Rejoignez-nous

La Chronique éco

Swissmetal : ça recommence

Publié

,

le

La nouvelle est tombée tout d’un coup : Swissmetal est en ajournement de faillite. On ne sait pas très bien quoi penser de ce nouvel épisode. La grève de 2006 et le sursis concordataire de 2011 avaient défrayé la chronique dans toute la Suisse. Ça donne aujourd’hui l’impression que rien n’a été résolu.

Dans toute la Suisse parce que Swissmetal est actif à Reconvilier, Jura bernois francophone. Et à Dornach, tout près de Bâle mais dans le canton de Soleure. Il y a eu des grèves, oui, ce qui défraie très vite la chronique. Mais Swissmetal était à peu près sorti des radars depuis la reprise par un groupe chinois providentiel en 2013. Là, on a effectivement l’impression que ça recommence.   

En fait, Swissmetal est en train de devenir un symbole du combat sans fin contre la désindustrialisation en Suisse. Un combat qui donne d’ailleurs des résultats. En Suisse, 20% des emplois se trouvent encore dans l’industrie, c’est-à-dire la production. Il n’y a guère que l’Allemagne pour faire mieux autour de nous. La France par exemple, atteint à peine 12%.

Mais Swissmetal, c’est une fonderie ! Une fonderie de cuivre, assez spécialisée, mais une fonderie quand même… Est-ce qu’il y a encore de l’avenir en Suisse pour ce genre d’activité ?

C’est bien cela le débat. Et Swissmetal donne un peu l’impression d’être à la frontière. Disons que l’entreprise a une fonderie. Et c’est vrai que ce terme fait un peu archaïque dans le paysage technologique. Swissmetal produit pourtant des pièces sophistiquées. De valeur relativement élevée. Pour la connectique, l’horlogerie, la génération de courant et d’autres débouchés à l’exportation.

Lorsque le groupe chinois Baoshida s’est présenté il y a cinq ans pour reprendre les actifs, tout semblait rentrer dans l’ordre. Swissmetal allait de nouveau pouvoir produire et vendre dans la sérénité. A l’abri d’un géant des prodcutions à base de cuivre, actif surtout dans la câblerie. Baoshida allait s’occuper de trouver de nouveaux débouchés dans le monde.

Cinq ans plus tard, l’entreprise a de nouveau des problèmes d’endettement. On devine qu’elle cesse de payer ses fournisseurs, dans les matières premières en particulier, pour pouvoir payer les salaires. Et cette fois, les choses paraissent claires. Swissmetal fait du chiffre d’affaires. Son problème, c’est la rentabilité. La masse salariale est trop élevée et il n’est plus possible de réduire les effectifs.

Et le propriétaire chinois ne s’en était pas rendu compte au départ ?

Apparemment… non. A moins que. On a compris en tout  cas que Baoshida avait déjà laissé tombé Swissmetal. En fait, figurez-vous que ce groupe qui vend sur cinq continents n’a que deux unités de production hors de Chine : Reconvillier et Dornach. Et là on se demande sérieusement ce qu’il est venu faire ici. A part se familiariser avec le légendaire savoir-faire des métiers de Swissmetal. Si c’est le cas, c’est ce qu’on appelle du transfert de technologie un peu forcé. C’est très humiliant de devoir passer par là.

François Schaller Ecographie

La Chronique éco

Le sanctuaire Swisscom : une sorte de parafiscalité

Publié

le

Swisscom va pouvoir faire librement payer l’accès de ses concurrents à son réseau à haut débit. C’est dire si les prix des télécommunications ne vont pas baisser en Suisse. Ils sont pourtant quatre fois plus élevés que la moyenne européenne.

Si l’on se réfère au chiffre d’affaires par résident. A 2247 francs en moyenne par personne, c’est est même deux fois plus élevé que le deuxième Etat le plus cher du classement. C’est-à-dire le Luxembourg.

Et il n’y a aucun moyen politique de changer cela ? Swisscom est pourtant contrôlé par la Confédération.  

