (MPC). Des armes, des munitions et de l’argent ont été saisis.

Une personne a été arrêtée en Argovie. Elle est placée en détention provisoire. Deux prévenus ont été auditionnés en Suisse puis libérés. Une personne a été appréhendée en Italie et une autre est déjà en détention dans ce pays

Activités illégales

Six personnes de nationalité italienne, dont la majorité réside en Suisse sont visées par une procédure pénale menée par le MPC. Elles sont soupçonnées de soutien, respectivement de participation à une organisation criminelle, de blanchiment d’argent, de recel, de mise en circulation de fausse monnaie, d’importation, d’acquisition et de prise en dépôt de fausse monnaie et de violations présumées de la loi sur les stupéfiants, précise le MPC dans un communiqué.

Selon les enquêtes, des activités de trafic d’armes sont également suspectées. Ces activités illégales auraient été menées en parallèle à des activités légales, notamment l’exploitation d’un restaurant. Elles auraient contribué à renforcer le pouvoir de la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise. La présomption d’innocence s’applique.

Enquête commune

Le ministère public de la province calabraise de Catanzaro a transmis spontanément des informations au MPC au printemps 2016. Il demandait également la mise en place d’une équipe d’enquête commune.

Avec ATS/Keystone.

Continuer la lecture

Faits divers

Condamnation confirmée pour l’un des agresseurs de Saint-Jean à Genève

Publié

le

La condamnation de l’un des auteurs majeurs de l’agression de Saint-Jean à Genève est définitive.

Le Tribunal fédéral rejette le recours du jeune homme, âgé aujourd’hui de 22 ans. Il a écopé d’une peine de 15 ans pour deux tentatives d’assassinat.

En janvier 2017, le recourant et quatre complices avaient tabassé à coups de batte de base-ball, de casque et de pied deux hommes croisés par hasard. Avec l’autre auteur majeur – qui a écopé de 12 ans – il a été condamné en mars 2019 par la justice genevoise. Gravement blessées, les deux victimes restent lourdement handicapées pour la fin de leurs jours.

Alcool

Dans un arrêt publié mardi, le Tribunal fédéral confirme la peine prononcée par les juges genevois. Le jeune homme estimait notamment que sa forte consommation d’alcool avant l’agression n’avait pas été suffisamment prise en compte. Dans ces conditions, sa capacité de discernement aurait été moyennement restreinte.

La Cour de droit pénal a fait sienne l’appréciation du Tribunal cantonal. La quantité d’alcool consommée ne repose que sur les affirmations du condamné. Lors de la soirée fatale, celui-ci aurait bu deux à trois bouteilles de spiritueux avec ses acolytes.

Lucide et maître de soi

Comme leurs collègues genevois, les magistrats fédéraux estiment que malgré l’alcool absorbé le recourant était conscient des conséquences de ses actes. Ils en veulent pour preuve la fuite des jeunes gens au son des sirènes de police, leurs retrouvailles près d’une école et le fait qu’ils se soient débarrassés de la batte.

Au moment de son interpellation, soulignent les juges, le jeune homme était suffisamment lucide et maître de lui pour demander des explications aux gendarmes et discuter de leur intervention. Malgré leur expérience, les agents n’avaient alors pas remarqué de signes d’ébriété.

Le recourant, qui a changé à plusieurs reprises de version au cours de la procédure, a également contesté devant le Tribunal fédéral avoir asséné à la première victime des coups de batte à la tête. Selon lui, il aurait visé le corps. Mais l’expertise médicolégale n’a pas confirmé ses déclarations, pas plus que celles des autres participants. (arrêt 6B_347/2020 du 3 juillet 2020)

Avec ATS/Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Gardienne tuée par un tigre à Zurich: Un accident pour la police

Publié

le

Le zoo rouvrira lundi à l'exception du parc à fauves. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Au lendemain du drame qui a frappé le zoo de Zurich, la police privilégie la thèse de l’accident. Une gardienne s’est fait mortellement blesser samedi par un tigre de Sibérie. Le fauve ne sera pas euthanasié.

La police poursuit ses investigations. Les premiers éléments de l’enquête indiquent qu’il s’agit d’un accident, selon un communiqué de la police publié dimanche. Reste encore à éclaircir les circonstances de l’attaque. La tigresse s’en est prise à la gardienne dans un secteur où elle n’aurait pas dû avoir accès.

