Rejoignez-nous

Faits divers

Explosion d’un camion-citerne en Chine: 19 morts

Publié

,

le

Immeubles effondrés après l'explosion d'un camion-citerne qui transportait du gaz liquide. (©KEYSTONE/EPA/XIAO FAN)

L’explosion d’un camion-citerne sur une autoroute de l’est de la Chine a fait au moins 19 morts et plus de 170 blessées, ont annoncé dimanche les autorités.

La puissance de l’explosion du camion-citerne, qui transportait du gaz liquide, a causé l’effondrement d’immeubles et d’usines.

D’immenses nuages de fumée noire se sont élevés alors que des voitures ont été détruites par les flammes.

Les autorités locales ont indiqué dimanche que 172 personnes ont été blessées lors cette explosion qui s’est produite samedi, près de la ville de Wenling, dans la province de Zhejiang (est).

Un précédent bilan des services de secours chinois faisait état d’un total de 189 personnes toujours hospitalisées dimanche.

Une vidéo diffusée par les médias d’Etat montre une boule de feu s’élevant vers le ciel et des habitants qui crient.

Sur l’une des vidéos, on voit de gros débris s’élevant dans les airs avant d’atteindre des immeubles à proximité. Une autre montre les restes du camion-citerne et plusieurs poids lourds encastrés dans un immeuble réduit à l’état de ruines.

Gaz liquide

Le camion-citerne transportait du gaz liquide, selon les autorités locales.

L’agence de presse Chine Nouvelle a rapporté dimanche qu’une seconde explosion s’est produite quand le camion est tombé sur un atelier.

Dimanche, les services de secours pousuivaient leurs opérations de recherches, selon la même source.

Les accidents de la route sont fréquents en Chine, où le code de la route n’est très souvent pas respecté.

Ainsi, les violations du code de la route sont responsables de près de 90% des accidents mortels ou ayant fait des blessés.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un homme poignardé à mort à Morges (VD)

Publié

le

Un homme a été tué à coups de couteau samedi soir près de la gare à Morges (photo d'illustration). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Un homme a été poignardé à mort samedi soir dans un restaurant de Morges (VD). Son agresseur a été interpellé dimanche.

L’attaque a eu lieu vers 21h20 dans un restaurant kebab, situé près de la gare, a indiqué dimanche matin un porte-parole de la police cantonale vaudoise, confirmant à Keystone-ATS une information de 24 heures et La Côte. Il a précisé que la victime, décédée sur place, est un ressortissant portugais de 29 ans.

L’auteur de l’agression a pris la fuite. Mais après une nuit de cavale, il a été arrêté dimanche à Renens (VD) par la police vaudoise. Les raisons qui l’ont poussé à agir ne sont pas connues.

La police ne donne pas d’autres informations sur cette affaire. Elle indique juste qu’une enquête a été ouverte par la procureure de service. Les investigations ont été confiées aux enquêteurs de la brigade criminelle de la police de sûreté.

Selon 24 heures et La Côte, qui citent des témoins, la victime se trouvait avec sa compagne lorsque l’assaillant leur a foncé dessus avec un couteau. Le secteur de la gare a été bouclé durant plusieurs heures samedi soir

Continuer la lecture

Actualité

Plusieurs personnes poignardées à Birmingham

Publié

le

Selon les premiers éléments de l'enquête, rien ne permet de retenir une hypothèse "terroriste". Les évènements se sont produits à proximité d'un complexe de bars et de night-clubs. (©KEYSTONE/AP/Jacob King)

Un homme est mort et sept personnes ont été blessées, dont deux grièvement, lors d’une série d’agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche à Birmingham, deuxième ville d’Angleterre. La police est à la recherche d’un suspect qui a pris la fuite.

Selon les premiers éléments de l’enquête, ouverte pour meurtre, rien ne permet de retenir à ce stade une hypothèse « terroriste » ou celle d’un crime haineux, pas plus que celle d’un conflit entre gangs, a expliqué l’un des responsables de la police, Steve Graham, lors d’une conférence de presse.

« Nous sommes à la recherche d’un suspect et les investigations pour identifier et ensuite retrouver ce suspect se poursuivent », a ajouté le responsable.

Aucune des victimes n’a de lien avec des gangs et semblent plutôt avoir été visées « au hasard », a-t-il précisé, soulignant le caractère particulièrement « traumatisant » de cette série d’agressions.

Outre un homme et une femme hospitalisés dans un état grave, « cinq autres personnes ont été légèrement blessées », a encore déclaré M. Graham. Selon la police, les attaques, liées entre elles, se sont déroulées entre 00h30 et 02h20 locales (01h30 à 03h20 suisses).