C’est bien là que se trouve le cœur du problème. Les télécoms sont un bon exemple d’économie administrée en Suisse. C’est-à-dire régulée. Une bonne partie des prix les plus élevés relèvent plus ou moins directement de la régulation publique. Dans une économie à vocation libérale, ça génère forcément toutes sortes d’acrobaties et d’hypocrisies.

A commencer par le Surveillant des prix à Berne, avec ses seize fonctionnaires fédéraux. Il s’est fendu d’une protestation et de quelques menaces en fin de semaine dernière dans la Tribune de Genève et le Matin Dimanche. C’est une sorte d’auto-contre-pouvoir à la fixation abusive de prix administrés. Dans les télécoms, mais pas seulement. Les transports également, la santé, l’audiovisuel public, les eaux usées, le traitement des ordures et bien d’autres. Le bureau de surveillance des prix s’indigne, puis fait des recommandations que tout le monde accueille avec attention. Pour les oublier aussitôt.

Le plus étonnant, c’est que c’est le Parlement qui protège Swisscom. Alors que le Conseil fédéral voulait limiter la liberté de l’opérateur en position dominante.

Le Conseil fédéral en théorie, disons. En réalité, c’est le Département des télécoms de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Très focalisée depuis des années sur la réduction de l’îlot de cherté. En vain. Il n’est pas sûr que les autres ministres s’intéressent beaucoup à ces questions d’intendance. Et ça ne va probablement pas changer avec Simonetta Sommaruga l’an prochain.

En fait, le Parlement ne voit pas très bien pourquoi il devrait cesser de protéger Swisscom, et se mettre à favoriser ses concurrents. En particulier Sunrise, qui appartient à un fonds d’investissement luxembourgeois. Et Salt, l’ancien Orange. Basé à Lausanne et propriété d’un milliardaire français.

Et aussi parce que Swisscom est une source de revenus pour la Confédération.

La Confédération détient un peu plus de 50% du capital de Swisscom. Ce qui veut dire qu’elle encaisse plus de la moitié des dividendes de cette société privatisée il y a vingt ans, et assez rentable jusqu’ici. Plus d’un milliard de francs chaque année. Dans une relative discrétion, parce que ce chiffre ne fait jamais l’objet d’une communication.

Une sorte de fiscalité, en fait.

Swisscom et les prix exorbitants des télécom en Suisse, c’est de la parafiscalité qualifiée. Dont on ne parle jamais ouvertement. Très rentable en plus, parce que les coûts d’imposition sont assumés par le contribuable. C’est peut-être même une parafiscalité assez équitable. Mais pour y voir plus clair, il faudrait au moins que l’on se mette aussi à traiter le cas Swisscom sous cet angle.

François Schaller Ecographie

Continuer la lecture

La Chronique éco

Crise de l’enneigement : le modèle Villars intrigue

Publié

le

Nous sommes à un peu plus d’une semaine des vacances et l’enneigement ne se présente pas très bien pour les stations de moyenne montagne. Ça rend évidemment les entreprises touristiques un peu nerveuses.

Oui, bien que les entreprises et collectivités publiques des stations de montagne soient rodées à ce genre de contingence. Parce que ça fait tout de même des années que l’on parle de crise de l’enneigement. L’Université de Genève est d’ailleurs à l’avant-garde sur le plan scientifique dans ce domaine. Elle y travaille dans le cadre d’un programme des Nations Unies. Elle a encore rediffusé hier des images satellitaires montrant le rétrécissement de la couverture neigeuse en Suisse sur 30 ans. Alors oui, c’est spectaculaire. -10% à -30%.  

Les stations de moyenne montagne sont évidemment sont les plus concernées. En haute Gruyère, la commune de Charmey a fait sensation l’autre jour en annonçant qu’elle pourrait purement et simplement renoncer à son magnifique domaine skiable.     

Tout n’est pas perdu quand même. L’effet du réchauffement climatique est clair et net, mais l’hiver dernier a contenté tout le monde.  

Il y a quelques belles rémissions en effet. Les bonnes années existent encore, même si elles se font plus rares. Mais la perspective d’un Noël sans neige, ou pas assez, avec des installations à l’arrêt, c’est depuis toujours la hantise des stations. Et les mauvais démarrages de saison, tous les commerçants vous le diront : ça ne se rattrape jamais.    

