Rejoignez-nous

Radio Lac Soir

Le rendez-vous des médias

Publié

,

le

Par Ghufran Bron et Guillaume Renevey

Le rendez-vous des médias est revenu sur les employés fichés S renvoyés de la grande mosquée de Genève, la Journée suisse du numérique, le « milliard de cohésion » versé par la Confédération à l’Union européenne et la crise au Liban après l’annonce de la démission de son premier ministre Saad Hariri.  A réécouter ici. #DHDB

Rendez-vous des médias avec Myret Zaki, Pierre Ruetschi et Grégoire Barbey

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le gratuit Lausanne Cités soutenu financièrement par les autorités lausannoises

Publié

le

En pleine période agitée dans le monde de la presse écrite romande, la Ville de Lausanne a officialisé un partenariat avec l’hebdomadaire gratuit Lausanne Cités. Dès la fin septembre, quatre pages indépendantes et directement sponsorisées par la commune verront le jour. Plusieurs villes romandes avaient déjà franchit le pas comme Morges, Nyon ou Yverdon-les-Bains.

Concrètement, un montant forfaitaire annuel de 170’000 francs sera alloué à la mise en page, l’impression et la diffusion de l’hebdomadaire. La municipalité de Lausanne proposera au Conseil communal d’attribuer 70’000 francs par année pour l’achat d’espaces publicitaires à répartir dans différents médias qui couvriront l’actualité de sa région.

Ecoutez le rédacteur en chef de Lausanne Cités, Philippe Kottelat :

Philippe Kottelat

Toujours selon le rédacteur en chef de Lausanne Cités, une opération similaire entre la Ville de Genève et le GHI n’est pas à l’ordre du jour.

@GhufranBron

Continuer la lecture

Actualité

Les journalistes de Tamedia en grève en Suisse romande

Publié

le

Les journalistes de Tamedia Publications Romandes sont en grève. Ils ont posé leur plume depuis 16h mardi et jusqu’à mercredi soir minuit. Ils exigent que l’éditeur renonce aux 36 licenciements prononcés depuis le mois de juin. Tamedia avait annoncé il y a une semaine le rejet des propositions des collaborateurs pour éviter la disparition de la version papier du Matin prévue le 21 juillet. Les journalistes de l’éditeur zurichois qui regroupe 20 Minutes, 24 heures, La Tribune de Genève ou encore Le Matin Dimanche sont « indignés » par les licenciements alors qu’une procédure de conciliation est en cours.

Les précisions d’Eric Budry de la Société des rédacteurs et du personnel de la Tribune de Genève:

Eric Budry

Tamedia a appelé à cesser la grève pour préserver la CCT. Selon l’éditeur, la priorité doit être donnée à la négociation d’un plan social.

@GhufranBron

Continuer la lecture

Actualité

Mondial 2018: « Le risque zéro n’existe pas pour la fan zone de Plainpalais »

Publié

le

Les suisses attendent avec impatience le match de la Nati mercredi soir à 20h face au Costa Rica. En cas de match nul, les hommes de Petkovic sont assurés de figurer dans les 8ème de finale. Partout en Suisse, les fans zones font plus ou moins le plein. Focus sécuritaire sur celle de la Plaine de Plainpalais à Genève, l’une des plus grandes du pays. Elle peut accueillir jusqu’à 15’000 personnes selon son organisateur. S’il n’y a pas eu de débordements majeurs jusqu’ici, les contrôles de sécurité peuvent toutefois faillir.

Ecoutez le témoignage de notre journaliste sportif Geff Scarantino suivi de l’interview de Frédéric Hohl, le directeur de NEPSA, l’organisateur de la fan zone de Plainpalais.