Complexe de bars

Dimanche à la mi-journée, un dispositif policier était toujours en place autour de l’Arcadian center, un complexe de bars, restaurants et établissements de nuit. Emballages de nourriture à emporter et bouteilles vides jonchant le sol trahissaient une intense vie nocturne.

« Je suis supris », a déclaré à l’AFP Wayne Hopkins, un habitant de la ville de 67 ans. « D’habitude, quand il y a une agression au couteau, c’est juste une personne ou deux, mais pas autant », a-t-il ajouté, disant croire à « un coup de poing » qui ensuite dégénère, « s’ils étaient drogués, ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Cara Curran, qui travaille dans les clubs de l’Arcadian center, a expliqué à l’AFP avoir assisté à de multiples bagarres et plus violentes que celles d’un samedi soir habituel qui éclatent pour une histoire de boisson ou de filles.

La jeune femme de 18 ans a décrit une soirée « avec beaucoup de tensions ». « Ce n’était pas les bagarres habituelles impliquant une ou deux personnes », a-t-elle poursuivi, « c’était des groupes de 15, 16 personnes, les gens s’en mêlaient parce que des amis sortaient des clubs pour voir ce qui se passait ».

Elle a également raconté avoir entendu des « injures raciales » qu’elle n’avait jamais entendu par le passé dans ce lieu « multiculturel » mais sans pouvoir en expliquer les circonstances.

Appel à témoins

Si certains témoins ont affirmé sur Twitter avoir entendu des coups de feu résonner, la police a en revanche indiqué que de tels faits ne lui avaient pas été rapportés « à ce stade ». La police a incité la population à la vigilance et lancé un appel à témoins.

Yvonne Mosquito, une élue locale travailliste, a évoqué le « traumatisme » des événements de la nuit dernière. Saluant les efforts déployés par la police pour lutter contre la violence qui a émaillé l’histoire de la ville au début des années 2000, elle a aussi rappelé qu’il subsistait un véritable problème d’exclusion sociale et de trafic de drogue parmi les jeunes.

Le 20 juin dernier, trois hommes avaient été tués au couteau dans un parc à Reading, à l’ouest de Londres et l’enquête avait été confiée à la police antiterroriste.

Le suspect, Khairi Saadallah, un réfugié libyen de 25 ans, avait été inculpé pour trois meurtres et trois tentatives de meurtres. Il souffrait de problèmes mentaux imputés à la guerre civile en Libye, selon sa famille. Il venait de sortir de prison peu auparavant, pour des faits qui n’avait pas été qualifiés de « terroristes ».

Inchangé depuis novembre 2019 au Royaume-Uni, la menace terroriste y est classée au troisième niveau d’importance sur une échelle qui en compte cinq.

Continuer la lecture

Actualité

HUG: les salaires d’août versés par erreur à double

Publié

le

Les collaborateurs des HUG ont reçu par erreur leur salaire d'août à double. Ils sont priés de rendre l'excédent d'ici le 10 septembre (photo d'illustration). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont versé par erreur à double les salaires d’août, soit une somme totale de 79 millions de francs. Les collaborateurs doivent restituer l’excédent d’ici le 10 septembre.

Cette erreur révélée par la Tribune de Genève a été confirmée samedi par le porte-parole des HUG. Des investigations sont en cours pour faire la lumière sur cet incident et prendre des mesures pour que cela ne se reproduise pas.

Continuer la lecture

Actualité

Etats-Unis: Plus de 54°C enregistrés dans la Vallée de la mort

Publié

le

La température record a été enregistrée par un système automatique sur le site de "Furnace Creek", le ruisseau de la fournaise (archives). (©KEYSTONE/EPA/ETIENNE LAURENT)

La Vallée de la mort, en Californie, n’a jamais aussi bien porté son nom: le mercure y a grimpé dimanche jusqu’à 54,4°C, selon les services météorologiques américains. C’est potentiellement l’une des températures les plus élevées jamais relevées sur Terre.

Cette température record, qui doit encore être vérifiée, a été enregistrée par un système automatique du National Weather Service (NWS) américain à 15h41 locales sur un site au nom de circonstance lui aussi: « Furnace Creek », le ruisseau de la fournaise.

L’Organisation météolorogique mondiale (OMM) a indiqué sur Twitter qu’elle allait vérifier cette observation. « Ce serait la température la plus élevée officiellement relevée dans le monde depuis 1931 », a-t-elle écrit.

Située dans le désert des Mojaves, à l’ouest de la ville de Las Vegas, la Vallée de la mort (« Death Valley ») détient le record de la température la plus élevée jamais enregistrée sur Terre: 56,7°C, en juillet 1913. Le mercure y était également monté jusqu’à 53,9°C en juillet 2013.