La situation peut encore s’arranger. Avec ou sans l’aide des canons à neige. Et de leur cortège de controverses…

Des canons à neige ? Vous parlez de la neige de culture, je suppose ? Oui, c’est comme cela que l’on dit aujourd’hui. Un euphémisme qui nous vient de France. Il est vrai que le bilan environnemental de la neige de culture s’alourdit. Parce que le réchauffement réduit les réserves d’eau. Et que la neige de culture, c’est une sorte de culture de l’eau. On en a beaucoup parlé ces derniers temps.

Les effets du changement climatique sont en fait innombrables. Ça oblige les stations à prendre des décisions difficiles. En matière d’investissements surtout.

Certaines l’ont déjà fait, heureusement.

Oui, avec plus ou moins de bonheur. Le problème, c’est surtout que les résultats prennent du temps. Beaucoup de temps. On parlait déjà de réchauffement climatique dans les années 1990. Et d’enneigement déclinant. On s’inquiétait sans cesse de l’avenir de Villars par exemple, dans les Alpes vaudoises. La station fétiche de Grace de Monaco. Un peu fin de siècle et délabrée. Avec son grand Palace Belle Epoque en mal de réaffectation. Combien de fois n’a-t-on pas entendu et lu que Villars, du haut de ses 1300 petits mètres d’altitude, était irrémédiablement perdu pour le ski ?

Ce n’est pas l’impression que ça donne aujourd’hui !

Depuis lors, Villars n’a cessé de se développer en fait. De se diversifier à sa manière, avec ses trois écoles internationales. D’investir dans son domaine skiable aussi. Dans des centres de sport et de loisirs. Et dans l’immobilier, ce qui est toujours risqué.

Il est vrai que le site est très favorisé par la géographie, avec son exposition plein sud et ses larges dégagements. Pas plus tard qu’hier, un indice de progression de l’immobilier de montagne publié par une agence internationale mettait Villars sur le même plan que Verbier en matière d’attractivité. Et même au-dessus de toutes les stations françaises. Qui eût cru qu’une chose pareille était possible ? Eh bien voilà, ça l’est.      

François Schaller Ecographie

Continuer la lecture

La Chronique éco

Escalade : l’impossible jour férié

Publié

le

Quatre cent ans de célébrations de l’Escalade, c’est toute une histoire. Avec des enjeux économiques permanents: ne pas distraire la population de son travail. Ne pas favoriser non plus les troubles ni l’incertitude.

C’est quelque chose qui revient au cours des siècles et des périodes. Jusqu’à aujourd’hui, d’ailleurs. Au XVIIe, le 12 décembre est d’abord un jour férié bourgeois et solennel avant de devenir un rendez-vous de liesse populaire. Au XVIIIe, ça commence à devenir une sorte de charivari avec des troubles dans les rues. Des hommes abusent de déguisements pour commettre des larcins, voire des pillages.

En 1782, la période révolutionnaire commence à Genève. Là, c’est l’interdiction pure et simple des festivités pendant plus de dix ans. Ensuite la restauration des monarchies au XIXe. Par opposition, la Restauration de la République fait encore aujourd’hui l’objet d’un jour férié à Genève. Le 31 décembre. Pour célébrer la fin de l’occupation française. L’Escalade, elle, reste un jour ouvrable.  

Il y eut ensuite la Révolution industrielle. Là, tout le monde est au travail. Comme aujourd’hui. Et l’Escalade devient progressivement une sage célébration patriotique.   

C’est surtout pour des raisons économiques que le 12 décembre n’est pas férié ?

Pas seulement. Il ne faut pas tout réduire à cela. Ou alors au sens large. Les autorités ont toujours eu le souci de ménager la Savoie. Parce qu’il y avait un rapport de force, tout simplement. Mais aussi parce que les liens économiques étaient très étroits. Ça n’a pas changé. Un jour férié à Genève perturberait inutilement les échanges. La Fête de la Restauration le 31 décembre, c’est autre chose. C’est la Saint-Sylvestre. L’économie tourne de toute manière au ralenti. A Genève comme en France. Mais les velléités politiques de faire de l’Escalade un jour férié n’ont jamais disparu.