Frédéric Hohl Directeur de NEPSA

@GhufranBron

Continuer la lecture

Actualité

L’initiative pour un salaire minimum à Genève est déposée

Publié

le

Genève se rapproche pas à pas du salaire minimum. Lundi, la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) a déposé au service des votations plus de 7’700 signatures récoltés pour l’initiative qui demande de payer tout employé au minimum 23.- francs de l’heure, ce qui reviendrait à un salaire de 4’000.- francs par mois. Les chiffres sont en brut. Davide de Filippo, secrétaire syndical au SIT était l’invité du Journal de Radio Lac Soir :

Davide de Filippo  Secrétaire syndical SIT

@GhufranBron

Continuer la lecture

Actualité

Voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi: un séjour pas si privé

Publié

le

Le Conseil d’Etat genevois se refuse à ouvrir une enquête administrative contre Patrick Baud-Lavigne. C’est Le Courrier qui l’annonçait mardi. Le chef de cabinet du conseiller d’Etat Pierre Maudet était du voyage à Abu Dhabi en novembre 2015. Il a lui aussi profité du cadeau de l’ami d’un ami du magistrat. Un présent estimé à plus de 11’000 francs par personne comprenant le vol aller-retour en business class, l’hôtel de luxe pour 4 nuits et une place pour le Grand Prix de Formule 1. Le chef de cabinet, qui n’a pas répondu à notre sollicitation, se voit donc épargné car il avance que ce voyage a été effectué à titre privé. Exactement, le même argumentaire que Pierre Maudet. Or, plusieurs éléments tendent à démontrer que ce séjour n’était pas si privé…

Le gouvernement genevois se refuse à ouvrir une enquête administrative contre Patrick Baud-Lavigne

Il y a bien sûr la rencontre “fortuite”, selon les termes de l’édile, avec le prince-héritier Mohammed bin Zayed dans le hall de l’Emirates Palace. Un échange a eu lieu dont on ignore la teneur. Pierre Maudet affirme qu’il a “brièvement devisé sur le parvis” avec lui sans vouloir en dire plus. Reste que c’est bien en sa qualité de conseiller d’Etat que le ministre genevois a pu accéder au no 1 du régime. Les deux hommes ne sont pas des intimes: ils ont fait connaissance six mois plus tôt à Dubaï lors d’une visite officielle de la délégation économique du canton.

Pierre Maudet a aussi visité le centre de vidéosurveillance en compagnie du vice-président de l’Emirat et chef de la sécurité intérieure, Hazza bin Zayed. Cette visite du 28 novembre 2015 a d’ailleurs fait l’objet d’une photo (voir ci-dessus) et d’un compte rendu officiels. S’est-il alors agi d’une simple visite de courtoisie, comme le minimise aujourd’hui le conseiller d’Etat? Non, si l’on en croit la dépêche de l’agence emirati WAM, datant du même jour. Elle rappelle expressément le titre de ministre de Pierre Maudet et stipule que les deux hommes ont eu des discussions “sur la manière de renforcer la coopération économique et sécuritaire entre les Emirats arabes unis et la Suisse”. De quelle manière? Mystère. Mais on est donc loin d’une visite strictement privée. Ce que Pierre Maudet lui-même nous concédait voici deux ans. Il indiquait “que l’on peut considérer cette brève visite au centre de commande de la police comme réalisée ès qualité, dans une perspective officielle”.

Enfin, et cela n’a jamais été rendu public à ce jour, Pierre Maudet a rencontré l’ambassadrice de Suisse lors de son séjour.

C’est le troisième élément troublant de cette visite qui l’est tout autant. Durant son voyage à Abu Dhabi, l’édile a partagé un café avec l’ambassadrice de Suisse sur place, Maya Tissafi, et l’attaché de défense de l’époque Gabriel Lüchinger, aujourd’hui collaborateur personnel du conseiller fédéral Guy Parmelin. Et c’est par l’entremise de Patrick Baud-Lavigne que cette rencontre de courtoisie a pu se faire. Selon nos informations, c’est le chef de cabinet du conseiller d’Etat genevois qui a annoncé la venue du ministre à l’ambassade. Une ambassade qui ne cachait pas, lors de nos échanges avec elle il y a deux ans, sa stupéfaction à voir un élu local rencontrer des dignitaires du régime émirati. Dans son esprit, il n’y avait aucun doute sur le caractère public du séjour vu les différentes personnalités invitées chaque année au Grand Prix de Formule 1. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) tient toutefois à rectifier aujourd’hui que « si ce voyage avait été officiel, l’ambassade aurait été impliquée dans la préparation de ce voyage. Or, cela n’a pas été le cas. »

@Raphaelleroy

Continuer la lecture