Le sud-ouest des Etats-Unis fait actuellement face à une intense vague de chaleur.

Continuer la lecture

Actualité

Puissantes explosions à Beyrouth: 100 morts et 4000 blessés

Publié

le

Deux puissantes explosions successives ont secoué Beyrouth. (©KEYSTONE/EPA/WAEL HAMZEH)

Dans les ruines fumantes du port de Beyrouth, au milieu des immeubles éventrés, les secouristes tentaient mercredi de retrouver des victimes. La veille deux énormes explosions ont fait au moins 100 morts et des milliers de blessés.

La capitale libanaise, déclarée ville « sinistrée », s’est réveillée sous le choc, après ces explosions d’une telle puissance qu’elles ont été enregistrées par les capteurs de l’institut américain de géophysique (USGS) comme un séisme de magnitude 3,3.

Dans l’épicentre de l’explosion, dont le souffle a été ressenti jusque sur l’île de Chypre, à plus de 200 kilomètres de là, le paysage reste apocalyptique: les conteneurs ressemblent à des boîtes de conserve tordues, les voitures sont calcinées, le sol jonché de valises et de papiers provenant des bureaux avoisinants, soufflés par l’explosion.

Milliers de blessés

Même des Casques bleus ont été grièvement blessés à bord d’un navire amarré dans le port, selon la mission de l’ONU au Liban. Des secouristes, épaulés par des agents de sécurité, ont cherché toute la nuit des survivants ou des morts coincés sous les décombres.

Pour l’heure, le dernier bilan de la Croix Rouge est d’au moins 100 morts et près de 4000 blessés, mais il pourrait s’alourdir dans la journée. Les hôpitaux de la capitale, déjà confrontés à la pandémie de Covid-19, sont saturés.

Des employés de plusieurs ambassades européennes ont été blessés. L’ambassadrice suisse à Beyrouth a été légèrement blessé et hospitalisée, a indiqué mardi le Département des affaires étrangères (DFAE). Il a précisé que le reste du personnel de l’ambassade est en bonne santé.

Jour de deuil national

Le Premier ministre Hassan Diab a décrété mercredi jour de deuil national et a promis que les responsables devraient « rendre des comptes ». Le gouvernement pointe du doigt une cargaison de nitrate d’ammonium stockée « sans mesures de précaution » sur le port.

« Il est inadmissible qu’une cargaison de nitrate d’ammonium, estimée à 2750 tonnes, soit présente depuis six ans dans un entrepôt, sans mesures de précaution. C’est inacceptable et nous ne pouvons pas nous taire », a déclaré le Premier ministre devant le Conseil supérieur de défense, selon des propos rapportés par un porte-parole en conférence de presse.

Le nitrate d’ammonium, substance qui entre dans la composition de certains engrais mais aussi d’explosifs, est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés, et a causé plusieurs accidents industriels dont l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, en 2001.

Envoi d’aide par Paris

De nombreux pays ont présenter leurs condoléances et proposé de l’aide au Liban, notamment la France qui envoie mercredi plusieurs tonnes de matériel sanitaire. Le président Emmanuel Macron a annoncé sur Twitter l’envoi d’un détachement de la sécurité civile et de « plusieurs tonnes de matériel sanitaire » à Beyrouth.

Les Etats-Unis ont également proposé leur aide, ainsi que l’Allemagne, qui compte des membres du personnel de son ambassade à Beyrouth parmi les blessés. Même Israël a proposé mardi soir « une aide humanitaire et médicale » à son voisin libanais, avec lequel il est techniquement toujours en guerre.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a quant à elle exprimé via Twitter sa « plus profonde sympathie au peuple libanais et aux autorités, mais surtout aux blessés et aux familles des victimes ».

« Comme une bombe atomique »

Mardi, une première explosion a été entendue à Beyrouth, agglomération de quelque deux millions d’habitants, suivie d’une autre, très puissante, qui avait provoqué un gigantesque champignon dans le ciel. Les immeubles avaient tremblé et les vitres avaient été brisées à des kilomètres à la ronde.

Dans les rues de Beyrouth, des soldats avaient évacué des habitants abasourdis, certains couverts de sang, T-shirt autour du crâne pour panser leurs blessures, tandis que des habitants cherchaient désespérément leurs proches manquant à l’appel.

« C’était comme une bombe atomique. J’ai tout vu (dans ma vie), mais rien de tel », a témoigné Makrouhie Yerganian, un professeur à la retraite qui vit depuis plus de 60 ans en face du port.

Ce drame survient alors que le Liban connaît sa pire crise économique depuis des décennies, marquée par une dépréciation monétaire inédite, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques.

Continuer la lecture