C’est vrai que Genève n’en a pas tant que cela, des jours fériés.

Neuf tout de même. C’est même un de plus que ce la Loi fédérale sur le travail autorise aux cantons. Mais l’Escalade pourrait être fériée sans être assimilable à une dimanche. Les salariés seraient alors payés, mais sans compensations coûteuses à ceux qui doivent quand même travailler. La police au hasard. Mais pas seulement. Et pas seulement non plus dans les services publics.

Les syndicats, par exemple, n’ont jamais demandé que l’Escalade devienne un jour férié ?

Non. C’est apparemment une fête bien trop patriotique pour les syndicats. Les syndicats, c’est le 1er mai. Et même le 1er mai n’est pas un jour officiellement férié. En fait, la dernière tentative en date de faire de l’Escalade un jour férié, c’était celle du MCG, le Mouvement des citoyens. Ça remonte à tout juste dix ans. Avec un Eric Stauffer au sommet du soulèvement oratoire.  

Le Grand Conseil avait massivement refusé. Avec pas mal d’arguments économiques. Et puis, signe des temps, les arguments sociaux les ont rejoints. Ils venaient de la gauche en fait. Et des syndicats : un vrai jour férié défavoriserait celles et ceux qui ne sont pas soumis à la loi sur le travail, tout simplement. La boucle était bouclée. Il faudra donc encore attendre.

Ecographie François Schaller

Continuer la lecture

La Chronique éco

Madoff dix ans après : Genève s’en souvient

Publié

le

Jeudi 11 décembre 2008 dans la soirée, il y a exactement dix ans : Bernard Madoff, le plus grand escroc de tous les temps, était démasqué à New York. La nouvelle se répandra dans le monde pendant la nuit. Le lendemain 12 décembre à Genève, jour de l’Escalade : c’est la consternation.

Parce que des investisseurs dans les fonds Madoff, il y en avait beaucoup en Suisse. Du côté de Genève en particulier. Alors l’ambiance était glaçante ce vendredi 12 décembre, fête de l’Escalade. Il faisait froid et humide d’ailleurs, avec des averses de neige. Personne ne savait encore que la bombe à fragmentation Madoff allait être le dernier et le plus cruel épisode de la grande crise de 2008.

Du Madoff, tout le monde en voulait dans les années 2000. Ou à peu près. Alors c’était très rationné. Les banques de gestion et les sociétés financières rivalisaient pour pouvoir en donner à leurs clients privés. Et tout d’un coup plus rien. Valeur zéro.

On se souvient même que certaines banques ont dû prendre des mesures d’urgences.  

Une en particulier. La Banque Bénédict Hentsch. Créée quatre ans auparavant et basée aux Charmilles. La banque venait de fusionner en septembre avec le fonds Fairfield-Greenwich à New York. Après plus d’un an de négociations. Mais Fairfield, c’était l’un des grands rabatteurs dans le monde pour Madoff. Sans savoir qu’il s’agissait d’une gigantesque pyramide frauduleuse. Fairfield fut quand même mis aussitôt sous enquête aux Etats-Unis.

Et la Banque Bénédict Henstch ?

Elle est parvenue à défusionner d’urgence. En un temps record. A la suite de nouvelles négociations épiques. Du vendredi 12 au dimanche 14 décembre. Les pertes ont tout de suite été annoncées. 56 millions de francs. Elles ne dépassaient pas 5% des actifs gérés par la banque. Cette banque existe toujours d’ailleurs, sous un autre nom : Geneva Swiss Bank, dans le quartier de Sécheron.

Et où en sont, dix ans plus tard, les innombrables procédures auxquelles la méga-fraude Madoff a donné lieu ?

Essentiellement des procédures ouvertes par des clients contre leur banque ou leur gestionnaire de fortune. Qui ne les avaient pas suffisamment mis en garde contre le risque que représente des performances financières élevées et régulières. Des procédures, il y en a eu environ 65 000 dans le monde. Quelques dizaines entre Genève et Lausanne.