Les tigres du zoo de Zurich sont soignés en effet sans contacts directs avec l’homme. Gardiens et animaux ne doivent en principe jamais se retrouver ensemble dans un même local. Le lieu de l’accident est toujours fermé pour les besoins de l’enquête.

Les interrogatoires des collaborateurs sont toujours en cours. La police recherche en outre des visiteurs qui se seraient trouvés à proximité de l’enclos des tigres samedi entre 13h00 et 13h30.

Messages de condoléances

Sur les réseaux sociaux, des centaines de personnes ont exprimé leurs condoléances au zoo et à la famille de la gardienne. Plusieurs ont demandé que tigresse ne soit pas endormie.

Samuel Furrer, expert des fauves à la Protection suisse des animaux (PSA), a expliqué dans plusieurs journaux dominicaux que le comportement de la tigresse avait été naturel. Il n’est pas rare qu’elle s’attaque à des intrus sur son territoire. L’Association des jardins zoologiques de Suisse alémanique a mis en garde contre toute conclusion hâtive.

Plus de fauves au zoo

Le zoo est resté fermé dimanche par respect pour la famille de la défunte. L’incident de samedi est des plus tragiques, a indiqué le parc zoologique dimanche. Le tigre de l’Amour est cependant un animal sauvage qui a ses propres instincts de défense du territoire. Irina aura donc la vie sauve. Le zoo rouvrira ses portes lundi à l’exception du parc de fauves.

L’organisation pour une Ethique dans le traitement des animaux (PETA) plaide pour la fin de la détention de grands prédateurs dans les zoos, a-t-elle indiqué dimanche dans un communiqué.

Rien que dans l’espace germanophone, une douzaine de cas d’accidents mortels ou de fuites d’animaux hors de leur cage ont été recensés ces dernières années. Les tigres et les lions souffrent de leur enfermement dans des espaces trop petits.

Blessures fatales

Samedi, l’un des deux tigres du zoo de Zurich a attaqué une gardienne de 55 ans. C’est un visiteur qui a donné l’alarme. Malgré l’intervention d’une équipe de gardiens, l’employée a succombé à ses blessures sur les lieux de l’attaque. La victime est une employée de longue date du zoo.

La tigresse Irina a été placée dans un local séparé après l’accident. Agée de cinq ans, elle a été déménagée l’été dernier au zoo de Zurich en provenance du Danemark.

Continuer la lecture

Actualité

Collision de trains en Valais: 11 blessés

Publié

le

L'accident a fait 11 blessés dont sept n'ont pas dû être hospitalisé. (©Mgbahn)

Un train de ferroutage a percuté un train régional vendredi vers 10h10 dans le tunnel Stephan-Holzer près d’Oberwald (VS). Onze voyageurs ont été blessés, la plupart légèrement.

Sept voyageurs légèrement blessés ont reçu des soins sur place et n’ont pas dû être hospitalisés. Trois ont été transportés en ambulance à l’hôpital de Viège et une personne a été héliportée à l’hôpital de Sion mais ses jours ne seraient pas en danger, a indiqué à Keystone-ATS Mathias Volken, porte-parole de la police cantonale valaisanne.

Les trains circulaient sur la ligne entre Oberwald et Realp (UR). Le convoi de ferroutage qui venait d’Oberwald a percuté le flanc droit du train régional venant en sens inverse.

Enquête ouverte

Le train de ferroutage se composait d’une locomotive avec neuf wagons et était chargé d’environ 15 automobiles. Le train régional comprenait une locomotive, cinq voitures avec une trentaine de passagers, a indiqué vendredi peu avant midi la compagnie Matterhorn Gotthard Bahn.

Selon un porte-parole de la compagnie ferroviaire, la collision s’est produite sur un aiguillage. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues. Le ministère public a ouvert une enquête en collaboration avec le service suisse d’enquête de sécurité (SESE), précise Mathias Volken.

Le trafic entre Ulrichen et Realp est temporairement interrompu. Un service de bus est organisé. Les voyageurs doivent compter avec un trajet d’une heure supplémentaire. La durée de l’interruption du trafic n’est pour l’heure pas connue.

Continuer la lecture