Et pour quel résultat ? Il y avait vraiment quelque chose à récupérer ?

C’est même assez surprenant. Les fonds Madoff reposaient sur du vent, mais au moins 37 000 personnes ont été dédommagées dans le monde et en Suisse. Pour un montant de 13 milliards de dollars tout de même. Les avocats en ont bien entendu reçu une part importante.

Cet argent restitué est venu de la liquidation des biens de Madoff. Qui vivait sur un grand pied. Il venait aussi des nombreuses sociétés financières qui ont préféré transiger tout de suite plutôt que de devoir subir un procès médiatisé. A Genève, il y a même eu du pénal. Mais ça n’a rien donné. Sauf que le canton a dû payer plus de deux millions de francs de dédommagement à un financier qui a pu démontrer qu’on ne pouvait rien lui reprocher.

François Schaller Ecographie

Continuer la lecture

La Chronique éco

Suisse-Europe: le reset monumental

Publié

le

Le lancement en fin de semaine dernière à Berne de la procédure de consultation sur l’accord institutionnel avec l’Europe n’a pas suscité de grande émotion. Ça semble pourtant être un tournant dans la politique européenne de la Suisse.

Une sorte de « reset » selon le terme d’Ignazio Cassis, conseiller fédéral aux Affaires étrangères. Une réinitialisation bien plus profonde qu’envisagé lors de  son élection il y a un an. La Suisse ne veut pas céder aux pressions apparemment sans fin de Bruxelles. Alors c’est tout le débat national sur la politique européenne qu’il s’agit de reprendre à zéro.

Après cinq longues années de négociations ! Est-ce vraiment le Brexit qui est venu compliquer les choses ?

Mais pas seulement. La Commission européenne n’a plus voulu donner l’impression d’accorder quoi que ce soit aux Suisses. Mais le problème, c’est que les exigences européennes se sont même élargies. Jusqu’à envisager que la Suisse accorde des aides sociales sur la base de la nationalité européenne. Une sorte de ségrégation positive par rapport aux ressortissants du reste du monde. Le genre de choses qui revient à programmer une belle impasse.   

Et puis il y a eu la menace fatale de retirer l’équivalence boursière à la Suisse. Alors qu’elle est accordée aux Etats-Unis et à la Chine de Hong Kong. Ça a été un véritable choc en Suisse. Après avoir tant répété que les Accords bilatéraux I et II du début des années 2000 mettaient le pays à l’abri de ce genre d’acte d’autorité et d’instabilité ! Une illusion en fait. A quand maintenant des menaces sur l’approvisionnement de la Suisse en énergie ? La confiance n’existe plus. Cette affaire a même sérieusement déstabilisé les organisations économiques. Elles se rendent compte qu’un accès encore plus facilité au marché européen devient dérisoire par rapport à ce qui se joue politiquement.  

Et le Parti socialiste s’est rangé du côté des souverainistes pour défendre les mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes.  

Oui, ça a été l’acte final. La gauche a toujours rêvé que l’Union Européenne impose à la Suisse les mesures sociales qu’elle ne parvenait pas elle-même à obtenir. Pas le contraire ! Alors là aussi, la confiance a disparu. Et il faudra beaucoup pour qu’elle revienne.

Le nouvel axe souverainiste UDC – socialistes va changer bien des  choses l’an prochain, non ?

C’est énorme. La direction du parti socialiste a en plus très bien manœuvré. Ce retournement a eu lieu quinze mois avant les élections fédérales. Juste un peu tôt pour que l’on parle d’électoralisme à propos de ce retournement.   

Il va pourtant y avoir des effets sur les élections fédérales. Le grand objectif des socialistes, c’est de redevenir le premier parti de Suisse à la place de l’UDC. Alors que la gauche s’est effondrée en Italie, en France, en Allemagne. Il faudra voir quelles conséquences ce nouveau positionnement va avoir sur le Parlement. Ce qui est sûr, c’est qu’il va beaucoup compter dans l’évolution des relations avec l’Europe. C’est ce qui devrait apparaître lors de cette grande consultation qui aura lieu ces prochains mois.

François Schaller Ecographie

Continuer la lecture